Lui n°199 août 1980
Lui n°199 août 1980
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°199 de août 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 122

  • Taille du fichier PDF : 162 Mo

  • Dans ce numéro : sexe et cinéma.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 86 - 87  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
86 87
MIMILES ET UNE NUIT Ça peut être provisoire. Exemple soirée euphorique et le lendemain matin bonjour l'angoisse tu te demandes par-devers toi  : « Mais qu'est-ce qu'il fout dans mon pieu ? » Kong... Et les lucettes comment elles le définissent, elles, le désir ? Au départ c'est un instinct. Un truc qui se passe dans ton corps. Tout d'un coup tu sens comme des baths vib's. Ça peut être tout à fait provisoire. Exemple soirée euphorique et le lendemain matin bonjour l'angoisse tu te demandes par devers toi  : « Mais qu'est-ce qu'il fout dans mon pieu ce campeur ? ». Le désir c'est une énergie qui te pousse. Rien à voir avec la raison. Pour nous les nanas c'est souvent le désir de l'autre qui nous chauffe terrible. Toute la période de jeu nous excite à mort. Moi je dirais que si tu sens pas la décharge électrique c'est pas la peine d'y aller. Certaines prétendent que leur intuition ne les trahit jamais. D'autres avouent qu'une fois sur deux c'est le plantage maison. Parce que vous pouvez nous croire sur parole c'est pas les baise-petit qui manquent. Une grande gueule en général le baise-petit. Avant pendant et après. Ah, le « Alors heureuse ? » de Raoul Mornebite ! En fait le désir c'est plutôt flou. Bien sûr on a nos points de repère. Certaines infirmes ont même leurs types de mecs. T'as les bandeuses de grands blonds. Les bandeuses de basanés. Les bandeuses du muscle d'acier. Etc. Mais l'idéal masculin tout ça c'est bidon. Véronique adore les grands et ne saute qu'avec les petits bien qu'elle trouve pas ça marrant de passer sa vie à marcher dans le caniveau. Quand tu sais pas ce qui a fait tilt alors c'est là que t'es cuite. Plus c'est flou plus c'est fort. Mais là on glisse sur le coup de grisou instantané et c'est encore aut'chose... Les bandeuses du chapeau Tu sais l'genre communion des âmes tout dans l'cigare rien dans l'calbar. J'en connais même une suivez mon r'gard qui peut aller jusqu'à désirer physiquement le campeur de son coeur sans parvenir à passer à l'acte. Ou alors si elle franchit l'obstacle c'est coinçaga et compagnie. Elle peut s'éclater la libido qu'avec l'occasionnel bas de plafond. Le respect, l'estime et tout ce 86 genre de conneries au contraire l'empêchent de prendre son fad. Une autre handicapée sexuelle ne peut prendre le sien que dans la honte. Genre avec un mec qui lui répugne et dans une bagnole pas vraiment planquée. Par contre son canus d'amour lui inspire câlins et tendresse mais touche-pipi s'abstenir. Pour nous la baise ça peut être petite âme fraîchement repassée zyeux fermés comme le jour de notre première communion. Passé vingt-sept balais ça fait un peu cucu-la-prale d'accord mais on se demande toutes si les luciens peuvent eux aussi être sujets aux bandaisons romantiques. Ecrire au journal ! Ce qui nous débranche Le « j'les tombe toutes » dans le regard. Le pro de la baise (qui te débite ses références sexuelles lettres de reconnaissance à l'appui). Le cheveu gras ou bien rare et ramené sur un seul côté. T'imagines le bazar pendant les ébats... Le slibard Napoléon ou le mini calebuttes transparent de pédouze perdue, ou le maillot de bain en guise de sousvêt. Les grosses pompes grands talons. Le fendard patte d'éphe. Le pull étriqué trop court. La chemise ouverte jusqu'au nombril avec choucroute au vent et grosse médaille au milieu de tout ça. La ceinture hyper-serrée avec bide qui déborde au-dessus. La montre-bracelet schlaff-schlaff (extensible). Le marcel sous la liquette. Les points noirs-boutons-ongles de chez Borniol. Pour certaines le costard demeure la muraille de Chine. Pour d'autres c'est l'allure baba-cool et les sabots écolos. Ce qui nous fait triper un max Un mec (surtout si c'est un canus d'enfer en jean et blouson de cuir et p'tit cul) en train de jouer au flipper. Alors là accroche ta ceinture Simone j'ai l'coeur qui fait des vagues. Le dur en cuir. Bateau peut-être mais le zonblou d'aviateur ou de loubard ça nous fait baver terrible. La grande bête en combinaison de motard. Chou ou pas chou on s'en tape l'emballer c'est l'adopter vue consommation immédiate. Réveiller quelqu'un par téléphone ou se faire réveiller de cette façon par un qui nous branche sec. Cette méthode comporte cependant un risque certain  : des fois tu chauffes tu chauffes et t'as pas le temps d'arriver. Un serrement de mains. Peut provoquer l'aversion ou le Déclic Fatal. Pas confondre homme-facile et homme-fatal. S'envoyer en l'air dans un parking avec un inconnu j'remets ma p'tite culotte ravie d'avoir fait vot'connaissance ok. Seulement le baisage à la carte à force ça nous gonfle. Tiens la voix. Vachement important la voix. Un soir. Une fête. Tu plonges tes mirettes de midinette dans un beau regard intelligent. Plouf ! Mais pas besoin de ramer puisque Lui aussi a ressenti la fameuse décharge électrique. Il t'apporte un verre, s'occupe de toi et tout un vrai prince et toi t'écoutes cette voix avec des langueurs dans le sablier. Et cette voix divine n'est pas seulement une musique mais te parle si bien et si longtemps de madame Bovary. Toi c'est limite panique. Changement de décor  : deux heures plus tard dans le baisodrome du canus en question cette voix qui t'a émue et fascinée à la fois retourné les intérieurs et tout et tout t'inflige maintenant ses « T'aimes ça dis salope ! » Te reste plus qu'à te cavaler pardon mon Prince mais ma citrouille m'attend. Après ce coup dur t'en arrives à désirer l'Inaccessible pour être sûre de préserver cette phase privilégiée qu'est l'avantbaise. Monsieur propre On est quelques-unes plutôt sapées jeans fatigués quand on rencontre Monsieur Propre dans son costard trois pièces cuisine salle de bains liquette Persil... On en peut plus'Y nous vient des envies de lui arracher sauvagement ses (Suite page 102.)
Et celui-là vous le reconnaissez ?...



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 199 août 1980 Page 1Lui numéro 199 août 1980 Page 2-3Lui numéro 199 août 1980 Page 4-5Lui numéro 199 août 1980 Page 6-7Lui numéro 199 août 1980 Page 8-9Lui numéro 199 août 1980 Page 10-11Lui numéro 199 août 1980 Page 12-13Lui numéro 199 août 1980 Page 14-15Lui numéro 199 août 1980 Page 16-17Lui numéro 199 août 1980 Page 18-19Lui numéro 199 août 1980 Page 20-21Lui numéro 199 août 1980 Page 22-23Lui numéro 199 août 1980 Page 24-25Lui numéro 199 août 1980 Page 26-27Lui numéro 199 août 1980 Page 28-29Lui numéro 199 août 1980 Page 30-31Lui numéro 199 août 1980 Page 32-33Lui numéro 199 août 1980 Page 34-35Lui numéro 199 août 1980 Page 36-37Lui numéro 199 août 1980 Page 38-39Lui numéro 199 août 1980 Page 40-41Lui numéro 199 août 1980 Page 42-43Lui numéro 199 août 1980 Page 44-45Lui numéro 199 août 1980 Page 46-47Lui numéro 199 août 1980 Page 48-49Lui numéro 199 août 1980 Page 50-51Lui numéro 199 août 1980 Page 52-53Lui numéro 199 août 1980 Page 54-55Lui numéro 199 août 1980 Page 56-57Lui numéro 199 août 1980 Page 58-59Lui numéro 199 août 1980 Page 60-61Lui numéro 199 août 1980 Page 62-63Lui numéro 199 août 1980 Page 64-65Lui numéro 199 août 1980 Page 66-67Lui numéro 199 août 1980 Page 68-69Lui numéro 199 août 1980 Page 70-71Lui numéro 199 août 1980 Page 72-73Lui numéro 199 août 1980 Page 74-75Lui numéro 199 août 1980 Page 76-77Lui numéro 199 août 1980 Page 78-79Lui numéro 199 août 1980 Page 80-81Lui numéro 199 août 1980 Page 82-83Lui numéro 199 août 1980 Page 84-85Lui numéro 199 août 1980 Page 86-87Lui numéro 199 août 1980 Page 88-89Lui numéro 199 août 1980 Page 90-91Lui numéro 199 août 1980 Page 92-93Lui numéro 199 août 1980 Page 94-95Lui numéro 199 août 1980 Page 96-97Lui numéro 199 août 1980 Page 98-99Lui numéro 199 août 1980 Page 100-101Lui numéro 199 août 1980 Page 102-103Lui numéro 199 août 1980 Page 104-105Lui numéro 199 août 1980 Page 106-107Lui numéro 199 août 1980 Page 108-109Lui numéro 199 août 1980 Page 110-111Lui numéro 199 août 1980 Page 112-113Lui numéro 199 août 1980 Page 114-115Lui numéro 199 août 1980 Page 116-117Lui numéro 199 août 1980 Page 118-119Lui numéro 199 août 1980 Page 120-121Lui numéro 199 août 1980 Page 122