Lui n°208 mai 1981
Lui n°208 mai 1981
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°208 de mai 1981

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 202

  • Taille du fichier PDF : 190 Mo

  • Dans ce numéro : Véronique Genest, l'héroïne de Zola révélée par la télé.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 172 - 173  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
172 173
jean Charles IMPORTATEUR American Motors ili 2S, 28, rue ClaudeTERRASSE 75016 PARIS CLINIQUE DES ACACIAS 37, bd du château 92200 neuilly-sur-seine v TOUTE LA CHIRURGIE ESTHFTIQUF. 172 IN LIJI cep Cherokee 524.43.33 Traumatologie de la face Greffe de cheveux Prothèses capillaires Traitement de la cellulite Renseignements gratuits et sans engagement par téléphone  : 745.65.65 MAFIA J'AURAI TA PEAU Un mouchard a enregistré une conversation où Scotto se plaignait du retard dans la collecte des enveloppes ! (Suite de la page 168.) diminuer leurs chances d'échapper à la Justice en se glissant dans ses failles. Webster, le directeur du F.b.i., consacre plus d'un cinquième de ses ressources humaines et financières à la répression du crime organisé. Le F.b.i. s'appuie essentiellement sur des indicateurs appartenant au Milieu, comme Fratianno, et monte des « coups » grâce à des agents infiltrés. Son plus beau coup de filet fut l' « opération Unirac ». Elle débuta en 1975, lorsqu'un affréteur de Miami, las de payer tribut au Syndicat des dockers, décida de porter plainte. L'enquête révéla l'existence d'une organisation allant de la Nouvelle-Orléans à la côte Est. En 1980, la police avait infiltré cent cinquante agents dans l'organisation, recruté des informateurs et posé une quantité de « mouchards » électroniques. Résultat  : cent vingt-huit inculpations, cent dix condamnations de cadres syndicaux » et de fonctionnaires. Parmi les individus jugés coupables de racket tous ont fait appel, on remarque  : Michael Clemente et Tino Fiumara, deux membres importants de la « famille » Genovese de New York ; Anthony Scotto, président de l'Union locale N" 1814 des dockers de Brooklyn et politicien influent ; 'George Barone, président de l'Union locale N°1922 des dockers de Miami, suspecté par les enquêteurs d'être le « fourgue » d'un certain nombre de gangsters new-yorkais. Le succès d'Unirac, s'il est dû en grande partie aux agents infiltrés, repose également sur l'utilisation de matériel de surveillance électronique. Ainsi, un « mouchard » collé sur le bureau de Scotto a permis d'enregistrer une conversation où ce dernier se plaignait du retard pris par la collecte des « enveloppes ». Mais l'effet dramatique de ce genre de document, au cours d'une audience, ne doit pas faire illusion  : l'usage de matériel d'enregistrement est soumis à la délivrance d'un mandat. Depuis 1968, une loi fédérale oblige les enquêteurs à convaincre préalablement un juge qu'un endroit voire un téléphone est utilisé à des fins criminelles, et qu'il n'existe pas d'autre moyen d'en fournir les preuves. Les agents ont trouvé un compromis en dissimulant leur matériel dans leurs vêtements lorsqu'ils assistent à une rencontre importante. Pour cela, nul besoin d'un mandat. Mais, s'ils sont découverts, ils risquent d'être abattus sur-le-champ. Les magistrats savent qu'ils ne briseront pas le Milieu en se contentant de mettre quelques gros bonnets sous les verrous. Lorsqu'un gang est décapité, une nouvelle « tête » réapparaît aussitôt. Pour augmenter la force de frappe de l'arsenal légal, le Congrès a voté en 1970 un décret sur les Organisations soumises au Racket et à la Corruption. Ce décret, baptisé « Rico » (comme pour rappeler le héros de Little Caesar), permet au Ministère public d'accuser des gangsters de diriger des entreprises à caractère criminel, et de saisir des fonds dont l'usage ou la provenance sont illégaux. Commentaire d'Ed Sharp, chef de la branche opérationnelle du F.b.i. dans le secteur de Brooklyn-Queens  : « Avant Rico, nous avons mis pas mal de gars à l'ombre, parfois des gros, mais ça s'arrêtait là. Maintenant, au lieu de poursuivre des individus, on s'attaque à des organisations. » Malheureusement, le Rico est loin d'avoir tenu ses promesses. S'il reste un instrument redoutable pour obtenir des condamnations, il n'a pas amené la saisie des fortes sommes escomptées. En dix ans le montant des revenus confisqués n'a pas dépassé 675 000 dollars, du moins en ce qui concerne la drogue. Pourtant, le décret a permis cette année de porter deux coups sévères à la Mafia, en établissant que les « familles » constituaient des entreprises illégales. Dans le premier cas, un jury a reconnu Frank Tieri le chef de la famille Genovese coupable d'extorsion, de fraude, et... (Suite page 176.)
liPi,I,e..Minolta la reflète. d'un portrait, d'une émotion... Intensément. Comme ici avec Débrayable, il permet de choisir le XGM  : dernier-né des boîtiers préalablement la vitesse pour 24x36 reflex Minolta. Dernier cri réussir plus sûrement les photos de la rage de Minolta  : toujours d'action. Motorisable, il prend se dépasser en électronique et en jusqu'à 3 images 1/2 par seconde. précision optique. Automatique, Universel, il s'accouple aux le XGM est à priorité diaphragme, 44 objectifs et zooms du système l'idéal pour traduire fidèlement Minolta (de 7,5 à 1600 mm). le caractère d'un paysage, Minolta, la rage de l'image. MINOLTA 1000 500. 250 125 60. 30. 15 8 4 2 1



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 208 mai 1981 Page 1Lui numéro 208 mai 1981 Page 2-3Lui numéro 208 mai 1981 Page 4-5Lui numéro 208 mai 1981 Page 6-7Lui numéro 208 mai 1981 Page 8-9Lui numéro 208 mai 1981 Page 10-11Lui numéro 208 mai 1981 Page 12-13Lui numéro 208 mai 1981 Page 14-15Lui numéro 208 mai 1981 Page 16-17Lui numéro 208 mai 1981 Page 18-19Lui numéro 208 mai 1981 Page 20-21Lui numéro 208 mai 1981 Page 22-23Lui numéro 208 mai 1981 Page 24-25Lui numéro 208 mai 1981 Page 26-27Lui numéro 208 mai 1981 Page 28-29Lui numéro 208 mai 1981 Page 30-31Lui numéro 208 mai 1981 Page 32-33Lui numéro 208 mai 1981 Page 34-35Lui numéro 208 mai 1981 Page 36-37Lui numéro 208 mai 1981 Page 38-39Lui numéro 208 mai 1981 Page 40-41Lui numéro 208 mai 1981 Page 42-43Lui numéro 208 mai 1981 Page 44-45Lui numéro 208 mai 1981 Page 46-47Lui numéro 208 mai 1981 Page 48-49Lui numéro 208 mai 1981 Page 50-51Lui numéro 208 mai 1981 Page 52-53Lui numéro 208 mai 1981 Page 54-55Lui numéro 208 mai 1981 Page 56-57Lui numéro 208 mai 1981 Page 58-59Lui numéro 208 mai 1981 Page 60-61Lui numéro 208 mai 1981 Page 62-63Lui numéro 208 mai 1981 Page 64-65Lui numéro 208 mai 1981 Page 66-67Lui numéro 208 mai 1981 Page 68-69Lui numéro 208 mai 1981 Page 70-71Lui numéro 208 mai 1981 Page 72-73Lui numéro 208 mai 1981 Page 74-75Lui numéro 208 mai 1981 Page 76-77Lui numéro 208 mai 1981 Page 78-79Lui numéro 208 mai 1981 Page 80-81Lui numéro 208 mai 1981 Page 82-83Lui numéro 208 mai 1981 Page 84-85Lui numéro 208 mai 1981 Page 86-87Lui numéro 208 mai 1981 Page 88-89Lui numéro 208 mai 1981 Page 90-91Lui numéro 208 mai 1981 Page 92-93Lui numéro 208 mai 1981 Page 94-95Lui numéro 208 mai 1981 Page 96-97Lui numéro 208 mai 1981 Page 98-99Lui numéro 208 mai 1981 Page 100-101Lui numéro 208 mai 1981 Page 102-103Lui numéro 208 mai 1981 Page 104-105Lui numéro 208 mai 1981 Page 106-107Lui numéro 208 mai 1981 Page 108-109Lui numéro 208 mai 1981 Page 110-111Lui numéro 208 mai 1981 Page 112-113Lui numéro 208 mai 1981 Page 114-115Lui numéro 208 mai 1981 Page 116-117Lui numéro 208 mai 1981 Page 118-119Lui numéro 208 mai 1981 Page 120-121Lui numéro 208 mai 1981 Page 122-123Lui numéro 208 mai 1981 Page 124-125Lui numéro 208 mai 1981 Page 126-127Lui numéro 208 mai 1981 Page 128-129Lui numéro 208 mai 1981 Page 130-131Lui numéro 208 mai 1981 Page 132-133Lui numéro 208 mai 1981 Page 134-135Lui numéro 208 mai 1981 Page 136-137Lui numéro 208 mai 1981 Page 138-139Lui numéro 208 mai 1981 Page 140-141Lui numéro 208 mai 1981 Page 142-143Lui numéro 208 mai 1981 Page 144-145Lui numéro 208 mai 1981 Page 146-147Lui numéro 208 mai 1981 Page 148-149Lui numéro 208 mai 1981 Page 150-151Lui numéro 208 mai 1981 Page 152-153Lui numéro 208 mai 1981 Page 154-155Lui numéro 208 mai 1981 Page 156-157Lui numéro 208 mai 1981 Page 158-159Lui numéro 208 mai 1981 Page 160-161Lui numéro 208 mai 1981 Page 162-163Lui numéro 208 mai 1981 Page 164-165Lui numéro 208 mai 1981 Page 166-167Lui numéro 208 mai 1981 Page 168-169Lui numéro 208 mai 1981 Page 170-171Lui numéro 208 mai 1981 Page 172-173Lui numéro 208 mai 1981 Page 174-175Lui numéro 208 mai 1981 Page 176-177Lui numéro 208 mai 1981 Page 178-179Lui numéro 208 mai 1981 Page 180-181Lui numéro 208 mai 1981 Page 182-183Lui numéro 208 mai 1981 Page 184-185Lui numéro 208 mai 1981 Page 186-187Lui numéro 208 mai 1981 Page 188-189Lui numéro 208 mai 1981 Page 190-191Lui numéro 208 mai 1981 Page 192-193Lui numéro 208 mai 1981 Page 194-195Lui numéro 208 mai 1981 Page 196-197Lui numéro 208 mai 1981 Page 198-199Lui numéro 208 mai 1981 Page 200-201Lui numéro 208 mai 1981 Page 202