Lui n°193 février 1980
Lui n°193 février 1980
  • Prix facial : 7 F

  • Parution : n°193 de février 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 138

  • Taille du fichier PDF : 136 Mo

  • Dans ce numéro : une nouvelle policière de Woody Allen.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Pacer jean-Charles IMPORTATEUR V I American Motors 28, RUE CLAUDE TERRASSE 75016 PARIS - 524.43.33 CIBO Cherokee Chief Jeep toutes les grandes marques en stock AU MAGASIN  : 12 demandez nos prix confidentiels 136 Bd Diderot 75012 Paris 346.63.76 nocturne le mercredi jusqu'à 21h. ENTRETIEN « Margaret Trudeau ? J'aimerais bien la... « connaître » ! » (Suite de la page 8.) la presse à l'égard des gens célèbres  : il n'y a pas eu le moindre progrès. Vous voulez savoir pouquoi ? Tenez, prenez cet article sur moi dans Cosmopolitan, celui que vous trouviez « Trop gentil ». Mais vous allez me tuer ! Me tuer ! Et puis, entre nous, je m'en fous. Lui Vous trouvez que ce n'est pas gentil de dire que vous êtes déprimé ou que vous vous ennuyez ? Hoffman Bon, ça m'arrive... Lui Et vous disiez qu'il y a des matins où vous êtes si déprimé que la seule chose qui puisse vous remonter, c'est d'être sur le plateau. Hoffman Ça arrive. Mais quand on tourne cinquante-cinq fois de suite... Ah, voilà le bacon. Lui Ne mangez pas le brûlé. Hoffman Et voilà. Maintenant elle me dit ce que je dois manger. Lui Mais vous venez de dire que c'est important. Hoffman Ouais ? Et bien je suis en désaccord avec tout ce que j'ai dit avant. Je suis en désaccord total avec tout ce que j'ai pu dire, à quelque moment que ce soit. Ça, c'est une interview, hein ? Lui On dit que Dustin Hoffman ne donne jamais d'interviews. Ni Al Pacino. Ni Robert de Niro. Et que Francis Coppola déteste les journalistes. Pourquoi êtes-vous si ingrats ? Hoffman Il faut dire que pendant une douzaine d'années, je n'ai pas donné beaucoup d'interviews. C'était une tradition, chez moi. Je me rappelle, autrefois, tous ces entretiens qui, en fin de compte, aboutissaient à quoi ? Une sorte de jus d'orange insipide. Ce qui manquait, c'était la pulpe. Tenez, prenez Linda Rondstadt. Avec toutes ses interviews, je suis incapable de vous dire qui elle est. Si j'étais à votre place, je me demanderais à quoi elle ressemble. Mais il suffit qu'elle soit fiancée avec le gouverneur de Californie pour avoir l'air suspect. Lui Pourquoi ? Hoffman Je n'aime pas les potins. Lui Naturellement. Vous connaissez Margaret Trudeau ? Hoffman Non. Dommage. J'aimerais bien la « connaître »... Lui C'est tout le contraire de vous  : elle sollicite l'attention. Hoffman Elle ne trouve pas de travail. Je suppose qu'elle a besoin de s'exprimer. Vous savez ce que c'est, de vivre avec quelqu'un d'aussi connu que son mari, de passer toujours au second plan ? C'est déjà dur pour mes enfants. Je devine très bien ce qu'ils ressentent. Lui Et votre femme ? Hoffman Pas question d'aborder ce sujet. Lui Encore une question sur les « potins ». Est-ce que cela a affecté votre union ? Hoffman J'en suis certain. Maintenant, nous sommes séparés, et quand nous lisons les journaux, l'un et l'autre, nous prenons une certaine distance. De toutes façons, si nous sommes d'accord sur une chose, c'est bien sur la difficulté d'avoir une vie privée au moment où on en a le plus besoin, quand on est le plus vulnérable. Si vous étiez à ma place, vous n'aimeriez pas en parler. Lui Mais les bruits continuent à circuler. Hoffman Quel genre de bruits ? Lui Qu'on a vu la femme de Dustin Hoffman avec Untel, etc. Hoffman Qui est Untel ? Je ne sais pas avec qui elle sort. Lui Michael Murphy. Hoffman Ils sont amis. Lui Vous auriez préféré rester célibataire, comme Warren Beatty ? Hoffman Non. Pas du tout. Lui Pour quelle raison ? Hoffman Jenna et Karina, mes deux filles. Voilà une chose que n'a pas Warren Beatty. Lui J'ai lu quelque part que vous vouliez un fils. Hoffman Et bien moi, j'ai lu quelque part que Woody Allen, quand on lui a demandé en quoi il aimerait se réincarner, s'il en avait le pouvoir, vous savez ce qu'il a répondu ? Les mains de Warren Beatty... Lui Est-ce que votre (Suite page 26.)
andré coutati IbeYiâ 1èeclasse pour lire votre journal sans devoir le plier en huit. Sur les avions d'Iberia, nous avons conçu nos premières classes comme un univers calme et confortable où, le temps d'un vol, vous pourrez véritablement vous relaxer, allonger vos jambes, avoir un verre en main au moment précis où vous le souhaitez, trouver ce moment privilégié de détente qui vous aidera à mieux affronter votre voyage d'affaires. Un personnel de bord est là, prévenant et discret, pour deviner vos désirs et mettre tout en oeuvre pour les satisfaire au mieux, vous apporter la quiétude suffisante pour ouvrir un dossier et réfléchir, sans voisinage indiscret. Les hommes qui voyagent savent combien ces détails comptent dans la réussite de leurs missions, et pourquoi ils choisissent Iberia qui se classe aujourd'hui parmi les toutes premières compagnies aériennes internationales. Voici Iberia aujourd'hui, et nous voulons faire mieux encore. h2RIA LIGNES AERIENNES INTERNATIONALES D'ESPAGNE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 193 février 1980 Page 1Lui numéro 193 février 1980 Page 2-3Lui numéro 193 février 1980 Page 4-5Lui numéro 193 février 1980 Page 6-7Lui numéro 193 février 1980 Page 8-9Lui numéro 193 février 1980 Page 10-11Lui numéro 193 février 1980 Page 12-13Lui numéro 193 février 1980 Page 14-15Lui numéro 193 février 1980 Page 16-17Lui numéro 193 février 1980 Page 18-19Lui numéro 193 février 1980 Page 20-21Lui numéro 193 février 1980 Page 22-23Lui numéro 193 février 1980 Page 24-25Lui numéro 193 février 1980 Page 26-27Lui numéro 193 février 1980 Page 28-29Lui numéro 193 février 1980 Page 30-31Lui numéro 193 février 1980 Page 32-33Lui numéro 193 février 1980 Page 34-35Lui numéro 193 février 1980 Page 36-37Lui numéro 193 février 1980 Page 38-39Lui numéro 193 février 1980 Page 40-41Lui numéro 193 février 1980 Page 42-43Lui numéro 193 février 1980 Page 44-45Lui numéro 193 février 1980 Page 46-47Lui numéro 193 février 1980 Page 48-49Lui numéro 193 février 1980 Page 50-51Lui numéro 193 février 1980 Page 52-53Lui numéro 193 février 1980 Page 54-55Lui numéro 193 février 1980 Page 56-57Lui numéro 193 février 1980 Page 58-59Lui numéro 193 février 1980 Page 60-61Lui numéro 193 février 1980 Page 62-63Lui numéro 193 février 1980 Page 64-65Lui numéro 193 février 1980 Page 66-67Lui numéro 193 février 1980 Page 68-69Lui numéro 193 février 1980 Page 70-71Lui numéro 193 février 1980 Page 72-73Lui numéro 193 février 1980 Page 74-75Lui numéro 193 février 1980 Page 76-77Lui numéro 193 février 1980 Page 78-79Lui numéro 193 février 1980 Page 80-81Lui numéro 193 février 1980 Page 82-83Lui numéro 193 février 1980 Page 84-85Lui numéro 193 février 1980 Page 86-87Lui numéro 193 février 1980 Page 88-89Lui numéro 193 février 1980 Page 90-91Lui numéro 193 février 1980 Page 92-93Lui numéro 193 février 1980 Page 94-95Lui numéro 193 février 1980 Page 96-97Lui numéro 193 février 1980 Page 98-99Lui numéro 193 février 1980 Page 100-101Lui numéro 193 février 1980 Page 102-103Lui numéro 193 février 1980 Page 104-105Lui numéro 193 février 1980 Page 106-107Lui numéro 193 février 1980 Page 108-109Lui numéro 193 février 1980 Page 110-111Lui numéro 193 février 1980 Page 112-113Lui numéro 193 février 1980 Page 114-115Lui numéro 193 février 1980 Page 116-117Lui numéro 193 février 1980 Page 118-119Lui numéro 193 février 1980 Page 120-121Lui numéro 193 février 1980 Page 122-123Lui numéro 193 février 1980 Page 124-125Lui numéro 193 février 1980 Page 126-127Lui numéro 193 février 1980 Page 128-129Lui numéro 193 février 1980 Page 130-131Lui numéro 193 février 1980 Page 132-133Lui numéro 193 février 1980 Page 134-135Lui numéro 193 février 1980 Page 136-137Lui numéro 193 février 1980 Page 138