Lui n°207 avril 1981
Lui n°207 avril 1981
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°207 de avril 1981

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 162

  • Taille du fichier PDF : 151 Mo

  • Dans ce numéro : Pamela, Ariane et... Prudence.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 120 - 121  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
120 121
MAGOUILLES DANS LA BARBOUILLE La porte était étroite et le tableau encaissa quelques coups au passage. Il le posa contre le mur, à côté des deux autres, et se mit à l'épousseter. (Suite de la page 116.) — Tout ce qui a de la valeur l'intéresse, coupa Barry. — Certainement, dis-je, mais j'aimerais voir ce que vous avez à me proposer. Je n'achète que si le tableau me plaît. - Combien voulez-vous mettre ? — L'argent ne compte pas. — Dans ce cas, je vais vous montrer quelque chose. Il écrivit quelques lignes sur un bloc. Tenez, demandez à votre associé ce qu'il pense de ces noms. Il me tendit la liste suivante  : Yves Tanguy huile ; Fernand Léger - huile ; René Magritte huile ; Chirico huile ; Max Ernst sculpture ; Marino Marini sculpture ; Paul Klee ; Graham Sutherland ; Picasso gouache. - Trois de ces oeuvres nous intéressent, dis-je. Ernst, Klee et Picasso. Et peut-être Léger. Daniele hocha la tête  : « Vous comprenez, les affaires que nous traitons ici sont spéciales, et je n'ai pas de photos des toiles à vous montrer. Mais si vous revenez un peu plus tard, j'aurai le temps de les faire venir. » - Très bien, dis-je. Y a-t-il autre chose à voir ? Des toiles que « vous » aimez particulièrement ? - Celles que j'aime sont celles qui coûtent le plus cher. Vous êtes de Dallas, non ? Vous êtes pour la libre entreprise ? - Je vous trouve un peu cynique. — Les prostituées font l'amour sans amour. Nous abandonnâmes Daniele à son capitalisme pour nous rendre à un autre rendez-vous. En passant devant l'église Santa Maria delle Grazie, qui abrite la Cène de Vinci, je demandai à Barry comment réagirait Angelo si nous demandions un Vinci. - Angelo est cinglé, dit Barry, il dirait oui. - Et si on lui demandait la Cène ? Barry gloussa. « C'est toi qui est cinglé... Mais Angelo le ferait. Il ferait n'importe quoi. » Nous retrouvâmes Angelo dans un 120 restaurant, au coin de la viale Monza et de la via Luigi Pasteur. Il était flanqué d'un grand type maigre et moustachu d'une vingtaine d'années, un éternel sourire aux lèvres. Angelo nous expliqua qu'il était son correspondant à Buenos Aires, et qu'il l'avait fait venir pour se « perfectionner ». Il commanda des bières et me fit signe que tout allait bien. Il avait fait venir des toiles de Bergame, et nous pouvions les voir dès maintenant. Quand chacun eut fini sa bière, nous sortîmes discrètement et Angelo nous conduisit jusqu'à une maison voisine. Là, dans une petite pièce mal éclairée, s'entassaient une quarantaine de toiles. Aidé de son associé argentin et de Walter, il fourragea dans le tas et en sortit trois tableaux qu'ils portèrent, à mon plus grand étonnement, au milieu de la cour, à quelques mètres des passants. Angelo s'était chargé du Giordano, mais la porte était étroite et le tableau encaissa quelques coups au passage. Il le posa contre le mur, à côté des deux autres, et se mit à l'épousseter. La nature morte de Jan Fyt était impressionnante sans doute parce qu'elle était la mieux conservée —, mais Angelo semblait particulièrement content du Memling. C'était une Madone provenant visiblement d'un autel. Le chiffre 1647 était peint sur une urne située au bas du tableau. Le Giordano représentait la Cène, mais il était abîmé en deux endroits résultat du peu de soin avec lequel Angelo l'avait traité, un instant auparavant. Je demandai à Angelo s'il avait la certitude que c'étaient bien des originaux. Il se pencha pour me montrer la date inscrite dans l'urne, comme si elle constituait une preuve d'authenticité. Comme je persistais, il parla rapidement à Walter. - Il dit qu'il a des coupures de presse pour chaque tableau, résuma Walter. - Des coupures de presse ? - Oui, des articles datant de l'époque où ils ont été volés. Je commençai à marchander avec Angelo. Il voulait 24 000 dollars pour le Memling et 15 000 pièce pour les deux autres. Je lui demandai s'il me ferait un rabais pour le tout. Il haussa les épaules et proposa un lot de 50 000 dollars. Je fis quelques commentaires admiratifs sur le Memling et nous retournâmes au bar, laissant l'Argentin remettre les toiles en place. En chemin, je demandai à Walter à quelle heure nous devions revoir Daniele. Angelo parut troublé en entendant ce nom et posa plusieurs questions à Walter. - Il vous demande, traduisit Walter, de ne rien acheter à Daniele pour le moment, car il a encore des choses à vous montrer. Il pourrait peut-être vous avoir un Van Dyck. Ça vous intéresse, un Van Dyck ? - Oui, c'est un de mes peintres favoris. Angelo parut enchanté et nous invita tous à déjeuner. Nous nous sommes retrouvés dans un endroit charmant, une vigne située en bordure d'une petite rivière, à la sortie de la ville. C'est là, sous une tonnelle, « alfresco », qu'Angelo aimait à prendre son repas de midi. Ce jour-là, il commença par engloutir un plat de calamars accompagné de riz. Après quoi il s'attaqua à deux côtes de veau aux légumes suivies de deux bols de fraises, de la glace et quelques fruits, le tout arrosé d'une demi-bouteille de vin et d'une liqueur. Je calai après la première côte de veau, et Angelo s'inquiéta de ma santé. Au cours du repas, qui dura trois heures, Angelo nous régala d'anecdotes. La plupart d'entre elles relataient l'ingéniosité dont il faisait preuve pour tromper la vigilance de la police. Ainsi, il avait réussi à passer une toile de Bellini aux U.s. a. en demandant à un artiste de peindre un sujet de son choix par-dessus la toile originale. Une fois aux Etats-Unis, il ne lui restait plus qu'à gratter la couche de peinture fraîche qui recouvrait le Bellini. « Il est toujours à vendre, ajouta-t-il à mon intention. Si vous voulez l'acheter, il est à Los Angeles. » Il fit l'éloge des prostituées de Berlin (Suite page 122.)
r'— Vous jouez encore au papa et à la maman à votre âge ?



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 207 avril 1981 Page 1Lui numéro 207 avril 1981 Page 2-3Lui numéro 207 avril 1981 Page 4-5Lui numéro 207 avril 1981 Page 6-7Lui numéro 207 avril 1981 Page 8-9Lui numéro 207 avril 1981 Page 10-11Lui numéro 207 avril 1981 Page 12-13Lui numéro 207 avril 1981 Page 14-15Lui numéro 207 avril 1981 Page 16-17Lui numéro 207 avril 1981 Page 18-19Lui numéro 207 avril 1981 Page 20-21Lui numéro 207 avril 1981 Page 22-23Lui numéro 207 avril 1981 Page 24-25Lui numéro 207 avril 1981 Page 26-27Lui numéro 207 avril 1981 Page 28-29Lui numéro 207 avril 1981 Page 30-31Lui numéro 207 avril 1981 Page 32-33Lui numéro 207 avril 1981 Page 34-35Lui numéro 207 avril 1981 Page 36-37Lui numéro 207 avril 1981 Page 38-39Lui numéro 207 avril 1981 Page 40-41Lui numéro 207 avril 1981 Page 42-43Lui numéro 207 avril 1981 Page 44-45Lui numéro 207 avril 1981 Page 46-47Lui numéro 207 avril 1981 Page 48-49Lui numéro 207 avril 1981 Page 50-51Lui numéro 207 avril 1981 Page 52-53Lui numéro 207 avril 1981 Page 54-55Lui numéro 207 avril 1981 Page 56-57Lui numéro 207 avril 1981 Page 58-59Lui numéro 207 avril 1981 Page 60-61Lui numéro 207 avril 1981 Page 62-63Lui numéro 207 avril 1981 Page 64-65Lui numéro 207 avril 1981 Page 66-67Lui numéro 207 avril 1981 Page 68-69Lui numéro 207 avril 1981 Page 70-71Lui numéro 207 avril 1981 Page 72-73Lui numéro 207 avril 1981 Page 74-75Lui numéro 207 avril 1981 Page 76-77Lui numéro 207 avril 1981 Page 78-79Lui numéro 207 avril 1981 Page 80-81Lui numéro 207 avril 1981 Page 82-83Lui numéro 207 avril 1981 Page 84-85Lui numéro 207 avril 1981 Page 86-87Lui numéro 207 avril 1981 Page 88-89Lui numéro 207 avril 1981 Page 90-91Lui numéro 207 avril 1981 Page 92-93Lui numéro 207 avril 1981 Page 94-95Lui numéro 207 avril 1981 Page 96-97Lui numéro 207 avril 1981 Page 98-99Lui numéro 207 avril 1981 Page 100-101Lui numéro 207 avril 1981 Page 102-103Lui numéro 207 avril 1981 Page 104-105Lui numéro 207 avril 1981 Page 106-107Lui numéro 207 avril 1981 Page 108-109Lui numéro 207 avril 1981 Page 110-111Lui numéro 207 avril 1981 Page 112-113Lui numéro 207 avril 1981 Page 114-115Lui numéro 207 avril 1981 Page 116-117Lui numéro 207 avril 1981 Page 118-119Lui numéro 207 avril 1981 Page 120-121Lui numéro 207 avril 1981 Page 122-123Lui numéro 207 avril 1981 Page 124-125Lui numéro 207 avril 1981 Page 126-127Lui numéro 207 avril 1981 Page 128-129Lui numéro 207 avril 1981 Page 130-131Lui numéro 207 avril 1981 Page 132-133Lui numéro 207 avril 1981 Page 134-135Lui numéro 207 avril 1981 Page 136-137Lui numéro 207 avril 1981 Page 138-139Lui numéro 207 avril 1981 Page 140-141Lui numéro 207 avril 1981 Page 142-143Lui numéro 207 avril 1981 Page 144-145Lui numéro 207 avril 1981 Page 146-147Lui numéro 207 avril 1981 Page 148-149Lui numéro 207 avril 1981 Page 150-151Lui numéro 207 avril 1981 Page 152-153Lui numéro 207 avril 1981 Page 154-155Lui numéro 207 avril 1981 Page 156-157Lui numéro 207 avril 1981 Page 158-159Lui numéro 207 avril 1981 Page 160-161Lui numéro 207 avril 1981 Page 162