Lui n°193 février 1980
Lui n°193 février 1980
  • Prix facial : 7 F

  • Parution : n°193 de février 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 138

  • Taille du fichier PDF : 136 Mo

  • Dans ce numéro : une nouvelle policière de Woody Allen.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
ENTRETIEN « Si je devais jouer un personnage féminin, je choisirais la femme qui est en moi. C'est la femme que j'admire le plus au monde... » (Suite de la page 12.) vie serait différente si vous aviez un fils ? Hoffman Je n'en sais rien, mais c'était si bon d'en avoir un dans mon film Kramer. Si ça pouvait être vrai... Lui Donc, vous pourriez en avoir un, un jour. Hoffman Oui. Lui Au début de votre carrière, vous avez joué le rôle d'un homosexuel nazi dans une pièce... Hoffman...intitulée  : Harry, Noon and Night, de Ronald Ribman. Je n'ai pas hésité une seconde. J'étais un comédien au chômage, ma vieille. Un acteur au chômage proposez-lui de jouer un... vagin, il prendra le rôle à tous les coups. Et quand ses vieux parents lui demanderont  : « Quel rôle joues-tu ? », il dira  : « Un vagin. C'est un bon rôle. Bien sûr, je ne suis pas la vedette, mais demain je passe une audition pour le rôle de la queue. » Lui Vous avez joué d'autres... euh... 26 personnages inhabituels  : paumés, grandes gueules, taulards. Ou bien des personnages très typés ethniquement. Hoffman Vous aimez mes films ? Lui Beaucoup. A part quelques-uns, qui ne m'ont pas totalement convaincue... Hoffman Moi non plus. Lui Je sais que Straight Time vous a déçu, mais il paraît que la production s'est montré très hésitante. Hoffman Tout à fait d'accord. Au départ, je devais faire la mise en scène. Et puis, une fois les acteurs choisis, on a désigné un autre réalisateur. Mais tout ce que vous avez pu aimer dans ce film est le résultat d'un travail acharné, et c'est ça qui compte. Si je fais un film, c'est pour distraire les gens. Mais il y avait une autre version meilleure que celle que vous avez vue. Eh ! Où est la bouffe ? Qu'on m'apporte à manger ! Lui Vous pourriez jouer un rôle de femme ? Hoffman Si je devais jouer un personnager féminin, je choisirais la femme qui est en moi. C'est la femme que j'admire le plus au monde. Lui Et en tant qu'homme, qu'est-ce que vous appréciez le plus chez elle ? Hoffman Son honnêteté. Elle peut dire exactement ce qu'elle ressent, au moment où elle le ressent. C'est un dontrès peu répandu. Lui Est-ce que votre part masculine et votre part féminine se font la guerre ? Et si oui, qui l'emporte ? Hoffman Trop souvent, c'est le côté masculin  : le besoin d'en imposer, de gagner la bataille et de perdre la guerre. Lui Est-ce que ça ne vous laisse pas un peu insatisfait ? Vous ne vous dites jamais  : « A quoi bon ? » Hoffman J'admire les artistes qui sont restés des créateurs jusqu'à leur mort. Prenez Picasso. J'ignore s'il était un bon mari ou un bon père de famille, mais dans le domaine des formes, il ne s'est jamais répété. Dès qu'il avait élaboré une forme, il passait à autre chose. C'est une chose qui reste constante chez moi, ce besoin d'aller plus loin. Je ne dis jamais  : « A quoi bon ? » Lui Etes-vous ingrat ? Hoffman Je vais vous raconter une histoire. Voilà, c'est une grand-mère juive qui voudrait bien emmener son petit-fils à la plage, à Miami, mais les parents refusent parce que la grandmère est trop vieille et qu'ils ont peur d'un accident. Elle a beau supplier, pendant des années, mais non, pas question. Et puis, un beau jour, elle leur dit  : « Soyez gentils, laissez-moi emmener David, on marchera tous les deux sur le sable et c'est tout, promisjuré », et les parents disent  : « D'accord. » Les voilà tous les deux à la plage, la grand-mère et le petit David, qui a quatre ans et qui est habillé de pied en cap. « Regarde, David, regarde les vagues », dit la grand-mère et ils ramassent des coquillages, et tout à coup voilà une (Suite page 30.)
LIILLILIL ! 1.1i r Une nouvelle fois Gille révolutionne la technique du rasage avec Gillette Contour, le leirasoir à tête pivotante. Un rasoir qui suit automatique les contours de votre visage pour mi vous raser. Son angle de coupe permet aux 2 lames de rester en contactqua permanent avec votre peau. Sa cartouche, compacte et fine, favorise l'accès aux endroits les plus difficiles, sous le nez et sous le menton. Les espaces ménagés entre les 2 lames facilitent le nettoyage. Enfin Gillette Contour allie ces innovations techniques à la qualité traditionnelle des lames Gillette. Gillette Contour. De loin le meilleur rasage de près. GeNe ConI qui fait fraya 11 ! _i jiIYP.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 193 février 1980 Page 1Lui numéro 193 février 1980 Page 2-3Lui numéro 193 février 1980 Page 4-5Lui numéro 193 février 1980 Page 6-7Lui numéro 193 février 1980 Page 8-9Lui numéro 193 février 1980 Page 10-11Lui numéro 193 février 1980 Page 12-13Lui numéro 193 février 1980 Page 14-15Lui numéro 193 février 1980 Page 16-17Lui numéro 193 février 1980 Page 18-19Lui numéro 193 février 1980 Page 20-21Lui numéro 193 février 1980 Page 22-23Lui numéro 193 février 1980 Page 24-25Lui numéro 193 février 1980 Page 26-27Lui numéro 193 février 1980 Page 28-29Lui numéro 193 février 1980 Page 30-31Lui numéro 193 février 1980 Page 32-33Lui numéro 193 février 1980 Page 34-35Lui numéro 193 février 1980 Page 36-37Lui numéro 193 février 1980 Page 38-39Lui numéro 193 février 1980 Page 40-41Lui numéro 193 février 1980 Page 42-43Lui numéro 193 février 1980 Page 44-45Lui numéro 193 février 1980 Page 46-47Lui numéro 193 février 1980 Page 48-49Lui numéro 193 février 1980 Page 50-51Lui numéro 193 février 1980 Page 52-53Lui numéro 193 février 1980 Page 54-55Lui numéro 193 février 1980 Page 56-57Lui numéro 193 février 1980 Page 58-59Lui numéro 193 février 1980 Page 60-61Lui numéro 193 février 1980 Page 62-63Lui numéro 193 février 1980 Page 64-65Lui numéro 193 février 1980 Page 66-67Lui numéro 193 février 1980 Page 68-69Lui numéro 193 février 1980 Page 70-71Lui numéro 193 février 1980 Page 72-73Lui numéro 193 février 1980 Page 74-75Lui numéro 193 février 1980 Page 76-77Lui numéro 193 février 1980 Page 78-79Lui numéro 193 février 1980 Page 80-81Lui numéro 193 février 1980 Page 82-83Lui numéro 193 février 1980 Page 84-85Lui numéro 193 février 1980 Page 86-87Lui numéro 193 février 1980 Page 88-89Lui numéro 193 février 1980 Page 90-91Lui numéro 193 février 1980 Page 92-93Lui numéro 193 février 1980 Page 94-95Lui numéro 193 février 1980 Page 96-97Lui numéro 193 février 1980 Page 98-99Lui numéro 193 février 1980 Page 100-101Lui numéro 193 février 1980 Page 102-103Lui numéro 193 février 1980 Page 104-105Lui numéro 193 février 1980 Page 106-107Lui numéro 193 février 1980 Page 108-109Lui numéro 193 février 1980 Page 110-111Lui numéro 193 février 1980 Page 112-113Lui numéro 193 février 1980 Page 114-115Lui numéro 193 février 1980 Page 116-117Lui numéro 193 février 1980 Page 118-119Lui numéro 193 février 1980 Page 120-121Lui numéro 193 février 1980 Page 122-123Lui numéro 193 février 1980 Page 124-125Lui numéro 193 février 1980 Page 126-127Lui numéro 193 février 1980 Page 128-129Lui numéro 193 février 1980 Page 130-131Lui numéro 193 février 1980 Page 132-133Lui numéro 193 février 1980 Page 134-135Lui numéro 193 février 1980 Page 136-137Lui numéro 193 février 1980 Page 138