Lui n°193 février 1980
Lui n°193 février 1980
  • Prix facial : 7 F

  • Parution : n°193 de février 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 138

  • Taille du fichier PDF : 136 Mo

  • Dans ce numéro : une nouvelle policière de Woody Allen.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 72 - 73  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
72 73
Un petit bijou vient de paraître chez Stock  : le Nouvel album de la Comtesse celle du Canard enchaîné, bien sûr où l'on fait, en mille formules, un tour pas vraiment triste des douze dernières années. Voici, en hors d'oeuvre, l'année 68, vue « sous le pudique para-vent du contrepet »... Dédaignant le gui des voeux et les hommes avides excités d'en avoir trop bu, la Comtesse a préféré embrasser son ami en plein vent. Sans vouloir imiter les riches, plus d'un contribuable se contenterait des plus légères baisses de fardeau. Puisque cette grande colonne de Chine exige de grosses briques, en voilà une tonne ! Le général va chaque fois à la messe, et chaque mois dans la foule. Bidasse a écrit à Valentine  : « Je me suis payé une jolie lunette dans la caserne. » Ce n'est pas en tissant qu'on fait les éperons ! La colonne a été repoussée par de petites patrouilles. Le pied-noir a fait souche dans le Midi. Le cuisinier purifie la vaisselle avant de l'empiler avec son fiston. D'un lecteur marseillais, cette fantaisie mythologique  : « L'immuable conteur du mois nous fit apprécier le cas d'Ulysse. Ce n'était pas un mou Troyen ! L'admirable Ulysse sans calotte devant l'étrange Ithaque se mit à passer. Aux yeux des spectateurs se dévoilait la faune de l'humide Zante  : le mouton boite et les petites chèvres attirent les colons. Après le ter mars, contribution de dix pour cent payés sans retard. A l'adjudant qui l'engueulait, l'artilleur dit  : « C'est des culasses ! » Bien que sagesse ne soit pas folie, Des Grieux vénérait le nom de Mâcon. 72 oUn ! z-II Il est trop tard pour se brancher sur le gaullisme. Matraques, vous faites de sacrés flics ! Ressentant l'aversion de l'asperge, la Comtesse se fiche pas mal que les jeunes pousses soient pleines de goût. La bouchère ne veut pas que son mari reste abouché dans sa bande tant qu'il perd sur ses paupiettes ! De sa langue devenue pleine de miel au contact des foules, la nouvelle élue veut former de nombreux nids d'action civique. Après s'être fait piloter sur le devant entre le cotre et la pinasse, le capitaine darde son phare pour mouiller sur la côte. Avant qu'il les berce ou qu'il les pèse, le gynécologue tient à embrasser le papa des bébés. Las d'aller à la pluie avec son vieux trumeau, le vacancier encolle des vues. La Comtesse dédaigne ce tricheur de carme qui ne peine qu'en biseautant ! Vivement que notre Général soit à l'abri d'une telle bombe ! Humant le parfum de Berne, la Française n'écarte jamais les Suisses sans courir. Cessez au moins pendant deux minutes ! Le cadet bien pénalisé prit l'accu au Mans. Avec sa panne de micro, l'ingénieur ne détecte pas le moindre son. Cet illustre Serge ne prend son plaisir qu'entre deux vins. Bien que la gouge n'aime pas l'averse et que le tapeur réclame une sucette, celui qui sett l'amande espère jouer aux dés après le concert. Quand nous sauterons, de Gaulle verra bien cette fois si nous sommes des veaux ! Le mitron montre un grand culot en salant un joli pain de Bruxelles. En Amérique, il y a beaucoup de vrai dans ce que disent ces « faucons ». Ayant secoué la vitrine du pied, la bonne sert le plat du vitrier. Bien qu'il doute parfois des femmes, l'ingénieur agronome aime les oeufs. Nulle candeur n'a pu fléchir ce boucher. La boulangère qui a trop-plein de croûtes boit d'un coup le jus de la treille. Laissez-les vivre, et mort aux lâches ! Les étudiants ne veulent plus que les vieux fonds de la culture bougeoise cassent les vocations. La vieille putain qui nous a mis dans cette carrée espère-t-elle, après nous avoir massés, obtenir de nous un oui lascif ? La Ve tourne, à l'aide Bidault ! La Comtesse regrette que la fine ampleur de son jardinier ne puisse pénétrer dans sa malle écourtée. Heureusement qu'il n'a pas besoin de zèle pour bêcher ! Chers lecteurs, souriez-nous. Envoyez-nous vos meilleures histoires drôles, à condition qu'elles soient inédites. Lui vous adressera un chèque-sourire de 40 francs pour chaque histoire publiée. Au cas où nous recevrions deux histoires identiques, seule la première exprimée, le cachet de la poste faisant foi, sera primée.
On ne le répétera jamais assez  : une femme heu-reu-se n'a pas de culotte... A',. "



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 193 février 1980 Page 1Lui numéro 193 février 1980 Page 2-3Lui numéro 193 février 1980 Page 4-5Lui numéro 193 février 1980 Page 6-7Lui numéro 193 février 1980 Page 8-9Lui numéro 193 février 1980 Page 10-11Lui numéro 193 février 1980 Page 12-13Lui numéro 193 février 1980 Page 14-15Lui numéro 193 février 1980 Page 16-17Lui numéro 193 février 1980 Page 18-19Lui numéro 193 février 1980 Page 20-21Lui numéro 193 février 1980 Page 22-23Lui numéro 193 février 1980 Page 24-25Lui numéro 193 février 1980 Page 26-27Lui numéro 193 février 1980 Page 28-29Lui numéro 193 février 1980 Page 30-31Lui numéro 193 février 1980 Page 32-33Lui numéro 193 février 1980 Page 34-35Lui numéro 193 février 1980 Page 36-37Lui numéro 193 février 1980 Page 38-39Lui numéro 193 février 1980 Page 40-41Lui numéro 193 février 1980 Page 42-43Lui numéro 193 février 1980 Page 44-45Lui numéro 193 février 1980 Page 46-47Lui numéro 193 février 1980 Page 48-49Lui numéro 193 février 1980 Page 50-51Lui numéro 193 février 1980 Page 52-53Lui numéro 193 février 1980 Page 54-55Lui numéro 193 février 1980 Page 56-57Lui numéro 193 février 1980 Page 58-59Lui numéro 193 février 1980 Page 60-61Lui numéro 193 février 1980 Page 62-63Lui numéro 193 février 1980 Page 64-65Lui numéro 193 février 1980 Page 66-67Lui numéro 193 février 1980 Page 68-69Lui numéro 193 février 1980 Page 70-71Lui numéro 193 février 1980 Page 72-73Lui numéro 193 février 1980 Page 74-75Lui numéro 193 février 1980 Page 76-77Lui numéro 193 février 1980 Page 78-79Lui numéro 193 février 1980 Page 80-81Lui numéro 193 février 1980 Page 82-83Lui numéro 193 février 1980 Page 84-85Lui numéro 193 février 1980 Page 86-87Lui numéro 193 février 1980 Page 88-89Lui numéro 193 février 1980 Page 90-91Lui numéro 193 février 1980 Page 92-93Lui numéro 193 février 1980 Page 94-95Lui numéro 193 février 1980 Page 96-97Lui numéro 193 février 1980 Page 98-99Lui numéro 193 février 1980 Page 100-101Lui numéro 193 février 1980 Page 102-103Lui numéro 193 février 1980 Page 104-105Lui numéro 193 février 1980 Page 106-107Lui numéro 193 février 1980 Page 108-109Lui numéro 193 février 1980 Page 110-111Lui numéro 193 février 1980 Page 112-113Lui numéro 193 février 1980 Page 114-115Lui numéro 193 février 1980 Page 116-117Lui numéro 193 février 1980 Page 118-119Lui numéro 193 février 1980 Page 120-121Lui numéro 193 février 1980 Page 122-123Lui numéro 193 février 1980 Page 124-125Lui numéro 193 février 1980 Page 126-127Lui numéro 193 février 1980 Page 128-129Lui numéro 193 février 1980 Page 130-131Lui numéro 193 février 1980 Page 132-133Lui numéro 193 février 1980 Page 134-135Lui numéro 193 février 1980 Page 136-137Lui numéro 193 février 1980 Page 138