Lui n°190 novembre 1979
Lui n°190 novembre 1979
  • Prix facial : 7 F

  • Parution : n°190 de novembre 1979

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 222

  • Taille du fichier PDF : 200 Mo

  • Dans ce numéro : les neuf plus belles filles de Lui.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 198 - 199  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
198 199
REGGAE COMME DU PAPIER A MUSIQUE Une misère dont le seul exutoire a nom reggae, la seule chose qui redonne leur éclat aux couleurs, passées par le soleil ou la saleté, des quartiers populaires... (Suite de la page 192.) comme de l'autre, c'est le vide, plus ou moins bien parfumé, mais le vide. La pression existe à Kingston comme partout ailleurs, à cette seule différence qu'elle n'est pas le résultat de l'urgence des cités mais de l'absence qui s'abat de tout son poids sur les épaules des Jamaïquains. Une misère dont le seul exutoire a pour nom reggae, la seule chose qui redonne leur éclat aux couleurs, passées par le soleil ou la saleté, des quartiers populaires. Joël ne connaissait pas un pays où la musique était aussi directement liée au quotidien d'un peuple. En évoluant dans Kingston, on pénétrait l'univers du reggae, on le comprenait aussitôt tant la symbiose était évidente, une sensation qu'il avait ressentie à Londres ou à New York pour le rock, mais de façon beaucoup plus prononcée. On n'échappe pas à la musique en Jamaïque, elle est la seule échappatoire. Le 194 reggae est partout dans la rue, omniprésent, les boutiques de disques qui crachent le feu sans discontinuer, les types qui déambulent, un poste de radio collé à l'oreille, les gosses qui chantent les tubes du moment, ou simplement un déhanchement particulier qui illustre à merveille le rythme de cette basse qui donne définitivement le ton du reggae et de la vie. Le reggae, c'est le message, le cri, porteur de joies et de souffrance d'un peuple pour la revendication de ses droits. Le reggae est le principal médium d'une idéologie sociopolitique et religieuse. Le reggae est un mode et un modèle de vie qui ne saurait se contenter d'être une mode éphémère pour les besoins d'un quelconque marché. Lorsque Peter Tosh chante Equal Rights ou Get Up Stand Up appelant le peuple noir à se lever pour défendre ses droits, ce ne sont pas là seulement des chansons pour le plaisir des sens ou de la danse. Cela correspond à une réalité pour tous les garçons du ghetto qui s'identifient à lui, s'habillant comme lui de « militant-suit » (uniforme militaire), admirant ce rebelle magnifique, ce héros toute catégorie auquel ni la police ni le gouvernement ne semblent faire peur. Lorsque Bob Marley chante Revolution ou prêche le retour à la terre promise, l'Afrique (Exodus) et fait appel à la mémoire collective du peuple noir, ce n'est pas une simple vue de l'esprit destinée à aligner les rimes d'une chanson. Bob Marley, Peter Tosh et Bunny Wailer forment la trilogie des premiers messagers du reggae en Jamaïque et peu importe s'ils sont contestés par une certaine frange de la population aujourd'hui, d'autres, plus jeunes, comme Tapper Zukie, prennent la relève. Issu du ghetto, Tapper Zukie en est l'un des porteparole les plus audacieux ; c'est lui, par
REGGAE COMME DU PAPIER A MUSIQUE La parole d'un professeur, d'un journaliste, d'un gouvernant, ne pèse que peu de poids face à celle d'un chanteur de reggae... exemple, qui a réussi à instaurer un statu quo alors qu'il y régnait une véritable guerre froide en face de laquelle la police était restée impuissante. Après tant d'années de duperies, la parole d'un professeur, d'un journaliste, d'un gouvernant ne pèse que peu de poids face à celle d'un chanteur de reggae. C'est qu'on n'a jamais vu un chanteur de reggae se faire le complice d'un mensonge... Il existait des disc-jockeys qui parcouraient le pays avec des « soundsystems » (des discothèques ambulantes aujourd'hui interdites afin d'éviter les gros rassemblements dans la rue) en passant leurs disques préférés. Ces D.J.s'étaient de véritables héros dont la réputation s'étendait d'un bout à l'autre de l'île. Leur influence était telle que les chanteurs avaient pris l'habitude d'enregistrer la version instrumentale de leur chanson sur la face B de leurs 45 tours, offrant ainsi la LES NOUVE 4'1 d'a possibilité aux D. J.'s de se livrer à leur sport favori  : l'improvisation parlée. U-Roy, le premier, eut l'idée d'enregistrer sur disque ces interminables diatribes, créant ainsi un style de reggae qui fait aujourd'hui référence  : le talk-over (appelé aussi toasting). Une tradition de culture orale dont les rastas sont presque toujours à l'origine. Pour avoir pris conscience de leur passé et de la culture qui en découle, la revendiquant au détriment de celle des pays anglo-saxons, les rastas sont les gens les plus créatifs de l'île et la plupart des musiciens sont adeptes du rastafarisme. Pas plus illuminés que les rastas ; leur foi inconditionnelle et la consommation astronomique de ganja aidant, ils étaient capables de répéter des journées entières leur confiance en Jah (Dieu). Ils s'en délectaient. Le rastafarisme, c'était une nouvelle interprétation de la Bible dont Marcus Garvey Qb` (personnage central de la lutte des Noirs en Amérique au début du siècle) était l'instigateur. Halle Selassie (empereur d'Ethiopie  : Ras-Tafari, King of Kings, Lord of Lords) la représentation humaine et toujours vivante de Jah ; la ganja  : l'offrande de Jah pour la méditation et la guérison de tous les maux (Babylone en a interdit l'usage pour nuire à l'homme) ; l'Afrique  : la terre promise (le retour à la terre promise est un voyage spirituel, aucun rasta n'a les moyens de s'y rendre et Marley, lui-même, n'y a pas encore mis les pieds) ; Babylone (un terme nébuleux qui regroupe en gros tout ce que l'argent et le pouvoir ont corrompu)  : l'ennemi ; Reggae  : le coussin offert par Jah pour aider l'homme à supporter son fardeau. Le Rastafarisme était un imbroglio d'idées et de croyances difficile à appréhender pour un esprit occidental... Non-violents, les ras- (Suite page 196.) -,1114,44 TRES. Elles s'appellent YEMA. Performantes comme des formules 1, elles sont à double affichage, suppriment la couronne ou encore elles multiplient les fonctions, programment votre'réveil, relient le chronographe à l'indication d'autres fuseaux horaires, vous rappellent la date sans cesser d'être précises à la seconde près. Fiables, élégantes et d'une autonomie de marche qui dépasse 30 mois, les NOUVELLES MONTRES font aimer les progrès. Et YEMA. Bien sûr. VEN INTER NATIONAL Marque Française vendue par votre Horloger-Bijoutier 195



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 190 novembre 1979 Page 1Lui numéro 190 novembre 1979 Page 2-3Lui numéro 190 novembre 1979 Page 4-5Lui numéro 190 novembre 1979 Page 6-7Lui numéro 190 novembre 1979 Page 8-9Lui numéro 190 novembre 1979 Page 10-11Lui numéro 190 novembre 1979 Page 12-13Lui numéro 190 novembre 1979 Page 14-15Lui numéro 190 novembre 1979 Page 16-17Lui numéro 190 novembre 1979 Page 18-19Lui numéro 190 novembre 1979 Page 20-21Lui numéro 190 novembre 1979 Page 22-23Lui numéro 190 novembre 1979 Page 24-25Lui numéro 190 novembre 1979 Page 26-27Lui numéro 190 novembre 1979 Page 28-29Lui numéro 190 novembre 1979 Page 30-31Lui numéro 190 novembre 1979 Page 32-33Lui numéro 190 novembre 1979 Page 34-35Lui numéro 190 novembre 1979 Page 36-37Lui numéro 190 novembre 1979 Page 38-39Lui numéro 190 novembre 1979 Page 40-41Lui numéro 190 novembre 1979 Page 42-43Lui numéro 190 novembre 1979 Page 44-45Lui numéro 190 novembre 1979 Page 46-47Lui numéro 190 novembre 1979 Page 48-49Lui numéro 190 novembre 1979 Page 50-51Lui numéro 190 novembre 1979 Page 52-53Lui numéro 190 novembre 1979 Page 54-55Lui numéro 190 novembre 1979 Page 56-57Lui numéro 190 novembre 1979 Page 58-59Lui numéro 190 novembre 1979 Page 60-61Lui numéro 190 novembre 1979 Page 62-63Lui numéro 190 novembre 1979 Page 64-65Lui numéro 190 novembre 1979 Page 66-67Lui numéro 190 novembre 1979 Page 68-69Lui numéro 190 novembre 1979 Page 70-71Lui numéro 190 novembre 1979 Page 72-73Lui numéro 190 novembre 1979 Page 74-75Lui numéro 190 novembre 1979 Page 76-77Lui numéro 190 novembre 1979 Page 78-79Lui numéro 190 novembre 1979 Page 80-81Lui numéro 190 novembre 1979 Page 82-83Lui numéro 190 novembre 1979 Page 84-85Lui numéro 190 novembre 1979 Page 86-87Lui numéro 190 novembre 1979 Page 88-89Lui numéro 190 novembre 1979 Page 90-91Lui numéro 190 novembre 1979 Page 92-93Lui numéro 190 novembre 1979 Page 94-95Lui numéro 190 novembre 1979 Page 96-97Lui numéro 190 novembre 1979 Page 98-99Lui numéro 190 novembre 1979 Page 100-101Lui numéro 190 novembre 1979 Page 102-103Lui numéro 190 novembre 1979 Page 104-105Lui numéro 190 novembre 1979 Page 106-107Lui numéro 190 novembre 1979 Page 108-109Lui numéro 190 novembre 1979 Page 110-111Lui numéro 190 novembre 1979 Page 112-113Lui numéro 190 novembre 1979 Page 114-115Lui numéro 190 novembre 1979 Page 116-117Lui numéro 190 novembre 1979 Page 118-119Lui numéro 190 novembre 1979 Page 120-121Lui numéro 190 novembre 1979 Page 122-123Lui numéro 190 novembre 1979 Page 124-125Lui numéro 190 novembre 1979 Page 126-127Lui numéro 190 novembre 1979 Page 128-129Lui numéro 190 novembre 1979 Page 130-131Lui numéro 190 novembre 1979 Page 132-133Lui numéro 190 novembre 1979 Page 134-135Lui numéro 190 novembre 1979 Page 136-137Lui numéro 190 novembre 1979 Page 138-139Lui numéro 190 novembre 1979 Page 140-141Lui numéro 190 novembre 1979 Page 142-143Lui numéro 190 novembre 1979 Page 144-145Lui numéro 190 novembre 1979 Page 146-147Lui numéro 190 novembre 1979 Page 148-149Lui numéro 190 novembre 1979 Page 150-151Lui numéro 190 novembre 1979 Page 152-153Lui numéro 190 novembre 1979 Page 154-155Lui numéro 190 novembre 1979 Page 156-157Lui numéro 190 novembre 1979 Page 158-159Lui numéro 190 novembre 1979 Page 160-161Lui numéro 190 novembre 1979 Page 162-163Lui numéro 190 novembre 1979 Page 164-165Lui numéro 190 novembre 1979 Page 166-167Lui numéro 190 novembre 1979 Page 168-169Lui numéro 190 novembre 1979 Page 170-171Lui numéro 190 novembre 1979 Page 172-173Lui numéro 190 novembre 1979 Page 174-175Lui numéro 190 novembre 1979 Page 176-177Lui numéro 190 novembre 1979 Page 178-179Lui numéro 190 novembre 1979 Page 180-181Lui numéro 190 novembre 1979 Page 182-183Lui numéro 190 novembre 1979 Page 184-185Lui numéro 190 novembre 1979 Page 186-187Lui numéro 190 novembre 1979 Page 188-189Lui numéro 190 novembre 1979 Page 190-191Lui numéro 190 novembre 1979 Page 192-193Lui numéro 190 novembre 1979 Page 194-195Lui numéro 190 novembre 1979 Page 196-197Lui numéro 190 novembre 1979 Page 198-199Lui numéro 190 novembre 1979 Page 200-201Lui numéro 190 novembre 1979 Page 202-203Lui numéro 190 novembre 1979 Page 204-205Lui numéro 190 novembre 1979 Page 206-207Lui numéro 190 novembre 1979 Page 208-209Lui numéro 190 novembre 1979 Page 210-211Lui numéro 190 novembre 1979 Page 212-213Lui numéro 190 novembre 1979 Page 214-215Lui numéro 190 novembre 1979 Page 216-217Lui numéro 190 novembre 1979 Page 218-219Lui numéro 190 novembre 1979 Page 220-221Lui numéro 190 novembre 1979 Page 222