Lyxor ETF Magazine n°20 septembre 2019
Lyxor ETF Magazine n°20 septembre 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°20 de septembre 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Générale

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 1,5 Mo

  • Dans ce numéro : un atout dans toutes les enveloppes d'épargne.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Lyxor ETF Le Magazine Les flux ETF Européens Les nouveaux actifs nets se sont littéralement effondrés en août sur le marché des ETF européens, passant de 15,2 milliards d’euros en juillet à -8,5 milliards. Les ETF actions ont enregistré le pire mois de leur histoire (-12,7 milliards d’euros). Les flux en faveur des ETF obligataires (2,2 milliards d’euros), smart beta (504 millions d’euros) et matières premières (126 millions d’euros) ont ralenti, mais ils demeurent positifs. Les ETF ESG ont toujours le vent en poupe, avec une collecte de 1,4 milliard d’euros en août qui porte le total sur l’année à 8,5 milliards d’euros. Le mois dernier, les flux des ETF ont reflété les inquiétudes du marché quant à l’environnement politique et économique. Il ne fait guère de doute que l’escalade des tensions commerciales et le ralentissement des perspectives de croissance mondiale ont poussé les investisseurs vers les investissements défensifs. Les ETF actions ont enregistré une décollecte record en août (-12,7 milliards d’euros). Toutes les sous-catégories ont souffert. Les valeurs refuges ont en revanche été largement plébiscitées. Les obligations d’État des marchés développés ont attiré pas moins de 9,2 milliards d’euros depuis le début de l’année, dont un tiers au cours des deux derniers mois. Sur ce marché, l’Europe s’est particulièrement distinguée, avec une collecte de 803 millions d’euros en août. L’engouement des investisseurs pour les actifs plus sûrs a également profité aux ETF sur l’or (226 millions d’euros en août, contre une moyenne mensuelle de 19 millions d’euros sur les 12 derniers mois) et aux ETF générateurs de revenus, qui ont connu leur meilleur début d’année (235 millions d’euros en août et 2,8 milliards en cumulannuel). Les flux du smart beta se sont concentrés sur les stratégies min vol/min var (590 millions d’euros en août et 3,2 milliards en cumulannuel), preuve que les investisseurs cherchent à se protéger de l’incertitude mondiale. N o 20 Septembre 2019 Actions -12.7Mds € Les actions décollectent très légérement Obligations +2.2Mds € Un léger rebond des flux obligations Matières premières +126Mds € Des flux sur les matières premières qui se repassent dans le vert Smart Beta +504Mds € Le retour à la tendance pour le Smart Beta ESG +1.4Mds € Les ETF ESG réalisent leur meilleure collecte 2
Lyxor ETF Le Magazine Vues de marché « On se réfugie dans ce qu’on ignore. On s’y cache de ce qu’on sait. L’inconnu est l’espoir de l’espoir » Paul Valery Olivier Malteste Gérant Gestion multi-actifs Lyxor AM Les raisons de s’inquiéter n’ont une nouvelle fois pas manquées durant le mois. Ce qui est sûr, c’est qu’avec des taux si bas et qui semblent installés durablement en territoire négatif, nous sommes réellement dans un monde inconnu dans lequel même les entreprises peuvent s’endetter à taux négatif. Le comportement des marchés au mois d’août a été typique de ce que nous appelons un marché « risk-off » c’est-à-dire un marché sur lequel les investisseurs revendent leurs actifs risqués, comme les actions, pour se replier vers les obligations considérées comme moins risquées. Une nouvelle fois, c’est Donald Trump qui a soufflé le chauf et le froid en s’attaquant à la Chine et à la politique de la banque centrale américaine. Il a ainsi annoncé de nouvelles taxes de 10% sur 300 Milliards de dollars de produit chinois à partir du 1er septembre avant de décaler une partie de ces sanctions au 15 décembre afin de pas trop perturber les courses de fin d’année des consommateurs américains. Concernant la Fed il critique le discours de ses membres qui a insisté sur le fait que la baisse des taux n’était aucunement le début d’un nouveau cycle. La crainte des investisseurs est donc que les tensions commerciales affectent durablement la croissance mondiale et que la banque centrale ne parvienne pas à soutenir suffisamment l’économie américaine. En Europe, le Brexit a continué de s’enliser et en Italie la dissolution du gouvernement de coalition par Salvini a fait redouter des élections anticipées avec le risque de ne pas avoir un budget suffisamment réfléchi pour le mois d’octobre. Enfin, l’Allemagne, touchée par les risques de ralentissement des échanges commerciaux, a continué de montrer des signes de faiblesse concernant sa production et ses exportations et semble ainsi au bord de la récession. N o 20 Septembre 2019 Les 2 chiffres clés +50%  : C’est la perte réelle à l’échéance que vous subirez si vous avez souscrit à l’émission d’obligation allemande 30 ans à taux négatif en prenant l’hypothèse d’une inflation moyenne de 1.4% sur les 30 prochaines années. Dans ces conditions, seuls 43% de la dernière émission allemande à 30 ans ont trouvé preneur auprès des investisseurs. +43.5%  : C’est le niveau de l’indice des directeurs d’achat du secteur manufacturier en Allemagne. Il reste ainsi à un niveau faible et sous les 50 ce qui indique une contraction de l’activité. Positionnement de portefeuille dans les profils diversifiés 3 A la fin du mois d’août nous avons globalement réduit les risques sur les portefeuilles en réduisant notre exposition aux actions et en augmentant notre détention d’obligations. Au niveau des actions, la réduction de l’exposition s’est faite essentiellement sur la zone européenne et sur les marchés émergents. Nous avons maintenu nos expositions américaines, soutenues par l’action potentielle de la banque centrale qui dispose de plus de marge de manœuvre qu’en Europe. Nous recommençons également à investir prudemment en actions japonaises dans nos portefeuilles les plus dynamiques. Face à cette baisse de l’exposition actions, nous avons augmenté nos détentions en obligations et ce essentiellement sur les obligations d’entreprises avec une préférence pour les obligations d’entreprises américaines.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :