Lui n°189 octobre 1979
Lui n°189 octobre 1979
  • Prix facial : 7 F

  • Parution : n°189 de octobre 1979

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 226

  • Taille du fichier PDF : 271 Mo

  • Dans ce numéro : la fabuleuse Laura.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 198 - 199  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
198 199
ON LIVRE ATOME MISSILE Le parapluie nucléaire est un mythe destiné à rassurer l'opinion publique. On peut l'utiliser comme arme de combat, mais il ne nous protégera nullement en cas d'averse ! (Suite de la page 106.) depuis la découverte de la poudre ». On a fait bien des progrès, en trente ans. On a créé des bombes de plus en plus puissantes, qu'on peut lancer même à partir d'un sous-marin, de plus en plus loin (d'un continent à l'autre) avec de plus en plus de précision (deux cents mètres environ). Ce qu'on n'a pas trouvé, en revanche, c'est un moyen de parer aux coups de l'adversaire. On est sûr de pouvoir les lui rendre, à supposer qu'il attaque le premier, mais il n'y a aucun moyen de les éviter, même si nous prenons l'initiative des opérations. Le parapluie nucléaire est un mythe, destiné à rassurer l'opinion publique. C'est un parapluie fermé, qu'on peut utiliser comme arme de combat, mais qui ne nous protègera nullement en cas d'averse. La Grande-Bretagne a fait son entrée dans le club atomique en 1952, la 198 France en 1960 avec une bombe de soixante mille tonnes, la Chine en 1964 et l'Inde en 1974. Les Etats-Unis et l'Union soviétique ont fait exploser jusqu'à ce jour, à titre d'essai, environ un millier d'engins nucléaires, quelquefois de plusieurs millions de tonnes chacun. Ces essais et c'est là un des aspects les plus méconnus et les plus inquiétants de la course aux armements ne sont nullement inoffensifs. Ils ont lieu parfois sous terre ou dans la mer et, bien entendu, loin de toute habitation. Mais ce n'est pas suffisant, car les radiations nucléaires, qui traversent la matière, peuvent tuer un homme à de très grandes distances. Notons, à titre d'exemple, que les radiations de la bombe de quinze millions de tonnes que les Américains ont « essayée » à Bikini en 1954, étaient mortelles dans un rayon de cinq cents kilomètres. L'essai en question fut baptisé par les militaires américains Bravo ! Il n'est donc pas surprenant que des accidents aient lieu périodiquement. Malgré le secret qui entoure ce genre d'affaires, on sait, par exemple, que l'explosion qui a eu lieu aux îles Marshall en 1954 a entraîné chez un grand nombre de personnes des brûlures de la peau qui, sept ans après, n'avaient pas encore disparu, et des retards de croissance chez les enfants. Mais le danger le plus grave provient de cette espèce de poussière fortement radioactive que soulève l'explosion et qui fait plusieurs fois le tour de la Terre avant de se fixer quelque part. C'est dire qu'elle peut se fixer n'importe où, aussi bien chez les Esquimaux, qu'en Afrique ou en Suisse. Chaque expérience nucléaire constitue un danger réel pour toute la planète. L'un des éléments véhiculés par cette poussière, appelé strontium 90, provoque l'anémie, la nécrose osseuse, le cancer et peut-être la
4. ON LIVRE ATOME MISSILE La radioactivité émise par les essais nucléaires effectués depuis trente ans a fait plus de victimes que la bombe d'Hiroshima. leucémie... Il est naturellement difficile d'évaluer le nombre des victimes de cette contamination universelle. On estime cependant que chaque explosion d'un million de tonnes tue environ mille personnes à travers le monde, ce qui veut dire en gros que la radioactivité émise par les essais nucléaires depuis trente ans a fait plus de victimes que la bombe d'Hiroshima... Le point de vue selon lequel on n'osera jamais se servir de ces armes parce qu'elles sont trop meurtrières, ne paraît pas fondé. D'abord parce qu'on les a utilisées en 1945, ensuite parce que, depuis lors, on n'a pratiquement jamais cessé de s'en servir. Selon les experts de l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm, les grandes puissances disposent actuellement d'un nombre d'engins nucléaires « très supérieur à celui de tous les objectifs que le planificateur militaire le plus exalté pourrait *4 * LES NOUVE 1 4:r,. icto jamais inventer », largement suffisant pour exterminer l'humanité entière un grand nombre de fois ». Les Etats- Unis sont prêts à lancer à tout moment quatre mille cinq cents têtes nucléaires, ce qui est évidemment énorme, étant donné que huit cents de ces têtes suffisent amplement pour rayer de la carte toutes les villes de l'Union soviétique et de la Chine populaire réunies. Les Soviétiques, eux, sont en mesure d'exterminer toute la population urbaine américaine en moins d'une heure. Ils destinent six cents missiles environ à l'Europe occidentale, qui portent chacun une charge d'un million de tonnes (soixante-quatorze bombes d'Hiroshima réunies). La puissance globale des armes nucléaires française s'élève à cent millions de tonnes. Selon l'institut de Stockholm, les missiles soviétiques « seront probablement utilisés dans les premières phases 1\Y —.. TRES. _. d'une guerre nucléaire ». Que va-t-il se passer donc si un de ces engins explose entre les deux tours de Notre-Dame ?... Une énorme boule de feu va aussitôt se former, qui atteindra, en dix secondes, deux mille mètres de diamètre  : elle couvrira en somme toute l'île de la Cité et l'île Saint-Louis, une grande partie du quartier Latin, jusqu'au jardin du Luxembourg, et s'étendra au nord jusqu'au Centre Pompidou. La chaleur dégagée sera ressentie jusqu'à Orléans, Rouen et Reims et pourra provoquer des brûlure graves sur la peau dans un rayon de vingt kilomètre, jusqu'à Orly, Versailles et au-delà d'Enghien. L'explosion provoquera également des troubles permanents de la vue dans le même rayon de vingt kilomètres. Elle sera visible depuis Londres. Les Anglais auront l'impression que le soleil est en train de se lever une seconde fois dans (Suite page 200.) Elles s'appellent YEMA. Performantes comme des formules 1, elles sont à double J affichage, suppriment la couronne ou encore elles multiplient les fonctions, programment votre réveil, relient -r le chronographe à l'indication d'autres fuseaux horaires, vous rappellent la date sans cesser d'être précises à la seconde près. Fiables, élégantes et d'une autonomie de marche qui dépasse 30 mois, les NOUVELLES MONTRES font aimer les progrès. Et YEMA. Bien sûr. YEMA INTER NATIONAL Marque Française vendue par votre Horloger-Bijoutier 1.9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 189 octobre 1979 Page 1Lui numéro 189 octobre 1979 Page 2-3Lui numéro 189 octobre 1979 Page 4-5Lui numéro 189 octobre 1979 Page 6-7Lui numéro 189 octobre 1979 Page 8-9Lui numéro 189 octobre 1979 Page 10-11Lui numéro 189 octobre 1979 Page 12-13Lui numéro 189 octobre 1979 Page 14-15Lui numéro 189 octobre 1979 Page 16-17Lui numéro 189 octobre 1979 Page 18-19Lui numéro 189 octobre 1979 Page 20-21Lui numéro 189 octobre 1979 Page 22-23Lui numéro 189 octobre 1979 Page 24-25Lui numéro 189 octobre 1979 Page 26-27Lui numéro 189 octobre 1979 Page 28-29Lui numéro 189 octobre 1979 Page 30-31Lui numéro 189 octobre 1979 Page 32-33Lui numéro 189 octobre 1979 Page 34-35Lui numéro 189 octobre 1979 Page 36-37Lui numéro 189 octobre 1979 Page 38-39Lui numéro 189 octobre 1979 Page 40-41Lui numéro 189 octobre 1979 Page 42-43Lui numéro 189 octobre 1979 Page 44-45Lui numéro 189 octobre 1979 Page 46-47Lui numéro 189 octobre 1979 Page 48-49Lui numéro 189 octobre 1979 Page 50-51Lui numéro 189 octobre 1979 Page 52-53Lui numéro 189 octobre 1979 Page 54-55Lui numéro 189 octobre 1979 Page 56-57Lui numéro 189 octobre 1979 Page 58-59Lui numéro 189 octobre 1979 Page 60-61Lui numéro 189 octobre 1979 Page 62-63Lui numéro 189 octobre 1979 Page 64-65Lui numéro 189 octobre 1979 Page 66-67Lui numéro 189 octobre 1979 Page 68-69Lui numéro 189 octobre 1979 Page 70-71Lui numéro 189 octobre 1979 Page 72-73Lui numéro 189 octobre 1979 Page 74-75Lui numéro 189 octobre 1979 Page 76-77Lui numéro 189 octobre 1979 Page 78-79Lui numéro 189 octobre 1979 Page 80-81Lui numéro 189 octobre 1979 Page 82-83Lui numéro 189 octobre 1979 Page 84-85Lui numéro 189 octobre 1979 Page 86-87Lui numéro 189 octobre 1979 Page 88-89Lui numéro 189 octobre 1979 Page 90-91Lui numéro 189 octobre 1979 Page 92-93Lui numéro 189 octobre 1979 Page 94-95Lui numéro 189 octobre 1979 Page 96-97Lui numéro 189 octobre 1979 Page 98-99Lui numéro 189 octobre 1979 Page 100-101Lui numéro 189 octobre 1979 Page 102-103Lui numéro 189 octobre 1979 Page 104-105Lui numéro 189 octobre 1979 Page 106-107Lui numéro 189 octobre 1979 Page 108-109Lui numéro 189 octobre 1979 Page 110-111Lui numéro 189 octobre 1979 Page 112-113Lui numéro 189 octobre 1979 Page 114-115Lui numéro 189 octobre 1979 Page 116-117Lui numéro 189 octobre 1979 Page 118-119Lui numéro 189 octobre 1979 Page 120-121Lui numéro 189 octobre 1979 Page 122-123Lui numéro 189 octobre 1979 Page 124-125Lui numéro 189 octobre 1979 Page 126-127Lui numéro 189 octobre 1979 Page 128-129Lui numéro 189 octobre 1979 Page 130-131Lui numéro 189 octobre 1979 Page 132-133Lui numéro 189 octobre 1979 Page 134-135Lui numéro 189 octobre 1979 Page 136-137Lui numéro 189 octobre 1979 Page 138-139Lui numéro 189 octobre 1979 Page 140-141Lui numéro 189 octobre 1979 Page 142-143Lui numéro 189 octobre 1979 Page 144-145Lui numéro 189 octobre 1979 Page 146-147Lui numéro 189 octobre 1979 Page 148-149Lui numéro 189 octobre 1979 Page 150-151Lui numéro 189 octobre 1979 Page 152-153Lui numéro 189 octobre 1979 Page 154-155Lui numéro 189 octobre 1979 Page 156-157Lui numéro 189 octobre 1979 Page 158-159Lui numéro 189 octobre 1979 Page 160-161Lui numéro 189 octobre 1979 Page 162-163Lui numéro 189 octobre 1979 Page 164-165Lui numéro 189 octobre 1979 Page 166-167Lui numéro 189 octobre 1979 Page 168-169Lui numéro 189 octobre 1979 Page 170-171Lui numéro 189 octobre 1979 Page 172-173Lui numéro 189 octobre 1979 Page 174-175Lui numéro 189 octobre 1979 Page 176-177Lui numéro 189 octobre 1979 Page 178-179Lui numéro 189 octobre 1979 Page 180-181Lui numéro 189 octobre 1979 Page 182-183Lui numéro 189 octobre 1979 Page 184-185Lui numéro 189 octobre 1979 Page 186-187Lui numéro 189 octobre 1979 Page 188-189Lui numéro 189 octobre 1979 Page 190-191Lui numéro 189 octobre 1979 Page 192-193Lui numéro 189 octobre 1979 Page 194-195Lui numéro 189 octobre 1979 Page 196-197Lui numéro 189 octobre 1979 Page 198-199Lui numéro 189 octobre 1979 Page 200-201Lui numéro 189 octobre 1979 Page 202-203Lui numéro 189 octobre 1979 Page 204-205Lui numéro 189 octobre 1979 Page 206-207Lui numéro 189 octobre 1979 Page 208-209Lui numéro 189 octobre 1979 Page 210-211Lui numéro 189 octobre 1979 Page 212-213Lui numéro 189 octobre 1979 Page 214-215Lui numéro 189 octobre 1979 Page 216-217Lui numéro 189 octobre 1979 Page 218-219Lui numéro 189 octobre 1979 Page 220-221Lui numéro 189 octobre 1979 Page 222-223Lui numéro 189 octobre 1979 Page 224-225Lui numéro 189 octobre 1979 Page 226