Lui n°197 juin 1980
Lui n°197 juin 1980
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°197 de juin 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 202

  • Taille du fichier PDF : 198 Mo

  • Dans ce numéro : spécial tennis.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
Morel Peyrat Garnier/SMP VOICI LE MAGNETOSCOPE QUI AONQUIS ERIQUE. Aux Etats-Unis, toutes les chaînes se battent pour obtenir l'audience des téléspectateurs. En fait, ce qui bat tous les records, c'est le magnétoscope Panasonic avec lequel les Américains réalisent eux-mêmes leurs ro res programmes. Commercialisé aux États-Unis en 1977, un groupe détient déjà plus de la moitié du marché des magnétoscopes VHS, c'est Matsushita, 1" groupe Japonais de matériel électronique grand public, représenté en particulier par la marque Panasonic. Record étonnant et spectaculaire qui s'explique par les qualités des produits Panasonic, résultat d'années de recherches facilitées par l'énorme puissance du groupe Matsushita. Le magnétoscope N V 8610 Panasonic est par exemple le seul magnétoscope du marché à posséder non seulement un moteur à entraînement direct mais de plus, piloté par quartz. Résultat, une vitesse parfaitement régulée et donc une très haute r oujours grâce au quartz, magnétoscope NV 8610 Panasonic anal vous offre également un véritable arrêt sur image et la possibilité, si vous le souhaitez, d'avancer image par image. De plus, son châssis monocoque lui assure une rigidité totale, véritable garantie de fiabilité. Enfin, le magnétoscope NV 8610 Panasonic vous permet bien sûr l'enregistrement simultané, une programmation une semaine à l'avance et une durée de 3 heures. Magnétoscope Panasonic. Ce n'est pas un hasard s'il a conquis l'Amérique. National Panasonic LE N°1 JAPONAIS DE L'IMAGE ET DU SON. 13-15, rue des Freres-Lumière - 93150 Le Blanc-Mesnil - "lc:l.  : 865.41.66. PANASONIC, TECHNICS ET NATIONAL  : 3 MARQUES DE MATSUSHITA ELECTRIC. Loi du 11 mars 1957 sur la propriété littéraire et artistique  : ka enregistrements ne peuvent faire l'objet que d'une utilisation privée.
ENTRETIEN « Tout Borotra qu'il fût, je trouvais terrible d'avoir été battu par un homme de... soixante-dix-huit ans ! 4,4 (Suite de la page 16.) couloir sur l'un de ses renvois peu tranchants, j'avais vraiment expédié la balle de l'autre côté, en pleine confiance, tranquillement, sans perdre de temps. Comme je finissais mon geste, j'ai vu la balle revenir sur moi et me passer à contrepied. Comment ce diable de Borotra était-il revenu de l'endroit où je l'avais situé pour riposter comme il le fallait avec une pareille réussite et une telle précision ?... Je me le demande encore. Dans ce genre de circonstance, le tennis devient totalement irrationnel. Ce n'est même plus du tennis, c'est un phénomène physique tout à fait étonnant. Cet homme servant avec une balle cotonneuse, très proche de la ligne, se ruant ensuite au filet avec un extraordinaire don d'anticipation et un étonnant jaillissement musculaire serait aujourd'hui dans les tout premiers du monde. Dabadie En double, quand même, tout Borotra qu'il fût, je trouvais terrible d'avoir été battu par un homme de soixante-dix-huit ans ! L'admiration que je lui portais était un peu gâchée par le fait que j'aurais mieux aimé formuler les mêmes commentaires sur un banc en regardant les autres dans le rôle des battus. Dans un tournoi, je disputais un premier tour au couteau avec un adversaire un peu plus âgé que moi, qui aurait pu être le fils de Jean Borotra. Un de ces personnages qui sont des loups pour les non-classés parce qu'ils sont des anciens classés. Je gagne par huit-six au troisième set, sur une erreur de jugement de l'arbitre qui, par bonheur, était le fils de mon adversaire. Aucune tricherie possible donc. J'étais sans voix, épuisé. J'invite cet adversaire à boire un verre. Il s'éclipse en prétextant ne pas avoir le temps alors que nous venions de passer trois heures dix sur le court !... Je m'approche du tableau du tournoi. Je découvre que je tombe sur un inconnu. A côté de moi, soudain, un gamin se dresse sur ses jambes et dit  : « Chic, je rencontre le vainqueur de Dabadie-X... » Tout cela signifiait qu'en cas de victoire, le lendemain, j'affrontais ce gosse, Christophe Jauffret, le fils de François Jauffret, déjà classé à trente. C'est là que l'on mesure la nécessité d'une dose très subtile d'orgueil et de modestie dans le tennis. Il faut constamment s'attendre d'un jour à l'autre à être éliminé en double par un monsieur de soixante-dix-huit ans et en simple quelques mois après par un enfant obligé de se mettre sur la pointe des pieds pour regarder votre nom sur le tableau !... Lui Dans la mesure où le tennis moderne est devenu une profession, que pensez-vous de cette évolution des moeurs et du jeu ? Chaban-Delmas C'est un autre univers. En même temps, cette transformation en profondeur explique comment et pourquoi le tennis a tellement progressé. Il a pris un autre visage, de l'intérieur par l'âpreté de ses matches et de l'extérieur par la qualité du spectacle donné. Quand de jeunes athlètes, intelligents et déterminés, se consacrent exclusivement au tennis, de six à dix heures par jour, sans se laisser détourner par les facilités et les agréments de l'existence, ils deviennent nécessairement très forts. Le tennis des années trente était réellement amateur, pas uniquement à cause de son statut financier mais en raison de l'organisation même de la vie. Dabadie Si le tennis d'aujourd'hui est effectivement à deux visages celui d'amateur que nous pratiquons à tous les échelons et celui des professionnels que nous admirons, c'est bien parce que les motivations, les méthodes et les régimes d'entraînement, les résultats aussi en sont très différents. Toutes les démarches et toutes les approches sont distinctes. On n'aborde pas Wimbledon ou Roland Garros et Choisy-le- Roi dans le même état d'esprit. Un tennisman anonyme, qui a un métier ou qui suit des études, qui doit courir à mort de la ligne de fond jusqu'au filet pour essayer de récupérer une amortie, y va pour son plaisir, c'est-à-dire pour sa fatigue, pour tout (Suite page 22.) i - _-`- Zilarmtout peut arriver... même le pire ! l.e placement Diamant sous assure  : lane plus salue constante Anon mat et discrétion totale Les meilleures garanties Nationales et internationales. 1NTF:KNNH()ti:1I, l)1AtilANTse charge de toute transaction (achat -'ente). Jnf a.z2ina 4 <,rctrt2z f//" r_lllrc.-y,-'L'investissement Diamant nécessite une information complète. Notre guide du Diamant vous est indispensable. â découper LUI Veuillez m'adresser GRATUITEMENT et sans engagement de ma part'Le guide du `Diamartt. Profession Adresse Tél. A retourner à  : I "INTERNATIONAL DIAMANT INFORMATION" 6, place Vendôme - 75001 PARIS i Tel. 261_54-53L...



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 197 juin 1980 Page 1Lui numéro 197 juin 1980 Page 2-3Lui numéro 197 juin 1980 Page 4-5Lui numéro 197 juin 1980 Page 6-7Lui numéro 197 juin 1980 Page 8-9Lui numéro 197 juin 1980 Page 10-11Lui numéro 197 juin 1980 Page 12-13Lui numéro 197 juin 1980 Page 14-15Lui numéro 197 juin 1980 Page 16-17Lui numéro 197 juin 1980 Page 18-19Lui numéro 197 juin 1980 Page 20-21Lui numéro 197 juin 1980 Page 22-23Lui numéro 197 juin 1980 Page 24-25Lui numéro 197 juin 1980 Page 26-27Lui numéro 197 juin 1980 Page 28-29Lui numéro 197 juin 1980 Page 30-31Lui numéro 197 juin 1980 Page 32-33Lui numéro 197 juin 1980 Page 34-35Lui numéro 197 juin 1980 Page 36-37Lui numéro 197 juin 1980 Page 38-39Lui numéro 197 juin 1980 Page 40-41Lui numéro 197 juin 1980 Page 42-43Lui numéro 197 juin 1980 Page 44-45Lui numéro 197 juin 1980 Page 46-47Lui numéro 197 juin 1980 Page 48-49Lui numéro 197 juin 1980 Page 50-51Lui numéro 197 juin 1980 Page 52-53Lui numéro 197 juin 1980 Page 54-55Lui numéro 197 juin 1980 Page 56-57Lui numéro 197 juin 1980 Page 58-59Lui numéro 197 juin 1980 Page 60-61Lui numéro 197 juin 1980 Page 62-63Lui numéro 197 juin 1980 Page 64-65Lui numéro 197 juin 1980 Page 66-67Lui numéro 197 juin 1980 Page 68-69Lui numéro 197 juin 1980 Page 70-71Lui numéro 197 juin 1980 Page 72-73Lui numéro 197 juin 1980 Page 74-75Lui numéro 197 juin 1980 Page 76-77Lui numéro 197 juin 1980 Page 78-79Lui numéro 197 juin 1980 Page 80-81Lui numéro 197 juin 1980 Page 82-83Lui numéro 197 juin 1980 Page 84-85Lui numéro 197 juin 1980 Page 86-87Lui numéro 197 juin 1980 Page 88-89Lui numéro 197 juin 1980 Page 90-91Lui numéro 197 juin 1980 Page 92-93Lui numéro 197 juin 1980 Page 94-95Lui numéro 197 juin 1980 Page 96-97Lui numéro 197 juin 1980 Page 98-99Lui numéro 197 juin 1980 Page 100-101Lui numéro 197 juin 1980 Page 102-103Lui numéro 197 juin 1980 Page 104-105Lui numéro 197 juin 1980 Page 106-107Lui numéro 197 juin 1980 Page 108-109Lui numéro 197 juin 1980 Page 110-111Lui numéro 197 juin 1980 Page 112-113Lui numéro 197 juin 1980 Page 114-115Lui numéro 197 juin 1980 Page 116-117Lui numéro 197 juin 1980 Page 118-119Lui numéro 197 juin 1980 Page 120-121Lui numéro 197 juin 1980 Page 122-123Lui numéro 197 juin 1980 Page 124-125Lui numéro 197 juin 1980 Page 126-127Lui numéro 197 juin 1980 Page 128-129Lui numéro 197 juin 1980 Page 130-131Lui numéro 197 juin 1980 Page 132-133Lui numéro 197 juin 1980 Page 134-135Lui numéro 197 juin 1980 Page 136-137Lui numéro 197 juin 1980 Page 138-139Lui numéro 197 juin 1980 Page 140-141Lui numéro 197 juin 1980 Page 142-143Lui numéro 197 juin 1980 Page 144-145Lui numéro 197 juin 1980 Page 146-147Lui numéro 197 juin 1980 Page 148-149Lui numéro 197 juin 1980 Page 150-151Lui numéro 197 juin 1980 Page 152-153Lui numéro 197 juin 1980 Page 154-155Lui numéro 197 juin 1980 Page 156-157Lui numéro 197 juin 1980 Page 158-159Lui numéro 197 juin 1980 Page 160-161Lui numéro 197 juin 1980 Page 162-163Lui numéro 197 juin 1980 Page 164-165Lui numéro 197 juin 1980 Page 166-167Lui numéro 197 juin 1980 Page 168-169Lui numéro 197 juin 1980 Page 170-171Lui numéro 197 juin 1980 Page 172-173Lui numéro 197 juin 1980 Page 174-175Lui numéro 197 juin 1980 Page 176-177Lui numéro 197 juin 1980 Page 178-179Lui numéro 197 juin 1980 Page 180-181Lui numéro 197 juin 1980 Page 182-183Lui numéro 197 juin 1980 Page 184-185Lui numéro 197 juin 1980 Page 186-187Lui numéro 197 juin 1980 Page 188-189Lui numéro 197 juin 1980 Page 190-191Lui numéro 197 juin 1980 Page 192-193Lui numéro 197 juin 1980 Page 194-195Lui numéro 197 juin 1980 Page 196-197Lui numéro 197 juin 1980 Page 198-199Lui numéro 197 juin 1980 Page 200-201Lui numéro 197 juin 1980 Page 202