Lui n°206 mars 1981
Lui n°206 mars 1981
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°206 de mars 1981

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 138

  • Taille du fichier PDF : 139 Mo

  • Dans ce numéro : les fantasmes des nanas... et Clio Goldsmith.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 132 - 133  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
132 133
Draguez avec une voiture neuve TAC Spécialiste des peintures complètes 4 prix  : luxe 850 F spéciale 1 150 F grand éclat 1 300 F métallisée 1700 F petite tôlerie en plus s'il y a lieu en 24 heures et garantie 2 ou 3 ans. TAC  : 6 centres dans la région parisienne TAC CARREFOUR TAC VILLETTE POMPADOUR 834.74.00 899.60.77 TAC BEZONS TAC NOGENT 947.05.21 SUR MARNE TAC PARIS 13'873.91.00 583.74.42 TAC PUTEAUX TAC NANTES LA DEFENSE 16 (40) 20.09.30 775.02.21 TAC SENS 16 (86) 65.07.24 A LA QUEUE LULU C'est d'être vue qui lui flatte les ovaires. Elle s'imagine se faisant trousser sur le capot de sa bagnole. (Suite de la p.48.) gnos côté vocabe la nuit ça lui arrive de t'appeler duchesse et si t'es vraiment azimutée du cigare ben ça fera ton affaire Simone. Le coup des étables de multiplication L'amour collectif pour pas dire la vieille partouze des familles. Bien sûr qu'aucune des p'tit'marguerites a jamais touché à ça de près. Mais de loin. Enfin dans le coltar érotique c'est un sacré best seller. En rang par deux prenez vos biffetons pour le charter du plaisir. Pour Marie c'est mecs et nanas cinquante-cinquante. Pour Bi biche c'est rien que des mecs. Les homos aussi font un malheur. T'as l'genre exhibito dans l'même cageot. Elle est belle elle est fraîche la ménagère. Poussez pas y en aura pour tout l'monde. T'as le lieu clos agencé rien que pour ça. Chacune apporte son idée d'aménagement. Le sexe-partie en charentaises. Y en a qui préfèrent imaginer la chose dans un endroit public. Là aussi t'as deux écoles. La première c'est d'être vue qui lui flatte les ovaires. Elle s'imagine dans sa rue. Se faisant trousser sur le capot d'une bagnole devant tous les caves habituels. Le lendemain du délirium en question la lulu rase carrément les murs. La seconde école c'est le côté fauxderche. Elle se voit sans p'tite culotte dans un train ou un hall de gare en train de faire plum plum tagada avec un passant qui lui seul serait au parfum. Tout le reste autour vaquerait normalement à ses occupations. Le coup du curé Les grilles les chaînes les cimetières tu nous en mets trois caisses on décolle dans trois secondes. Et l'interdit alors. Miam miam. Le genre église quand t'as été élevée chez les frangines. A douze ans la petite Lulu avait découvert un truc extra. Elle s'accusait (au confessionnal) de trucs épouvantables et ça la mettait dans un état de transes complètes. Immanquablement à la fin elle se retrouvait plouf par terre. Ce tombage dans les pommes pour elle c'était divin. Avec le curtos qui lui balançait des grandes tartes en répétant que c'était pas si grave que ça. Tu vois l'genre. Et c'est si doux une main de curtos. Dans ce genre d'expérience quand t'as trouvé kêtchose qui marche tu parles si tu t'y cramponnes. Le coup du pédé Tiens j't'en file un autre là tout de suite dans la foulée. Pendant toute une période la lulu qui se met dans la peau d'un mec, mais avec un autre mec. Ça fait qu'elle devenait pédé et ça la transportait direct au dernier étage. Le coup de l'homme-tronc Pour prendre vot'pied les lulus voyez nos hommes sans tête. La foire du trône c'est rien de l'dire. Le kern sans visage fait des ravages. Pas décapité sauce film d'horreur. On monte au max jusqu'aux épaules. L'homme-bête à la tronche dans le flou se taille une barre d'enfer de part et d'autre. Le coup du double-décimètre Et vous les mimiles qui nous prenez pour des malades si vous croyez qu'on est là à prendre les mesures du beau phallo Bill t'as perdu. Je dis pas que dans nos kinoseries on exagère pas un peu question taille mais c'est rien que nos phantasmes vous y êtes pour rien mes loulous. C'est juste pour plafonner qu'on se fait des images passées à l'agrandisseuse. Bon. J'avoue. On s'en fait. Des fois on se croirait même dans la jungle avec Jumbo l'éléphant. Pardon je m'égare j'me croyais l'soir en projection privée. Le coup fourré Tu m'fais tourner la tête mon rat. Mais pour cartonner à coup sûr j'préfère me faire tourner toute seule. Faites démarrer la lanterne magique. Parce que le pied bleu émotionnel. Tu vois c'que j'veux dire. C'est pas tous les jours dimanche. Comment pas ce soir chérie ? J'tai parlé des copines. Moi bien sûr c'est différent. Avec toi mon loup j'grimpe aux rideaux sans cinéma. Chui sur le coup quoi qu'il arrive. T'as d'beaux yeux tu sais. Ferme les volets qu'on voye pas not'bonheur. Evane Hanska.
Vu Mademoiselle Tamara Mailan. L'heureuse gagnante de la planche n°1 Sainval/Martini que lui remet Monsieur Rubatto. Vu la planche Sainval/Martini Racing. En tirage limité, c'est une planche pour "happy few". Vue magnifique à la Terrasse Martini. Vu Dino Aiassa, Tamara Mailan, Frédéric Beauchêne, Patrick Decamps. Vu Frédéric Alliot, Jean -Louis Staincq et François Babou. Vu Marie-Laure Delaunay. Vu Frédéric Beauchêne. Il est aussi à l'aise sur les Champs-Élysées que sur sa planche face au Cap Horn. Vu Bruno Sainval. C'est lui qui a fabriqué cette série spéciale. 1500 exemplaires numérotés, pas un de plus.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 206 mars 1981 Page 1Lui numéro 206 mars 1981 Page 2-3Lui numéro 206 mars 1981 Page 4-5Lui numéro 206 mars 1981 Page 6-7Lui numéro 206 mars 1981 Page 8-9Lui numéro 206 mars 1981 Page 10-11Lui numéro 206 mars 1981 Page 12-13Lui numéro 206 mars 1981 Page 14-15Lui numéro 206 mars 1981 Page 16-17Lui numéro 206 mars 1981 Page 18-19Lui numéro 206 mars 1981 Page 20-21Lui numéro 206 mars 1981 Page 22-23Lui numéro 206 mars 1981 Page 24-25Lui numéro 206 mars 1981 Page 26-27Lui numéro 206 mars 1981 Page 28-29Lui numéro 206 mars 1981 Page 30-31Lui numéro 206 mars 1981 Page 32-33Lui numéro 206 mars 1981 Page 34-35Lui numéro 206 mars 1981 Page 36-37Lui numéro 206 mars 1981 Page 38-39Lui numéro 206 mars 1981 Page 40-41Lui numéro 206 mars 1981 Page 42-43Lui numéro 206 mars 1981 Page 44-45Lui numéro 206 mars 1981 Page 46-47Lui numéro 206 mars 1981 Page 48-49Lui numéro 206 mars 1981 Page 50-51Lui numéro 206 mars 1981 Page 52-53Lui numéro 206 mars 1981 Page 54-55Lui numéro 206 mars 1981 Page 56-57Lui numéro 206 mars 1981 Page 58-59Lui numéro 206 mars 1981 Page 60-61Lui numéro 206 mars 1981 Page 62-63Lui numéro 206 mars 1981 Page 64-65Lui numéro 206 mars 1981 Page 66-67Lui numéro 206 mars 1981 Page 68-69Lui numéro 206 mars 1981 Page 70-71Lui numéro 206 mars 1981 Page 72-73Lui numéro 206 mars 1981 Page 74-75Lui numéro 206 mars 1981 Page 76-77Lui numéro 206 mars 1981 Page 78-79Lui numéro 206 mars 1981 Page 80-81Lui numéro 206 mars 1981 Page 82-83Lui numéro 206 mars 1981 Page 84-85Lui numéro 206 mars 1981 Page 86-87Lui numéro 206 mars 1981 Page 88-89Lui numéro 206 mars 1981 Page 90-91Lui numéro 206 mars 1981 Page 92-93Lui numéro 206 mars 1981 Page 94-95Lui numéro 206 mars 1981 Page 96-97Lui numéro 206 mars 1981 Page 98-99Lui numéro 206 mars 1981 Page 100-101Lui numéro 206 mars 1981 Page 102-103Lui numéro 206 mars 1981 Page 104-105Lui numéro 206 mars 1981 Page 106-107Lui numéro 206 mars 1981 Page 108-109Lui numéro 206 mars 1981 Page 110-111Lui numéro 206 mars 1981 Page 112-113Lui numéro 206 mars 1981 Page 114-115Lui numéro 206 mars 1981 Page 116-117Lui numéro 206 mars 1981 Page 118-119Lui numéro 206 mars 1981 Page 120-121Lui numéro 206 mars 1981 Page 122-123Lui numéro 206 mars 1981 Page 124-125Lui numéro 206 mars 1981 Page 126-127Lui numéro 206 mars 1981 Page 128-129Lui numéro 206 mars 1981 Page 130-131Lui numéro 206 mars 1981 Page 132-133Lui numéro 206 mars 1981 Page 134-135Lui numéro 206 mars 1981 Page 136-137Lui numéro 206 mars 1981 Page 138