Lui n°203 décembre 1980
Lui n°203 décembre 1980
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°203 de décembre 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 234

  • Taille du fichier PDF : 224 Mo

  • Dans ce numéro : Anicee Alvina style Lui.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
ENTRETIEN « Je le répète  : la puissance militaire arabe est nulle sans l'Egypte. Mes collègues arabes le savent bien, croyez-moi... (Suite de la page 56.) nous ne le voulons pas, ni les uns, ni les autres. Alors, c'est clair  : dans le camp arabe, personne ne peut soutenir un conflit armé sans les forces égyptiennes. Toutes les armées réunies ne peuvent rien. Je le répète  : la puissance militaire arabe est nulle sans l'Egypte. Mes collègues arabes le savent bien, croyezmoi, et d'ailleurs, ils l'ont reconnu et déclaré... Alors, si Jérusalem nous dresse les uns contre les autres, je dis  : « Asseyonsnous autour d'une table. Discutons et négocions. Il est impossible que nous ne puissions pas trouver un terrain d'entente. Nous avons réussi j'en suis certain pour l'Egypte au moins —, à abattre un mur de méfiance et de haine vieux de trente ans. Pourquoi butterions-nous sur le reste ? » Begin dit  : « Le problème de Jérusalem est le point le plus épineux de nos négociations. » Je ne le crois pas en ce qui me concerne. Je pense au contraire que la question de Jérusalem est la plus facile à résoudre. Je l'ai dit et écrit à Begin  : nos positions sur Jérusalem ne divergent pas. Je suis d'accord avec lui pour que la ville demeure indivisible. Mais il doit convenir que si seize millions de Juifs sont attachés à Jérusalem, huit cent millions de Musulmans le soient également. Je propose une solution dont nous devons discuter  : Jérusalem demeure une et indivisible et sa souveraineté est partagée entre Israéliens et Arabes. Un conseil municipal arabe et juif la dirigerait, avec un maire élu tous les six mois par rotation. Quant au Mur des Lamentations, bien qu'il soit géographiquement en zone arabe, je suis d'accord pour qu'il soit rattaché à la partie israélienne de la ville. Begin m'a répondu que je me contredis en affir- mant que Jérusalem demeure indivisible et en voulant mettre à sa tête un conseil israélo-arabe dont le maire serait par rotation tantôt juif tantôt arabe. Quoi qu'il en soit, nous devons discuter, discuter, discuter. Jusqu'à ce qu'une solution jaillisse. Si des dispositions étaient prises par les Israéliens à propos du Golan, ce sera la même chose. Je dirai  : discutons, trouvons une solution pacifique. Bien sûr, comme certains ne se privent pas de le faire, on peut me reprocher de baisser les bras, de ne pas me battre pour faire triompher la cause arabe, de battre en retraite devant Israël et d'être le traître. Mais qui peut mieux que l'Egypte faire état de plus de batailles livrées contre Israël ? Il n'existe pas une famille égyptienne qui ne porte les stigmates de la guerre. Nous avons toujours été à la pointe du combat et, pesonnellement, à l'époque où j'étais LA SENTEUR DES GRANDS ESPACES SAU
ENTRETIEN « Pourtant, les Palestiniens embrassent bien Hussein sur la bouche en l'appelant le chef d'Etat le plus patriote du monde arabe, et ils me qualifient de traître... jeune officier, je me suis retrouvé en prison pour avoir manifesté des idées révolutionnaires et avoir agi en communion avec mes pensées. Alors, les critiques des autres, vous savez... ! Une chose est certaine et vous pouvez me croire  : ils y viendront tous, à la paix mes collègues arabes comme les autres ! A travers les accords de Camp David ou sous un autre nom, si nous ne voulons pas mourir, si nous voulons demeurer libres, si nous voulons ne pas être emportés par le communisme, si nous voulons empêcher l'Urss de reprendre pied au Moyen-Orient comme c'est déjà fait en Iran et en Syrie. On m'a prédit que je mourrai, que je serai balayé lorsque j'ai signé les accords de paix avec Israël il y a trois ans. Qu'en est-il aujourd'hui ? L'Egypte se porte mieux. Les Egyptiens ont de nouveau confiance en l'avenir et je ne me suis pas écroulé. En revanche, l'Arabie Saoudite a été ébranlée il y a un an. La Libye complote et fomente des troubles un peu partout, Khomeini fait trembler les régimes arabes modérés par son interprétation erronée et sanglante de l'islam, etc., etc. Restent les Palestiniens. Eux, ont droit à une terre, à une nation. Ma position à ce sujet n'a jamais variée. En 1974, je l'avais déjà clairement définie au cours d'une réunion avec le roi Hussein à Alexandrie. J'avais demandé aux Palestiniens de renforcer leurs liens avec la Jordanie. Ce à quoi Yasser Arafat m'avait répondu  : « Pas avant la création de notre Etat... » Moi, je voulais que ce fût avant la Conférence de Genève. Je maintiens aujourd'hui qu'il faut une confédération jordanopalestinienne. En 1974, Yasser Arafat était pour. Aujourd'hui, il nierait avoir été d'accord. Pourtant, les Palestiniens embrassent bien Hussein sur la bouche en l'appelant le chef d'Etat le plus patriote du monde arabe et ils me qualifient de traître. Je veux bien ! Même s'ils pensaient tout autrement après le fameux « septembre noir » de 1970 lorsque Hussein les a décimés parce qu'ils constituaient un Etat dans l'Etat. Puisque Hussein est un patriote, que les Palestiniens s'allient à lui et constituent un Etat jordano-palestinien ! Cela arrangerait tout le monde car, ainsi, Hussein pourrait contrôler les Palestiniens. Israël serait tranquille, les pays arabes modérés également et un Etat palestinien reconnu par Israël, la porte serait ouverte à un Moyen- Orient riche, actif, un véritable marché commun du Proche-Orient. L'avenir nous appartiendrait et, le problème palestinien réglé, Israël se verrait, j'en suis convaincu, ouvrir (Suite page 62.)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 203 décembre 1980 Page 1Lui numéro 203 décembre 1980 Page 2-3Lui numéro 203 décembre 1980 Page 4-5Lui numéro 203 décembre 1980 Page 6-7Lui numéro 203 décembre 1980 Page 8-9Lui numéro 203 décembre 1980 Page 10-11Lui numéro 203 décembre 1980 Page 12-13Lui numéro 203 décembre 1980 Page 14-15Lui numéro 203 décembre 1980 Page 16-17Lui numéro 203 décembre 1980 Page 18-19Lui numéro 203 décembre 1980 Page 20-21Lui numéro 203 décembre 1980 Page 22-23Lui numéro 203 décembre 1980 Page 24-25Lui numéro 203 décembre 1980 Page 26-27Lui numéro 203 décembre 1980 Page 28-29Lui numéro 203 décembre 1980 Page 30-31Lui numéro 203 décembre 1980 Page 32-33Lui numéro 203 décembre 1980 Page 34-35Lui numéro 203 décembre 1980 Page 36-37Lui numéro 203 décembre 1980 Page 38-39Lui numéro 203 décembre 1980 Page 40-41Lui numéro 203 décembre 1980 Page 42-43Lui numéro 203 décembre 1980 Page 44-45Lui numéro 203 décembre 1980 Page 46-47Lui numéro 203 décembre 1980 Page 48-49Lui numéro 203 décembre 1980 Page 50-51Lui numéro 203 décembre 1980 Page 52-53Lui numéro 203 décembre 1980 Page 54-55Lui numéro 203 décembre 1980 Page 56-57Lui numéro 203 décembre 1980 Page 58-59Lui numéro 203 décembre 1980 Page 60-61Lui numéro 203 décembre 1980 Page 62-63Lui numéro 203 décembre 1980 Page 64-65Lui numéro 203 décembre 1980 Page 66-67Lui numéro 203 décembre 1980 Page 68-69Lui numéro 203 décembre 1980 Page 70-71Lui numéro 203 décembre 1980 Page 72-73Lui numéro 203 décembre 1980 Page 74-75Lui numéro 203 décembre 1980 Page 76-77Lui numéro 203 décembre 1980 Page 78-79Lui numéro 203 décembre 1980 Page 80-81Lui numéro 203 décembre 1980 Page 82-83Lui numéro 203 décembre 1980 Page 84-85Lui numéro 203 décembre 1980 Page 86-87Lui numéro 203 décembre 1980 Page 88-89Lui numéro 203 décembre 1980 Page 90-91Lui numéro 203 décembre 1980 Page 92-93Lui numéro 203 décembre 1980 Page 94-95Lui numéro 203 décembre 1980 Page 96-97Lui numéro 203 décembre 1980 Page 98-99Lui numéro 203 décembre 1980 Page 100-101Lui numéro 203 décembre 1980 Page 102-103Lui numéro 203 décembre 1980 Page 104-105Lui numéro 203 décembre 1980 Page 106-107Lui numéro 203 décembre 1980 Page 108-109Lui numéro 203 décembre 1980 Page 110-111Lui numéro 203 décembre 1980 Page 112-113Lui numéro 203 décembre 1980 Page 114-115Lui numéro 203 décembre 1980 Page 116-117Lui numéro 203 décembre 1980 Page 118-119Lui numéro 203 décembre 1980 Page 120-121Lui numéro 203 décembre 1980 Page 122-123Lui numéro 203 décembre 1980 Page 124-125Lui numéro 203 décembre 1980 Page 126-127Lui numéro 203 décembre 1980 Page 128-129Lui numéro 203 décembre 1980 Page 130-131Lui numéro 203 décembre 1980 Page 132-133Lui numéro 203 décembre 1980 Page 134-135Lui numéro 203 décembre 1980 Page 136-137Lui numéro 203 décembre 1980 Page 138-139Lui numéro 203 décembre 1980 Page 140-141Lui numéro 203 décembre 1980 Page 142-143Lui numéro 203 décembre 1980 Page 144-145Lui numéro 203 décembre 1980 Page 146-147Lui numéro 203 décembre 1980 Page 148-149Lui numéro 203 décembre 1980 Page 150-151Lui numéro 203 décembre 1980 Page 152-153Lui numéro 203 décembre 1980 Page 154-155Lui numéro 203 décembre 1980 Page 156-157Lui numéro 203 décembre 1980 Page 158-159Lui numéro 203 décembre 1980 Page 160-161Lui numéro 203 décembre 1980 Page 162-163Lui numéro 203 décembre 1980 Page 164-165Lui numéro 203 décembre 1980 Page 166-167Lui numéro 203 décembre 1980 Page 168-169Lui numéro 203 décembre 1980 Page 170-171Lui numéro 203 décembre 1980 Page 172-173Lui numéro 203 décembre 1980 Page 174-175Lui numéro 203 décembre 1980 Page 176-177Lui numéro 203 décembre 1980 Page 178-179Lui numéro 203 décembre 1980 Page 180-181Lui numéro 203 décembre 1980 Page 182-183Lui numéro 203 décembre 1980 Page 184-185Lui numéro 203 décembre 1980 Page 186-187Lui numéro 203 décembre 1980 Page 188-189Lui numéro 203 décembre 1980 Page 190-191Lui numéro 203 décembre 1980 Page 192-193Lui numéro 203 décembre 1980 Page 194-195Lui numéro 203 décembre 1980 Page 196-197Lui numéro 203 décembre 1980 Page 198-199Lui numéro 203 décembre 1980 Page 200-201Lui numéro 203 décembre 1980 Page 202-203Lui numéro 203 décembre 1980 Page 204-205Lui numéro 203 décembre 1980 Page 206-207Lui numéro 203 décembre 1980 Page 208-209Lui numéro 203 décembre 1980 Page 210-211Lui numéro 203 décembre 1980 Page 212-213Lui numéro 203 décembre 1980 Page 214-215Lui numéro 203 décembre 1980 Page 216-217Lui numéro 203 décembre 1980 Page 218-219Lui numéro 203 décembre 1980 Page 220-221Lui numéro 203 décembre 1980 Page 222-223Lui numéro 203 décembre 1980 Page 224-225Lui numéro 203 décembre 1980 Page 226-227Lui numéro 203 décembre 1980 Page 228-229Lui numéro 203 décembre 1980 Page 230-231Lui numéro 203 décembre 1980 Page 232-233Lui numéro 203 décembre 1980 Page 234