Lyxor ETF Magazine n°16 avril 2019
Lyxor ETF Magazine n°16 avril 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°16 de avril 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Générale

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : haruspicine et analyse de la courbe des taux, même combat ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Lyxor ETF Le Magazine Les flux ETF Européens Les nouveaux actifs nets sur le marché des ETF européens ont ralenti à 5,2 milliards d’euros en mars, contre 13,7 milliards d’euros en février. La collecte au niveau des actions s’est effondrée (-1,7 milliard d’euros contre 6,7 milliards d’euros auparavant), sous l’effet de sorties massives des actions des marchés développés (-2,1 milliards d’euros) et d’une collecte plus modeste sur les actions émergentes (0,4 milliard d’euros contre 1,7 milliard d’euros le mois précédent). Les investisseurs se sont à nouveau détournés de l’Europe du fait de l’incertitude persistante dans la région. Parallèlement, les ETF obligataires ont attiré des flux entrants considérables (5,8 milliards d’euros) pour le quatrième mois consécutif, tirés à la fois par les obligations d’entreprises des marchés développés et la dette émergente souveraine. L’attitude accommodante des banques centrales et la chute des taux d’intérêt ont en effet donné un nouvel élan à la quête de rendements. Les flux vers les ETF sur matières premières, tout juste passés dans le vert le mois passé, sont revenus en territoire négatif. Les ETF Smart Beta ont une nouvelle fois signé un mois positif, avec 1,1 milliard d’euros de collecte, principalement au niveau du facteur Qualité. Les ETF axés sur des stratégies génératrices de revenu ont eux aussi eu le vent en poupe au cours du mois. Enfin, les flux au profit des ETF ESG (406 millions d’euros) ont été bien plus restreints qu’en février (1,1 milliard d’euros), mais restent positifs pour chacune des catégories ESG. N o 16 Avril 2019 Actions -1,7Mds € La tendance des flux sur les actions s’inverse Obligations +5,8Mds € Des flux obligations qui se maintiennent dans le vert Matières premières -288M € Des flux en baisse sur les matières premières Smart Beta +406M € Le Smart Beta se porte bien 2
Lyxor ETF Le Magazine Vues de marché Il faut vivre avec son temps  : haruspicine et analyse de la courbe des taux, même combat ? Il y a fort longtemps, pour prévoir l’avenir, certains comme Calchas ou Tirésias, se tournaient vers l’haruspicine (art divinatoire de lire dans les entrailles d’un animal sacrifié). Autres temps, autres mœurs, beaucoup ont eu la tentation à la fin du mois de se tourner vers la courbe des taux pour prévoir l’avenir. Historiquement, en effet, une inversion de la courbe des taux aux Etats-Unis a été annonciateur d’une récession dans les 12 mois. Or, les taux d’intérêt long terme ont particulièrement baissé. Ainsi, en Europe, le taux du Bund a replongé en territoire négatif, renouant avec les niveaux qui avaient été atteints en 2016 et aux Etats-Unis, le taux 10 ans américain est repassé en dessous des 2.5%, générant une inversion de la courbe des taux sur la partie 10 ans/3 mois. Faut-il y voir un signe ? Dans le cas présent, la situation n’est pas exactement similaire à ce que nous pouvons observer dans le passé, l’inversion s’expliquant essentiellement par le repli des taux longs et non par une hausse des taux courts. De notre côté, nous préférons donc rester constructif et nous appuyer sur l’attitude très accommodante des banques centrales. La Fed a ainsi indiqué que la réduction de son bilan s’achèverait dès septembre de cette année. De plus, les anticipations des gouverneurs régionaux sur les niveaux des taux directeurs, qui étaient en décembre dernier à deux hausses durant l’année 2019, sont désormais d’une stabilité pour le reste de l’année et indiquent qu’il n’y aura plus qu’une dernière hausse en 2020. Nous avons donc assisté au troisième mois de hausse consécutive pour les marchés actions au cours de ce mois de mars. Certes, la hausse est plus modérée que lors des précédents mois avec une hausse de 1.05% pour le MSCI World, de 2.1% pour le CAC 40 et de 1.8% pour le S&P 500. Mais cette modération semble tout à fait compréhensible lorsque l’on observe les performances que se sont adjugés les marchés actions depuis le début de l’année  : +11.9% pour le MSCI World et +13.1% pour le CAC 40 et pour le S&P500. N o 16 Avril 2019 Olivier Malteste Gérant Gestion multi-actifs Lyxor AM Les 2 chiffres clés 47,6  : C’est le niveau de l’indice des directeurs d’achat du secteur manufacturier européen, niveau qui a fait l’effet d’une douche froide sur les marchés financiers. En effet, celui-ci a été publié bien en dessous des prévisions et est donc nettement ancré en zone de contraction car l’indice est inférieur à 50. -0.08%  : C’est le niveau atteint par les taux 10 ans allemands le 27 mars 2019. Ainsi, l’émetteur considéré comme étant l’émetteur le moins risqué de la zone euro a de nouveau pu emprunter à des taux négatifs, ce qui est une première depuis l’année 2016. Positionnement de portefeuille dans les profils diversifiés 3 Nous continuons à augmenter notre exposition au risque de manière progressive pour bénéficier du discours ultra accommodant des banques centrales. Au niveau action, nous préférons les actions européennes, restons à l’écart des actions japonaises et diminuons légèrement notre exposition aux actions américaines. Au niveau obligataire, nous diminuons globalement nos expositions aux obligations souveraines et préférons les obligations d’entreprises offrant des rendements supérieurs. De manière cohérente à notre exposition sur les actions, nous préférons également les obligations européennes aux obligations américaines.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :