Lui n°206 mars 1981
Lui n°206 mars 1981
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°206 de mars 1981

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 138

  • Taille du fichier PDF : 139 Mo

  • Dans ce numéro : les fantasmes des nanas... et Clio Goldsmith.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
ENTRETIEN « N'oubliez pas que Khadafi possède 10% des actions de Fiat et qu'Agnelli a dû augmenter son capital en le tenant à l'écart pour compenser son pouvoir... » (Suite de la p.27.) cléaire  : mais je doute fort que quelqu'un accepte de la lui fournir. Même le Pakistan, contrairement à ce que l'on raconte, ne le fera pas et les Algériens, après le succès diplomatique qu'ils ont remporté avec la libération des otages américains, vont adopter une attitude d'autant moins révolutionnaire au sens désordre > du terme que le président Chadli Ben Djeddid semble vouloir conduire son pays vers un développement social, politique et industriel moins anarchique que par le passé. Je pense que Khadafi va se trouver isolé pendant un certain temps. Maintenant, que fera-t-il pour réagir contre sa mise en quarantaine, il faut être Allah pour le savoir Lui Bien des gens se posent une question  : pourquoi personne n'a encore éliminé Khadafi Puisqu'il gêne tout le monde. Cummings Tout simplement parce qu'il est superbement protégé par les Russes, les Allemands de l'Est et les Tchèques. Récemment, le mouvement d'insurrection qui a éclaté dans son armée n'a été maté que grâce à l'intervention des « conseillers » estallemands. De plus, à l'intérieur même du pays, il n'existe pas d'équipe de rechange. La Libye est particulièrement pauvre en têtes pensantes. Elle a d'abord subi la domination turque qui a décapité son élite, quand l'élite semblait exister. Puis, les Italiens ont essayé de bâtir un pays plus civilisé r mais selon les conceptions mussoliniennes et dans le sens d'une colonie italienne. Et Idriss n'a pas fait mieux. Alors, jusqu'à ce que des leaders se détachent et parviennent à maturité sans être abattus entretemps, Khadafi règnera en maître et donnera des cauchemars à plus d'un chef d'Etat. Songez que l'on trouve des armes en provenance de Libye jusqu'aux Philip- Ses deux lames serties dans une cartouche compacte et fine restent en contact quasi permanent avec votre peau. Même au-x endroits difficiles  : les pommettes, sous le nez, sous le menton... Des espaces spéciaux entre les deux lames rendent le rinçage facile et rapide. pines et que s'il n'avait pas commis des erreurs psychologiques énormes, Khadafi aurait pu, petit à petit, s'implanter à Malte et faire son trou même en Italie ! N'oubliez pas que Don Mintoff ne jurait à un moment donné que par lui, que les Italiens étaient parmi ses principaux fournisseurs occidentaux, que c'est grâce à eux, à travers la livraison de deux chars de bataille Leopard 1, que les Soviétiques ont pu percer certains secrets militaires des forces de l'Otan. J'espère qu'il ne va pas avoir des Leopard 2, ce serait dramatique pour le bloc occidental. Et, enfin, n'oubliez pas qu'il possède 10% des actions de Fiat et qu'Agnelli a dû procéder à une augmentation de capital, tout en le tenant à l'écart, pour compenser le pouvoir que le chef d'Etat libyen commençait à posséder dans son entreprise, au point de faire bloc avec les syndicats et d'appuyer les grèves. Le danger de Khadafi est GiIIetté
ENTRETIEN « Khadafi a du charme, il est intelligent et ses idées sont séduisantes. Il est le protégé des Russes. Heureusement, à un moment donné, sa mécanique se bloque et il déraille ! double  : il a du charme, il est intelligent et a priori ses idées sont séduisantes. Deuxièmement, il est le protégé des Russes. Heureusement, à un moment donné, sa mécanique se bloque et il déraille complètement. Heureusement pour le monde occidental. Lui Vous avez été consulté aussitôt après la victoire de Ronald Reagan par des responsables américains. Quelle sera la politique militaire du nouveau chef de l'Exécutif américain Cummings Prévoir la guerre pour avoir la paix, faire preuve de réalisme et ne pas s'embarrasser de concepts moraux trop encombrants, désuets et sans écho de la part des interlocuteurs, faire de l'Amérique un pays de nouveau fort et craint sinon respecté et rassurer les alliés traditionnels des Etats-Unis. Ce sont ces principes que j'ai découverts au cours de mes entretiens à Washington et je vous assure qu'ils ont déjà un certain retentissement. Rendez-vous Contour TÊTE PIVOTANTE 4 compte d'une chose  : si, après l'Iran, un autre pays du golfe Persique était déstabilisé, l'Occident devra rouler à bicyclette. Contrairement à ce qu'affirment de grands spécialistes qui croient tout savoir, aucune force militaire, aussi puissante soit-elle, ne pourra contrôler ces pays. Tout jouera contre elle  : la configuration du pays, l'éloignement des puits de pétrole des points de chargement, la population et son hostilité, les difficultés de liaisons. A moins, bien entendu, de faire une opération Kaboul version américaine. Dans ce cas, les régimes voisins basculeront dans le camp adverse. Par ailleurs, une récente opération aéroportée en Egypte a accablé les stratèges du Pentagone. Dans le golfe Persique, Reagan va donc s'employer à conforter les régimes en place et, d'après ce que je sais, Henri Kissinger assurera des missions pour le compte du président. Les forces d'intervention rapide vont être augmentées, quoique demeurant aussi discrètes que possible, et les pays qui voudront acheter des armes par notre intermédiaire ne se heurteront pas à autant de difficultés que par le passé et notamment sous l'administration Carter. En Amérique latine, Reagan va faire de même et j'ai déjà reçu des commandes nettement plus importantes qu'il y a six mois. Dans ces pays, Reagan considère que le respect strict des droits de l'homme n'est plus de mise. Il ne s'acoquinera pas, certes, avec les criminels ou les bandes de tueurs d'extrême-droite mais il va appuyer les régimes en place tout en leur demandant de ne pas exagérer et d'adopter une politique sociale plus ouverte. On accuse Reagan d'être un des piliers de l'extrême-droite. C'est faux, il veut tout simplement une Amérique forte. Avec les Soviétiques, il veut aller vite et ne pas les laisser (Suite page 32.) GILLETTE. TOUJOURS UNE TÊTE D'AVANCE.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 206 mars 1981 Page 1Lui numéro 206 mars 1981 Page 2-3Lui numéro 206 mars 1981 Page 4-5Lui numéro 206 mars 1981 Page 6-7Lui numéro 206 mars 1981 Page 8-9Lui numéro 206 mars 1981 Page 10-11Lui numéro 206 mars 1981 Page 12-13Lui numéro 206 mars 1981 Page 14-15Lui numéro 206 mars 1981 Page 16-17Lui numéro 206 mars 1981 Page 18-19Lui numéro 206 mars 1981 Page 20-21Lui numéro 206 mars 1981 Page 22-23Lui numéro 206 mars 1981 Page 24-25Lui numéro 206 mars 1981 Page 26-27Lui numéro 206 mars 1981 Page 28-29Lui numéro 206 mars 1981 Page 30-31Lui numéro 206 mars 1981 Page 32-33Lui numéro 206 mars 1981 Page 34-35Lui numéro 206 mars 1981 Page 36-37Lui numéro 206 mars 1981 Page 38-39Lui numéro 206 mars 1981 Page 40-41Lui numéro 206 mars 1981 Page 42-43Lui numéro 206 mars 1981 Page 44-45Lui numéro 206 mars 1981 Page 46-47Lui numéro 206 mars 1981 Page 48-49Lui numéro 206 mars 1981 Page 50-51Lui numéro 206 mars 1981 Page 52-53Lui numéro 206 mars 1981 Page 54-55Lui numéro 206 mars 1981 Page 56-57Lui numéro 206 mars 1981 Page 58-59Lui numéro 206 mars 1981 Page 60-61Lui numéro 206 mars 1981 Page 62-63Lui numéro 206 mars 1981 Page 64-65Lui numéro 206 mars 1981 Page 66-67Lui numéro 206 mars 1981 Page 68-69Lui numéro 206 mars 1981 Page 70-71Lui numéro 206 mars 1981 Page 72-73Lui numéro 206 mars 1981 Page 74-75Lui numéro 206 mars 1981 Page 76-77Lui numéro 206 mars 1981 Page 78-79Lui numéro 206 mars 1981 Page 80-81Lui numéro 206 mars 1981 Page 82-83Lui numéro 206 mars 1981 Page 84-85Lui numéro 206 mars 1981 Page 86-87Lui numéro 206 mars 1981 Page 88-89Lui numéro 206 mars 1981 Page 90-91Lui numéro 206 mars 1981 Page 92-93Lui numéro 206 mars 1981 Page 94-95Lui numéro 206 mars 1981 Page 96-97Lui numéro 206 mars 1981 Page 98-99Lui numéro 206 mars 1981 Page 100-101Lui numéro 206 mars 1981 Page 102-103Lui numéro 206 mars 1981 Page 104-105Lui numéro 206 mars 1981 Page 106-107Lui numéro 206 mars 1981 Page 108-109Lui numéro 206 mars 1981 Page 110-111Lui numéro 206 mars 1981 Page 112-113Lui numéro 206 mars 1981 Page 114-115Lui numéro 206 mars 1981 Page 116-117Lui numéro 206 mars 1981 Page 118-119Lui numéro 206 mars 1981 Page 120-121Lui numéro 206 mars 1981 Page 122-123Lui numéro 206 mars 1981 Page 124-125Lui numéro 206 mars 1981 Page 126-127Lui numéro 206 mars 1981 Page 128-129Lui numéro 206 mars 1981 Page 130-131Lui numéro 206 mars 1981 Page 132-133Lui numéro 206 mars 1981 Page 134-135Lui numéro 206 mars 1981 Page 136-137Lui numéro 206 mars 1981 Page 138