Lui n°198 juillet 1980
Lui n°198 juillet 1980
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°198 de juillet 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 122

  • Taille du fichier PDF : 118 Mo

  • Dans ce numéro : spécial Madleen Kane.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 64 - 65  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
64 65
A table !... Et bon appétit  : les plats de résistance sont de qualité, puisque les chefs s'appellent... Mina et André Guillois. C'est bien sûr d'un livre qu'il s'agit  : « Du rire au menu » (Fayard) qui fait en mille histoires de l'humour à la carte... - Tu connais, demande un homme d'affaires à un ami, ce restaurant de la rue de la Gare où la cuisine est si raffinée ? - Oui, bien sûr. Ce service ! Récemment, les maîtres d'hôtel et les garçons ont décidé de se mettre en grève. Eh bien, il a fallu trois jours à la clientèle pour qu'elle s'en rende compte... Un marchand de vins fins reçoit un soir un coup de téléphone d'un inconnu qui lui demande  : - Auriez-vous, dans votre cave, un clos-vougeot 1947 ? - Bien sûr, monsieur. - C'est vrai ? Vous avez bien un clos-vougeot 1947 en votre possession ? - Mais certainement, monsieur. - Eh bien, vous pouvez vous le mettre où je pense ! Le marchand de vins se couche, furieux. Et, vers minuit, il est réveillé en sursaut par la sonnerie du téléphone. - Allô, lui dit son correspondant, ici, le commissaire de police de votre quartier. N'avez-vous pas reçu, dans la soirée, un appel d'un maniaque qui voulait savoir si vous aviez un clos-vougeot 1947 ? - En effet ! Et vous ne savez pas le plus beau ! Il m'a dit, avant de raccrocher  : « Votre clos-vougeot, vous pouvez vous le mettre où je pense. » - Ah ! fait gravement, le « commissaire ». Et il y a combien de temps de cela ? - Oh, quatre heures, à peu près. - Quatre heures. Alors, vous pouvez l'enlever, maintenant. Il doit être chambré. 64 Au cours de son sermon, un prédicateur lance cette formule  : - La femme est le sel de la terre. - Il y a du vrai, là-dedans, note un fidèle surtout quand on pense au nombre de femmes qui ont poussé des hommes à boire ! Un auto-stoppeur veut remercier un Ecossais qui l'a chargé dans sa voiture. Ils entrent dans un bar tabac. - Un whisky ? propose l'autostoppeur. - Merci, répond l'Ecossais, je ne bois jamais d'alcool. Mais, si vous insistez, je prendrai volontiers une communication téléphonique pour Glasgow. Un grand voyageur, après un long séjour aux Etats-Unis, est affirmatif  : Les Américaines sont de très mauvaises cuisinières. La preuve, quand elles font un plat surgelé, elles jettent l'enveloppe d'aluminium... alors que c'est souvent le meilleur ! Deux joueurs de poker vont au restaurant et composent leur menu. Quand ils ont terminé, le premier annonce  : - Deux paires de francfort. - J'ai gagné, dit le second. J'ai un carré d'agneau ! Au temps de la prohibition, un Américain était ravi d'avoir trouvé un bootlegger qui le ravitaillait en boissons alcoolisées dont il régalait ses amis. Un jour, pourtant, curieux de connaître la composition exacte de ce liquide, il en donna un échantillon à analyser à son pharmacien. Et quand il revint, le lendemain, chercher le résultat, le pharmacien lui annonça avec un grand sourire  : - Bonne nouvelle  : votre cheval n'a pas de diabète. Les Allemands de l'Est se racontent, de bouche à oreille, la dernière devinette  : Question  : Qu'est-ce qu'une sardine ? Réponse  : C'est une baleine qui est passée par toutes les phases du développement socialiste. Un milliardaire texan, enrichi dans le commerce du pétrole, découvre la Côte d'Azur. Attablé à la terrasse d'un restaurant en bordure de mer, il se délecte d'une savoureuse bouillabaisse. Soudain, son visage s'empourpre  : une arête de rascasse vient de se ficher dans sa gorge. Etouffant, il peut tout juste chuchoter à son épouse, affolée  : - Voyons... Ne reste pas là... Vite... Cours m'acheter un hôpital. Chers lecteurs, souriez-nous. Envoyez-nous vos meilleures histoires drôles, à condition qu'elles soient inédites. Lui vous adressera un chèque-sourire de 40 francs pour chaque histoire publiée. Au cas où nous recevrions deux histoires identiques, seule la première exprimée, le cachet de la poste faisant foi, sera primée.
« Je me découvre parce que j'aime bien être couverte » (Baronne Dudevant) 65



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 198 juillet 1980 Page 1Lui numéro 198 juillet 1980 Page 2-3Lui numéro 198 juillet 1980 Page 4-5Lui numéro 198 juillet 1980 Page 6-7Lui numéro 198 juillet 1980 Page 8-9Lui numéro 198 juillet 1980 Page 10-11Lui numéro 198 juillet 1980 Page 12-13Lui numéro 198 juillet 1980 Page 14-15Lui numéro 198 juillet 1980 Page 16-17Lui numéro 198 juillet 1980 Page 18-19Lui numéro 198 juillet 1980 Page 20-21Lui numéro 198 juillet 1980 Page 22-23Lui numéro 198 juillet 1980 Page 24-25Lui numéro 198 juillet 1980 Page 26-27Lui numéro 198 juillet 1980 Page 28-29Lui numéro 198 juillet 1980 Page 30-31Lui numéro 198 juillet 1980 Page 32-33Lui numéro 198 juillet 1980 Page 34-35Lui numéro 198 juillet 1980 Page 36-37Lui numéro 198 juillet 1980 Page 38-39Lui numéro 198 juillet 1980 Page 40-41Lui numéro 198 juillet 1980 Page 42-43Lui numéro 198 juillet 1980 Page 44-45Lui numéro 198 juillet 1980 Page 46-47Lui numéro 198 juillet 1980 Page 48-49Lui numéro 198 juillet 1980 Page 50-51Lui numéro 198 juillet 1980 Page 52-53Lui numéro 198 juillet 1980 Page 54-55Lui numéro 198 juillet 1980 Page 56-57Lui numéro 198 juillet 1980 Page 58-59Lui numéro 198 juillet 1980 Page 60-61Lui numéro 198 juillet 1980 Page 62-63Lui numéro 198 juillet 1980 Page 64-65Lui numéro 198 juillet 1980 Page 66-67Lui numéro 198 juillet 1980 Page 68-69Lui numéro 198 juillet 1980 Page 70-71Lui numéro 198 juillet 1980 Page 72-73Lui numéro 198 juillet 1980 Page 74-75Lui numéro 198 juillet 1980 Page 76-77Lui numéro 198 juillet 1980 Page 78-79Lui numéro 198 juillet 1980 Page 80-81Lui numéro 198 juillet 1980 Page 82-83Lui numéro 198 juillet 1980 Page 84-85Lui numéro 198 juillet 1980 Page 86-87Lui numéro 198 juillet 1980 Page 88-89Lui numéro 198 juillet 1980 Page 90-91Lui numéro 198 juillet 1980 Page 92-93Lui numéro 198 juillet 1980 Page 94-95Lui numéro 198 juillet 1980 Page 96-97Lui numéro 198 juillet 1980 Page 98-99Lui numéro 198 juillet 1980 Page 100-101Lui numéro 198 juillet 1980 Page 102-103Lui numéro 198 juillet 1980 Page 104-105Lui numéro 198 juillet 1980 Page 106-107Lui numéro 198 juillet 1980 Page 108-109Lui numéro 198 juillet 1980 Page 110-111Lui numéro 198 juillet 1980 Page 112-113Lui numéro 198 juillet 1980 Page 114-115Lui numéro 198 juillet 1980 Page 116-117Lui numéro 198 juillet 1980 Page 118-119Lui numéro 198 juillet 1980 Page 120-121Lui numéro 198 juillet 1980 Page 122