Lui n°203 décembre 1980
Lui n°203 décembre 1980
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°203 de décembre 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 234

  • Taille du fichier PDF : 224 Mo

  • Dans ce numéro : Anicee Alvina style Lui.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 188 - 189  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
188 189
r la vidéo classée X anime vos soirees En vidéo VHS et BETA, des films de haute qualité sors et image  : très erse courts métrages de 20 à 30 mn (dont films homes) et longs métrages de 1 h à 1 h 30. Achetez votre cassette vidéo classée X au VIDÉO-CLUB JCL et vous pourrez//l'échanger quand,/i vous voudrez. r Renseignez-vous. - VIDEO CLUB lm lm lm am mi ma Réservé aux ! a NON - MARIES II Des milliers de jeunes ga, des milliers de jeunes filles, veufs - -,-% ; _01 SUPER, NOUA.Clinique pour II Spéciaux soins it avertis pour spectateurs a et ! , ants) ra et veuves, de 18 à 75 ans, del toutes situations, de tous mi-'lieux de toutes régions, sont I inscrits auC.M.F. (fondé en Il 7951). Faire connaissance, est'I extrêmement simple. ▪ Pour avoir des précisions il précisions, I suffit d'envoyer vos nom, et adresse auC.M. F. 43, rue Laffitte (LV 1 - 75009 PAR ISI (pour ne pas l'oublier, découpez ce communiqué immédiatement) I Vous recevrez gratuitement'une passionnante documentation Iavec brochure illustrée (68 paged'▪ a Source du Bonheur'qui L vous donnera tous renseigne-'▪ manta pour entrer facilement et rapidement en relations et dé-'couvrir votre idéal.'Ecrivez puis que cela ne vous engage à rien. Faites votre pre-'mer pas vers le bonheur, vers'une vie nouvelle. Vous risquez'▪ seulement d'être plus heureux. Envoi cacheté et discret, sans aucun signe extérieur. Onauté.11 Efficacité  : plus de 42.000 réfé-111 triences constatées par Huim'ea 188 Adresse _l moi EN Catalogue illustré en retournant ce bon à VIDÉO-CLUB JCL'27 rue Taitbout, 75009 PARIS (joindre I 10 F remboursables au premier achat). L Nom'Strictement réservé aux adultes. Envoyez ir photocopie de votre carte d'identité. `onmomimilm..—lisk - 1 MORT FINE En Malaisie, la possession d'héroïne est punie de mort... A Singapour, on risque sa tête pour dix grammes. (Suite de la page 184.) pas une mince affaire. Et puis cette constante menace exercée par l'armée vietnamienne rend impossible l'envoi de troupes dans le nord du pays. Alors qui ? Les Américains, toujours eux, étudient actuellement un projet ambitieux, sous la direction de l'impétueux sénateur Lester Wolff. Ce projet consisterait tout simplement à anéantir les bandes armées en Birmanie, ceci par tous les moyens. A vrai dire, on ne voit pas dans cette opération, quels autres moyens employer en dehors d'une invasion militaire. Et si cette solution a le mérite d'être radicale, elle n'en est pas moins inquiétante. La jungle birmane est une véritable forteresse où les trafiquants n'ont même pas besoin de prendre de précautions  : les chemins muletiers sont absolument indétectables d'avion. Leurs collègues laotiens, eux, sont encore plus décontractés. Ils n'hésitent pas à transporter l'opium en camions, dans des fûts de deux cents litres... Faut-il donc renoncer à attaquer le problème de la drogue à la base, à la production ? Beaucoup le pensent, personne n'ose l'avouer. Aussi, en espérant une solution miraculeuse, on redouble d'efforts dans le combat contre les autres maillons de la chaîne, plus fragiles. C'est ainsi qu'en Thaïlande, en attendant que les champs de betteraves remplacent le pavot, on a lancé une vaste campagne anti-drogue. Prévention, d'abord, avec la mise en place d'un programme d'éducation dans les écoles. Dissuasion, ensuite, avec la fameuse loi d'avril 1979 et l'avenir peu engageant qu'elle promet aux drogués. Répression enfin (et surtout ?) grâce à un renforcement considérable des effectifs policiers chargés de la chasse aux trafiquants et aux frontières à l'intérieur du territoire. La Thaïlande n'est d'ailleurs pas la seule à se débattre contre le fléau. Quoique moins touchés, d'autres Etats d'Asie ont décidé d'actualiser leur arsenal juridique. En Malaisie, la possession d'héroïne est punie de mort pour les grosses quantités. A Singapour où la Justice a une réputation non usurpée de fermeté on risque sa tête pour dix grammes seulement. A Taiwan, on se contente de la prison à perpétuité, tandis qu'en Corée du Sud, les drogués sont passibles d'une peine plus originale, mais non moins redoutable  : l'asile d'aliénés. Le général Chavalit, commandant en second de l'Office Narcotic Control Board, qui mène la répression, en a par-dessus la tête de voir la Thaïlande accusée d'être la cause de tous les maux  : « C'est la demande extérieure qui crée le problème, affirme-t-il. Il faut que les pays concernés, d'Europe et d'Amérique coupent avec nous les chemins de la drogue. » Il faut le comprendre, le général ! Il veut que les pays occidentaux cessent de lui envoyer ses malades, ses paumés, ses ratés, ceux qui ne veulent plus de la société (et réciproquement). En fait, s'il ne craignait de froisser quelques susceptibilités par un langage moins diplomatique, il dirait certainement  : arrêtez de prendre mon pays pour une poubelle ! Reconnaissons avec le général qu'il est difficile de s'entendre donner des leçons de moralité par ceux qui pratiquent la politique du « bon débarras ». Il ne s'agit pas, par un sournois amalgame, de condamner les facilités offertes par les agences de voyages pour se rendre en Asie. Tous les passagers d'un charter Paris-Bangkok ne sont pas des junkies en manque... Mais une information claire sur les dangers encourus par ceux qui enfreindraient la législation thaïlandaise sur les stupéfiants, ne ferait en tout cas de mal à personne. Elle permettrait peutêtre de se forger une bonne conscience à peu de frais, et, surtout, elle empêcherait quelques inconscients de se jeter eux-mêmes dans les bras musclés, mais peu accueillants de la police locale. De même, certains guides destinés aux jeunes devraient insister plus lourdement sur ce sujet, comme cela a d'ailleurs été fait, (Suite page 190.)
Qui n'a encore approché ses lèvres d'un vieil Armagnac Marquis de Montesquiou n'a pas épuisé les jouissances de la vie. Qui n'a humé son bouquet, lentement développé dans l'obscurité des chais du Marquis, senti l'arôme s'épanouir, emplir le nez, tapisser le palais, doucement pénétrer tout le corps, se prive d'une rare volupté. MARQUIS DE MONTESQUIOU L'Armagnac qui prend le temps de vieillir.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 203 décembre 1980 Page 1Lui numéro 203 décembre 1980 Page 2-3Lui numéro 203 décembre 1980 Page 4-5Lui numéro 203 décembre 1980 Page 6-7Lui numéro 203 décembre 1980 Page 8-9Lui numéro 203 décembre 1980 Page 10-11Lui numéro 203 décembre 1980 Page 12-13Lui numéro 203 décembre 1980 Page 14-15Lui numéro 203 décembre 1980 Page 16-17Lui numéro 203 décembre 1980 Page 18-19Lui numéro 203 décembre 1980 Page 20-21Lui numéro 203 décembre 1980 Page 22-23Lui numéro 203 décembre 1980 Page 24-25Lui numéro 203 décembre 1980 Page 26-27Lui numéro 203 décembre 1980 Page 28-29Lui numéro 203 décembre 1980 Page 30-31Lui numéro 203 décembre 1980 Page 32-33Lui numéro 203 décembre 1980 Page 34-35Lui numéro 203 décembre 1980 Page 36-37Lui numéro 203 décembre 1980 Page 38-39Lui numéro 203 décembre 1980 Page 40-41Lui numéro 203 décembre 1980 Page 42-43Lui numéro 203 décembre 1980 Page 44-45Lui numéro 203 décembre 1980 Page 46-47Lui numéro 203 décembre 1980 Page 48-49Lui numéro 203 décembre 1980 Page 50-51Lui numéro 203 décembre 1980 Page 52-53Lui numéro 203 décembre 1980 Page 54-55Lui numéro 203 décembre 1980 Page 56-57Lui numéro 203 décembre 1980 Page 58-59Lui numéro 203 décembre 1980 Page 60-61Lui numéro 203 décembre 1980 Page 62-63Lui numéro 203 décembre 1980 Page 64-65Lui numéro 203 décembre 1980 Page 66-67Lui numéro 203 décembre 1980 Page 68-69Lui numéro 203 décembre 1980 Page 70-71Lui numéro 203 décembre 1980 Page 72-73Lui numéro 203 décembre 1980 Page 74-75Lui numéro 203 décembre 1980 Page 76-77Lui numéro 203 décembre 1980 Page 78-79Lui numéro 203 décembre 1980 Page 80-81Lui numéro 203 décembre 1980 Page 82-83Lui numéro 203 décembre 1980 Page 84-85Lui numéro 203 décembre 1980 Page 86-87Lui numéro 203 décembre 1980 Page 88-89Lui numéro 203 décembre 1980 Page 90-91Lui numéro 203 décembre 1980 Page 92-93Lui numéro 203 décembre 1980 Page 94-95Lui numéro 203 décembre 1980 Page 96-97Lui numéro 203 décembre 1980 Page 98-99Lui numéro 203 décembre 1980 Page 100-101Lui numéro 203 décembre 1980 Page 102-103Lui numéro 203 décembre 1980 Page 104-105Lui numéro 203 décembre 1980 Page 106-107Lui numéro 203 décembre 1980 Page 108-109Lui numéro 203 décembre 1980 Page 110-111Lui numéro 203 décembre 1980 Page 112-113Lui numéro 203 décembre 1980 Page 114-115Lui numéro 203 décembre 1980 Page 116-117Lui numéro 203 décembre 1980 Page 118-119Lui numéro 203 décembre 1980 Page 120-121Lui numéro 203 décembre 1980 Page 122-123Lui numéro 203 décembre 1980 Page 124-125Lui numéro 203 décembre 1980 Page 126-127Lui numéro 203 décembre 1980 Page 128-129Lui numéro 203 décembre 1980 Page 130-131Lui numéro 203 décembre 1980 Page 132-133Lui numéro 203 décembre 1980 Page 134-135Lui numéro 203 décembre 1980 Page 136-137Lui numéro 203 décembre 1980 Page 138-139Lui numéro 203 décembre 1980 Page 140-141Lui numéro 203 décembre 1980 Page 142-143Lui numéro 203 décembre 1980 Page 144-145Lui numéro 203 décembre 1980 Page 146-147Lui numéro 203 décembre 1980 Page 148-149Lui numéro 203 décembre 1980 Page 150-151Lui numéro 203 décembre 1980 Page 152-153Lui numéro 203 décembre 1980 Page 154-155Lui numéro 203 décembre 1980 Page 156-157Lui numéro 203 décembre 1980 Page 158-159Lui numéro 203 décembre 1980 Page 160-161Lui numéro 203 décembre 1980 Page 162-163Lui numéro 203 décembre 1980 Page 164-165Lui numéro 203 décembre 1980 Page 166-167Lui numéro 203 décembre 1980 Page 168-169Lui numéro 203 décembre 1980 Page 170-171Lui numéro 203 décembre 1980 Page 172-173Lui numéro 203 décembre 1980 Page 174-175Lui numéro 203 décembre 1980 Page 176-177Lui numéro 203 décembre 1980 Page 178-179Lui numéro 203 décembre 1980 Page 180-181Lui numéro 203 décembre 1980 Page 182-183Lui numéro 203 décembre 1980 Page 184-185Lui numéro 203 décembre 1980 Page 186-187Lui numéro 203 décembre 1980 Page 188-189Lui numéro 203 décembre 1980 Page 190-191Lui numéro 203 décembre 1980 Page 192-193Lui numéro 203 décembre 1980 Page 194-195Lui numéro 203 décembre 1980 Page 196-197Lui numéro 203 décembre 1980 Page 198-199Lui numéro 203 décembre 1980 Page 200-201Lui numéro 203 décembre 1980 Page 202-203Lui numéro 203 décembre 1980 Page 204-205Lui numéro 203 décembre 1980 Page 206-207Lui numéro 203 décembre 1980 Page 208-209Lui numéro 203 décembre 1980 Page 210-211Lui numéro 203 décembre 1980 Page 212-213Lui numéro 203 décembre 1980 Page 214-215Lui numéro 203 décembre 1980 Page 216-217Lui numéro 203 décembre 1980 Page 218-219Lui numéro 203 décembre 1980 Page 220-221Lui numéro 203 décembre 1980 Page 222-223Lui numéro 203 décembre 1980 Page 224-225Lui numéro 203 décembre 1980 Page 226-227Lui numéro 203 décembre 1980 Page 228-229Lui numéro 203 décembre 1980 Page 230-231Lui numéro 203 décembre 1980 Page 232-233Lui numéro 203 décembre 1980 Page 234