Lui n°192 janvier 1980
Lui n°192 janvier 1980
  • Prix facial : 7 F

  • Parution : n°192 de janvier 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 114

  • Taille du fichier PDF : 130 Mo

  • Dans ce numéro : le petit chaperon rose... et Lili... Anne.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 104 - 105  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
104 105
A la fois justaucorps extra-fin pour le jour, ou luxueux soue-pull transparent pour le soir  : II peut servir à tout, s'harmoniser avec toutes sortes de tenues de jour ou de nuit... Il sera follement sexy sous un chemisier ouvert, diaphane et sensuel comme un bas 15 deniers en le portant comme notre mannequin, sans autre accessoire que votre corps... Un cadeau de fin d'année raffiné qui sera très apprécié. Envoi immédiat et discret contre 169 F par chèque à l'ordre de "NEW LINGERIE" B.P. 279 06008 NICE Cedex Préciser réf n'19 et le coloris de votre choix  : noir, blanc ou chair Nouveau catalogue 20 pages couleurs contre 6.40 F en timbres. Appel aux ICELIBATAIRESI Î Î Vous avez 18 ans 30 ans,'50 ans.., ou plus. savez-vous I que vous pouvez facilement ren- contrer_, _peut-être _près de chez vous, ou Celle dont vous rêvez, grâce à une méthode moderne et très simple Si votre souhait de découvrir le bonheur, dans un foyer harmop nieux, ne s'est pas encore réalisé, alors vite écrivez a l ECHO, 41. LET rue Î.afayette,75009 Paris. Il suffit d'envoyer votre âge et P votre adresse pour recevoir, dis- I crètement la rochure illustrée I L'Avenir a Deux. c'est gratuit, p passionnant et sans aucun enga- p i gement pour vous. L'Echo ou vous ? en  : permet de multi plier vos chances deo rencontrns devot e res, d la choix, et de découvrir la personneui vous convient le mieux. Lq 104 I _MM. J COUP DE PIED DANS LES PARTIS On se met à envisager ce que sera l'installation de Madame le Premier ministre à Matignasse... (Suite de la page 102.) - Tant mieux. Jamais les Français n'ont eu autant de sympathie pour leur Président que lorsqu'il était soupçonné de fredaines nocturnes. Ce sont des choses que les gens de chez nous comprennent et qui les amusent plus qu'elles ne les irritent. Ça suffit. Bayeur le comprend et ferme sa grande gueule d'homme qui veut toujours avoir le mot de la fin. Il admire secrètement le culot du Président. Dans le fond, c'est une audace qui peut se montrer payante au plan de la popularité. Alors il change de sujet. - Tu es au courant des bruits qui circulent ? - Sur qui ? - Le Premier ministre. On chuchote que ses jours sont comptés. Et sais-tu qui le remplacerait ? - Probablement une gonzesse, répond calmement le Président. En haut lieu, on a dû être secrètement agacé par sa discrétion et on a créé d'autres vecteurs de fuites. - Tu étais au courant ? demande Bayeur. Tumelat hésite entre avouer qu'il était dans le secret et feindre l'ignorance. S'il admet qu'il était au courant, ses compagnons vont se formaliser de son silence. S'il a l'air d'apprendre la chose, il passera pour un chef de groupe plus tardivement informé que ses collaborateurs, ce qui n'est pas fameux non plus. Il opte pour un moyen terme  : - Au courant sans l'être, tout en l'étant, fait-il. On se met à envisager ce que sera l'installation de Madame le Premier ministre à Matignasse ; les répercussions de cette nomination en France. Comme toujours, les avis divergent. - On va probablement te proposer la Justice ou l'Intérieur ; pronostique Pierre Bayeur. Le Président secoue la tête. - Pas question ! - Qu'est-ce qu'on parie ? - Pas question que j'accepte, rectifie Tumelat. Sa déclaration passe pour une forme de minauderie. On lui adresse des clins d'oeil sceptiques. - Vous préféreriez les Finances ou les Affaires, Président ? insiste quelqu'un. - Rien ! Je ne serai pas ministre dans le prochain gouvernement, un point c'est tout. Et aucun de vous ne sera ministre ! déclare farouchement Tumelat. Les tranches de gâteau, marre ! Gardons les mains libres pour pouvoir voter librement. Pierre Bayeur sourcille  : - Tu as bouffé du lion, en rajeunissant ! Le Président ne répond pas (...) - Ecoutez, attaque-t-il soudain. Tout le monde la ferme. Lui-même est surpris par son ton claironnant qui a dépassé son intention. - Ecoutez, reprend le Président, je trouve que dans cette grande boutique, tout le monde pense trop à la politique et pas suffisamment à la France. Il surprend des amorces de sourire, çà et là. Alors il se fâche. - Et ça vous amuse, nom de Dieu ! Ça vous amuse ! Vous n'êtes donc plus que des marchands de salade ! - Tu ne crois pas que tu t'envoles un peu ? riposte Bayeur. - Je t'encule ! rétorque le Président, comme chaque fois quand il est à bout de rogne et qu'il renonce aux arguments. - Chiche ! plaisante Pierre Bayeur. L'assistance rigole. Le président aimerait leur cracher à la gueule, ou bien leur foutre sa démission, là, séance tenante. Et puis s'en aller. (...) Et oublier sa foutue carrière et tous les gens qui la soutiennent, comme ces veaux, par exemple, enfiévrés de cupidité multiforme. Ah ! les sales cons ! Ah ! les vilains requins aux dents gâtées ! Comme il les hait bien, tendrement. Oui, il a soif de départ, Tumelat. Aujourd'hui, tu ne sais pas ? Il voudrait prendre Taïaut avec lui, dans sa Mercedes verte et s'en aller au gré
COUP DE PIED DANS LES PARTIS Une vacherie de son âge, lente et inexorable. des routes et des sens interdits, s'en aller ailleurs, s'en aller plus loin dans sa vie pour aller voir s'il s'y trouve ! Mais ne serait-il pas malade, au fait, pour traîner des envies pareilles ? Tu veux parier qu'il couve une vacherie quelconque ? Une vacherie de son âge, lente et inexorable, comme l'écrivent avec pudeur les journaux. Inexorable, toujours... Comme si la vie ne l'était pas pis encore que le cancer, inexorable ! Il a déjà oublié sa nouvelle gueule, aperçue l'espace d'un instant dans la glace du coiffeur, et regardée à la hâte, avec une pudeur désinvolte  : « Oui, oui, Charly, c'est parfait, vous venez de réparer de mes ans l'irréparable outrage ». Une boutade, une pirouette. Des mots, des rires, des pourboires... Ce que tout cela est vain, quel univers de songe-creux ! Et dire qu'il y a cru pendant plus d'un demi-siècle-quivous-contemple ; il était entré dans le système d'un pas décidé, en retroussant ses manches, en retroussant sa conscience aussi. Et le voici sur le point de tout larguer, le Président. Il médite et murmure  : Vous voulez que je vous dise le fond de ma pensée ? De Gaulle était un grand con ou un grand apôtre ; c'est pas possible autrement ! Ses « compagnons » (compagnons de mes fesses !) sourient avec étonnement. Dis, il perd les pédales, Horace ! Il fait sa méno ou quoi ? (...) « Le » président de la République a sa voix polaire des mauvaises circonstances. On a l'impression, en sa présence, qu'il doit prendre sur lui pour se montrer chaleureux, et que la froideur est sa vraie nature. Peut-être un refuge, après tout ? C'est un homme qui aime à se servir du temps, il possède une vertu incomparable lorsqu'on occupe un poste aussi écrasant  : il sait attendre. N'a-t-il pas ralenti le rythme de La Marseillaise, lui qui est si peu fait pour la chanter ? Il l'a sans doute au coeur, il ne l'aura jamais en bouche, ayant honte du théâtral. Il y a belle lurette que (Suite page 108.) un peu plus noir, un peu plus dur, insupportable. nr 2 le 14 décembre le mensuel corrosif et informé de la littérature noire et populaire, de la fiction et du fait divers. partout. 105



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 192 janvier 1980 Page 1Lui numéro 192 janvier 1980 Page 2-3Lui numéro 192 janvier 1980 Page 4-5Lui numéro 192 janvier 1980 Page 6-7Lui numéro 192 janvier 1980 Page 8-9Lui numéro 192 janvier 1980 Page 10-11Lui numéro 192 janvier 1980 Page 12-13Lui numéro 192 janvier 1980 Page 14-15Lui numéro 192 janvier 1980 Page 16-17Lui numéro 192 janvier 1980 Page 18-19Lui numéro 192 janvier 1980 Page 20-21Lui numéro 192 janvier 1980 Page 22-23Lui numéro 192 janvier 1980 Page 24-25Lui numéro 192 janvier 1980 Page 26-27Lui numéro 192 janvier 1980 Page 28-29Lui numéro 192 janvier 1980 Page 30-31Lui numéro 192 janvier 1980 Page 32-33Lui numéro 192 janvier 1980 Page 34-35Lui numéro 192 janvier 1980 Page 36-37Lui numéro 192 janvier 1980 Page 38-39Lui numéro 192 janvier 1980 Page 40-41Lui numéro 192 janvier 1980 Page 42-43Lui numéro 192 janvier 1980 Page 44-45Lui numéro 192 janvier 1980 Page 46-47Lui numéro 192 janvier 1980 Page 48-49Lui numéro 192 janvier 1980 Page 50-51Lui numéro 192 janvier 1980 Page 52-53Lui numéro 192 janvier 1980 Page 54-55Lui numéro 192 janvier 1980 Page 56-57Lui numéro 192 janvier 1980 Page 58-59Lui numéro 192 janvier 1980 Page 60-61Lui numéro 192 janvier 1980 Page 62-63Lui numéro 192 janvier 1980 Page 64-65Lui numéro 192 janvier 1980 Page 66-67Lui numéro 192 janvier 1980 Page 68-69Lui numéro 192 janvier 1980 Page 70-71Lui numéro 192 janvier 1980 Page 72-73Lui numéro 192 janvier 1980 Page 74-75Lui numéro 192 janvier 1980 Page 76-77Lui numéro 192 janvier 1980 Page 78-79Lui numéro 192 janvier 1980 Page 80-81Lui numéro 192 janvier 1980 Page 82-83Lui numéro 192 janvier 1980 Page 84-85Lui numéro 192 janvier 1980 Page 86-87Lui numéro 192 janvier 1980 Page 88-89Lui numéro 192 janvier 1980 Page 90-91Lui numéro 192 janvier 1980 Page 92-93Lui numéro 192 janvier 1980 Page 94-95Lui numéro 192 janvier 1980 Page 96-97Lui numéro 192 janvier 1980 Page 98-99Lui numéro 192 janvier 1980 Page 100-101Lui numéro 192 janvier 1980 Page 102-103Lui numéro 192 janvier 1980 Page 104-105Lui numéro 192 janvier 1980 Page 106-107Lui numéro 192 janvier 1980 Page 108-109Lui numéro 192 janvier 1980 Page 110-111Lui numéro 192 janvier 1980 Page 112-113Lui numéro 192 janvier 1980 Page 114