Lui n°199 août 1980
Lui n°199 août 1980
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°199 de août 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 122

  • Taille du fichier PDF : 162 Mo

  • Dans ce numéro : sexe et cinéma.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 96 - 97  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
96 97
L'HORREUR AUX DOIGTS DE ROSE Raymond débarrassa même un coin de nappe pour montrer à l'aide de deux fourchettes comment il fallait régler le brabant réversible d'un motoculteur japonais... (Suite de la page 48) droit, Lily courut avec indignation se réfugier dans la maison en signalant au passage à ses amies que « Nunusse » et Roger, ça n'allait pas la tête, qu'ils disaient n'importe quoi et qu'on ne pouvait pas leur adresser la parole sans être abreuvé d'injures. Légèrement détendu, Vénusse remit en route et alla garer sagement son auto sous la grange du fond. Brigitte les accueillit dans le salon, un blocnotes à la main, en expliquant que c'était pour la répartition des lits. Vénusse salua, claqua des talons et déclara avec fermeté qu'il n'entrait pas dans ses intentions de partager sa chambre avec quiconque. Roger renchérit en conseillant à la jeune femme de faire camper le surplus de ses scouts près de la pièce d'eau, ce qui ferait peut-être taire les grenouilles. Brigitte fut dispensée de répondre par l'arrivée d'une nouvelle voiture. Elle sortit pour voir Didier débarquer en botillons fauves et costume de velours d'une Rodéo orange. Ensuite ce fut au tour de Patrick qui sortit d'une Rancho vert pomme. Il avait une salopette rose passé et aussi des botillons de cuir. Monique arriva peu après dans une Méhari surchargée de courroies et puis Raymond dans une Lada (made in Comécon) mais la palme revint à Marc qui se tailla autant de succès qu'il suscita d'envie en sautant nonchalamment d'une Range Rover vert et blanc qui avait un mini-tracteur en remorque. Accoudés chacun à sa fenêtre, Vénusse et Roger n'en perdaient pas une miette. Les deux embrasures étant très proches, ils avaient calé une bouteille dans le chéneau et se servaient « à bon vouloir » tout en contemplant d'un oeil intéressé le rezde-chaussée où la frénétique animation prenait peu à peu des allures de mobilisation. Un moment plus tard, la cloche du dîner rassembla les esprits et les corps. Vénusse et Roger descendirent de leurs limbes pour trouver une table de quinze couverts. Brigitte toussa délica- 96 tement dans sa longue main et annonça  : « Soupe, omelette au lard, fromage et de la tarte apportée par Monique ; les deux imbéciles qui ricanent là, sur l'escalier, vont chercher du vin puisqu'ils savent où c'est. » Ayant dit, Brigitte reprit haleine et commença d'indiquer les places aux convives. Vénusse, peu sensible à l'honneur qui lui était fait, déclara qu'il partagerait volontiers le secret de la cave avec d'autres, au cas où il faudrait y retourner. Lily et Clara apparurent à la porte de la cuisine. Vénusse se le tint pour dit, salua encore avec une grâce toute militaire et disparut par la petite porte du fond avec Roger en flanc-garde. Plus qu'un repas champêtre, le dîner fut une veillée d'arme. On n'y parla que fleurs, semis, engrais, doigts verts et techniques secrètes de jardinage, sans oublier les phases de la Lune. Il fut bientôt évident que Clara savait par coeur une demi-douzaine de guides et dictionnaires spécialisés. Elle jonglait sans erreur notable avec les légumineuses, les plantes à pivot, les cytises, les volubilis, les cupressus (arizonica-glauca), les composts, les zynnias et autres papilionacées. Sa science écrasante rayonna bientôt sur le groupe qui la considéra avec des yeux humides d'admiration. De leur côté, les garçons, sauf les-deux-idiotsqui-parlent-tout-seuls-au-bout-de-latable, brillaient surtout par leurs connaissances mécaniques des engins, une science bien justement faite pour les « messieurs ». Raymond débarrassa même un coin de nappe pour montrer à l'aide de deux fourchettes comment il fallait régler le brabant réversible d'un motoculteur japonais. Alors Marc prit aussi deux fourchettes pour expliquer le fonctionnement de la barre de coupe de son mini-tracteur. Vénusse reprit du camembert et en profita pour prétendre que celui-ci, allié à l'omelette qui précédait, composait un mélange carminatif de haut niveau. Au grand énervement de Brigitte, Lily exigea de savoir ce que cela voulait dire. On l'envoya consulter un dictionnaire et elle revint un instant plus tard en disant que Vénusse avait raison. Par la suite, au cours de la soirée, elle eut plusieurs fois de brusques et inexplicables petits fous-rires en regardant Vénusse. Roger passa derrière le bar et Vénusse offrit les verres avec un semblant de courtoisie qui ne laissa pas d'inquiéter Brigitte. Il avait profité de son expédition à la cave pour remplir une vieille bouteille de scotch avec du calvados ! Grâce à cette boisson pour jeunes filles, l'ambiance se réchauffa instantanément et, dès son second verre, Raymond se mit à parler d'une nouvelle moto-bineuse avec un lyrisme qui aurait semblé surprenant quelques minutes auparavant. Monique se rapprocha de Vénusse qu'elle trouvait « rigolo ». Lily poussa les fauteuils. La piste improvisée se remplit rapidement de chorégraphes pleins d'entrain. Avec un clin d'oeil sans noblesse, Vénusse annonça qu'il allait « recharger le canon ». Monique rit beaucoup et l'accompagna. Lorsqu'ils remontèrent un long moment plus tard, Lily avait fait éteindre les lumières, ne gardant que celle du feu de bois. Le slow régnait sans partage. Le beau Marc s'étonna de ce que la danse lui donnât si soif  : « C'est le changement d'air », le rassura Vénusse. La température générale monta encore de quelques degrés et plus tard, ce furent les invités qui montèrent ceux de l'escalier dans un concert de confidences brâillées à tuetête et de rires chatouillés. Comme le dit postérieurement Brigitte contre l'épaule nue du beau Marc, elle avait eu bien tort de s'inquiéter car le logement de tout ce monde ne posa aucun problème et pourtant, hein ? Si l'on compte bien, cela fait en moyenne plus de deux têtes par traversin ! La moyenne devait même être légèrement supérieure car il resta un lit inoccupé dans la petite chambre du fond, après la salle de bains... La journée commença en bombe par un retour échevelé des (Suite page 100)
97



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 199 août 1980 Page 1Lui numéro 199 août 1980 Page 2-3Lui numéro 199 août 1980 Page 4-5Lui numéro 199 août 1980 Page 6-7Lui numéro 199 août 1980 Page 8-9Lui numéro 199 août 1980 Page 10-11Lui numéro 199 août 1980 Page 12-13Lui numéro 199 août 1980 Page 14-15Lui numéro 199 août 1980 Page 16-17Lui numéro 199 août 1980 Page 18-19Lui numéro 199 août 1980 Page 20-21Lui numéro 199 août 1980 Page 22-23Lui numéro 199 août 1980 Page 24-25Lui numéro 199 août 1980 Page 26-27Lui numéro 199 août 1980 Page 28-29Lui numéro 199 août 1980 Page 30-31Lui numéro 199 août 1980 Page 32-33Lui numéro 199 août 1980 Page 34-35Lui numéro 199 août 1980 Page 36-37Lui numéro 199 août 1980 Page 38-39Lui numéro 199 août 1980 Page 40-41Lui numéro 199 août 1980 Page 42-43Lui numéro 199 août 1980 Page 44-45Lui numéro 199 août 1980 Page 46-47Lui numéro 199 août 1980 Page 48-49Lui numéro 199 août 1980 Page 50-51Lui numéro 199 août 1980 Page 52-53Lui numéro 199 août 1980 Page 54-55Lui numéro 199 août 1980 Page 56-57Lui numéro 199 août 1980 Page 58-59Lui numéro 199 août 1980 Page 60-61Lui numéro 199 août 1980 Page 62-63Lui numéro 199 août 1980 Page 64-65Lui numéro 199 août 1980 Page 66-67Lui numéro 199 août 1980 Page 68-69Lui numéro 199 août 1980 Page 70-71Lui numéro 199 août 1980 Page 72-73Lui numéro 199 août 1980 Page 74-75Lui numéro 199 août 1980 Page 76-77Lui numéro 199 août 1980 Page 78-79Lui numéro 199 août 1980 Page 80-81Lui numéro 199 août 1980 Page 82-83Lui numéro 199 août 1980 Page 84-85Lui numéro 199 août 1980 Page 86-87Lui numéro 199 août 1980 Page 88-89Lui numéro 199 août 1980 Page 90-91Lui numéro 199 août 1980 Page 92-93Lui numéro 199 août 1980 Page 94-95Lui numéro 199 août 1980 Page 96-97Lui numéro 199 août 1980 Page 98-99Lui numéro 199 août 1980 Page 100-101Lui numéro 199 août 1980 Page 102-103Lui numéro 199 août 1980 Page 104-105Lui numéro 199 août 1980 Page 106-107Lui numéro 199 août 1980 Page 108-109Lui numéro 199 août 1980 Page 110-111Lui numéro 199 août 1980 Page 112-113Lui numéro 199 août 1980 Page 114-115Lui numéro 199 août 1980 Page 116-117Lui numéro 199 août 1980 Page 118-119Lui numéro 199 août 1980 Page 120-121Lui numéro 199 août 1980 Page 122