Lui n°202 novembre 1980
Lui n°202 novembre 1980
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°202 de novembre 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 202

  • Taille du fichier PDF : 184 Mo

  • Dans ce numéro : filles de fame !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 178 - 179  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
178 179
OSERIEZ-VOUS l'ABORDER ? Sûrement pas. Vous êtes bien trop timide. Et pourtant, elle vous plaît. Et le plus bête, c'est que vous lui plaisez aussi. Malheureusement, les femmes pardonnent à ceux qui brusquent les occasions, jamais à ceux qui les manquent. Alors, n'en n'avez-vous pas assez de voir les autres remporter tous les succès ? Ils sont souvent moins bien que vous, moins spirituels, moins sincères aussi. Seulement voilà, ils ont de l'assurance. Ce qui vous manque précisément. Ce que nous pouvons vous faire acquérir. Plus vite que vous ne le croyez. Remplissez simplement le bon cicontre. W.R. Borg, dpt. 684, chez AUBANEL, 6, place St-Pierre, 84028 Avignon. METHODE BORG BON GRATUIT à découper ou à recopier et à adresser à  : W.R. Borg, dpt 684 chez AUBANEL, 6,place St-Pierre,84028 Avignon, pour recevoir, sans engagement de votre part et sous pli fermé "Les Lois Éternelles du Succès". Nom Prénom No Rue Code Postal Ville Age I Profession I LAucun démarcheur ne vous rendra visite. 178 ODYSSEXE « Je ne fais pas ça. Pas de pipes non plus. Je ne fais que les locales. » (Suite de la page 177.) mettaient furtivement à profit la pause-déjeuner du bureau), le gérant lui fit signe. En se levant, Talese vit dans le couloir en face de lui une femme blonde à taches de rousseur qui n'offrait qu'une lointaine ressemblance avec celle de la photo, n'était peut-être même pas elle - mais qui n'en était pas moins attrayante. Mince, l'oeil de biche, elle portait une jupe rose à gros plis, un tee-shirt jaune et des sandales ; et elle le conduisit dans la cabine numéro cinq après avoir prélevé dans une armoire à linge un drap repassé. Son accent du Sud venait d'Alabama, l'Etat où Talese était allé au collège ; il évoqua quelques souvenirs de là-bas, qu'elle écouta, puis écourta. C'était un rendez-vous de travail, rappela-t-elle, l'horloge tournait et voudrait-il se déshabiller et s'allonger sur la table qu'elle avait recouverte du drap ? Quand ce fut fait, elle se déshabilla et montra en se retournant un corps très bien fait que Talese trouva excitant. - Huile ou talc ? demanda-t-elle. Il regarda autour de lui  : — Avez-vous des douches ? demandat-il. - Non. - Bon, alors talc. Elle prit une boîte de poudre Johnson pour bébés et bientôt il sentit des doigts lui caresser doucement les épaules et la poitrine, puis descendre lentement vers son ventre et ses cuisses. Tandis qu'elle se penchait sur lui, il regarda ses bras et ses seins qui bougeaient, ses mains blanchies par le talc ; il sentait son parfum. En même temps que ses mains devenaient moites, il vit se dresser sa verge ; fermant les yeux, il entendit dans les cabines voisines d'autres hommes soupirer et, dans l'avenue, les bruits de voitures, de klaxons, les démarrages de bus quittant l'arrêt, et il pensa aux grands magasins d'en face, à la foule des clients et des vendeurs autour des comptoirs... - Désirez-vous quelque chose de particulier ? demanda-t-elle. Il ouvrit les yeux ; elle regardait sa verge. - Est-ce qu'on peut faire l'amour ? questionna-t-il. Elle fit non de la tête. - Je ne fais pas ça. Pas de pipes non plus. Je ne fais que les locales. - Locales ? - A la main, expliqua-t-elle. - Ah oui. Bon, eh bien, allons-y. - C'est en supplément. - Combien le supplément ? - Quinze dollars. Trop cher, pensa-t-il ; mais dans l'état où il était, il n'avait pas envie de marchander. Il dit O. k. et la regarda avec curiosité lui saupoudrer le dard, qu'elle se mit ensuite à branler adroitement jusqu'au moment où elle attrapa dans la boîte, pas une seconde trop tôt, un Kleenex dans lequel il déchargea. Beaucoup de gens auraient pu trouver l'expérience ignoble et dégradante ; Talese apprécia au contraire l'insolite et l'impersonnel de tels rapports ; il revint souvent après cette première visite pour des séances avec June ou avec les autres masseuses, et apprit d'elle qu'il existait à New York d'autres établissements analogues. Pendant le reste de 1971 et toute l'année suivante, il visita des dizaines de salons, avec une telle régularité qu'il finit par copiner non seulement avec les officiantes mais avec les tenanciers et les propriétaires. Certains avaient fait des études de littérature ou de journalisme, savaient ce que faisait Talese, et < trouvaient ça chouette » de trouver en lui et un client et un fin connaisseur. Ils acceptèrent ses invitations à dîner, se soumirent à ses interviews et l'autorisèrent à citer leur nom dans le livre qu'il préparait. Deux d'entre eux lui permirent même, en fin de compte, de travailler dans leurs salons comme gérant non salarié. Pour son premier boulot de ce genre, Talese s'occupa du studio La Vie secrète, au 3e étage du 123, Vingtsixième Rue Est, au coin de Lexington Avenue ; pendant le printemps et l'été 1972, il fut là plusieurs (Suite p.183.)
Habillez v loisirs. I1ar1boro 1IllU1Jffi]I TIM Pour faire rimer loisirs avec mode, un style décontracté a été créé  : des blousons, des polos, des pulls-blousants et des cardigans aussi élégants qu'agréables à porter. Maintenant, cette allure a un nom  : Marlboro Leisure Wear. Andoeb, de ticlaA44irit Distributeur pour la France  : Ets Vitoux — 42, rue de la Paix, 10081 Troyes Cedex



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 202 novembre 1980 Page 1Lui numéro 202 novembre 1980 Page 2-3Lui numéro 202 novembre 1980 Page 4-5Lui numéro 202 novembre 1980 Page 6-7Lui numéro 202 novembre 1980 Page 8-9Lui numéro 202 novembre 1980 Page 10-11Lui numéro 202 novembre 1980 Page 12-13Lui numéro 202 novembre 1980 Page 14-15Lui numéro 202 novembre 1980 Page 16-17Lui numéro 202 novembre 1980 Page 18-19Lui numéro 202 novembre 1980 Page 20-21Lui numéro 202 novembre 1980 Page 22-23Lui numéro 202 novembre 1980 Page 24-25Lui numéro 202 novembre 1980 Page 26-27Lui numéro 202 novembre 1980 Page 28-29Lui numéro 202 novembre 1980 Page 30-31Lui numéro 202 novembre 1980 Page 32-33Lui numéro 202 novembre 1980 Page 34-35Lui numéro 202 novembre 1980 Page 36-37Lui numéro 202 novembre 1980 Page 38-39Lui numéro 202 novembre 1980 Page 40-41Lui numéro 202 novembre 1980 Page 42-43Lui numéro 202 novembre 1980 Page 44-45Lui numéro 202 novembre 1980 Page 46-47Lui numéro 202 novembre 1980 Page 48-49Lui numéro 202 novembre 1980 Page 50-51Lui numéro 202 novembre 1980 Page 52-53Lui numéro 202 novembre 1980 Page 54-55Lui numéro 202 novembre 1980 Page 56-57Lui numéro 202 novembre 1980 Page 58-59Lui numéro 202 novembre 1980 Page 60-61Lui numéro 202 novembre 1980 Page 62-63Lui numéro 202 novembre 1980 Page 64-65Lui numéro 202 novembre 1980 Page 66-67Lui numéro 202 novembre 1980 Page 68-69Lui numéro 202 novembre 1980 Page 70-71Lui numéro 202 novembre 1980 Page 72-73Lui numéro 202 novembre 1980 Page 74-75Lui numéro 202 novembre 1980 Page 76-77Lui numéro 202 novembre 1980 Page 78-79Lui numéro 202 novembre 1980 Page 80-81Lui numéro 202 novembre 1980 Page 82-83Lui numéro 202 novembre 1980 Page 84-85Lui numéro 202 novembre 1980 Page 86-87Lui numéro 202 novembre 1980 Page 88-89Lui numéro 202 novembre 1980 Page 90-91Lui numéro 202 novembre 1980 Page 92-93Lui numéro 202 novembre 1980 Page 94-95Lui numéro 202 novembre 1980 Page 96-97Lui numéro 202 novembre 1980 Page 98-99Lui numéro 202 novembre 1980 Page 100-101Lui numéro 202 novembre 1980 Page 102-103Lui numéro 202 novembre 1980 Page 104-105Lui numéro 202 novembre 1980 Page 106-107Lui numéro 202 novembre 1980 Page 108-109Lui numéro 202 novembre 1980 Page 110-111Lui numéro 202 novembre 1980 Page 112-113Lui numéro 202 novembre 1980 Page 114-115Lui numéro 202 novembre 1980 Page 116-117Lui numéro 202 novembre 1980 Page 118-119Lui numéro 202 novembre 1980 Page 120-121Lui numéro 202 novembre 1980 Page 122-123Lui numéro 202 novembre 1980 Page 124-125Lui numéro 202 novembre 1980 Page 126-127Lui numéro 202 novembre 1980 Page 128-129Lui numéro 202 novembre 1980 Page 130-131Lui numéro 202 novembre 1980 Page 132-133Lui numéro 202 novembre 1980 Page 134-135Lui numéro 202 novembre 1980 Page 136-137Lui numéro 202 novembre 1980 Page 138-139Lui numéro 202 novembre 1980 Page 140-141Lui numéro 202 novembre 1980 Page 142-143Lui numéro 202 novembre 1980 Page 144-145Lui numéro 202 novembre 1980 Page 146-147Lui numéro 202 novembre 1980 Page 148-149Lui numéro 202 novembre 1980 Page 150-151Lui numéro 202 novembre 1980 Page 152-153Lui numéro 202 novembre 1980 Page 154-155Lui numéro 202 novembre 1980 Page 156-157Lui numéro 202 novembre 1980 Page 158-159Lui numéro 202 novembre 1980 Page 160-161Lui numéro 202 novembre 1980 Page 162-163Lui numéro 202 novembre 1980 Page 164-165Lui numéro 202 novembre 1980 Page 166-167Lui numéro 202 novembre 1980 Page 168-169Lui numéro 202 novembre 1980 Page 170-171Lui numéro 202 novembre 1980 Page 172-173Lui numéro 202 novembre 1980 Page 174-175Lui numéro 202 novembre 1980 Page 176-177Lui numéro 202 novembre 1980 Page 178-179Lui numéro 202 novembre 1980 Page 180-181Lui numéro 202 novembre 1980 Page 182-183Lui numéro 202 novembre 1980 Page 184-185Lui numéro 202 novembre 1980 Page 186-187Lui numéro 202 novembre 1980 Page 188-189Lui numéro 202 novembre 1980 Page 190-191Lui numéro 202 novembre 1980 Page 192-193Lui numéro 202 novembre 1980 Page 194-195Lui numéro 202 novembre 1980 Page 196-197Lui numéro 202 novembre 1980 Page 198-199Lui numéro 202 novembre 1980 Page 200-201Lui numéro 202 novembre 1980 Page 202