Lui n°208 mai 1981
Lui n°208 mai 1981
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°208 de mai 1981

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 202

  • Taille du fichier PDF : 190 Mo

  • Dans ce numéro : Véronique Genest, l'héroïne de Zola révélée par la télé.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 162 - 163  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
162 163
MAFIA J'AURAI TA PEAU ! « Les Parrains avaient du bon. Les jeunes ne respectent plus rien. Avec eux, c'est le retour aux méthodes de Capone, à l'époque où on flinguait à tout bout de champ. » (Suite de la page 158.) vendra sa mère avant ! » Un cas typique  : celui de Joe Cantalupo. Après son service militaire, il est embauché par son père, Anthony, qui dirige une agence immobilière à Brooklyn. Il découvre alors que l'agence de son père n'est pas, comme il le croyait, une société aux activités régulières, mais qu'elle sert de couverture à la « famille » Colombo, Joe est fasciné par le Milieu, et rêve d'entrer dans la Mafia. Un seul problème  : sa totale incompétence. Au début des années soixante-dix, il monte une officine de prêt, mais il est doublé par son associé, un bookmaker du nom de James Gredda, qui disparaît avec les quatre-vingt mille dollars que contient la caisse. Deux ans plus tard il ouvre un marché aux Puces à Brooklyn. Il est censé partager les bénéfices avec les nouveaux chefs de la famille, les frères Persico. Mais l'affaire est déficitaire, et Schiesse des sousvêtement élégants pur coto merceris il se fait corriger par Alphonse Persico. L'histoire aurait pu s'arrêter là. Mais Joe Cantalupo allait trouver un rôle à sa mesure  : celui d'espion. En 1973, frustré et sans le sou, il devint un indicateur occasionnel rétribué par le F. b.i. Trois ans plus tard, le F. b.i. lui proposa un poste d'agent double à plein temps. Grâce à lui, un certain nombre de gangsters furent mis hors d'état de nuire, en particulier Gredda, son ex-associé. En août 1978, un agent du F.b.i. révéla accidentellement sa double appartenance. Grillé, Joe se plaça sous la protection du F.b.i. et témoigna dans deux grands procès contre la Mafia, dont celui de Persico. Mais, s'il a déshonoré son père, selon la loi du Milieu, il ne l'a pas encore trahi. Parmi les jeunes loups du crime organisé, on ne trouve pas que des Joe Cantalupo. Certains d'entre eux ont pour la violence un goût inquiétant, Schl's'èi'sous-Otements et pyjamas BP.1 61 67404 illkirch-cedex comme Anthony Accetturo, actuellement accusé d'avoir truqué des courses de chevaux. Dans le Milieu, Accetturo est connu comme un caractériel dangereux, peu respectueux à l'égard de ses chefs, et n'hésitant pas à agresser physiquement de braves hommes d'affaires. Pour un inspecteur new-yorkais, « les jeunes qui appartiennent à la deuxième ou à la troisième génération n'obéissent plus comme avant aux lois non écrites du Milieu. Ce sont des individualistes. Ils vous disent  : « Hey, c'est l'Amérique ici. Je fais ce que je veux... » Conséquence de ce refus des plus jeunes de se plier à une discipline  : les bas-fonds ont maintenant leurs « travailleurs immigrés », qu'ils font rentrer illégalement en Amérique pour exécuter les basses besognes. « Les parrains avaient du bon, remarque Salerno. Les jeunes ne respectent plus rien. Avec eux, c'est le retour aux méthodes de Capone, à l'époque où on flinguait à tout bout de champ, en pleine rue. » Car les parrains ont vieilli. RaymondL.S. Patriarca, soixante-douze ans, qui régna sans partage sur la Nouvelle- Angleterre, a confié à un agent immobilier de Boston, Gennaro Anguilo, le contrôle des gangs irlandais de son secteur. Anthony Accardo, l'ancien « patron » de Chicago, s'est retiré à Palm Springs et n'a plus qu'une activité de conseiller auprès de son successeur, Joey Aiuppa. D'autres, en revanche, refusent de quitter la scène, comme Marcello, soixante-dix ans, qui continue de faire la pluie et le beau temps à la Nouvelle-Orléans, en attendant son procès. Ou Santo Trafficante Jr, soixante-six ans, dont le fief est la Floride. Mais il faut savoir partir au moment opportun. Faute de l'avoir compris, Angelo Bruno, soixante-neuf ans, fut abattu en mars dernier dans une rue de Philadelphie. Un mois plus tard, on retrouva le cadavre de son associé, enveloppé dans un sac en plastique. Sur son corps déchiqueté par quatorze impacts, on avait collé des billets de vingt (Suite page 166.)
Ça va changer de ton dans l'automobile. Opel lance un super push pull'  : la Kadett CB. Une série spéciale avec CB incorporée. Elle a tout pour faire parler d'elle. LA KADETT CB  : ÉQUIPEMENT AFFIRMATIF ! Volant sport, comptetours, essuie-glace amère. Question gueule, tu la reçois 5/5  : peinture métallisée, bande latérale tricolore, sigle exclusif CB. LA KADETT CB  : ELLE ROULE QRO2 ! Traction avant, 6 CV, jantes spéciales, question de route, tu peux la moduler sur toutes les fréquences. Elle reste branchée ! (.N w. (".._. LA KADETT CB  : UN PRIX CHARLIE BRAVO ! 37.200 F* seulement. CB comprise (22 canaux FM, 2 W). Mais attention, c'est une sétie limitée. Ne reste pas en stand by3. Branche-toi vite sur la longueur 2 d'ondes de ton concessionnaire Opel. — Roger ? 4. Allez 73+ 51+88 ! 5 a LEXIQUE CB  : 1. voiture - 2. super - 3. attente - 4.compris - 5. amitiés, poignée de main, C grosses bises. â * Modèle 81 -1200 5 - 3 portes. Prix clés en main. AVEC OPEL, VIVE L'AUTO Crédit 4 ans proposé par Banque de Crédit General Motors (sous réserve d'acceptation du dossier). C C C CC, C C L r L C t



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 208 mai 1981 Page 1Lui numéro 208 mai 1981 Page 2-3Lui numéro 208 mai 1981 Page 4-5Lui numéro 208 mai 1981 Page 6-7Lui numéro 208 mai 1981 Page 8-9Lui numéro 208 mai 1981 Page 10-11Lui numéro 208 mai 1981 Page 12-13Lui numéro 208 mai 1981 Page 14-15Lui numéro 208 mai 1981 Page 16-17Lui numéro 208 mai 1981 Page 18-19Lui numéro 208 mai 1981 Page 20-21Lui numéro 208 mai 1981 Page 22-23Lui numéro 208 mai 1981 Page 24-25Lui numéro 208 mai 1981 Page 26-27Lui numéro 208 mai 1981 Page 28-29Lui numéro 208 mai 1981 Page 30-31Lui numéro 208 mai 1981 Page 32-33Lui numéro 208 mai 1981 Page 34-35Lui numéro 208 mai 1981 Page 36-37Lui numéro 208 mai 1981 Page 38-39Lui numéro 208 mai 1981 Page 40-41Lui numéro 208 mai 1981 Page 42-43Lui numéro 208 mai 1981 Page 44-45Lui numéro 208 mai 1981 Page 46-47Lui numéro 208 mai 1981 Page 48-49Lui numéro 208 mai 1981 Page 50-51Lui numéro 208 mai 1981 Page 52-53Lui numéro 208 mai 1981 Page 54-55Lui numéro 208 mai 1981 Page 56-57Lui numéro 208 mai 1981 Page 58-59Lui numéro 208 mai 1981 Page 60-61Lui numéro 208 mai 1981 Page 62-63Lui numéro 208 mai 1981 Page 64-65Lui numéro 208 mai 1981 Page 66-67Lui numéro 208 mai 1981 Page 68-69Lui numéro 208 mai 1981 Page 70-71Lui numéro 208 mai 1981 Page 72-73Lui numéro 208 mai 1981 Page 74-75Lui numéro 208 mai 1981 Page 76-77Lui numéro 208 mai 1981 Page 78-79Lui numéro 208 mai 1981 Page 80-81Lui numéro 208 mai 1981 Page 82-83Lui numéro 208 mai 1981 Page 84-85Lui numéro 208 mai 1981 Page 86-87Lui numéro 208 mai 1981 Page 88-89Lui numéro 208 mai 1981 Page 90-91Lui numéro 208 mai 1981 Page 92-93Lui numéro 208 mai 1981 Page 94-95Lui numéro 208 mai 1981 Page 96-97Lui numéro 208 mai 1981 Page 98-99Lui numéro 208 mai 1981 Page 100-101Lui numéro 208 mai 1981 Page 102-103Lui numéro 208 mai 1981 Page 104-105Lui numéro 208 mai 1981 Page 106-107Lui numéro 208 mai 1981 Page 108-109Lui numéro 208 mai 1981 Page 110-111Lui numéro 208 mai 1981 Page 112-113Lui numéro 208 mai 1981 Page 114-115Lui numéro 208 mai 1981 Page 116-117Lui numéro 208 mai 1981 Page 118-119Lui numéro 208 mai 1981 Page 120-121Lui numéro 208 mai 1981 Page 122-123Lui numéro 208 mai 1981 Page 124-125Lui numéro 208 mai 1981 Page 126-127Lui numéro 208 mai 1981 Page 128-129Lui numéro 208 mai 1981 Page 130-131Lui numéro 208 mai 1981 Page 132-133Lui numéro 208 mai 1981 Page 134-135Lui numéro 208 mai 1981 Page 136-137Lui numéro 208 mai 1981 Page 138-139Lui numéro 208 mai 1981 Page 140-141Lui numéro 208 mai 1981 Page 142-143Lui numéro 208 mai 1981 Page 144-145Lui numéro 208 mai 1981 Page 146-147Lui numéro 208 mai 1981 Page 148-149Lui numéro 208 mai 1981 Page 150-151Lui numéro 208 mai 1981 Page 152-153Lui numéro 208 mai 1981 Page 154-155Lui numéro 208 mai 1981 Page 156-157Lui numéro 208 mai 1981 Page 158-159Lui numéro 208 mai 1981 Page 160-161Lui numéro 208 mai 1981 Page 162-163Lui numéro 208 mai 1981 Page 164-165Lui numéro 208 mai 1981 Page 166-167Lui numéro 208 mai 1981 Page 168-169Lui numéro 208 mai 1981 Page 170-171Lui numéro 208 mai 1981 Page 172-173Lui numéro 208 mai 1981 Page 174-175Lui numéro 208 mai 1981 Page 176-177Lui numéro 208 mai 1981 Page 178-179Lui numéro 208 mai 1981 Page 180-181Lui numéro 208 mai 1981 Page 182-183Lui numéro 208 mai 1981 Page 184-185Lui numéro 208 mai 1981 Page 186-187Lui numéro 208 mai 1981 Page 188-189Lui numéro 208 mai 1981 Page 190-191Lui numéro 208 mai 1981 Page 192-193Lui numéro 208 mai 1981 Page 194-195Lui numéro 208 mai 1981 Page 196-197Lui numéro 208 mai 1981 Page 198-199Lui numéro 208 mai 1981 Page 200-201Lui numéro 208 mai 1981 Page 202