Lui n°194 mars 1980
Lui n°194 mars 1980
  • Prix facial : 7 F

  • Parution : n°194 de mars 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 154

  • Taille du fichier PDF : 141 Mo

  • Dans ce numéro : Californie, opérations anti vol.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 80 - 81  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
80 81
Un motocycliste dérape sur une route de montagne et se retrouve suspendu à une branche dominant le précipice. Un camion s'arrête. Un routier en descend. Le motocycliste supplie  : - Aidez-moi à remonter... - Pourquoi ? Quel est mon intérêt ? demande le camionneur. - Je ferai ce que vous voudrez pour vous payer... Le routier tend la main au motocycliste qui lâche l'arbre. Alors qu'il tient l'accidenté suspendu dans le vide, il demande  : - Si je te sauve, est-ce que tu me feras une pipe ? - Oui, oui, promis. - Et est-ce que je pourrai t'enfiler ensuite ? - Oui, oui. - Espèce de sale pédé ! dit le routier en lâchant la main du motocycliste. Question  : Pendant quel mois de l'année les femmes parlent-elles le moins ? Réponse  : en février. Dans une clinique qui pratique l'insémination artificielle, une femme attend à la réception. Elle constate que les médecins ne portent ni pantalon, ni slip. Outrée, elle demande à l'un d'eux  : - Mais qu'est-ce que c'est cette tenue scandaleuse ? - Désolé, Madame, répond le médecin. Nous n'avons plus de sperme en bouteille et nous sommes obligés de servir à la pression. Deux Belges décident d'assassiner Hitler. Après une petite enquête, ils découvrent que le Fürher se rend chez une prostituée, chaque mercredi à 11 h 30 précises. Le jour J, les deux Belges, armés jusqu'aux dents, attendent Hitler en face de la maison de la prostituée, prêts à tuer le dictateur. A 11h, rien ; 11 h 15, rien ; à 11 h 30, toujours pas de Hitler. L'un des deux Belges, inquiet, dit à l'autre  : - Bon Dieu, pourvu qu'il ne lui soit rien arrivé ! 80 onIz- ! vI Sur son échafaudage, Michel-Ange est un train de peindre le plafond de la chapelle Sixtine. Il aperçoit soudain, en dessous de lui, une femme agenouillée, en prière. Un peu farceur, le peintre crie d'une voix lugubre  : - Je suis Jésus-Christ. Ecoutemoi, femme, je vais faire un miracle. La femme continue de prier, impassible. Déçu, Michel-Ange répète  : - Je suis Jésus-Christ, femme. Ecoute-moi... Agacée, la femme s'écrie  : - Tais-toi donc, tu ne vois pas que je parle à ta mère ? En voyage d'affaires à Tokyo, un Américain rencontre une jeune Japonaise qu'il emmène à l'hôtel. Pendant qu'ils font l'amour, l'Orientale crie plusieurs fois « Nachagai Ana », visiblement folle de plaisir. Le lendemain, le businessman joue au golf avec un industriel japonais. Ce dernier réussit son premier trou en un seul coup. L'Américain, pour montrer son admiration, s'écrie'Nachagai  : Ana » ! Le Japonais le regarde, surpris  : - Comment ça, le mauvais trou ? Au cours de son voyage à Paris, le Premier ministre chinois est interviewé par un journaliste. Ce dernier demande  : - Quand, pour la dernière fois, avez-vous eu une élection ? - Ce matin, répond le Premier ministre, en visitant l'Alc de Tliomphe... Une femme enceinte a pris un médicament expérimental et met au monde... une tête sans corps. Elle décide d'élever « l'enfant » aussi normalement que possible. Posé sur un coussin, l'enfant-tête grandit, apprend à parler, rire et regarder la télévision. Pour son vingtième anniversaire, une réunion familiale est organisée. A la fin du repas, présidé par le héros de la soirée bien calé en bout de table, le père s'approche et dit  : - Mon enfant, j'ai un cadeau pour toi. Devine ce que c'est... Voyant son père poser une boîte carrée sur la table, l' « enfant » s'écrie, inquiet  : - Bon Dieu, j'espère que c'est pas un autre chapeau ! Faire confiance à la Chine est très difficile pour une raison très simple. Tout pays qui a plus de sept cent cinquante millions d'habitants et qui assure que le sport favori de la population est le ping-pong, mentira également sur d'autres sujets. Question  : Quelle différence une femme fait-elle entre la pluie et le sexe ? Réponse  : Aucune. Elle ne sait jamais combien de temps ça durera ni quelle longueur ça aura. Chers lecteurs, souriez-nous. Envoyez-nous vos meilleures histoires drôles, à condition qu'elles soient inédites. Lui vous adressera un chèque-sourire de 40 francs pour chaque histoire publiée. Au cas où nous recevrions deux histoires identiques, seule la première exprimée, le cachet de la poste faisant foi, sera primée.
« Une main, tout va bien. Deux mains, il sera trop tard. » (Veuve Poignet)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 194 mars 1980 Page 1Lui numéro 194 mars 1980 Page 2-3Lui numéro 194 mars 1980 Page 4-5Lui numéro 194 mars 1980 Page 6-7Lui numéro 194 mars 1980 Page 8-9Lui numéro 194 mars 1980 Page 10-11Lui numéro 194 mars 1980 Page 12-13Lui numéro 194 mars 1980 Page 14-15Lui numéro 194 mars 1980 Page 16-17Lui numéro 194 mars 1980 Page 18-19Lui numéro 194 mars 1980 Page 20-21Lui numéro 194 mars 1980 Page 22-23Lui numéro 194 mars 1980 Page 24-25Lui numéro 194 mars 1980 Page 26-27Lui numéro 194 mars 1980 Page 28-29Lui numéro 194 mars 1980 Page 30-31Lui numéro 194 mars 1980 Page 32-33Lui numéro 194 mars 1980 Page 34-35Lui numéro 194 mars 1980 Page 36-37Lui numéro 194 mars 1980 Page 38-39Lui numéro 194 mars 1980 Page 40-41Lui numéro 194 mars 1980 Page 42-43Lui numéro 194 mars 1980 Page 44-45Lui numéro 194 mars 1980 Page 46-47Lui numéro 194 mars 1980 Page 48-49Lui numéro 194 mars 1980 Page 50-51Lui numéro 194 mars 1980 Page 52-53Lui numéro 194 mars 1980 Page 54-55Lui numéro 194 mars 1980 Page 56-57Lui numéro 194 mars 1980 Page 58-59Lui numéro 194 mars 1980 Page 60-61Lui numéro 194 mars 1980 Page 62-63Lui numéro 194 mars 1980 Page 64-65Lui numéro 194 mars 1980 Page 66-67Lui numéro 194 mars 1980 Page 68-69Lui numéro 194 mars 1980 Page 70-71Lui numéro 194 mars 1980 Page 72-73Lui numéro 194 mars 1980 Page 74-75Lui numéro 194 mars 1980 Page 76-77Lui numéro 194 mars 1980 Page 78-79Lui numéro 194 mars 1980 Page 80-81Lui numéro 194 mars 1980 Page 82-83Lui numéro 194 mars 1980 Page 84-85Lui numéro 194 mars 1980 Page 86-87Lui numéro 194 mars 1980 Page 88-89Lui numéro 194 mars 1980 Page 90-91Lui numéro 194 mars 1980 Page 92-93Lui numéro 194 mars 1980 Page 94-95Lui numéro 194 mars 1980 Page 96-97Lui numéro 194 mars 1980 Page 98-99Lui numéro 194 mars 1980 Page 100-101Lui numéro 194 mars 1980 Page 102-103Lui numéro 194 mars 1980 Page 104-105Lui numéro 194 mars 1980 Page 106-107Lui numéro 194 mars 1980 Page 108-109Lui numéro 194 mars 1980 Page 110-111Lui numéro 194 mars 1980 Page 112-113Lui numéro 194 mars 1980 Page 114-115Lui numéro 194 mars 1980 Page 116-117Lui numéro 194 mars 1980 Page 118-119Lui numéro 194 mars 1980 Page 120-121Lui numéro 194 mars 1980 Page 122-123Lui numéro 194 mars 1980 Page 124-125Lui numéro 194 mars 1980 Page 126-127Lui numéro 194 mars 1980 Page 128-129Lui numéro 194 mars 1980 Page 130-131Lui numéro 194 mars 1980 Page 132-133Lui numéro 194 mars 1980 Page 134-135Lui numéro 194 mars 1980 Page 136-137Lui numéro 194 mars 1980 Page 138-139Lui numéro 194 mars 1980 Page 140-141Lui numéro 194 mars 1980 Page 142-143Lui numéro 194 mars 1980 Page 144-145Lui numéro 194 mars 1980 Page 146-147Lui numéro 194 mars 1980 Page 148-149Lui numéro 194 mars 1980 Page 150-151Lui numéro 194 mars 1980 Page 152-153Lui numéro 194 mars 1980 Page 154