Lui n°202 novembre 1980
Lui n°202 novembre 1980
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°202 de novembre 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 202

  • Taille du fichier PDF : 184 Mo

  • Dans ce numéro : filles de fame !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 88 - 89  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
88 89
PORCS D'ARMES Toutes les trois minutes, quelqu'un est flingué  : « Il y a eu d'avantage d'Américains tués aux Usa ces dix dernières années que de soldats au Viêt-nam ! »... (Suite de la page 70.) il dormait avec ses cinq Browning autour de sa taille. Si bon tireur que le shérif du Kansas l'embaucha. Mais que, du coup, il passa le reste de sa vie à faire, au grand jour, ce qu'il avait toujours fait dans l'ombre. Protéger, à coups de flingues, les Madames, les putes et les joueurs du Coin du Diable, le quartier pourri d'Abilène. Quel Jules... Et Butch Cassidy. Et Sundance Kid. Et Charley le Muet. Et tous les autres rois de l'Ouest et du flingue. Quels types. Quels types Pas de doute que l'appétit du revolver existe depuis la naissance de l'Amérique. Même que Thomas Jefferson avait fait écrire en 1776 dans la Première constitution des Droits du Citoyen  : « Aucun homme libre ne doit être privé du droit de se servir de son revolver ! »... Dans certains Etats, le flingue est encore le cadeau favori de nombreux papas pour les dix ans de leur rejeton... « Te voilà un homme, mon fils ! ». C'est ce que les Américains, la larme à l'oeil, appellent  : « L'héritage de nos frontières... ». Qui en fait au moins rigoler un. Robert Sherril, auteur de Samedi soir spécial, bouquin sur la maladie des armes à feu dans la société américaine. Et il dit  : « La confection du courage bidon fut la grande industrie de nos frontières. Hollywood l'a consciencieusement retransmis aux générations suivantes... ». C'est vrai qu'aujourd'hui encore, les Américains font la queue par centaines, pour aller lorgner dans des salles poisseuses d'Hollywood Boulevard ou d'ailleurs, Tyrone Power dans Jesse James, Gary Cooper dans Billy le Sauvage, Jean Arthur dans Calamity Jane ou Paul Newman dans Billy le Kid dont Hollywood fit... vingt et une versions !... Au Titanic, cinéma de San Francisco spécialisé dans le vieil Ouest, le caissier, lunettes sérieuses et Luger dans son tiroir, m'a dit...  : « Hélas, le cinéma c'est seulement du cinéma ! Ah, on ne s'en remettra jamais de la mort de nos héros !... Alors le moins qu'on puisse faire, c'est de garder leurs 88 flingues bien vivants ! ». C'est la Nra, Association nationale du fusil américain, avec ses trois millions de membres, son immeuble de quatre millions de dollars, sept étages de marbre et verre à Washington, son magazine Le fusil américain, quatre-vingt-seizième année de publication, quatre millions de dollars de bénéfices par an, son slogan  : « Notre droit de porter une arme est notre garantie que notre gouvernement... se porte bien ! ». C'est le Jaycee Daisy Program, dans l'Arkansas, un programme de tir pour gosses de huit à quatorze ans qui a, à ce jour, initié plus de dix millions de petits Américains aux joies du flingue... C'est le Klu-Klux-Klan et ses membres, s'entraînant sans complexes, depuis quelques semaines dans le champ de tir de Gavelstone, Texas. Vu que la guerre qui va faire s'entredévorer Américains et Soviets, va paraîtil, leur balancer le pouvoir pour bientôt... Le résultat, c'est cinquante millions de revolvers aux Usa. Le résultat du résultat, c'est qu'en Amérique, toutes les trois minutes, quelqu'un s'écroule, flingué à mort. Que, toutes les quatre minutes, quelqu'un est dévalisé sous la menace d'un revolver. Que, comme le disait hier à la télévision, Preston Cook, vice-président du comité de l'Habitat pour la ville et le comté de San Francisco  : « Il y a eu davantage d'Américains tués d'un coup de revolver ces dix dernières années aux U.s.a. que de soldats tués au Viêt-nam ! »... Le résultat du résultat, du résultat, c'est que, si c'est l'Ouest, l'Amérique, elle, commence à le payer cher, le culte de ses vieux héros. Mais, au fait, culte à ce point-là, à ce point dingue-là, c'est quoi ? « De l'insécurité sexuelle ! Le revolver, aux U.s.a., ça a toujours été, c'est toujours, le symbole de la virilité ! Le retirer aux Américains, c'est comme leur arracher leur pénis ! » qu'il me dit, le Preston Cook. OEil bleu-bleu à l'américaine. Sourire blanc-blanc à l'américaine. Et qui sait de quoi il parle. Car les flingues crachent sec dans les z-olies maisonnettes victoriennes de San Francisco, dans les gratteciel de verre de San Francisco, dans les Hlm à poubelles sans couvercle des Noirs, des Mexicains et des Chinois de San Francisco... « Oui, nous avons un minimum de cinquante millions de revolvers aux U.s.a. ! Soit des statistiques de meurtres 80% plus élevées qu'au Japon ou en Angleterre où le port du revolver est interdit !... Quand les gens ont un revolver, ils s'en servent ! Et, généralement, pour les raisons les plus stupides... Une engueulade pour un paquet de cigarettes... Une dispute familiale... Une bagarre d'amoureux... 75% des flinguages surviennent parmi les membres de la même famille, ou entre copains... Le plus incroyable, c'est que 70% de notre population est en faveur du contrôle des armes ! Et qu'on n'arrive pas à avoir la loi qu'il faut... » Pas faute, pourtant, d'avoir essayé. Depuis que la trouille du revolver qui va, paradoxalement, avec la frénésie du revolver commença à faire transpirer les Américains après les émeutes de Watts, en 1960. Et leur fit frôler l'infarctus en 1963, après l'assassinat du président Kennedy  : une carabine ou un revolver, c'est toujours un flingue, non ? Décidant enfin le Congrès en 1968, à voter la loi de contrôle du revolver. Cette loi modifiée, amputée, rallongée, supprimée, revotée depuis vingt-deux ans. Avec sénateurs en délire, congressmen épuisés, hommes de la loi survoltés. Dansant sur la scène de la Maison Blanche la valse-hésitation du  : « Faut-il leur laisser leurs flingues ou pas ? »... Avec des campagnes anti-revolvers, furieusement menées par les maires de grandes villes et de petites, des flics, des stations de radio, des hommes d'Eglise, des juges, des journaux chrétiens ou pas... Avec des campagnes pro-revolvers férocement soutenues pas la Nra, toujours elle, et un autre de ses slogans  : « Quand les revolvers seront bannis d'Amérique, seuls... les bannis possèderont (Suite page 158.)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 202 novembre 1980 Page 1Lui numéro 202 novembre 1980 Page 2-3Lui numéro 202 novembre 1980 Page 4-5Lui numéro 202 novembre 1980 Page 6-7Lui numéro 202 novembre 1980 Page 8-9Lui numéro 202 novembre 1980 Page 10-11Lui numéro 202 novembre 1980 Page 12-13Lui numéro 202 novembre 1980 Page 14-15Lui numéro 202 novembre 1980 Page 16-17Lui numéro 202 novembre 1980 Page 18-19Lui numéro 202 novembre 1980 Page 20-21Lui numéro 202 novembre 1980 Page 22-23Lui numéro 202 novembre 1980 Page 24-25Lui numéro 202 novembre 1980 Page 26-27Lui numéro 202 novembre 1980 Page 28-29Lui numéro 202 novembre 1980 Page 30-31Lui numéro 202 novembre 1980 Page 32-33Lui numéro 202 novembre 1980 Page 34-35Lui numéro 202 novembre 1980 Page 36-37Lui numéro 202 novembre 1980 Page 38-39Lui numéro 202 novembre 1980 Page 40-41Lui numéro 202 novembre 1980 Page 42-43Lui numéro 202 novembre 1980 Page 44-45Lui numéro 202 novembre 1980 Page 46-47Lui numéro 202 novembre 1980 Page 48-49Lui numéro 202 novembre 1980 Page 50-51Lui numéro 202 novembre 1980 Page 52-53Lui numéro 202 novembre 1980 Page 54-55Lui numéro 202 novembre 1980 Page 56-57Lui numéro 202 novembre 1980 Page 58-59Lui numéro 202 novembre 1980 Page 60-61Lui numéro 202 novembre 1980 Page 62-63Lui numéro 202 novembre 1980 Page 64-65Lui numéro 202 novembre 1980 Page 66-67Lui numéro 202 novembre 1980 Page 68-69Lui numéro 202 novembre 1980 Page 70-71Lui numéro 202 novembre 1980 Page 72-73Lui numéro 202 novembre 1980 Page 74-75Lui numéro 202 novembre 1980 Page 76-77Lui numéro 202 novembre 1980 Page 78-79Lui numéro 202 novembre 1980 Page 80-81Lui numéro 202 novembre 1980 Page 82-83Lui numéro 202 novembre 1980 Page 84-85Lui numéro 202 novembre 1980 Page 86-87Lui numéro 202 novembre 1980 Page 88-89Lui numéro 202 novembre 1980 Page 90-91Lui numéro 202 novembre 1980 Page 92-93Lui numéro 202 novembre 1980 Page 94-95Lui numéro 202 novembre 1980 Page 96-97Lui numéro 202 novembre 1980 Page 98-99Lui numéro 202 novembre 1980 Page 100-101Lui numéro 202 novembre 1980 Page 102-103Lui numéro 202 novembre 1980 Page 104-105Lui numéro 202 novembre 1980 Page 106-107Lui numéro 202 novembre 1980 Page 108-109Lui numéro 202 novembre 1980 Page 110-111Lui numéro 202 novembre 1980 Page 112-113Lui numéro 202 novembre 1980 Page 114-115Lui numéro 202 novembre 1980 Page 116-117Lui numéro 202 novembre 1980 Page 118-119Lui numéro 202 novembre 1980 Page 120-121Lui numéro 202 novembre 1980 Page 122-123Lui numéro 202 novembre 1980 Page 124-125Lui numéro 202 novembre 1980 Page 126-127Lui numéro 202 novembre 1980 Page 128-129Lui numéro 202 novembre 1980 Page 130-131Lui numéro 202 novembre 1980 Page 132-133Lui numéro 202 novembre 1980 Page 134-135Lui numéro 202 novembre 1980 Page 136-137Lui numéro 202 novembre 1980 Page 138-139Lui numéro 202 novembre 1980 Page 140-141Lui numéro 202 novembre 1980 Page 142-143Lui numéro 202 novembre 1980 Page 144-145Lui numéro 202 novembre 1980 Page 146-147Lui numéro 202 novembre 1980 Page 148-149Lui numéro 202 novembre 1980 Page 150-151Lui numéro 202 novembre 1980 Page 152-153Lui numéro 202 novembre 1980 Page 154-155Lui numéro 202 novembre 1980 Page 156-157Lui numéro 202 novembre 1980 Page 158-159Lui numéro 202 novembre 1980 Page 160-161Lui numéro 202 novembre 1980 Page 162-163Lui numéro 202 novembre 1980 Page 164-165Lui numéro 202 novembre 1980 Page 166-167Lui numéro 202 novembre 1980 Page 168-169Lui numéro 202 novembre 1980 Page 170-171Lui numéro 202 novembre 1980 Page 172-173Lui numéro 202 novembre 1980 Page 174-175Lui numéro 202 novembre 1980 Page 176-177Lui numéro 202 novembre 1980 Page 178-179Lui numéro 202 novembre 1980 Page 180-181Lui numéro 202 novembre 1980 Page 182-183Lui numéro 202 novembre 1980 Page 184-185Lui numéro 202 novembre 1980 Page 186-187Lui numéro 202 novembre 1980 Page 188-189Lui numéro 202 novembre 1980 Page 190-191Lui numéro 202 novembre 1980 Page 192-193Lui numéro 202 novembre 1980 Page 194-195Lui numéro 202 novembre 1980 Page 196-197Lui numéro 202 novembre 1980 Page 198-199Lui numéro 202 novembre 1980 Page 200-201Lui numéro 202 novembre 1980 Page 202