Lui n°195 avril 1980
Lui n°195 avril 1980
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°195 de avril 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 184

  • Taille du fichier PDF : 215 Mo

  • Dans ce numéro : spécial Nastassja Kinski.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 126 - 127  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
126 127
MYSTERES... MAGOUILLES AU MARCHE COMMUN Les produits n'existaient que sur le papier. Les primes étaient, elles, bien réelles  : le trio s'est partagé la bagatelle de huit cents briques aux frais de l'Europe verte... lobby dont l'appui est quasi indispen- la sortie des eaux territoriales commu- réunion, de réclamer les plus lourdes sable pour être élu président des Etats- nautaires. Les douaniers européens ont sanctions contre les infâmes fraudeurs, Unis... saisi aussi de bien étranges fûts de s'est fait prendre la main dans le sac. Mais les « eurobandits » n'ont pas prétendu saindoux qui dissimulaient, Ce haut fonctionnaire visait des docuattendu que cette manne miraculeuse en fait, sous une fine pellicule de cette ments attestant que les grossistes belleur tombe du ciel pour monter de matière grasse, des cailloux mêlés à du ges expédient leurs produits à l'extésucculents trafics à l'intérieur même terreau. Cette fraude-là, bien que très rieur du Marché commun et ont le du Marché commun. La proie est inventive, demeure assez primaire. Les droit de toucher les primes à l'exportatentante  : il s'agit du Fonds Européen circuits sont souvent plus compliqués tion. Il suffisait de mêler quelques d'Orientation et de Garantie Agricole et d'honorables sociétés ayant pignon fausses déclarations aux vraies. En communément appelé Feoga, qui gère sur rue montent par l'intermédiaire de deux ans, il a fourni régulièrement à chaque année, pour le compte du sociétés fictives de grosses escroque- une laiterie et à un exportateur de Marché commun, la fabuleuse somme ries. viandes, des documents pour des prode quatre-vingt-dix milliards de francs Récemment, une société dont le siège duits qui n'existaient que sur le papier. lourds neuf mille milliards anciens ! social se trouve, comme par hasard, à Les primes étaient, elles, bien réelles, De quoi faire germer toutes les idées Panama, vend un bateau de quinze et le trio indélicat avait réussi à se possibles d'arnaques dans les cerveaux mille tonnes de céréales européennes à partager la bagatelle de huit millions fertiles des truands... un pays d'Afrique du Nord. Le bateau de francs aux frais de l'Europe verte... Un peu de technique est ici nécessaire. part et le Feoga verse la prime à Ce haut fonctionnaire qui avait, paraît- Le Feoga, c'est le trésor de l'Europe l'exportation. Jusque-là, rien que de il, de gros besoins d'argent parce agricole, la tirelire commune à tous les très normal. Mais voilà, le bateau qu'il voulait se lancer dans la politique Etats membres. Chaque Etat lui verse revient, clandestinement au lieu, s'est fait bêtement pincer. Un jour des subventions et la totalité des droits d'aller en Afrique s'amarrer avec sa qu'il était absent, l'un de ses adjoints de douanes des produits agricoles qui marchandise dans un port italien. Puis voulant bien faire l'a remplacé et il a pénètrent dans le Marché commun lui français. Grâce à de faux certificats de trouvé une facture suspecte... Morarevient, ainsi qu'un pourcentage des vente, la société fait une nouvelle lité, un chef de service marron ne doit Tva. En échange, pour aider les demande pour revendre le même blé jamais prendre de congé ! agriculteurs européens à vendre les au même pays. Le Feoga accepte et le Parfois les fraudeurs se font arrêter produits communautaires à l'extérieur même bateau repart. La société touche encore plus stupidement. Ainsi cette du Marché commun, c'est lui qui leur une nouvelle fois la prime. L'escroque- société frangraise, donnée en exemple, verse la différence entre le prix com- rie est encore plus raffinée car la qui, en un an, avait réussi à vendre munautaire très élevé et le prix cargaison du bateau est refusée grâce à plus de deux mille tonnes de beurre au mondial très bas. Par exemple, le un fonctionnaire corrompu d'Afrique Ghana. Le Feoga félicita cette dynamikilo de beurre vaut en moyenne six du Nord. Le bateau revient donc que entreprise qui exportait autant à francs sur le cours mondial, et seize encore une fois en France où le blé est l'étranger et lui versa ses primes à francs sur le cours européen ! revendu pour la consommation ani- l'exportation, soit quatre francs le kilo ; De là découle la première grande male. Comble de l'ironie, la société elle toucha ainsi près de dix millions de arnaque des eurobandits, l'article 1 du touche les primes d'assurances puisque francs lourds. Il fallut déchanter lorscode international des fraudeurs  : l'affaire ne s'est pas réalisée... Une qu'on s'aperçut, grâce aux statistiques organiser une vente fictive à l'extérieur opération dont le bénéfice net est de du Commerce Extérieur, que le de l'Europe pour empocher les primes l'ordre de plusieurs milliards d'anciens Ghana, d'après ses déclarations... du Feoga. Certains, les plus rustiques, francs !.. Lorsque les douaniers décou- n'achetait pas un seul gramme de vendent carrément des produits qui vriront le pot aux roses, l'argent sera beurre à la France ! Les papiers de n'existent pas ! Qu'ils inventent eux- déjà depuis longtemps placé en Suisse, cette entreprenante société étaient bien mêmes. Ainsi, un certain Monsieur à l'écart de toutes saisies, et les sociétés en règle, mais totalement faux... Molténi, producteur italien de salai- (fictives) qui avaient mené l'affaire L'article II du code secret de la fraude son, expédiait par bateau, hors de auront disparu, volatilisées dans la est l'inverse du premier  : au lieu l'Europe, de la mortadelle d'apparence nature. d'essayer de toucher les primes à plus vraie que nature mais farcie de Mais le mieux, dans ce genre de l'exportation, il s'agit de faire rentrer déchets et de mie de pain. Il encaissait combine, est d'avoir un traître dans la clandestinement dans le Marché cornles subventions à l'exportation qu'il place. Il y a deux ans, par exemple, un mun un produit extérieur. Le bénéfice partageait avec son client fictif, tandis haut fonctionnaire belge de la Commu- est double  : il permet de ne pas payer que la cargaison était jetée à la mer dès nauté, qui ne manquait pas, à chaque les importants droits (Suite p.163.) 128
, f y. -.44..N.qr41/.N111.. 44.4411.4,t, r }. ; H-..w,t.vd. 1.. a.wwi, 4..i..-w. -.rrJs..iy.attJ « a(IrYAYW+' ; ieiFr..s ».y, `.M.p. °.r+, g+.tw,r. » r +.-,-... Sr..., - S... w.M.wrMr+1y.1.w..mw+y.:yN.rarp^..1 !  : ir_7,rM.47.nstr..r.r+..M. « r.. « -. r-._. a'.ui.,uvi.4,.s ; r1+'., K 1 9. + :...+a.r,_. - - ! v... - -...n...r..., + -...r...w..V...r... _.. 4'.:w. :.y:. w »..+4.+.r:ui w np..+..T,Ae..s ; ati.a.i..NJI/'.-`+. -.y i y..t A TZ ? F° M'.41.W ssr N...r Ju'+'MM+..riH R.++.., Iwf.a_- (.  : K+^rr.i.Z'ajMy.,r...n- <+M4arfal.w ! wn..wvy.ya st, v...r. »..r »...Ih, « }..ur..N:v.r..wa.+1ww.``VNA..i-r 1.1"'..rlrswNlM^`^"^r'cw +.>j `i..r a. » M-.r:.-y.i ti+/.vnpMsIM.rra-...+s, '. }â 1i.ÿ...,i ạ - ?. s :  : _L:...r=  : Lw':.. y.,t^...+w+..a.+,4+.Y+M.+M..._.ywN.` =:... ; T s, -çr.4- +rhr:ax -4:.. 1.i.A.r1,.,u.e+M.,v-,. :..ti,h.. ``.. +t.. + ! -.rw+f...ly{`,.+vt Y ç 1..'A+H ; 4n..M..7+.+.. c-...sNt,. wr.. _Yt.j.. -^. r+ T +.M. ; +...`...+.. _...+...,_.w +.y. -) jI t I 1.1.r_.+Ry..:. Y... I -..a._.+r. _.+...t..r. i``...M..jry  : 3 a...+.±...t.\LU1J bLLU ;L.. - IJJ r f n W * :... 1 p..au.N'-. _w.Y+.4._...t.- - -. I. (I t



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 195 avril 1980 Page 1Lui numéro 195 avril 1980 Page 2-3Lui numéro 195 avril 1980 Page 4-5Lui numéro 195 avril 1980 Page 6-7Lui numéro 195 avril 1980 Page 8-9Lui numéro 195 avril 1980 Page 10-11Lui numéro 195 avril 1980 Page 12-13Lui numéro 195 avril 1980 Page 14-15Lui numéro 195 avril 1980 Page 16-17Lui numéro 195 avril 1980 Page 18-19Lui numéro 195 avril 1980 Page 20-21Lui numéro 195 avril 1980 Page 22-23Lui numéro 195 avril 1980 Page 24-25Lui numéro 195 avril 1980 Page 26-27Lui numéro 195 avril 1980 Page 28-29Lui numéro 195 avril 1980 Page 30-31Lui numéro 195 avril 1980 Page 32-33Lui numéro 195 avril 1980 Page 34-35Lui numéro 195 avril 1980 Page 36-37Lui numéro 195 avril 1980 Page 38-39Lui numéro 195 avril 1980 Page 40-41Lui numéro 195 avril 1980 Page 42-43Lui numéro 195 avril 1980 Page 44-45Lui numéro 195 avril 1980 Page 46-47Lui numéro 195 avril 1980 Page 48-49Lui numéro 195 avril 1980 Page 50-51Lui numéro 195 avril 1980 Page 52-53Lui numéro 195 avril 1980 Page 54-55Lui numéro 195 avril 1980 Page 56-57Lui numéro 195 avril 1980 Page 58-59Lui numéro 195 avril 1980 Page 60-61Lui numéro 195 avril 1980 Page 62-63Lui numéro 195 avril 1980 Page 64-65Lui numéro 195 avril 1980 Page 66-67Lui numéro 195 avril 1980 Page 68-69Lui numéro 195 avril 1980 Page 70-71Lui numéro 195 avril 1980 Page 72-73Lui numéro 195 avril 1980 Page 74-75Lui numéro 195 avril 1980 Page 76-77Lui numéro 195 avril 1980 Page 78-79Lui numéro 195 avril 1980 Page 80-81Lui numéro 195 avril 1980 Page 82-83Lui numéro 195 avril 1980 Page 84-85Lui numéro 195 avril 1980 Page 86-87Lui numéro 195 avril 1980 Page 88-89Lui numéro 195 avril 1980 Page 90-91Lui numéro 195 avril 1980 Page 92-93Lui numéro 195 avril 1980 Page 94-95Lui numéro 195 avril 1980 Page 96-97Lui numéro 195 avril 1980 Page 98-99Lui numéro 195 avril 1980 Page 100-101Lui numéro 195 avril 1980 Page 102-103Lui numéro 195 avril 1980 Page 104-105Lui numéro 195 avril 1980 Page 106-107Lui numéro 195 avril 1980 Page 108-109Lui numéro 195 avril 1980 Page 110-111Lui numéro 195 avril 1980 Page 112-113Lui numéro 195 avril 1980 Page 114-115Lui numéro 195 avril 1980 Page 116-117Lui numéro 195 avril 1980 Page 118-119Lui numéro 195 avril 1980 Page 120-121Lui numéro 195 avril 1980 Page 122-123Lui numéro 195 avril 1980 Page 124-125Lui numéro 195 avril 1980 Page 126-127Lui numéro 195 avril 1980 Page 128-129Lui numéro 195 avril 1980 Page 130-131Lui numéro 195 avril 1980 Page 132-133Lui numéro 195 avril 1980 Page 134-135Lui numéro 195 avril 1980 Page 136-137Lui numéro 195 avril 1980 Page 138-139Lui numéro 195 avril 1980 Page 140-141Lui numéro 195 avril 1980 Page 142-143Lui numéro 195 avril 1980 Page 144-145Lui numéro 195 avril 1980 Page 146-147Lui numéro 195 avril 1980 Page 148-149Lui numéro 195 avril 1980 Page 150-151Lui numéro 195 avril 1980 Page 152-153Lui numéro 195 avril 1980 Page 154-155Lui numéro 195 avril 1980 Page 156-157Lui numéro 195 avril 1980 Page 158-159Lui numéro 195 avril 1980 Page 160-161Lui numéro 195 avril 1980 Page 162-163Lui numéro 195 avril 1980 Page 164-165Lui numéro 195 avril 1980 Page 166-167Lui numéro 195 avril 1980 Page 168-169Lui numéro 195 avril 1980 Page 170-171Lui numéro 195 avril 1980 Page 172-173Lui numéro 195 avril 1980 Page 174-175Lui numéro 195 avril 1980 Page 176-177Lui numéro 195 avril 1980 Page 178-179Lui numéro 195 avril 1980 Page 180-181Lui numéro 195 avril 1980 Page 182-183Lui numéro 195 avril 1980 Page 184