Lui n°199 août 1980
Lui n°199 août 1980
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°199 de août 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 122

  • Taille du fichier PDF : 162 Mo

  • Dans ce numéro : sexe et cinéma.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 106 - 107  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
106 107
L'HORREUR AUX DOIGTS DE ROSE Sous les vivats, il lâcha son volant pour montrer d'un geste antique ses beaux alignements. Privée de maître, la stupide machine fit un écart... (Suite de la page 100.) que de la terre brune, finement moulue, tirée au cordeau. Il ne restait plus qu'à replanter pour l'année prochaine tulipes, muguets et autres pivoines puisque ceux qui y étaient déjà n'avaient pas eu la bonne idée de sortir du sol pour manifester leur présence. Sous les vivats, le beau Marc se retourna, vainqueur, et lâcha son volant pour montrer d'un geste antique, ses beaux alignements. Privée de maître, la stupide machine fit un écart, grimpa sur une pierre de bordure et commença de se mettre en travers. Précipitamment, Marc tenta de remettre les choses en ordre, mais frôla le grand rosier grimpant. Une branche hérissée le prit en travers et lui entama la joue, la paupière, le haut du nez et le front. Le sang jaillit en même temps que les cris et les exclamations. Les mains sur la figure, Marc se laissa entraîner par le mini-tracteur devenu fou. La machine 106 continua avec un entêtement de brute, labourant soigneusement l'allée, un massif, traversant la pelouse et s'attaquant enfin aux dalles de comble-enchien qui bordaient la piscine. Marc fut heureusement projeté de son siège avant que son engin ne bascule dans la piscine vide d'où s'éleva un bruit inquiétant surmonté d'une grosse fumée noire. Roger, qui arrivait, ricana en disant que c'était Stalingrad. Assis dans l'herbe rase, Marc pleurait. Vénusse lui écarta les doigts et, après un instant, parut déçu de constater qu'il n'avait même pas un oeil crevé. Il se redressa et siffla très vulgairement son copain  : Hé, Roger ! on repart chez le toubib. Ce coup-ci, faut recoudre ! » Le nouveau trio disparut. Patrick et Lucien étaient descendus par le petit bain. Ils revinrent en déclarant que la piscine n'avait presque rien, le liner, bien sûr... mais le feu au tracteur s'était Je Hens à contribuerrl l'action d'Amnesty irri lntemational de50Fen ❑ vous I1f adressant ❑ S0 F un Oetplue don Nom (facultatif, Adresse Code postai Ville J'adresse à l'ordre de Amnestylnternational un chèque bancaire band, un cheque postal Lu virement CCP N" 30180.18 U. Le Source J Amnesty International este mouvement impartial d'intervennoev directes pour la libération des pnsorw ers d'opwon dans le monde, l'abolition de la torture et de la peine de mon Ce combat est aussi le vôtre Aidez-nous par vos dons rM. =., If AMNESTY INTERNATIONAL DIT NON A LA PBNE DE MORT. éteint tout seul faute de carburant. Avec une grue ce ne serait rien du tout de le tirer de là. Ces bonnes nouvelles achevèrent de rasséréner les amazones et leurs derniers compagnons. Brigitte annonça qu'après sa douche elle partirait faire du vélo, suggestion qui remporta tous les suffrages. Nul besoin de s'inquiéter pour les éclopés puisque Vénusse était là comme un envoyé du Ciel. Tandis que l'on faisait la queue devant la salle de bains, une vive discussion s'éleva pour estimer les mérites comparés du Raleigh, le si fin vélo anglais et du super Steyr-Daimler-Puch, le roi de la route autrichienne. Tout le monde tomba cependant d'accord pour dire que les autres marques ne désignaient que des bécanes pour coureur cycliste. Chacune et chacun se lava à grande eau, on se changea et vingt minutes plus tard une joyeuse caravane franchit le portail de la propriété. Max rentra dans l'après-midi, un jour plus tôt que prévu et, devant les détails de la « bonne surprise » complaisamment étalés par Vénusse et son infirmier en chef, il manifesta un état d'esprit voisin de la mauvaise humeur. Le gros garçon lui expliqua qu'il avait en vain essayé. de les traiter au Coca- Calva, mais pour les tomber celles-là... à part la carabine à éléphants... A présent il sont tous partis déjeuner dans une auberge. Comme Max semblait avoir du mal à se dérider, il tenta de le consoler en lui faisant remarquer que pour les grandes manoeuvres les généraux avaient « droit » à 3% de morts. A ce compte-là Clara et ses complices avaient plutôt été modestes. Il s'excusa enfin car il lui fallait rejoindre son hôpital de campagne. Max le suivit, songeur. Tandis que Vénusse servait de puissants remontants pour boire à la santé des blessés, il entendit son ami décrocher le téléphone  : « Allo = Monsieur Fererro ?... dites-moi, pour le jardin, cela tient toujours les six mille francs Jean-Marc Soyez.
ROCKORICO On ne connaît pas très bien la musique mais putain on se marre ! (Suite de la page 68.) un public), on n'a pas d'argent, on ne connaît pas très bien la musique mais putain on se marre, on décharge, ça bouge pour la communication ! (« Juste un peu d'action pour ma génération », chante Diesel, groupe hard français). En un retour aux sources qui n'a rien d'orthodoxe puisqu'ils n'ont pas connu Elvis, Eddie Cochran ni Frankie Avallon, tous ces groupes redécouvrent le Rock. Mais attention ! Ne vous croyez pas autorisé pour autant à évoquer vos souvenirs impérissables, du moins pas en public  : vous risqueriez l'émeute. Les vieux, c'est fini  : place aux jeunes ! Le Rock 80 est électrique et la nostalgie plus du tout ce qu'elle était... Autre révision déchirante  : le Rock n'est plus réservé aux hommes. Un scandale ! Encore, quand elles se contentaient comme Joan Baez de pousser la bonne vieille (et rémunératrice !) complainte anti-impérialiste ou d'entonner le couplet « Revendications », tout allait (très) bien. Mais là, quelle avalanche ! Bien simple  : au rythme où vont les choses, il ne restera bientôt plus un seul orchestre mâle sur la surface de la planète  : plus un seul groupe sans sa guitariste, sa bassiste ou sa chanteuse. Quel délice de découvrir derrière les fûts d'une batterie la frêle silhouette de Violaine, 18 ans, chaussée de petites ballerines pastel et culottée de satin rouge ; et quelle frappe, miss Lili Drop ! Blondie, Patti Smith, Nina Hagen, Pat Benatar, Corinne du groupe Téléphone... Non, non, décidément ces demoiselles ont pris pied sur la grande scène internationnale et, apparemment, elles n'ont pas du tout l'intention de la quitter. Le Rock, ça va vite  : à peine la « Newwave » installée dans les hit-parades, voici que naît la Cold-wave (froide, très froide) ; et que fleurissent les étiquettes. Hard-Rock, Pub-Rock, Art-College Rock, 1\16\76-Rock... Des groupes poussent un peu partout. Des centaines en Angleterre, où l'infrastructure des salles de concerts existe depuis longtemps et où un public passionné est prêt à venir les voir. Moins sans doute en France mais le mouvement semble irréversible  : à Lyon, à Toulouse (Le Pied), à Rennes, à Paris (Le Palace, Les Bains-Douches, Le Palais des Glaces), de nouvelles salles ouvrent leurs portes. Tenez, nous pouvons vous dire presque à coup sûr d'où proviennent les martèlements d'enfer qui vous jettent régulièrement à bas de votre lit  : de la cave du 22 où le petit jeune aux cheveux courts répète avec ses copains (et copines  : gaffe à votre fille !) Une chose troublante encore  : malgré quelques glorieuses exceptions (The Knack, the B'52s, Talking Heads, Van Halen, 20/20... Blondie, Patti Smith  : déjà des « vieilles ») , les Américains brillent par leur absence. Mais il est vrai qu'en Californie, les radios ne passent encore pratiquement que de la disco. Oui, pour l'instant ce qui se passe se passe en Europe. Et plus spécialement en Angleterre (c'est Garland Jeffreys, New-yorkais et chanteur de rock lui-même qui le dit) où, depuis deux ou trois ans, les kids » n'arrêtent pas de s'agiter autour de nouveaux groupes, de nouveaux rythmes, de nouveaux sons. A s'en faire éclater la tête. A propos n'allez plus draguer dans les boîtes  : faites plutôt la sortie des concerts Rock. Elles sont tellement excitées, ces petites, après une heure et demie de gymnastique à califourchon sur les barrières de sécurité, qu'avec un ballon de Brouilly vous ne devriez pas rater votre soirée. Le Rock, c'est fort ! Mais le Nouveau Rock, qu'est-ce que c'est ? A quoi peut-on le reconnaître ? Le nouveau Rock n'existe pas, du moins pas en tant que tel ». C'est ce que vous répondrait Alain Lévy, Pdg de Cbs-France ; pour lui n'existent que des gens qui ont quelque chose à dire. Comme les musiciens de Trust, comme Bernard Bonvoisin (un nom difficile à porter quand on habite Nanterre), chanteur et parolier de ce groupe qui est l'un des (Suite p.108.) OSERIEZVOUS L'ABORDER ? Sûrement pas. Vous êtes bien trop timide. Et pourtant, elle vous plaît. Et le plus bête, c'est que vous lui plaisez aussi. Malheureusement, les femmes pardonnent à ceux qui brusquent les occasions, jamais à ceux qui les manquent. Alors, n'en n'avez-vous pas assez de voir les autres remporter tous les succès ? Ils sont souvent moins bien que vous, moins spirituels, moins sincères aussi. Seulement voilà, ils ont de l'assurance. Ce qui vous manque précisément. Ce que nous pouvons vous faire acquérir. Plus vite que vous ne le croyez. Remplissez simplement le bon cicontre. W.R. Borg, dpt. 638, chez AUBANEL, 6, place St-Pierre, 84028 Avignon. METHODE BORG BON GRATUIT à découper ou à recopier et à adresser à  : W.R. Borg, dpt 638, chez AUBANEL, 6,place St-Pierre, 84028 Avignon, pour recevoir, sans engagement de votre part et sous pli fermé "Les Lois Éternelles du Succès". Nom Prénom N°Rue I Code Postal I Ville Age I Profession L Aucun démarcheur ne vous rendra visite. J 107



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 199 août 1980 Page 1Lui numéro 199 août 1980 Page 2-3Lui numéro 199 août 1980 Page 4-5Lui numéro 199 août 1980 Page 6-7Lui numéro 199 août 1980 Page 8-9Lui numéro 199 août 1980 Page 10-11Lui numéro 199 août 1980 Page 12-13Lui numéro 199 août 1980 Page 14-15Lui numéro 199 août 1980 Page 16-17Lui numéro 199 août 1980 Page 18-19Lui numéro 199 août 1980 Page 20-21Lui numéro 199 août 1980 Page 22-23Lui numéro 199 août 1980 Page 24-25Lui numéro 199 août 1980 Page 26-27Lui numéro 199 août 1980 Page 28-29Lui numéro 199 août 1980 Page 30-31Lui numéro 199 août 1980 Page 32-33Lui numéro 199 août 1980 Page 34-35Lui numéro 199 août 1980 Page 36-37Lui numéro 199 août 1980 Page 38-39Lui numéro 199 août 1980 Page 40-41Lui numéro 199 août 1980 Page 42-43Lui numéro 199 août 1980 Page 44-45Lui numéro 199 août 1980 Page 46-47Lui numéro 199 août 1980 Page 48-49Lui numéro 199 août 1980 Page 50-51Lui numéro 199 août 1980 Page 52-53Lui numéro 199 août 1980 Page 54-55Lui numéro 199 août 1980 Page 56-57Lui numéro 199 août 1980 Page 58-59Lui numéro 199 août 1980 Page 60-61Lui numéro 199 août 1980 Page 62-63Lui numéro 199 août 1980 Page 64-65Lui numéro 199 août 1980 Page 66-67Lui numéro 199 août 1980 Page 68-69Lui numéro 199 août 1980 Page 70-71Lui numéro 199 août 1980 Page 72-73Lui numéro 199 août 1980 Page 74-75Lui numéro 199 août 1980 Page 76-77Lui numéro 199 août 1980 Page 78-79Lui numéro 199 août 1980 Page 80-81Lui numéro 199 août 1980 Page 82-83Lui numéro 199 août 1980 Page 84-85Lui numéro 199 août 1980 Page 86-87Lui numéro 199 août 1980 Page 88-89Lui numéro 199 août 1980 Page 90-91Lui numéro 199 août 1980 Page 92-93Lui numéro 199 août 1980 Page 94-95Lui numéro 199 août 1980 Page 96-97Lui numéro 199 août 1980 Page 98-99Lui numéro 199 août 1980 Page 100-101Lui numéro 199 août 1980 Page 102-103Lui numéro 199 août 1980 Page 104-105Lui numéro 199 août 1980 Page 106-107Lui numéro 199 août 1980 Page 108-109Lui numéro 199 août 1980 Page 110-111Lui numéro 199 août 1980 Page 112-113Lui numéro 199 août 1980 Page 114-115Lui numéro 199 août 1980 Page 116-117Lui numéro 199 août 1980 Page 118-119Lui numéro 199 août 1980 Page 120-121Lui numéro 199 août 1980 Page 122