Lui n°203 décembre 1980
Lui n°203 décembre 1980
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°203 de décembre 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 234

  • Taille du fichier PDF : 224 Mo

  • Dans ce numéro : Anicee Alvina style Lui.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 100 - 101  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
100 101
MUSEE DE L'HOLMES « Des choses épatantes. Et souvent bien plus exactes que tout ce que ce pauvre sir Arthur a pu rapporter, sur la base des seuls racontars de ce brave connard de Watson... (Suite de la page 82.) donné la vie, est mort en 1930... - Bon débarras ! Je lui dois la vie, c'est vrai. Mais vous savez qu'il a ensuite passé son existence à tenter de me tuer ! Derrière Moriarty, toujours, qu'y avait-il ? Sir Arthur ! Aux chutes de Reichenbach, c'est lui qui a aidé le colonel Moran à m'écrabouiller ! Cette fois-là, il s'est bien cru débarrassé de moi pour toujours... Il a fallu que les plus hautes autorités du pays, la reine Victoria en tête, interviennent pour qu'il consente à me ressusciter... - Depuis 1930, il n'est plus là pour ça... - Tant mieux ! J'ai perdu un biographe, j'en ai retrouvé mille... - Mille ? - Au moins ! Depuis sa mort, il a paru plusieurs centaines de romans dont je suis le héros, sans parler de ceux où je fais seulement de la figuration intelligente, bien sûr ! Et les séries télévisées ! Et les films ! Je n'ai pas compté, mais il y en a bien cent à cent vingt, de films ! Pour connaître le décompte exact  : je fais comme tout le monde, j'attends Baudou... - Vous attendez Godot ? - Non ! Pas Godot  : Baudou. Vous ne le connaissez pas ? C'est pourtant un Français. Il est animateur à la Maison de la Culture de Reims ; vous savez  : là où il y a un si remarquable festival sur le roman et le film policiers - dont. il est l'organisateur. Il va publier, début 1981, un monument en mon honneur  : le Sherlock Holmes Memorial dans une jeune maison d'édition nommée je crois Guénaud- Clancier. Cela comportera des tas d'études sur moi, sur mon frère Mycroft (qui n'était pas aussi futé que Gene Wilder l'a dit dans son film Le frère le plus futé de Sherlock Holmes), sur ma lutte avec Moriarty, sur mes enquêtes à propos de Jack l'Eventreur (Dieu, le nombre de bêtises qu'on a pu écrire à ce propos !)... Tout cela sans parler d'une vingtaine de textes, pour la plupart inédits en français, où Conan Doyle est soit pastiché, soit 100 prolongé... — Comment cela, prolongé ? — Eh bien oui  : depuis qu'il est mort, on n'a pas cessé de donner des suites aux livres qu'il m'avait consacrés. En Angleterre d'abord, puis très vite aux Etats-Unis, et maintenant un peu partout (pays scandinaves, Japon, etc.), c'est devenu une véritable industrie... Il y a là-dedans beaucoup de fatras, mais aussi beaucoup de choses épatantes. Et même, souvent, des choses bien plus exactes que tout ce que ce pauvre sir Arthur a pu raconter, sur la base des seuls racontars de ce brave connard de Watson. Les plus grands auteurs de polars s'y sont mis, savez-vous ? John Dickson Carr en tête, bien sûr. Mais aussi l'excellent Ellery Queen, qui a tant fait pour moi aux Etats-Unis. Et encore le merveilleux Rex Stout, dont, soit dit en passant, je suis le papa eh oui, mon cher, un soir de folle ivresse avec la terrible et succulente Irène Adler, le grand amour féminin de ma vie... — Pourquoi précisez-vous le grand amour « féminin » de votre vie ? Il y en a eu d'autres ? — Pauvre chéri, vous n'étiez pas au courant ? Mais on a beaucoup exagéré... C'est Michael et Mollie Hardwick qui ont relancé tout ça dans La vie privée de Sherlock Holmes, sans d'ailleurs oser mettre les points sur les i »... Si nous devenons une paire d'amis, je vous raconterai peut-être mes galipettes de jadis avec Jean Cocteau et Roger Peyrefitte... — Ne nous égarons pas... — Où en étais-je ? Ah oui  : aux continuateurs de sir Arthur... Vous aije cité parmi eux l'excellent romancier Nicholas Meyer, qui a tout dit sur mon goût pour la coco, et sur mes rapports avec le docteur Freud, dans La solution à sept pour cent dont il a tiré le film Sherlock Holmes attaque l'Orient-Express ? Non ? Alors c'est fait. Dommage que Meyer se soit dégonflé  : dans son film suivant, C'était demain, il avait d'abord décidé de m'embarquer à bord de la machine à remonter le temps, mais il y a renoncé  : c'est Wells lui-même qu'il a fourré dans la machine, ce qui est d'un banal ! - Ne vous plaignez pas  : ce Wells-là vous ressemble furieusement... Et, de toute façon, vous ne cessez de la chevaucher, la machine à remonter le temps. - En effet, mon cher, en effet. Des dizaines de fois, je me suis battu contre Jack L'Eventreur ! Surtout dans l'excellent film Meurtre par décret, bien sûr... Mais on m'a également lancé contre Dracula, contre Frankenstein, contre Mister Hyde (vous savez  : le double du docteur Jekyll)... Il y a même un film tout récent, Le rivage oublié, avec GeorgeC. Scott, où je deviens... don Quichotte. Enfin, une sorte de don Quichotte moderne, dont le psychiatre se trouve être... la doctoresse Watson ! Et je ne vous parle pas de ce merveilleux texte d'un savant atomiste américain, où je résous l'énigme des sonnets de Shakespeare  : où je prouve que ce dernier connaissait le secret de la bombe atomique, figurez-vous ! Ni d'un autre récit, Le cas du prince danois, où Hamlet me charge de découvrir le véritable assassin de son papa... Ni de... - N'en jetez plus, la cour est pleine ! Tout le monde sait que les Anglo- Saxons sont gavés de Conan Doyle, et que la Sherlockomania est chez eux plus intense que jamais. La preuve  : tout le monde porte des casquettes et des mac-farlanes du type de ceux que vous avez immortalisés. De même « vos » pipes font prime sur le marché. Les gadgets que vous avez suscités rempliraient un musée, et en attendant ils font la joie des collectionneurs. Et la Sherlock Holmes Society, à Londres, ainsi que les Baker Street Irregulars, à New York, sont plus actifs que jamais... - C'est vrai  : Julian Wolf, le président de mon association américaine, est sûrement, au monde, un des meilleurs connaisseurs de ma vie et de ma légende... Et en (Suite page 228.)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 203 décembre 1980 Page 1Lui numéro 203 décembre 1980 Page 2-3Lui numéro 203 décembre 1980 Page 4-5Lui numéro 203 décembre 1980 Page 6-7Lui numéro 203 décembre 1980 Page 8-9Lui numéro 203 décembre 1980 Page 10-11Lui numéro 203 décembre 1980 Page 12-13Lui numéro 203 décembre 1980 Page 14-15Lui numéro 203 décembre 1980 Page 16-17Lui numéro 203 décembre 1980 Page 18-19Lui numéro 203 décembre 1980 Page 20-21Lui numéro 203 décembre 1980 Page 22-23Lui numéro 203 décembre 1980 Page 24-25Lui numéro 203 décembre 1980 Page 26-27Lui numéro 203 décembre 1980 Page 28-29Lui numéro 203 décembre 1980 Page 30-31Lui numéro 203 décembre 1980 Page 32-33Lui numéro 203 décembre 1980 Page 34-35Lui numéro 203 décembre 1980 Page 36-37Lui numéro 203 décembre 1980 Page 38-39Lui numéro 203 décembre 1980 Page 40-41Lui numéro 203 décembre 1980 Page 42-43Lui numéro 203 décembre 1980 Page 44-45Lui numéro 203 décembre 1980 Page 46-47Lui numéro 203 décembre 1980 Page 48-49Lui numéro 203 décembre 1980 Page 50-51Lui numéro 203 décembre 1980 Page 52-53Lui numéro 203 décembre 1980 Page 54-55Lui numéro 203 décembre 1980 Page 56-57Lui numéro 203 décembre 1980 Page 58-59Lui numéro 203 décembre 1980 Page 60-61Lui numéro 203 décembre 1980 Page 62-63Lui numéro 203 décembre 1980 Page 64-65Lui numéro 203 décembre 1980 Page 66-67Lui numéro 203 décembre 1980 Page 68-69Lui numéro 203 décembre 1980 Page 70-71Lui numéro 203 décembre 1980 Page 72-73Lui numéro 203 décembre 1980 Page 74-75Lui numéro 203 décembre 1980 Page 76-77Lui numéro 203 décembre 1980 Page 78-79Lui numéro 203 décembre 1980 Page 80-81Lui numéro 203 décembre 1980 Page 82-83Lui numéro 203 décembre 1980 Page 84-85Lui numéro 203 décembre 1980 Page 86-87Lui numéro 203 décembre 1980 Page 88-89Lui numéro 203 décembre 1980 Page 90-91Lui numéro 203 décembre 1980 Page 92-93Lui numéro 203 décembre 1980 Page 94-95Lui numéro 203 décembre 1980 Page 96-97Lui numéro 203 décembre 1980 Page 98-99Lui numéro 203 décembre 1980 Page 100-101Lui numéro 203 décembre 1980 Page 102-103Lui numéro 203 décembre 1980 Page 104-105Lui numéro 203 décembre 1980 Page 106-107Lui numéro 203 décembre 1980 Page 108-109Lui numéro 203 décembre 1980 Page 110-111Lui numéro 203 décembre 1980 Page 112-113Lui numéro 203 décembre 1980 Page 114-115Lui numéro 203 décembre 1980 Page 116-117Lui numéro 203 décembre 1980 Page 118-119Lui numéro 203 décembre 1980 Page 120-121Lui numéro 203 décembre 1980 Page 122-123Lui numéro 203 décembre 1980 Page 124-125Lui numéro 203 décembre 1980 Page 126-127Lui numéro 203 décembre 1980 Page 128-129Lui numéro 203 décembre 1980 Page 130-131Lui numéro 203 décembre 1980 Page 132-133Lui numéro 203 décembre 1980 Page 134-135Lui numéro 203 décembre 1980 Page 136-137Lui numéro 203 décembre 1980 Page 138-139Lui numéro 203 décembre 1980 Page 140-141Lui numéro 203 décembre 1980 Page 142-143Lui numéro 203 décembre 1980 Page 144-145Lui numéro 203 décembre 1980 Page 146-147Lui numéro 203 décembre 1980 Page 148-149Lui numéro 203 décembre 1980 Page 150-151Lui numéro 203 décembre 1980 Page 152-153Lui numéro 203 décembre 1980 Page 154-155Lui numéro 203 décembre 1980 Page 156-157Lui numéro 203 décembre 1980 Page 158-159Lui numéro 203 décembre 1980 Page 160-161Lui numéro 203 décembre 1980 Page 162-163Lui numéro 203 décembre 1980 Page 164-165Lui numéro 203 décembre 1980 Page 166-167Lui numéro 203 décembre 1980 Page 168-169Lui numéro 203 décembre 1980 Page 170-171Lui numéro 203 décembre 1980 Page 172-173Lui numéro 203 décembre 1980 Page 174-175Lui numéro 203 décembre 1980 Page 176-177Lui numéro 203 décembre 1980 Page 178-179Lui numéro 203 décembre 1980 Page 180-181Lui numéro 203 décembre 1980 Page 182-183Lui numéro 203 décembre 1980 Page 184-185Lui numéro 203 décembre 1980 Page 186-187Lui numéro 203 décembre 1980 Page 188-189Lui numéro 203 décembre 1980 Page 190-191Lui numéro 203 décembre 1980 Page 192-193Lui numéro 203 décembre 1980 Page 194-195Lui numéro 203 décembre 1980 Page 196-197Lui numéro 203 décembre 1980 Page 198-199Lui numéro 203 décembre 1980 Page 200-201Lui numéro 203 décembre 1980 Page 202-203Lui numéro 203 décembre 1980 Page 204-205Lui numéro 203 décembre 1980 Page 206-207Lui numéro 203 décembre 1980 Page 208-209Lui numéro 203 décembre 1980 Page 210-211Lui numéro 203 décembre 1980 Page 212-213Lui numéro 203 décembre 1980 Page 214-215Lui numéro 203 décembre 1980 Page 216-217Lui numéro 203 décembre 1980 Page 218-219Lui numéro 203 décembre 1980 Page 220-221Lui numéro 203 décembre 1980 Page 222-223Lui numéro 203 décembre 1980 Page 224-225Lui numéro 203 décembre 1980 Page 226-227Lui numéro 203 décembre 1980 Page 228-229Lui numéro 203 décembre 1980 Page 230-231Lui numéro 203 décembre 1980 Page 232-233Lui numéro 203 décembre 1980 Page 234