Lui n°208 mai 1981
Lui n°208 mai 1981
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°208 de mai 1981

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 202

  • Taille du fichier PDF : 190 Mo

  • Dans ce numéro : Véronique Genest, l'héroïne de Zola révélée par la télé.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
LA DÉFONCE DU CONSOMMATEUR en face de moi, et vainement réclamé, ne soit toujours pas là quand la table en était au dessert ? Le Sofitel Marseille est magnifiquement situé et très confortable, le directeur semble fort compétent, le chef, Marc Bayon, est un cuisinier de bon métier, la chaîne veut imposer une image de marque relativement « gastronomique ». Seule explication de ces bavures  : il s'agissait de farces destinées à tester l'humour et la courtoisie de chroniqueurs soupçonnés d'irascibilité. Mais il eut été préférable de prévenir le personnel de salle, qui resta aimable et souriant à travers les orages, enlevant ainsi de son sel à la plaisanterie. Sofitel Vieux-Port 36 boulevard Charles-Livon, 13007 Marseille. Tél.  : (91) 52.90.19. Venant de décrocher deux étoiles au Michelin, Joël Rebuchon ne pouvait se livrer à de telles facéties. Ce Meilleur Ouvrier de France talentueux et organisé dirige de main de maîtrè les cuisines du nippon Nikko, cuisines évidemment faites pour être menées à la baguette (mais teppanyaki et sashimi sont servis à un autre étage !). Orchestrant le travail d'une quarantaine de collaborateurs, veillant aussi à la qualité des repas brasserie et des banquets ce qui n'est pas une mince responsabilité ! , Rebuchon a fait des Célébrités, « grand restaurant » d'un hôtel LES MOTS CROISEROTIQUES PAR ROGER LA FERTE HORIZONTALEMENT 1 Ne leur demandez pas de prendre leur pied. 2 Aurait pu faire l'amour dans son fauteuil. Faux, on n'aime pas. 3 Fait partie des oeuvres vives. Son mal ne fait pas jouir. 4 Plaît-il ?... Trouvée dans la revue et pas seulement dans Lui. S'accolent en flirtant. 5 A fait l'objet d'une possession. Avance ou recule, change de position. 6 Pour l'allumer, il a fallu lui tripoter le bouton. Dans le stupre ou la luxure. Préserve des fesses. 7 Petits salés. Prouve un certain contentement. 8 Ne peut se pratiquer qu'avec une belle queue. Un rouet que seuls des messieurs spéciaux utilisent. 9 Plus d'un fut soumis par une Florence en pleine forme. Ici on a des goûts très mélan- (1 type « chaîne de luxe », l'une des meilleures adresses de Paris. Je sais qu'il bénéficie de la confiance d'un directeur éclairé et je pense qu'on ne le chicane pas trop sur les ratios, mais cette réussite, comme celle de Jacques Maximin au Negresco de Nice, mérite un coup de chapeau (Rebuchon et Maximin sont peut-être déchargés de certaines responsabilités et n'ont pas à se battre avec les banques pour leur propre compte, mais peu de chefspropriétaires de leur génération pourraient monter sur la passerelle avec l'autorité nécessaire pour faire fonctionner la lourde machinerie d'une cuisine de grand hôtel). Jouxté d'un bar réaménagé avec goût, la claire salle à manger du Nikko ouvre ses larges baies sur la Seine, devant la Maison de la Radio. Vaste, élégante et calme, elle est un peu froide, faute de quelque tache de couleur ou de l'explosion d'un énorme bouquet de fleurs. Mais l'essentiel (après l'assiette !) reste la vue... Des parois vitrées coupent astucieusement le restaurant que rallie une clientèle plus parisienne que japonaise, dans laquelle se remarque de temps à autre un grand cuisinier ami de Rebuchon. D'un modernisme sans outrance, pas trop longue, intelligemment composée, la carte est de celles qui laissent le plaisir d'hésiter, mais où l'on trouve toujours le plat dont on a envie. Nul laisser-aller n'a entaché gés. 10 A toujours faire, surtout en amour. Une sale maladie, et contagieuse avec ça ! 11 Rusé Russe. VERTICALEMENT I En deux mots, c'est un jeu à ne pas proposer à une dame momentanément indisponible. II Il était sur la queue et gonflait la gorge. Un homme qui plaît aux femmes. III Possède une gorge ravissante sous d'autres cieux. A prendre par derrière. IV Dégouttent. L'un d'eux se félicita du doigté du 11 horizontal. V A moitié dénudé. Comparable à la bagatelle. VI On l'a d'autant mieux allongée qu'elle peut être aussi très grande. Dans le slip. VII Une sans coeur de plaisir. VIII On les trouve quelquefois engageants. Lettres d'amour. IX Oté n'importe comment. Mouille son lit. On en prend souvent au singulier si on en a l'excellent dîner que j'ai fait aux Célébrités  : cuissons d'une extrême précision, netteté des mariages de saveurs, goûts accentués, s'harmonisant en finesse... Je ne peux que recommander chaleureusement tout ce qu'il m'a été donné de goûter (le court-bouillon de fruits de mer, que du gingembre renforçait discrètement, la fricassée de homard au sauternes admirablement cuite, le filet d'agneau accompagné d'un savoureux mélange de pâtes fraîches et de rubans de légumes, plat ensoleillé fleurant le basilic, l'huile d'olive et, un rien, le curry). L'addition pour deux, avec un petit vin honorable, oscille autour de 450 francs. Les Célébrités Hôtel Nikko, 61 quai de Grenelle, 75015 Paris. Tél.  : 575.62.62. Restons à l'hôtel et au coeur de Paris. En plein rajeunissement, le majestueux Crillon mérite l'étoile toute neuve du Michelin. Chef à la main sûre ayant roulé sa bosse un peu partout et chez quelques-uns des meilleurs, Jean-Paul Bonin aime l'ambiance feutrée des palaces, puisqu'il vient du Bristol. La direction le laissant libre d'oeuvrer à sa guise, il a su faire d'un banal gril de luxe un très bon restaurant, tout à fait de son époque. Sans tomber dans les pièges de la nouvelle cuisine excessive, Bonin travaille dans un registre moderne, avec au pluriel. X Les pointes des seins pendant l'amour. XI C'est en un seul mot et n'évoque pas les activités de danseuses lesbiennes. (Solutions page 196.) 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 I II III IV V VI VII VIII IX X XI
légèreté et un indéniable perfectionnisme. Ne manquez pas sa salade de navets aux aiguillettes de pigeonneau, les délicieuses accordailles des langoustines et d'une embeurrée de chou frisé, les noisettes d'agneau à l'ail doux et aux poivrons, le loup à la crème de brocoli (desserts peu nombreux, simples et savoureux). Le gril étant en cours de rénovation - il gagnera à être plus chaleureu - le service est actuellement assuré dans une salle étonnante, pompeuse et urdorée, dont la noblesse surannée contraste de façon amusante avec l'aspect très contemporain de la cuisine. Prévoir 500 francs à la carte pour deux, les prix chutant avec un avantageux menu, vin et service compris, bien composé (200 francs par convive). Le Crillon 10 place de la Concorde, 75008 Paris. Tél.  : 296.10.81. La Porte du Bonheur fut un « chinois » des plus parisiens, au livre d'or grossi des signatures et des plus ou moins fines pensées d'une ribambelle d'artistes. C'était aussi un bon restaurant, cultivant la qualité à une époque où les sino-viêtnamiens donnaient presque tous dans le recuit glaireux. Hélas ! la mode fit parler d'autres établissements du genre, passant pour plus originaux, et l'on oublia quelque peu de chercher Shangaï, Canton et Sze-Chuan derrière l'hôtel Meurice. Agacé peut-être par certaines critiques, et doué du sens des relations publiques, M. Chong a décidé de redorer le blason de la Porte du Bonheur. Il a rajeuni le décor en tendant les murs de soies imagées et a réaménagé l'amusant petit salon-bar  : le cadre est agréable, d'une certaine élégance convenant à la clientèle plutôt bon chic, bon genre. Surtout, la carte a été repensée, de nombreuses spécialités étant mises en valeur, dont quelques-unes peu courantes. Un repas de touche-à-tout m'a permis d'apprécier la très bonne qualité géné- 8 Housse à cravates En toile et cuir. 5 couleurs. 220 francs. D'Ornac Diffusion, 7 avenue de la Grande-Armée, 75116. 500.15.99. 10 Saute-bouchon Divise par 5... l'effort de traction. On visse et on tire sur l'anneau avec un seul doigt. 65 francs. Jacques Roch, 59 rue Quincampoix, 75004. Galeries Lafayette. 10 9 Waldorf Une nouvelle boutique à Paris  : un choix de 400 tissus exclusifs — pour un costume sur mesures de 1 600 à 1 800 francs ! Chemises coton 160-180 francs. 50 rue François-ter 720.54.58. 7 Ventilateur de plafond 1,20 m de diamètre. Blanc, marron, noir et cuivre. Se monte avec ou sans lampe. 3 000 francs. Architectural Design. 651.40.11. 21 9 4N\IN



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 208 mai 1981 Page 1Lui numéro 208 mai 1981 Page 2-3Lui numéro 208 mai 1981 Page 4-5Lui numéro 208 mai 1981 Page 6-7Lui numéro 208 mai 1981 Page 8-9Lui numéro 208 mai 1981 Page 10-11Lui numéro 208 mai 1981 Page 12-13Lui numéro 208 mai 1981 Page 14-15Lui numéro 208 mai 1981 Page 16-17Lui numéro 208 mai 1981 Page 18-19Lui numéro 208 mai 1981 Page 20-21Lui numéro 208 mai 1981 Page 22-23Lui numéro 208 mai 1981 Page 24-25Lui numéro 208 mai 1981 Page 26-27Lui numéro 208 mai 1981 Page 28-29Lui numéro 208 mai 1981 Page 30-31Lui numéro 208 mai 1981 Page 32-33Lui numéro 208 mai 1981 Page 34-35Lui numéro 208 mai 1981 Page 36-37Lui numéro 208 mai 1981 Page 38-39Lui numéro 208 mai 1981 Page 40-41Lui numéro 208 mai 1981 Page 42-43Lui numéro 208 mai 1981 Page 44-45Lui numéro 208 mai 1981 Page 46-47Lui numéro 208 mai 1981 Page 48-49Lui numéro 208 mai 1981 Page 50-51Lui numéro 208 mai 1981 Page 52-53Lui numéro 208 mai 1981 Page 54-55Lui numéro 208 mai 1981 Page 56-57Lui numéro 208 mai 1981 Page 58-59Lui numéro 208 mai 1981 Page 60-61Lui numéro 208 mai 1981 Page 62-63Lui numéro 208 mai 1981 Page 64-65Lui numéro 208 mai 1981 Page 66-67Lui numéro 208 mai 1981 Page 68-69Lui numéro 208 mai 1981 Page 70-71Lui numéro 208 mai 1981 Page 72-73Lui numéro 208 mai 1981 Page 74-75Lui numéro 208 mai 1981 Page 76-77Lui numéro 208 mai 1981 Page 78-79Lui numéro 208 mai 1981 Page 80-81Lui numéro 208 mai 1981 Page 82-83Lui numéro 208 mai 1981 Page 84-85Lui numéro 208 mai 1981 Page 86-87Lui numéro 208 mai 1981 Page 88-89Lui numéro 208 mai 1981 Page 90-91Lui numéro 208 mai 1981 Page 92-93Lui numéro 208 mai 1981 Page 94-95Lui numéro 208 mai 1981 Page 96-97Lui numéro 208 mai 1981 Page 98-99Lui numéro 208 mai 1981 Page 100-101Lui numéro 208 mai 1981 Page 102-103Lui numéro 208 mai 1981 Page 104-105Lui numéro 208 mai 1981 Page 106-107Lui numéro 208 mai 1981 Page 108-109Lui numéro 208 mai 1981 Page 110-111Lui numéro 208 mai 1981 Page 112-113Lui numéro 208 mai 1981 Page 114-115Lui numéro 208 mai 1981 Page 116-117Lui numéro 208 mai 1981 Page 118-119Lui numéro 208 mai 1981 Page 120-121Lui numéro 208 mai 1981 Page 122-123Lui numéro 208 mai 1981 Page 124-125Lui numéro 208 mai 1981 Page 126-127Lui numéro 208 mai 1981 Page 128-129Lui numéro 208 mai 1981 Page 130-131Lui numéro 208 mai 1981 Page 132-133Lui numéro 208 mai 1981 Page 134-135Lui numéro 208 mai 1981 Page 136-137Lui numéro 208 mai 1981 Page 138-139Lui numéro 208 mai 1981 Page 140-141Lui numéro 208 mai 1981 Page 142-143Lui numéro 208 mai 1981 Page 144-145Lui numéro 208 mai 1981 Page 146-147Lui numéro 208 mai 1981 Page 148-149Lui numéro 208 mai 1981 Page 150-151Lui numéro 208 mai 1981 Page 152-153Lui numéro 208 mai 1981 Page 154-155Lui numéro 208 mai 1981 Page 156-157Lui numéro 208 mai 1981 Page 158-159Lui numéro 208 mai 1981 Page 160-161Lui numéro 208 mai 1981 Page 162-163Lui numéro 208 mai 1981 Page 164-165Lui numéro 208 mai 1981 Page 166-167Lui numéro 208 mai 1981 Page 168-169Lui numéro 208 mai 1981 Page 170-171Lui numéro 208 mai 1981 Page 172-173Lui numéro 208 mai 1981 Page 174-175Lui numéro 208 mai 1981 Page 176-177Lui numéro 208 mai 1981 Page 178-179Lui numéro 208 mai 1981 Page 180-181Lui numéro 208 mai 1981 Page 182-183Lui numéro 208 mai 1981 Page 184-185Lui numéro 208 mai 1981 Page 186-187Lui numéro 208 mai 1981 Page 188-189Lui numéro 208 mai 1981 Page 190-191Lui numéro 208 mai 1981 Page 192-193Lui numéro 208 mai 1981 Page 194-195Lui numéro 208 mai 1981 Page 196-197Lui numéro 208 mai 1981 Page 198-199Lui numéro 208 mai 1981 Page 200-201Lui numéro 208 mai 1981 Page 202