Lui n°194 mars 1980
Lui n°194 mars 1980
  • Prix facial : 7 F

  • Parution : n°194 de mars 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 154

  • Taille du fichier PDF : 141 Mo

  • Dans ce numéro : Californie, opérations anti vol.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
YI-KING  : LA CHINE EN AVANT TOUTE ! « Si les savants s'étaient intéressés plus tôt au Yi-King, la bombe atomique aurait été conçue en 1900 !... » selon la façon dont elles tombaient, de tracer sur une feuille de papier une ligne pleine ou une ligne brisée. On répétait six fois l'opération et on obtenait un hexagramme dont on cherchait la signification dans le vieux grimoire... La lecture de celle-ci était censée résoudre la question que vous aviez en tête. Tout cela paraissait bien innocent, d'autant que les conseils prodigués par le Livre des Mutations étaient généralement peu critiquables du style  : « La maîtrise de soi apporte la réussite »... Aussi pensaiton que ce petit jeu de société ne ferait qu'un feu de paille, comme la plupart des modes. On se trompait. Février 1980. Le feu de paille s'est transformé en courant continu. Les U.s. a. sont plus Yi-Kingisés que jamais. Mais maintenant, ce ne sont plus des starlettes et des pusillanimesésotériques qui mènent le jeu. Ce sont des savants, des technocrates, des intellectuels, des journalistes — et non des moindres. Et bien sûr, dans les autres pays occidentaux, tous ceux qui ont les yeux fixés sur eux marchent dans leurs traces. Ce n'est bien sûr plus d'un oracle à la petite semaine qu'il s'agit. A Los Angeles, la vente des paquets de cinquante baguettes d'achilee millefeuille (la manipulation inconsciente de ces tiges d'ombellifères permettait aux anciens Chinois de tirer au sort un hexagramme d'une façon plus pittoresque qu'en jouant à pile ou lace) a plutôt diminué. En revanche, dans les articles des revues scientifiques, on trouve de plus en plus des affirmations comme celleci, très prudente  : « Un certain nombre d'observateurs estiment que la science du xxe siècle se rapproche davantage du type d'interprétation yin-yang de l'univers naturel, telles qu'elles sont exprimées dans le Livre des Mutations, que les vues occidentales traditionnelles ». Ou celle-là, un véritable pavé dans la mare lancé par le professeur Yun Young Lee, auteur d'Understanding the I-Ching  : « Nous 46 pouvons dire que le Principe du Changement établi dans le Livre des Mutations est la base de la théorie de la Relativité d'Einstein, même si ce savant ignorait vraisemblablement tout de l'existence de ce livre. » Tout comme Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir, nous voilà donc tous Chinois à notre insu. Depuis quatre ou cinq décennies, plus nos théories occidentales scientifiques font florès, plus elles sont sinisées ! A chaque fois que nous croyons innover, nous ne faisons que reprendre à notre compte une vieille théorie chinoise d'il y a quatre ou cinq mille ans (de quoi rager, mais aussi de quoi croire en la valeur de l'homme éternel !)... Comme son nom l'indique, le Livre des Mutations considère que le concept de changement est plus important que ceux d'Espace et de Temps ce qu'on enseigne seulement depuis peu dans nos universités... Les schémas qu'il propose préfigurent ceux des atomes et la plupart de ceux qui sont actuellement utilisés dans la biologie et la physique moderne. Un exemple  : le proton n'est rien d'autre qu'un neutron chargé et un neutron rien d'autre qu'un proton déchargé ; pareillement, l'hexagramme « j ian » est le même que l'hexagramme « kun »  : seules leurs charges positives ou négatives, c'est-à-dire la distribution du « yin » et du « yang », diffèrent... Une de nos technologies les plus spectaculaires, celle des ordinateurs, ne s'appuie pas on a souvent tendance à l'oublier sur le système décimal, mais sur un système binaire apparemment ridicule (il consiste à écrire 1=1, 2=10, 3=101... 175=10101111, etc.) qui, pourtant, puisqu'il ne comprend que deux symboles, est en fait plus simple et plus fiable que le nôtre. Or ce système, Leibniz l'avait redécouvert en 1679... en étudiant le tableau des hexagrammes que lui avait envoyé de Chine un missionnaire jésuite, le R. p.Bouvet... Il l'avait baptisé « de progressione dyadica » mais on l'appelle aujourd'hui plus familièrement « système flipflop » et il rend de tels services qu'il a fait traiter le Yi-King de « père de l'informatique », « ordinateur archétype » et « ordinateur du pauvre ». Leibniz avait d'ailleurs fait part de sa découverte au roi de Prusse en lui vantant les bienfaits que la vieille sagesse chinoise pourrait apporter à l'humanité  : le roi fut, paraît-il, un instant séduit, mais se borna à subventionner la culture du ver à soie en Chine... Certains savants d'aujourd'hui vont encore plus loin que Leibniz. Ainsi le professeur Yung Young Lee  : « Si les savants s'y étaient intéressés plus tôt, la bombe atomique aurait été conçue en 1900... » Heureusement, les moralistes contemporains, qui se réclament également du Yi-King, ajoutent  : « Mais cette atrocité aurait supposé une mauvaise utilisation du Vieux Livre, car son principe même étant de mettre l'accent sur l'interdépendance des choses entre elles, il est également le premier grand ouvrage de morale ». Car les savants ne sont pas seuls à prendre un bain de jouvence dans les hexagrammes. Des psychologues, des sémiologues, des psychothérapeutes, des écrivains, des médecins, des diététiciens, des culturistes (l'acupuncture, la macrobiotique d'Ohsawa, le « tai ji quan » la boxe chinoise dérivent directement du Yi-King), des artistes et des chercheurs tous azimuts leur tiennent compagnie... le Yi-King n'est plus un jeu  : il est devenu la béquille de la pensée occidentale moderne. Qu'est-ce donc, ce fameux Yi-King ? C'est un texte plusieurs fois millénaire, peut-être le plus ancien texte complet et cohérent de l'histoire de l'humanité. Mais sa plus grande particularité, c'est qu'il ne ressemble à aucun autre. Il se compose en effet de courts commentaires donnés aux soixantequatre combinaisons de six lignes que l'on peut mathématiquement obtenir en utilisant seulement deux symboles  : un trait plein et un trait brisé. La première de (Suite page 56.)
- 1.94.11T04711,7.171*  : 141044 "- iiA'CT',r,



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 194 mars 1980 Page 1Lui numéro 194 mars 1980 Page 2-3Lui numéro 194 mars 1980 Page 4-5Lui numéro 194 mars 1980 Page 6-7Lui numéro 194 mars 1980 Page 8-9Lui numéro 194 mars 1980 Page 10-11Lui numéro 194 mars 1980 Page 12-13Lui numéro 194 mars 1980 Page 14-15Lui numéro 194 mars 1980 Page 16-17Lui numéro 194 mars 1980 Page 18-19Lui numéro 194 mars 1980 Page 20-21Lui numéro 194 mars 1980 Page 22-23Lui numéro 194 mars 1980 Page 24-25Lui numéro 194 mars 1980 Page 26-27Lui numéro 194 mars 1980 Page 28-29Lui numéro 194 mars 1980 Page 30-31Lui numéro 194 mars 1980 Page 32-33Lui numéro 194 mars 1980 Page 34-35Lui numéro 194 mars 1980 Page 36-37Lui numéro 194 mars 1980 Page 38-39Lui numéro 194 mars 1980 Page 40-41Lui numéro 194 mars 1980 Page 42-43Lui numéro 194 mars 1980 Page 44-45Lui numéro 194 mars 1980 Page 46-47Lui numéro 194 mars 1980 Page 48-49Lui numéro 194 mars 1980 Page 50-51Lui numéro 194 mars 1980 Page 52-53Lui numéro 194 mars 1980 Page 54-55Lui numéro 194 mars 1980 Page 56-57Lui numéro 194 mars 1980 Page 58-59Lui numéro 194 mars 1980 Page 60-61Lui numéro 194 mars 1980 Page 62-63Lui numéro 194 mars 1980 Page 64-65Lui numéro 194 mars 1980 Page 66-67Lui numéro 194 mars 1980 Page 68-69Lui numéro 194 mars 1980 Page 70-71Lui numéro 194 mars 1980 Page 72-73Lui numéro 194 mars 1980 Page 74-75Lui numéro 194 mars 1980 Page 76-77Lui numéro 194 mars 1980 Page 78-79Lui numéro 194 mars 1980 Page 80-81Lui numéro 194 mars 1980 Page 82-83Lui numéro 194 mars 1980 Page 84-85Lui numéro 194 mars 1980 Page 86-87Lui numéro 194 mars 1980 Page 88-89Lui numéro 194 mars 1980 Page 90-91Lui numéro 194 mars 1980 Page 92-93Lui numéro 194 mars 1980 Page 94-95Lui numéro 194 mars 1980 Page 96-97Lui numéro 194 mars 1980 Page 98-99Lui numéro 194 mars 1980 Page 100-101Lui numéro 194 mars 1980 Page 102-103Lui numéro 194 mars 1980 Page 104-105Lui numéro 194 mars 1980 Page 106-107Lui numéro 194 mars 1980 Page 108-109Lui numéro 194 mars 1980 Page 110-111Lui numéro 194 mars 1980 Page 112-113Lui numéro 194 mars 1980 Page 114-115Lui numéro 194 mars 1980 Page 116-117Lui numéro 194 mars 1980 Page 118-119Lui numéro 194 mars 1980 Page 120-121Lui numéro 194 mars 1980 Page 122-123Lui numéro 194 mars 1980 Page 124-125Lui numéro 194 mars 1980 Page 126-127Lui numéro 194 mars 1980 Page 128-129Lui numéro 194 mars 1980 Page 130-131Lui numéro 194 mars 1980 Page 132-133Lui numéro 194 mars 1980 Page 134-135Lui numéro 194 mars 1980 Page 136-137Lui numéro 194 mars 1980 Page 138-139Lui numéro 194 mars 1980 Page 140-141Lui numéro 194 mars 1980 Page 142-143Lui numéro 194 mars 1980 Page 144-145Lui numéro 194 mars 1980 Page 146-147Lui numéro 194 mars 1980 Page 148-149Lui numéro 194 mars 1980 Page 150-151Lui numéro 194 mars 1980 Page 152-153Lui numéro 194 mars 1980 Page 154