Lui n°208 mai 1981
Lui n°208 mai 1981
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°208 de mai 1981

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 202

  • Taille du fichier PDF : 190 Mo

  • Dans ce numéro : Véronique Genest, l'héroïne de Zola révélée par la télé.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 112 - 113  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
112 113
UNE CAROTTE DANS L'OIGNON La grosse a commencé à inscrire ses prix. Roger mate discret pour faire les siens. Il tient compte. Il voit s'il peut s'aligner... Elle attaque sec. hauteur. Les deux étals se font face. C'est le déballage. Les nouveaux s'affairent sans trop se bousculer. Chez les Lorieux, ça s'agite. Ça décharge le camion à toute blinde. Il y a Roger, sa femme, son gosse et le commis. En face, ils sont quatre également. Une grosse qui fait bien ses quarante-cinq ans, une fille qu'elle a dû pondre, vu la ressemblance, et deux mecs d'une vingtaine d'années. Ça l'agace, Roger, leur attitude. Surtout que son fils lui fait remarquer  : - T'as vu, ils ont pas l'air de se fouler. - Oui, bah, t'occupe pas. On n'est pas en avance. Laisse-les glander. Ils ont pas l'air de se douter qu'ici, les clients arrivent de bonne heure. Tiens, passe-moi la caisse... Non, pas toi, ta mère. Il n'appelle jamais sa femme par son prénom. A son fils, il dit  : « Ta mère ». Quand il s'adresse à elle, il dit  : « Hé ! » ou annonce la couleur direct si elle le regarde. C'est une sorte de blocage. Comme les gens qui ne vous disent ni tu ni vous, mais « Y ». « Y reprendra bien un peu de salade ? », « Qu'est-ce qu'y compte faire, après son régiment ? », etc. A propos de salades, Roger l'a mauvaise. Pas moyen de trouver de la scarole ce matin aux halles. Les grossistes n'ont rien reçu. Une affaire entre les maraîchers et le gouvernement. Ils veulent augmenter, on le leur interdit. Pourtant, les engrais ont augmenté. Du coup, ils bloquent la came. Enfin, des histoires... Comme par hasard, les concurrents en ont, eux, de la scarole. Ils en déchargent une dizaine de caisses. Ils font leur déballage pépère. Ça sifflote. Ça crie les futurs slogans, comme ça, pour rire  : « Elle est belle, ma scarole ! » Ils se doutent bien que les autres n'en ont pas. Roger, en montant sa pyramide d'oranges par l'extérieur, tournant le dos aux concurrents, se rassure en expliquant à Ginette  : - Tu vois leur scarole... Regarde discrètement, il y a de la flotte qui pisse des caisses. C'est de la scarole de 112 lundi, de chez Saudrin. Ils l'ont arrosée au jet pour qu'elle tienne, mais elle doit quand même faire une drôle de gueule. Je voudrais bien la voir de près. Tu sais ce qu'on va faire ? On va mettre la frisée au prix fort et vendre la laitue à perte. C'est rien que des petites, les gens aiment bien les coeurs. On les met à cent balles pièce et trois pour deux francs. Tu vas voir, sa salade pourrie, comment qu'elle va la remballer ! Il dit « elle » parce que, de toute évidence, c'est la grosse qui conduit le bateau. Comme Roger, de son côté, patronne l'entreprise, c'est une lutte entre eux deux. Les autres ne sont solidaires que parce qu'ils redoutent son attitude à l'issue du match. Déjà qu'à chaque fois que la recette est faiblarde il repart de mauvais poil, conduit nerveusement le camion et fait la gueule pendant tout le trajet... La caisse, c'est le baromètre de l'humeur. Heureux les salariés. - Gérard, je t'ai déjà dit de ne pas mettre les ardoises dans l'allée. Un jour, on va se ramasser. Tiens, faisles ! Faire les ardoises, c'est passer toutes les étiquettes en carton bouilli à la flotte pour effacer les anciens prix et les laisser sécher pour pouvoir inscrire les nouveaux. Maintenant, Roger s'adresse au commis. - T'en enlèves trop sur les chouxfleurs ; pourtant, je t'ai déjà montré. Les choux-fleurs arrivent avec des feuilles partout. On ne voit pas le blanc. Il faut prendre un couteau et les effeuiller à moitié. Faut qu'on voie les fleurs si on veut faire un bel étalage, une pile qui ait de la gueule. - Bon, va faire les patates, parce que tu vas tout me bousiller. Je vais le faire... Merde non ! Faut que je fasse mes prix. Hé ! Tu peux venir faire les choux-fleurs ? La grosse a commencé à inscrire ses prix. Roger mate discret pour faire les siens. Il tient compte. Il voit s'il peut s'aligner. C'est un peu léger, les tarifs de la grosse. Elle attaque sec. Dans un premier temps, elle préfère racoler la clientèle et oublier le bénéfice. C'est de la tactique. Ça l'énerve trop, Roger. Faut qu'il aille se détendre. - Bon, je vais boire un café. Il va au troquet du coin. Les autres continuent d'installer. Aux scaroles près, ils ont sensiblement la même marchandise. Les Lorieux n'ont pas de scarole mais, côté fruits, en plus de la golden, ils ont de la Canada. Un lot qu'ils ont eu pour pas cher. Fallait prendre le tout. Y en a au moins quinze caisses. Elles tiendront pas longtemps. Ils vont brader ça. Le marché est commencé. Les ménagères tendent leurs filets, font glisser les anses le long des avant-bras jusqu'à la pliure du coude et fouillent dans leurs porte-monnaie. C'est le début du mois, l'époque des gros billets. Trois livres d'oranges et deux poireaux, crac, un billet de dix sacs ! - Vous n'avez pas un peu de persil ? - Gérard, tu ne donnes pas de persil s'il n'y a pas de monnaie. Tu ne donnes rien du tout, d'ailleurs. Les petites dames, il faut trouver de la monnaie. Il y pas mal de vieilles qui rôdent du côté des concurrents. Un nouveau ! La curiosité, l'espoir. Des fois qu'il amènerait le bonheur... Les asperges à deux francs le kilo et trois pamplemousses pour cent balles. Roger repère celles qui font l'aller retour, celles qui comparent. Il essaie de les accrocher  : - Qu'est-ce qu'y lui faudra aujourd'hui, à la petite dame ? Souvent, elles sourient sans répondre et passent, l'air de rien. Elles font celles qui ne sont pas sûres d'avoir besoin de légumes. Elles jettent des coups d'oeil à l'étalage avec un faux détachement, un regard machinal en bois. Les rares clientes sortent leurs gros bif tons. - On a pas de monnaie, crie Roger. De l'autre côté, la grosse crie  : - Allez la ménagère ! (Suite p.122.)
Ae. -f.. > d a d A D J - !'- c'T c ci T, r de d fÇ j 6 c G é 6 d é 1. i e 6 J a d 6 6 J e a j G 6 U â D 4 6 s



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 208 mai 1981 Page 1Lui numéro 208 mai 1981 Page 2-3Lui numéro 208 mai 1981 Page 4-5Lui numéro 208 mai 1981 Page 6-7Lui numéro 208 mai 1981 Page 8-9Lui numéro 208 mai 1981 Page 10-11Lui numéro 208 mai 1981 Page 12-13Lui numéro 208 mai 1981 Page 14-15Lui numéro 208 mai 1981 Page 16-17Lui numéro 208 mai 1981 Page 18-19Lui numéro 208 mai 1981 Page 20-21Lui numéro 208 mai 1981 Page 22-23Lui numéro 208 mai 1981 Page 24-25Lui numéro 208 mai 1981 Page 26-27Lui numéro 208 mai 1981 Page 28-29Lui numéro 208 mai 1981 Page 30-31Lui numéro 208 mai 1981 Page 32-33Lui numéro 208 mai 1981 Page 34-35Lui numéro 208 mai 1981 Page 36-37Lui numéro 208 mai 1981 Page 38-39Lui numéro 208 mai 1981 Page 40-41Lui numéro 208 mai 1981 Page 42-43Lui numéro 208 mai 1981 Page 44-45Lui numéro 208 mai 1981 Page 46-47Lui numéro 208 mai 1981 Page 48-49Lui numéro 208 mai 1981 Page 50-51Lui numéro 208 mai 1981 Page 52-53Lui numéro 208 mai 1981 Page 54-55Lui numéro 208 mai 1981 Page 56-57Lui numéro 208 mai 1981 Page 58-59Lui numéro 208 mai 1981 Page 60-61Lui numéro 208 mai 1981 Page 62-63Lui numéro 208 mai 1981 Page 64-65Lui numéro 208 mai 1981 Page 66-67Lui numéro 208 mai 1981 Page 68-69Lui numéro 208 mai 1981 Page 70-71Lui numéro 208 mai 1981 Page 72-73Lui numéro 208 mai 1981 Page 74-75Lui numéro 208 mai 1981 Page 76-77Lui numéro 208 mai 1981 Page 78-79Lui numéro 208 mai 1981 Page 80-81Lui numéro 208 mai 1981 Page 82-83Lui numéro 208 mai 1981 Page 84-85Lui numéro 208 mai 1981 Page 86-87Lui numéro 208 mai 1981 Page 88-89Lui numéro 208 mai 1981 Page 90-91Lui numéro 208 mai 1981 Page 92-93Lui numéro 208 mai 1981 Page 94-95Lui numéro 208 mai 1981 Page 96-97Lui numéro 208 mai 1981 Page 98-99Lui numéro 208 mai 1981 Page 100-101Lui numéro 208 mai 1981 Page 102-103Lui numéro 208 mai 1981 Page 104-105Lui numéro 208 mai 1981 Page 106-107Lui numéro 208 mai 1981 Page 108-109Lui numéro 208 mai 1981 Page 110-111Lui numéro 208 mai 1981 Page 112-113Lui numéro 208 mai 1981 Page 114-115Lui numéro 208 mai 1981 Page 116-117Lui numéro 208 mai 1981 Page 118-119Lui numéro 208 mai 1981 Page 120-121Lui numéro 208 mai 1981 Page 122-123Lui numéro 208 mai 1981 Page 124-125Lui numéro 208 mai 1981 Page 126-127Lui numéro 208 mai 1981 Page 128-129Lui numéro 208 mai 1981 Page 130-131Lui numéro 208 mai 1981 Page 132-133Lui numéro 208 mai 1981 Page 134-135Lui numéro 208 mai 1981 Page 136-137Lui numéro 208 mai 1981 Page 138-139Lui numéro 208 mai 1981 Page 140-141Lui numéro 208 mai 1981 Page 142-143Lui numéro 208 mai 1981 Page 144-145Lui numéro 208 mai 1981 Page 146-147Lui numéro 208 mai 1981 Page 148-149Lui numéro 208 mai 1981 Page 150-151Lui numéro 208 mai 1981 Page 152-153Lui numéro 208 mai 1981 Page 154-155Lui numéro 208 mai 1981 Page 156-157Lui numéro 208 mai 1981 Page 158-159Lui numéro 208 mai 1981 Page 160-161Lui numéro 208 mai 1981 Page 162-163Lui numéro 208 mai 1981 Page 164-165Lui numéro 208 mai 1981 Page 166-167Lui numéro 208 mai 1981 Page 168-169Lui numéro 208 mai 1981 Page 170-171Lui numéro 208 mai 1981 Page 172-173Lui numéro 208 mai 1981 Page 174-175Lui numéro 208 mai 1981 Page 176-177Lui numéro 208 mai 1981 Page 178-179Lui numéro 208 mai 1981 Page 180-181Lui numéro 208 mai 1981 Page 182-183Lui numéro 208 mai 1981 Page 184-185Lui numéro 208 mai 1981 Page 186-187Lui numéro 208 mai 1981 Page 188-189Lui numéro 208 mai 1981 Page 190-191Lui numéro 208 mai 1981 Page 192-193Lui numéro 208 mai 1981 Page 194-195Lui numéro 208 mai 1981 Page 196-197Lui numéro 208 mai 1981 Page 198-199Lui numéro 208 mai 1981 Page 200-201Lui numéro 208 mai 1981 Page 202