Lui n°198 juillet 1980
Lui n°198 juillet 1980
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°198 de juillet 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 122

  • Taille du fichier PDF : 118 Mo

  • Dans ce numéro : spécial Madleen Kane.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
ENTRETIEN « Je voudrais qu'Indira Gandhi fasse... ce que De Gaulle a fait ! Changer de politique, en passant du système parlementaire anglais à un système présidentiel... (Suite de la p.27.) du beau) c'était un spectacle aussi triste qu'insolite. Tout paraissait platement pratique et matérialiste. Et je me disais  : voici peut-être l'image des nouveaux Barbares... Lui Le monde international des affaires vous paraît-il lucide, face aux événements d'aujourd'hui ? Tata Non, à mon avis, il n'y a pas de véritable lucidité bien qu'aujourd'hui, les affaires se sont à tel point internationalisées qu'il devient impossible de ne pas être informé de ce qui se passe dans le monde. Ce qui manque ? C'est une compréhension plus profonde, globale, historique, philosophique des événements qui agitent les peuples. L'homme d'affaires du xxe siècle a encore trop tendance, selon moi, à voir les choses dans une perspective trop limitée. Il en néglige trop le courant complexe les courbes, les « trends », les tendances et reste trop prisonnier du court terme. D'où de fâcheux risques d'erreur. Oh ! bien sûr... dans les pays riches, on fait beaucoup de philosophie en ce moment, on bavarde beaucoup sur la situation actuelle du tiers monde. On parle de prise de conscience. C'est très bien, mais on oublie que ce sont eux les grands pays scientifiques et industrialisés qui ont tout exploité, monopolisant et gaspillant l'énergie, en polluant une partie du monde... Dans ce domaine, il y a d'ailleurs de terribles contradictions en Inde  : le problème de la pollution passe au second rang, après la nécessité de donner du travail aux gens... D'où un cercle vicieux angoissant. Ainsi nous avons le problème dramatique des destructions de forêts. Les Indiens, dans d'innombrables villages dépourvus d'électricité et de charbon, en sont réduits à utiliser le bois pour faire la cuisine ou pour se chauffer. Alors ils coupent les arbres. Les dégâts sont déjà énormes. C'est pourquoi le groupe Tata finance la plantation de millions d'arbres du Nord au Sud du pays... Lui Vous parliez des périls de la surpopulation. Indira Gandhi reste- 38 t-elle préoccupée par ces problèmes ? Tata Vers 1950, j'ai fait un discours sur les dangers de la surpopulation. Personne ne s'occupait alors de ce problème. J'ai été pris à parti. Et je me suis fait taper sur les doigts par le Pandit Nehru, qui m'a dit  : « Tu as des idées fausses  : la population est la source de la puissance d'une nation. » C'était alors une évidence ! Il a fallu attendre 1976, année de l'état de siège, pour que Indira Gandhi, alors Premier ministre, fasse un premier discours retentissant qui soulignait la nécessité d'un contrôle démographique... J'avais mis sur pied une Fondation, The Family Planning Foundation et, à l'aide de statistiques, nous étions parvenus à intéresser Indira Gandhi à ces problèmes. Mais qu'est-il arrivé ? A peine avait-elle fait son discours courageux sur la natalité, que des partisans trop zélés lui emboîtaient hâtivement le pas et commettaient des excès dont le monde entier a parlé. On put ainsi stériliser presque deux millions d'Indiens par an pendant une période ! Lui Alors, vous avez devant vous une future tempête ? Tata...A l'aide de la télé, du cinéma, de la presse, la nouvelle génération saura vite juger ce qui se passe dans le monde et donc comparer  : elle n'aura pas la patience ou la passivité de ses ancêtres. Les revendications, la violence, chez nous comme ailleurs, attendent peut-être leur heure... Lui Vous avez souvent critiqué la politique économique de l'Inde. Votre groupe a subi de nombreuses tracasseries administratives. Qu'attendez-vous aujourd'hui d'Indira Gandhi ? Tata Madame Gandhi est aujourd'hui en mesure de faire tout ce qu'elle désire  : sa puissance politique est actuellement assurée. Le fera-t-elle ? Sans doute se rend-elle compte de ce qui est vraiment nécessaire... C'est une femme d'une énergie immense, un leader politique de très grande envergure. Mais nul ne sait si elle changera le cours de la politique économique que son père, le Pandit Nehru, et elle- même ont suivie pendant trente ans, politique socialiste qui conduit, selon moi, à l'étatisme, quel que soit le gouvernement. Là-dessus, s'est greffée une bureaucratie qui n'a aujourd'hui son équivalent qu'en Urss. On ne sait pas... Moi, je voudrais que politiquement elle fasse... ce que De Gaulle a fait ! Bref, changer le système politique de l'Inde. Passer du système parlementaire anglais à un système présidentiel qui donnerait au moins une stabilité à ce pays épuisé par la querelle incessante des partis. Parce qu'un pays de cette taille, avec ses dixsept Etats, ses six cent quatre-vingt millions d'habitants, ne peut pas fonctionner avec un système politique qui est adapté à l'Angleterre et pas toujours si bien ! J'en parle depuis dix ans. Ce n'est qu'aujourd'hui, que Palkiwala (et bien d'autres) se rendent compte de la nécessité d'un tel changement. Lui Vous allez bientôt fêter vos soixante-seize ans. Songez-vous à voler de nouveau ? Tata Oui... en deltaplane ! Grâce au projet de deux Français de trente ans, Joël et Gaëtan, tous deux Vosgiens, ayant vécu à Chamonix, et guides de montagne, qui avaient amorcé là-bas une entreprise de fabrication d'ailes type Delta, ont voyagé en Inde pour faire connaître ce mode de circulation aérien, économique et non polluant, et sont venus me voir à Bombay House pour me demander mon appui  : vous pensez bien que je le leur ai aussitôt accordé ! Face à la crise de l'énergie, un pays aussi vaste que l'Inde aura peutêtre besoin, un jour, d'hommesoiseaux pour survoler les montagnes, les plaines, et les déserts... Ce sont d'ailleurs des fidèles de Satprem, qui dit  : « Demain tu voleras, à moins que nous ne nous envolions avec les mouettes ». Lui L'Inde à vol d'oiseau, est-ce l'Inde de vos rêves ? Tata L'Inde de mes rêves, je l'attends toujours... (Propos recueillis à Bombay par Frédéric de Towarnicki)
4,'` i't 44,-1. -.., it'-'.et 4 Î 4 it, 4 0'tt, 4 v a/g Y,'* t 4 f 4t 4 r 1 ‘ # 4 4 yr 44 4" 1 fI l'`, it. ; _%, (t 4 gg7 4 `4 6°4111 7 a 4‘,. " fr(r s < f 1i i 4t " 4f. 1/7 ". 4 l 1 4,.4, i E p 1 ç 4 f 4 30 *i 4i 4  : , it'4e. t t  : (4 4 ito (j 44 (44,% f 4 } 4. iil (141 `. 411 4 4 4t i s 4 1 4 Ati â If (4f 41 1t. 6 (a 4r 4  : # s it ii4, i4 t4 - 14 (1, 4.',.4E Y4 44 4 t (I 4 4 t li iui'j g t/i tit (i, ii4I 140 444 4 A ti4 44 ` R/41♦ q, ; y4 0 ` (rtita ; f 4. ; », ‘,1 0, i 4 ` 4'.i4 i +.s4 t }., ii 140 44411 t 6i4','*", 1g aZt, -A, ! 4, 4 ï,i, s1t4 ti 6.4 64 444 44. 4 Ma t"`'4a 1 ; 1 ti, 4 (i*,4 it#ttk't'ti, 1t,4 t (t oii " l ; t 4'. : ? Y% it 4 `.4 a'r 14 b t



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 198 juillet 1980 Page 1Lui numéro 198 juillet 1980 Page 2-3Lui numéro 198 juillet 1980 Page 4-5Lui numéro 198 juillet 1980 Page 6-7Lui numéro 198 juillet 1980 Page 8-9Lui numéro 198 juillet 1980 Page 10-11Lui numéro 198 juillet 1980 Page 12-13Lui numéro 198 juillet 1980 Page 14-15Lui numéro 198 juillet 1980 Page 16-17Lui numéro 198 juillet 1980 Page 18-19Lui numéro 198 juillet 1980 Page 20-21Lui numéro 198 juillet 1980 Page 22-23Lui numéro 198 juillet 1980 Page 24-25Lui numéro 198 juillet 1980 Page 26-27Lui numéro 198 juillet 1980 Page 28-29Lui numéro 198 juillet 1980 Page 30-31Lui numéro 198 juillet 1980 Page 32-33Lui numéro 198 juillet 1980 Page 34-35Lui numéro 198 juillet 1980 Page 36-37Lui numéro 198 juillet 1980 Page 38-39Lui numéro 198 juillet 1980 Page 40-41Lui numéro 198 juillet 1980 Page 42-43Lui numéro 198 juillet 1980 Page 44-45Lui numéro 198 juillet 1980 Page 46-47Lui numéro 198 juillet 1980 Page 48-49Lui numéro 198 juillet 1980 Page 50-51Lui numéro 198 juillet 1980 Page 52-53Lui numéro 198 juillet 1980 Page 54-55Lui numéro 198 juillet 1980 Page 56-57Lui numéro 198 juillet 1980 Page 58-59Lui numéro 198 juillet 1980 Page 60-61Lui numéro 198 juillet 1980 Page 62-63Lui numéro 198 juillet 1980 Page 64-65Lui numéro 198 juillet 1980 Page 66-67Lui numéro 198 juillet 1980 Page 68-69Lui numéro 198 juillet 1980 Page 70-71Lui numéro 198 juillet 1980 Page 72-73Lui numéro 198 juillet 1980 Page 74-75Lui numéro 198 juillet 1980 Page 76-77Lui numéro 198 juillet 1980 Page 78-79Lui numéro 198 juillet 1980 Page 80-81Lui numéro 198 juillet 1980 Page 82-83Lui numéro 198 juillet 1980 Page 84-85Lui numéro 198 juillet 1980 Page 86-87Lui numéro 198 juillet 1980 Page 88-89Lui numéro 198 juillet 1980 Page 90-91Lui numéro 198 juillet 1980 Page 92-93Lui numéro 198 juillet 1980 Page 94-95Lui numéro 198 juillet 1980 Page 96-97Lui numéro 198 juillet 1980 Page 98-99Lui numéro 198 juillet 1980 Page 100-101Lui numéro 198 juillet 1980 Page 102-103Lui numéro 198 juillet 1980 Page 104-105Lui numéro 198 juillet 1980 Page 106-107Lui numéro 198 juillet 1980 Page 108-109Lui numéro 198 juillet 1980 Page 110-111Lui numéro 198 juillet 1980 Page 112-113Lui numéro 198 juillet 1980 Page 114-115Lui numéro 198 juillet 1980 Page 116-117Lui numéro 198 juillet 1980 Page 118-119Lui numéro 198 juillet 1980 Page 120-121Lui numéro 198 juillet 1980 Page 122