Lui n°206 mars 1981
Lui n°206 mars 1981
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°206 de mars 1981

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 138

  • Taille du fichier PDF : 139 Mo

  • Dans ce numéro : les fantasmes des nanas... et Clio Goldsmith.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
A. LA QUEUE LULU Bonjour les figurants t'hésites pas c'est Libido Produc qui raque. Ben Hur arrête ton char en rang comme les copains. Et soulève ta jupette qu'on voye ta physionomie. je m'explique. Nous aussi on peut rêvasser guimauve sur Marion Brando ou Julien Clerc. On peut même imaginer que le dentoche qui nous assassine les ratiches va nous ramener sa fraise pour nous inviter à Acapulco. Why not my little rabbit. Mais le fantasme c'est pas ça. Le fantasme c'est un truc qu'est pas en prise directe avec la réalité. Tous les membres des révoltées du plumard sont complètement d'accord là-dessus. Matérialiser le fantasme c'est défantasmer voilà. Sur l'écran noir de nos nuits blanches une super production Plum Plum Tagada Blues présente  : Blanche Miches et les sept mains, Le gland méchant loup, Tarzan-la-Banane l'homme sans tête et exclusif King Kong la grosse bébète qui monte qui monte. A lui seul il remplit les fauteuils. Yes Monsieur. Red chaperonneries arrive en trente-sixième position. En troisième il fallait jouer Vingt-mille pieux sous Mémaine. Merci Léon. Allume le camping gaz ça va chauffer. Parce que tu vois mon rat, le déclencheur de fantasmes c'est pas le prince Gnan Gnan tu peux y aller. C'est pas non plus le glandu à qui tu peux serrer la louche. Marche à l'ombre. C'est l' « Abstrait ». Le Ducraignos sans visage. L'homme-tronc côté inférieur. Et ça c'est dans le meilleur des cas. Parce que l'homme-bête ou l'animal tout court fait un tabac parmi les jeunes filles les plus rangées des voitures. Y a comme qui dirait un phénomène social dans le support érotique. Encore un hiatus culturel si tu préfères. Mais au fait j't'ai même pas dit de t'asseoir mais va chercher tes kleenex bicoze les sueurs froides. D'un côté t'as la zônarde et de l'autre la rescapée de banlieue ouest. Tu m'suis. Kès tu crois. Que c'est la p'tite dévergondée la fleur du ruisseau qu'assure le plus côté visions d'horreur. T'as perdu mon pote. C'est tout le contraire. La zônarde tu m'as compris, pas besoin de s'imaginer en train de se faire bousculer du côté des poubelles. Elle sait de quoi y r'tourne. Les caves 38 des H. 1. du. elle connaît comme sa poche. Même si le motard reste premier au hit parade de son coeur à cause de la nostalgie tu smell le cambouis Djounny ça m'rappelle ma jeunesse le lascar noir de chez Antar ça c'est pour Miss Duchicos. J'vous fais l'plein d'ordinaire la p'tit'dame on nivelle on nivelle social et tout. Politisez vos fantasmes avant les érections présidentielles. La lucette proprette tu peux y aller chez elle ça brille ça sent l'encaustique. Ben la nuit la p'tit'bourge bien correcte faut l'entendre te raconter ce à quoi elle s'accroche dans sa tronche pour prendre son f ad. T'ouvres ses armoires ça sent la lavande. T'open sa libido ça sent la merde. Pendant que Raoul de la Trombinette s'active comme un malade après une halte à la salle de bains Madame s'envoie en l'air sur un tas d'immondices avec la bête du Gévaudan. Et attention. Avec couleurs et odeurs. Miss La Zône par contre. Sur son vieux paddock défoncé se projectionne un film d'enfer genre boxon pour gonzesses avec une douzaine de raouls à sa merci mais un boxon classe avec satin et dentelles. Se faire escalader le mont de Vénus par un régiment de kemos. La toile de choc pour décollage immédiat. Mémaine accroche ta ceinture des fois qu'y ait des turbulences. Qui c'est qu'a jamais essayé çui-là de fantasme. C'est quand même un grand classique. Tu peux comme ça te faire un western infernal avec vingt-cinq cow-boys shérif compris. T'as le peplum tiens. Bonjour les figurants t'hésites pas à engager des centaines de mectons c'est Libido produc qui raque. Ben Hur arrête ton char en rang comme les copains. Et soulève ta jupette qu'on voye ta physionomie. Et toi ma Lulu Cécil Beydmimile c'est ta pomme. Les acteurs à ta botte. Le drame psychologique assure pas la montée mais tu peux te programmer la guerre des étoiles en sexyfolies. Et les beaux militaires. Amenez l'matos on s'charge du reste. Les grandes manoeuvres rien que pour ton kif. Vas-y lulu dégrade-moi ces gradés le bon boulot aux p'tits bleus. Pour les unes comme pour les autres le fantasme c'est une sacrée soupape de sécurité. Et pour les autres comme les unes ce fil conducteur qui mène droit à l'orgasme c'est totalement désentimenthe-à-l'eau. Dépersonnalisé. Ça t'fait drôle d'apprendre ça. R'marque j'te comprends un peu. Ah là là le r'gard hagard du montagnard. Sors les sièges de camping y en a pour un moment. J'vais t'mettre à la coole baby. Parce que le coup des p'tit'zétoiles et des belles couleurs si ta lulu te le dis faut la croire. Mimile mon rat tu m'fais voir la grand ourse. Of course que c'est la vérité. Seulement c'est « après » tu piges. C'est la retombée sentimentale. Mais dans la montée toi avec ton super physique de plagiste infernal t'existes plus. T'es momentanément rayé d'la carte. Même si elle t'appelle par ton nom coolos mon rat ce moment-là Raoul ou Lucien c'est King Kong et lui seul. On est là une bandasse. Six gonzesses. A s'piquer la ruche en s'racontant nos troufignaceries. D'un seul coup Sophie-la-blonde qu'ouvre des mirettes comme des soucoupes. Elle son accélérateur de plaisir c'est la maison de verdure dans les Pyrénées. Et le choeur des salopes  : « Non mais je rêve. T'arrives à prendre ton pied avec un paysage carte postale là tu m'en bouches un vieux coin. » Et elle de répondre qu'elle s'imagine jamais se faisant crapahuter par trois chimpanzés. Coco-la-brune rectifie le tir  : « Mais qui parle de trois chimpanzés. Vaut mieux avoir un seul chimpanzé mais un bon... » La grande Lulu se met sur le coup  : « En parlant de chimpanzé. Un jour j'étais au Jardin des Plantes j'en vois un. Bon. Et tout d'un coup je me suis imaginée dans sa cage. Et y me brutalisait. » Sophie de la maisonnette s'étrangle dans son beaujolpif. D'autres sourient aux anges. (Suite page 48.)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 206 mars 1981 Page 1Lui numéro 206 mars 1981 Page 2-3Lui numéro 206 mars 1981 Page 4-5Lui numéro 206 mars 1981 Page 6-7Lui numéro 206 mars 1981 Page 8-9Lui numéro 206 mars 1981 Page 10-11Lui numéro 206 mars 1981 Page 12-13Lui numéro 206 mars 1981 Page 14-15Lui numéro 206 mars 1981 Page 16-17Lui numéro 206 mars 1981 Page 18-19Lui numéro 206 mars 1981 Page 20-21Lui numéro 206 mars 1981 Page 22-23Lui numéro 206 mars 1981 Page 24-25Lui numéro 206 mars 1981 Page 26-27Lui numéro 206 mars 1981 Page 28-29Lui numéro 206 mars 1981 Page 30-31Lui numéro 206 mars 1981 Page 32-33Lui numéro 206 mars 1981 Page 34-35Lui numéro 206 mars 1981 Page 36-37Lui numéro 206 mars 1981 Page 38-39Lui numéro 206 mars 1981 Page 40-41Lui numéro 206 mars 1981 Page 42-43Lui numéro 206 mars 1981 Page 44-45Lui numéro 206 mars 1981 Page 46-47Lui numéro 206 mars 1981 Page 48-49Lui numéro 206 mars 1981 Page 50-51Lui numéro 206 mars 1981 Page 52-53Lui numéro 206 mars 1981 Page 54-55Lui numéro 206 mars 1981 Page 56-57Lui numéro 206 mars 1981 Page 58-59Lui numéro 206 mars 1981 Page 60-61Lui numéro 206 mars 1981 Page 62-63Lui numéro 206 mars 1981 Page 64-65Lui numéro 206 mars 1981 Page 66-67Lui numéro 206 mars 1981 Page 68-69Lui numéro 206 mars 1981 Page 70-71Lui numéro 206 mars 1981 Page 72-73Lui numéro 206 mars 1981 Page 74-75Lui numéro 206 mars 1981 Page 76-77Lui numéro 206 mars 1981 Page 78-79Lui numéro 206 mars 1981 Page 80-81Lui numéro 206 mars 1981 Page 82-83Lui numéro 206 mars 1981 Page 84-85Lui numéro 206 mars 1981 Page 86-87Lui numéro 206 mars 1981 Page 88-89Lui numéro 206 mars 1981 Page 90-91Lui numéro 206 mars 1981 Page 92-93Lui numéro 206 mars 1981 Page 94-95Lui numéro 206 mars 1981 Page 96-97Lui numéro 206 mars 1981 Page 98-99Lui numéro 206 mars 1981 Page 100-101Lui numéro 206 mars 1981 Page 102-103Lui numéro 206 mars 1981 Page 104-105Lui numéro 206 mars 1981 Page 106-107Lui numéro 206 mars 1981 Page 108-109Lui numéro 206 mars 1981 Page 110-111Lui numéro 206 mars 1981 Page 112-113Lui numéro 206 mars 1981 Page 114-115Lui numéro 206 mars 1981 Page 116-117Lui numéro 206 mars 1981 Page 118-119Lui numéro 206 mars 1981 Page 120-121Lui numéro 206 mars 1981 Page 122-123Lui numéro 206 mars 1981 Page 124-125Lui numéro 206 mars 1981 Page 126-127Lui numéro 206 mars 1981 Page 128-129Lui numéro 206 mars 1981 Page 130-131Lui numéro 206 mars 1981 Page 132-133Lui numéro 206 mars 1981 Page 134-135Lui numéro 206 mars 1981 Page 136-137Lui numéro 206 mars 1981 Page 138