Lui n°202 novembre 1980
Lui n°202 novembre 1980
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°202 de novembre 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 202

  • Taille du fichier PDF : 184 Mo

  • Dans ce numéro : filles de fame !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 170 - 171  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
170 171
ENJEU D'ENFER « Ou vous cassez tout de suite ou il vous pourchasse jusqu'à ce qu'il vous ait vidé de votre sang. Certains ont essayé de lui tenir tête, juste par amour-propre. Le massacre !... (Suite de la p.144.) chauffeur apparut, vint stopper devant l'entrée de l'immeuble. Il était dix heures vingt-cinq. - Williamson, annonça O'Keefe. Un peu en avance, comme toujours. Banque et compagnie d'assurances. A l'aise, en général. Mais il est surtout ici ce soir parce qu'il a besoin de Van Heeren pour ses affaires. Et en se couchant au poker, il pense pouvoir obtenir quelques crédits. Parce que Van Heeren, c'est ça  : le poker brasde-fer. Ou vous cassez tout de suite ou bien il vous pourchasse jusqu'à ce qu'il vous ait vidé de votre sang. Certains ont essayé de lui tenir tête, juste par amour-propre. Le massacre ! Il les a massacrés, et pas seulement au poker. Il a les moyens  : quatre milliards de dollars, ça aide. Il serait né cinquante ans plus tôt, il aurait sans doute bâti la fortune de la famille, un autre Pierpont-Morgan. Mais il est né trop tard  : il avait déjà ses deux milliards de dollars dans son berceau, le pauvre ange. Il a bien fallu qu'il se fasse les dents ailleurs. Téléphone. O'Keefe décrocha. - Qu'ils montent tous directement au cinquième. - Ben, normalement, un Van Heeren ne devrait pas mettre les pieds chez un O'Keefe, même un O'Keefe avec douze millions de dollars. Un Van Heeren n'adresse même pas la parole à un O'Keefe. Mais il y a le poker. Pour certains, ce sont les danseuses, les estampes japonaises ou les petits garçons. Van Heeren, c'est le poker. Il y joue remarquablement bien, en plus, ce salaud. Remarquablement. C'est même le meilleur joueur que j'aie jamais vu, vous excepté. Vous, Ben. Pourquoi croyez-vous que j'ai pris le risque de vous placer face à face ? Par saint Eamon de Valera, je meurs d'impatience de savoir ce que ça va donner, lui contre vous. Dix heure trente exactement. Une deuxième voiture surgit dans la rue, vint à son tour s'arrêter devant l'immeuble. - Lammers, dit O'Keefe. Compa- 170 gnies d'aviation, containers, portecontainers, j'en passe. Prend régulièrement la pâtée devant Van Heeren, croit que la chance finira par tourner, pauvre bille ! Ben, Lammers m'a aidé à faire accepter par Van Heeren votre présence ce soir, tout comme il m'a permis, il y a six ou sept ans, d'avoir le droit de perdre mon fric en leur céleste compagnie. Et vous savez pourquoi un Williamson, un Lammers, un Hume qui va venir, un Van Heeren, acceptent pour une soirée de poser leur auguste cul à côté de vos miches ordinaires ? Parce que je leur ai dit la seule chose qui pouvait les convaincre  : je leur ai dit que vous étiez une espèce de monstre, une curiosité à voir, catégorie Barnum. Il y a cent ans environ, dans les hôtels rupins de Londres, pour divertir les honorables milords amoureux de sport, on faisait venir des boxeurs irlandais, à qui on donnait deux pounds pour qu'ils se massacrent. A poings nus. Une boucherie ! Deux O'Keefe sont morts comme ça. Ce soir, vous êtes le boxeur irlandais de service. Quand Van Heeren m'a demandé votre nom et que j'ai répondu Sarkissian, il a remarqué  : Un Arménien ? Et pourquoi pas un nègre, pendant que vous y êtes ? » Mais Van Heeren a accepté de venir. Et il est même là... Une troisième et une quatrième voiture s'engagèrent dans la Quatre-vingtneuvième Rue. Les gardes du corps furent les premiers à mettre pied à terre. Puis apparut une haute et puissante silhouette saluée par le portier. - Van Heeren Alexandre Wendell. Banques, banques, banques, banques. Et j'en oublie. Quand il ne possède pas tout, c'est qu'il est actionnaire majoritaire. Par saint John Fitzgerald Kennedy, Ben, j'espère que vous allez lui foutre un pied au cul. Je l'espère et je le crains. Cinquième voiture. - Hume, en retard comme toujours ; et il ne le fait même pas exprès. Il possède quelques rues à Boston et à Philadelphie, et des paquets d'actions à entretenir une chaudière pendant des semaines. Venez, Ben, on change d'étage. Vous allez voir que j'ai bien fait les choses  : un fabuleux buffet danois, avec des vraies Danoises qu'on peut tartiner partout. Allons-y. O'Keefe ouvrit un faux buffet, qui dévoila un escalier. - Au fait, vous comptez lui prendre combien, à Alex Van Heeren ? Ben haussa les épaules, s'engagea dans l'escalier. - Un milliard de dollars... Environ. Ils débouchèrent sur un palier, où arrivaient des voix d'hommes et des roucoulements féminins. - En plusieurs fois, ajouta Ben. Le tirage au sort des places à la table se fit selon le système des paires  : dans un paquet neuf, Dennis O'Keefe sélectionna une paire d'as, une paire de rois, une de dames, puis de valets, de dix, de neuf enfin, puisqu'il y avait six joueurs. Il sépara ensuite ces paires, en faisant deux paquets de six cartes, les cartes d'un seul de ces paquets étant couvertes. Il plaça ensuite les cartes découvertes à raison d'une par chaise, l'as devant une chaise, le roi devant la suivante et ainsi de suite. Chacun des joueurs tira ensuite une des cartes couvertes et s'assit à la place indiquée par la carte découverte faisant la paire. La partie qui se tint ce vendredi 7 juin dans la Quatre-vingt-neuvième Rue de Manhattan, New York, se déroula de façon tout à fait classique  : elle dura quatre heures de jeu réel, réparties en deux périodes de deux heures chacune, séparées par une pause qu'on fixa à une heure, et au cours de laquelle on revint au buffet danois et aux six filles prêtes à toute éventualité. Cette partie-là fut la première jouée par Benedict Sarkissian face à des joueurs capables de relances de cent mille dollars et plus. Elle constitua néanmoins le début en quelque sorte officiel de l'étonnante carrière du garçon à la chevalière venu de San Francisco. Ce fut la première fois que Ben Sarkissian accomplit la série de gestes qui (Suite page 174.)
Aujourd'hui, le bon goût estorikina Yardley Origin After Shave



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 202 novembre 1980 Page 1Lui numéro 202 novembre 1980 Page 2-3Lui numéro 202 novembre 1980 Page 4-5Lui numéro 202 novembre 1980 Page 6-7Lui numéro 202 novembre 1980 Page 8-9Lui numéro 202 novembre 1980 Page 10-11Lui numéro 202 novembre 1980 Page 12-13Lui numéro 202 novembre 1980 Page 14-15Lui numéro 202 novembre 1980 Page 16-17Lui numéro 202 novembre 1980 Page 18-19Lui numéro 202 novembre 1980 Page 20-21Lui numéro 202 novembre 1980 Page 22-23Lui numéro 202 novembre 1980 Page 24-25Lui numéro 202 novembre 1980 Page 26-27Lui numéro 202 novembre 1980 Page 28-29Lui numéro 202 novembre 1980 Page 30-31Lui numéro 202 novembre 1980 Page 32-33Lui numéro 202 novembre 1980 Page 34-35Lui numéro 202 novembre 1980 Page 36-37Lui numéro 202 novembre 1980 Page 38-39Lui numéro 202 novembre 1980 Page 40-41Lui numéro 202 novembre 1980 Page 42-43Lui numéro 202 novembre 1980 Page 44-45Lui numéro 202 novembre 1980 Page 46-47Lui numéro 202 novembre 1980 Page 48-49Lui numéro 202 novembre 1980 Page 50-51Lui numéro 202 novembre 1980 Page 52-53Lui numéro 202 novembre 1980 Page 54-55Lui numéro 202 novembre 1980 Page 56-57Lui numéro 202 novembre 1980 Page 58-59Lui numéro 202 novembre 1980 Page 60-61Lui numéro 202 novembre 1980 Page 62-63Lui numéro 202 novembre 1980 Page 64-65Lui numéro 202 novembre 1980 Page 66-67Lui numéro 202 novembre 1980 Page 68-69Lui numéro 202 novembre 1980 Page 70-71Lui numéro 202 novembre 1980 Page 72-73Lui numéro 202 novembre 1980 Page 74-75Lui numéro 202 novembre 1980 Page 76-77Lui numéro 202 novembre 1980 Page 78-79Lui numéro 202 novembre 1980 Page 80-81Lui numéro 202 novembre 1980 Page 82-83Lui numéro 202 novembre 1980 Page 84-85Lui numéro 202 novembre 1980 Page 86-87Lui numéro 202 novembre 1980 Page 88-89Lui numéro 202 novembre 1980 Page 90-91Lui numéro 202 novembre 1980 Page 92-93Lui numéro 202 novembre 1980 Page 94-95Lui numéro 202 novembre 1980 Page 96-97Lui numéro 202 novembre 1980 Page 98-99Lui numéro 202 novembre 1980 Page 100-101Lui numéro 202 novembre 1980 Page 102-103Lui numéro 202 novembre 1980 Page 104-105Lui numéro 202 novembre 1980 Page 106-107Lui numéro 202 novembre 1980 Page 108-109Lui numéro 202 novembre 1980 Page 110-111Lui numéro 202 novembre 1980 Page 112-113Lui numéro 202 novembre 1980 Page 114-115Lui numéro 202 novembre 1980 Page 116-117Lui numéro 202 novembre 1980 Page 118-119Lui numéro 202 novembre 1980 Page 120-121Lui numéro 202 novembre 1980 Page 122-123Lui numéro 202 novembre 1980 Page 124-125Lui numéro 202 novembre 1980 Page 126-127Lui numéro 202 novembre 1980 Page 128-129Lui numéro 202 novembre 1980 Page 130-131Lui numéro 202 novembre 1980 Page 132-133Lui numéro 202 novembre 1980 Page 134-135Lui numéro 202 novembre 1980 Page 136-137Lui numéro 202 novembre 1980 Page 138-139Lui numéro 202 novembre 1980 Page 140-141Lui numéro 202 novembre 1980 Page 142-143Lui numéro 202 novembre 1980 Page 144-145Lui numéro 202 novembre 1980 Page 146-147Lui numéro 202 novembre 1980 Page 148-149Lui numéro 202 novembre 1980 Page 150-151Lui numéro 202 novembre 1980 Page 152-153Lui numéro 202 novembre 1980 Page 154-155Lui numéro 202 novembre 1980 Page 156-157Lui numéro 202 novembre 1980 Page 158-159Lui numéro 202 novembre 1980 Page 160-161Lui numéro 202 novembre 1980 Page 162-163Lui numéro 202 novembre 1980 Page 164-165Lui numéro 202 novembre 1980 Page 166-167Lui numéro 202 novembre 1980 Page 168-169Lui numéro 202 novembre 1980 Page 170-171Lui numéro 202 novembre 1980 Page 172-173Lui numéro 202 novembre 1980 Page 174-175Lui numéro 202 novembre 1980 Page 176-177Lui numéro 202 novembre 1980 Page 178-179Lui numéro 202 novembre 1980 Page 180-181Lui numéro 202 novembre 1980 Page 182-183Lui numéro 202 novembre 1980 Page 184-185Lui numéro 202 novembre 1980 Page 186-187Lui numéro 202 novembre 1980 Page 188-189Lui numéro 202 novembre 1980 Page 190-191Lui numéro 202 novembre 1980 Page 192-193Lui numéro 202 novembre 1980 Page 194-195Lui numéro 202 novembre 1980 Page 196-197Lui numéro 202 novembre 1980 Page 198-199Lui numéro 202 novembre 1980 Page 200-201Lui numéro 202 novembre 1980 Page 202