Lui n°199 août 1980
Lui n°199 août 1980
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°199 de août 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 122

  • Taille du fichier PDF : 162 Mo

  • Dans ce numéro : sexe et cinéma.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
L'HORREUR AUX DOIGTS DE ROSE Vénusse soupira encore et improvisa sur le champ une ode aux vertus laxatives de certaines personnes, faisant assez peu académiquement rimer vaches avec salopes... clapier. Lily, de son côté, assura qu'en effet les lapins de sa grand-mère avaient la même odeur mais que c'était à cause des cochons qui gîtaient tout près. Clara, les poings sur les hanches, inspectait la chambre soudain livrée à la lumière et à l'air frais. L'ensemble présentait l'aspect affligeant d'une maison de chiffonnier désordonné après le passage d'un cyclone. Le regard de la jeune femme marqua un intérêt angoissé pour le lustre transformé en mobile par l'addition prolongée de chaussettes dépareillées. Elle enjamba quelques dessous masculins aussi artistement éparpillés que dépourvus de mystère et alla se poser avec précaution dans un large fauteuil où, outre une bouteille usagée, il n'y avait que deux imperméables en état de sédimentation. Lily s'assit, les genoux sagement serrés sur le coin du lit et Brigitte, à qui un peu d'air respirable avait redonné des couleurs, s'en vint donner un bon coup de pied dans le montant du lit. Vénusse s'éveilla ou plutôt entama la check-list qui précédait traditionnellement à sa prise de conscience diurne. Il fronça le nez, puis les sourcils, tenta d'avaler, mâcha un peu dans le vide, émit quelques borborygmes plus une incongruité de chez le bon faiseur, grogna et entrouvrit enfin ses paupières gonflées de sommeil. Il demeura un instant le demi-regard fixe, parfaitement indifférent au charme des trois beautés qui suivaient avec une sévère intensité l'attachant déroulement des opérations. Vénusse se frotta les yeux et, après un délicat soupir, enfonça de nouveau son visage dans la grisaille de l'oreiller. Brigitte, peu faite pour s'émouvoir fût-ce de l'éveil d'un chérubin redonna un coup de pied, plus fort, dans le lit. Vénusse soupira encore et improvisa sur le champ une ode aux vertus laxatives de certaines personnes, faisant assez peu académiquement rimer vaches avec salopes. Au troisième coup de pied, Vénusse 48 comprit enfin qu'il ne gagnerait pas cette bataille-là et s'assit en bâillant. Cela ne te surprend pas de nous voir ici ? interrogea Brigitte. Vénusse affirma que si toutes les garces fendues qui avaient un double de ses clefs arrivaient ensemble, il n'aurait plus qu'à sauter par la fenêtre. Ces échanges de vues ayant eu lieu (comme on dit au Quai d'Orsay) Brigitte entra dans le vif du sujet  : voler au secours de leur ami Max le chanteur (il ne s'appelle toujours pas Max). Le pauvre était parti pour des galas à l'autre bout de l'Hexagone pour Pâques et, par ailleurs, son jardinierpaysagiste, Fererro, ne pouvait pas remettre le jardin en état avant la mimai Vénusse tu m'écoutes ? et de plus le Fererro demandait six cent mille francs. — Des anciens, précisa Lily avec un sourire heureux, mais tout de même... Bref, les filles avaient décidé de faire le travail à la place du jardinier félon, bien que Portugais, durant l'absence du maître, au cours du long week-end pascal. Là ! C'était justice car leur « collectivité » profitait du parc de Max et de ses agréments Non, pas ceux de Max... Vénusse ne te fais pas plus bête que tu n'es ! Pauvre Max ! On lui devait bien ça, non ? Vénusse ne songea pas à réprimer un frisson en demandant si cela voulait dire qu'il devrait passer trois jours de suite en leur compagnie. Clara s'écria qu'il y aurait aussi Monique et son frère Lucien, et puis Patrick, Didier et les autres, tous les copains, quoi... Jeff serait absent car son travail aux Eaux et Forêts l'obligeait à être de garde à cause des incendies que l'on allumerait à l'occasion des premiers beaux jours et Roger viendrait dans l'auto de Vénusse... si elle consentait à démarrer. Le gros garçon hocha douloureusement la tête et dit que puisqu'il y avait tant de volontaires pour cette belle croisade, il serait sans doute plus simple de faire la quête. En se forçant un peu, on pourrait payer le gars Fererro, et du même coup,f aire plaisir à Max, rendre justice, avoir un travail mieux fini et moins fatigant. Les filles arborèrent aussitôt une unanime grimace de mépris. Clara confessa que, jusqu'ici, elle ignorait posséder dans ses relations un si parfait type de fainéant. Brigitte laissa clairement entendre que Mao savait ce qu'il faisait en « virant » les universitaires dans les rizières et Lily rassembla les suffrages féminins en concluant qu'à cette époque de l'année les travaux aratoires étaient souverains pour se mettre en forme et que l'on pouvait même escompter bronzer un peu si le temps se maintenait. Vénusse réalisa qu'il ne pouvait en entendre davantage sans dommage pour sa raison. Il eut un geste las et grogna un vague assentiment. Les filles se levèrent d'un même bond écoeurant de vitalité. A ce soir chez Max  : « Il m'a laissé les clés, gazouilla Lily, d'ailleurs il ne me refuse rien ! » Vénusse remarqua dubitativement que c'était dans la bonne logique de la réciprocité puis, la porte refermée, son regard un instant allumé retrouva son habituelle atonie à cette heure grotesque de la journée Vénusse et son compagnon arrivèrent néanmoins les premiers chez Max, après les filles bien sûr, qui bavardaient au soleil. Lily s'en vint tournoyer autour d'eux, façon de leur faire admirer une pudique robe blanche heureusement fendue jusque sous les bras. Acerbe, Vénusse fit remarquer que les trois Parques étaient déjà là. C'est quoi, les trois parcs ? demanda Lily. Vénusse serra très fort le volant et regarda le ciel. Roger, qui avait toujours été un fervent partisan de l'éducation des masses, souffla dans sa moustache et rugit que c'était comme les trois chapeaux de Cadet Roussel, les trois Grâces, les trois Evêchés- Metz, Toul et Verdun et que si elle ne s'écartait pas on allait lui rouler dessus, enfin quoi, Bon Dieu ! Sûre de son bon (Suite page 96)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 199 août 1980 Page 1Lui numéro 199 août 1980 Page 2-3Lui numéro 199 août 1980 Page 4-5Lui numéro 199 août 1980 Page 6-7Lui numéro 199 août 1980 Page 8-9Lui numéro 199 août 1980 Page 10-11Lui numéro 199 août 1980 Page 12-13Lui numéro 199 août 1980 Page 14-15Lui numéro 199 août 1980 Page 16-17Lui numéro 199 août 1980 Page 18-19Lui numéro 199 août 1980 Page 20-21Lui numéro 199 août 1980 Page 22-23Lui numéro 199 août 1980 Page 24-25Lui numéro 199 août 1980 Page 26-27Lui numéro 199 août 1980 Page 28-29Lui numéro 199 août 1980 Page 30-31Lui numéro 199 août 1980 Page 32-33Lui numéro 199 août 1980 Page 34-35Lui numéro 199 août 1980 Page 36-37Lui numéro 199 août 1980 Page 38-39Lui numéro 199 août 1980 Page 40-41Lui numéro 199 août 1980 Page 42-43Lui numéro 199 août 1980 Page 44-45Lui numéro 199 août 1980 Page 46-47Lui numéro 199 août 1980 Page 48-49Lui numéro 199 août 1980 Page 50-51Lui numéro 199 août 1980 Page 52-53Lui numéro 199 août 1980 Page 54-55Lui numéro 199 août 1980 Page 56-57Lui numéro 199 août 1980 Page 58-59Lui numéro 199 août 1980 Page 60-61Lui numéro 199 août 1980 Page 62-63Lui numéro 199 août 1980 Page 64-65Lui numéro 199 août 1980 Page 66-67Lui numéro 199 août 1980 Page 68-69Lui numéro 199 août 1980 Page 70-71Lui numéro 199 août 1980 Page 72-73Lui numéro 199 août 1980 Page 74-75Lui numéro 199 août 1980 Page 76-77Lui numéro 199 août 1980 Page 78-79Lui numéro 199 août 1980 Page 80-81Lui numéro 199 août 1980 Page 82-83Lui numéro 199 août 1980 Page 84-85Lui numéro 199 août 1980 Page 86-87Lui numéro 199 août 1980 Page 88-89Lui numéro 199 août 1980 Page 90-91Lui numéro 199 août 1980 Page 92-93Lui numéro 199 août 1980 Page 94-95Lui numéro 199 août 1980 Page 96-97Lui numéro 199 août 1980 Page 98-99Lui numéro 199 août 1980 Page 100-101Lui numéro 199 août 1980 Page 102-103Lui numéro 199 août 1980 Page 104-105Lui numéro 199 août 1980 Page 106-107Lui numéro 199 août 1980 Page 108-109Lui numéro 199 août 1980 Page 110-111Lui numéro 199 août 1980 Page 112-113Lui numéro 199 août 1980 Page 114-115Lui numéro 199 août 1980 Page 116-117Lui numéro 199 août 1980 Page 118-119Lui numéro 199 août 1980 Page 120-121Lui numéro 199 août 1980 Page 122