Lui n°189 octobre 1979
Lui n°189 octobre 1979
  • Prix facial : 7 F

  • Parution : n°189 de octobre 1979

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 226

  • Taille du fichier PDF : 271 Mo

  • Dans ce numéro : la fabuleuse Laura.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 106 - 107  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
106 107
ON LIVRE ATOME MISSILE Perte des cheveux, stérilité (les organes génitaux sont sensibles au rayonnement nucléaire), troubles du système nerveux, vieillissement, cataracte, leucémie, cancer... (Suite de la page 98.) provoquant sur une immense zone des maladies telles que la leucémie. Bref, ce n'est pas une seule arme mais plusieurs, une sorte de condensé de toutes les calamités qui peuvent frapper l'humanité, du tremblement de terre au cancer. Elle constitue certainement le plus beau cadeau que l'humanité ait jamais fait à la Mort. C'est vrai qu'elle a mis fin à la Deuxième Guerre mondiale. Mais elle a déclenché en même temps le processus de la catastrophe finale. Il était aisé de prévoir en effet que l'Union soviétique ne laisserait pas longtemps le monopole des armes nucléaires aux Etats-Unis et que d'autres pays chercheraient par la suite à se doter d'un tel arsenal. En juillet 1944, le physicien danois Niels Bohr, célèbre pour ses travaux sur la structure de l'atome, avait demandé aux grandes puissances de s'entendre sur les limites d'utilisation des nouveaux matériaux radioactifs « avant » l'achèvement de la bombe atomique. On sait qu'il ne fut pas entendu. Le compte à rebours de l'histoire de l'humanité a commencé le 6 août 1945. Oppenheimer disait de lui-même et de tous les savants qui inventèrent la bombe  : « A quelque mobile que nous ayons obéi, nous sommes tous coupables ». La plupart des morts d'Hiroshima ont succombé sous le triple effet du souffle de l'explosion, du rayonnement nucléaire et du feu. Les spécialistes américains estiment que les dégâts causés par le feu provoqué par la chaleur, mais aussi par la rupture des canalisations de gaz ont été comparables à ceux qu'auraient produit mille tonnes de bombes incendiaires. Le feu s'est propagé sur une échelle d'autant plus grande qu'il n'y avait aucun moyen de lutter contre lui, les canalisations d'eau en fonte, enfouies à quatre-vingt-dix centimètres du sol ayant été également rompues. Il faisait très beau à Hiroshima le 6 août 1945  : les Américains le déplorent dans un rapport à caractère confi- 106 dentiel publié par leur Commissariat à l'énergie atomique sous le titre The Effects of Nuclear Weapons. Ils disent en substance que s'il avait fait moins beau ce jour-là, les habitants d'Hiroshima auraient été moins exposés aux brûlures pour la bonne raison qu'ils auraient porté davantage de vêtements. Ce chef-d'oeuvre d'humour noir est ainsi libellé  : « Au Japon, le nombre élevé des brûlures par éclair constatées à la fois sur les morts et les survivants fut, à n'en pas douter, lié au port, par les Japonais, au moment des attaques, de vêtements légers et peu enveloppants, en raison de la chaleur de l'été... Si le temps avait été plus froid, moins de personnes se seraient trouvées à l'extérieur et leurs vêtements auraient été plus épais et plus couvrants. On conçoit alors que la surface de peau offerte au rayonnement thermique par chaque individu et le nombre même des individus exposés s'en serait trouvé réduit, de sorte qu'on aurait déploré moins de cas mortels de brûlures par éclair »... ! Le rapport en question donne un échantillon des effets des radiations nucléaires dont certains se sont manifestés des années après l'explosion qui ont été observés chez les habitants d'Hiroshima et de Nagasaki  : perte des cheveux, stérilité (les organes génitaux sont particulièrement sensibles au rayonnement nucléaire), troubles violents du système nerveux, vieillissement prématuré, cataracte. On a enregistré également une forte augmentation des cas de leucémie, des affections cancéreuses en général, de la mortalité infantile et de l'arriération mentale chez les bébés. La puissance du souffle de l'explosion est telle que lors d'un essai effectué dans le Nevada en 1955, des machinesoutils vissées sur des plaques de béton ont été déplacées de plusieurs mètres et un camion a été complètement pulvérisé  : on n'en a retrouvé après l'explosion qu'une roue et une partie de l'essieu. A Hiroshima, « les petits immeubles en maçonnerie furent engloutis par l'onde de pression et s'effondrèrent complètement. Les constructions et habitations légères furent totalement démolies par le souffle et ensuite ravagées par le feu. Les bâtiments industriels furent dépouillés de leurs toitures et de leurs murs latéraux  : seules subsistaient des charpentes tordues. A courte distance, presque rien ne résista... Certains immeubles étaient inclinés du côté opposé au point zéro, comme frappés par un vent d'une violence stupéfiante. Les poteaux télégraphiques furent sectionnés au niveau du sol comme par un cyclone »... (The Effects of Nuclear Weapons). On n'a pas tardé à s'apercevoir que les premières explosions atomiques marquaient non pas une fin mais un commencement. L'Union soviétique a fait son premier essai le 29 août 1949, avec une bombe de vingt mille tonnes. Aussitôt les Américains décidaient de mettre les bouchées doubles pour reprendre l'avantage, en utilisant un nouveau procédé qui consiste non pas à rompre les noyaux atomiques mais à les faire fusionner, opération qui nécessite des noyaux légers, comme ceux de l'hydrogène. En novembre 1952, ils ont donc fait exploser dans le Pacifique leur première bombe H  : c'était un engin gigantesque, long de six mètres soixante, pesant deux cents tonnes, infiniment plus meurtrier que la bombe d'Hiroshima, puisque la puissance explosive de celle-ci était de treize mille cinq cents tonnes, tandis que celle de la nouvelle bombe était de dix millions de tonnes. Vers la même époque, l'Union soviétique faisait exploser des armes semblables, d'une puissance allant jusqu'à soixante millions de tonnes, c'est-à-dire l'équivalent de quatre mille quatre cent quarante-quatre bombes d'Hiroshima réunies ! Selon les experts de l'O.n.u., le pouvoir destructeur de ces armes est plus grand que celui « de tous les explosifs classiques jamais utilisés pour faire la guerre (Suite page 198.)
&ct ecxece... 9r 4-S 1.'- 3 = -..r Ça y est ! Maintenant vous êtes vraiment notre nouvelle maîtresse.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 189 octobre 1979 Page 1Lui numéro 189 octobre 1979 Page 2-3Lui numéro 189 octobre 1979 Page 4-5Lui numéro 189 octobre 1979 Page 6-7Lui numéro 189 octobre 1979 Page 8-9Lui numéro 189 octobre 1979 Page 10-11Lui numéro 189 octobre 1979 Page 12-13Lui numéro 189 octobre 1979 Page 14-15Lui numéro 189 octobre 1979 Page 16-17Lui numéro 189 octobre 1979 Page 18-19Lui numéro 189 octobre 1979 Page 20-21Lui numéro 189 octobre 1979 Page 22-23Lui numéro 189 octobre 1979 Page 24-25Lui numéro 189 octobre 1979 Page 26-27Lui numéro 189 octobre 1979 Page 28-29Lui numéro 189 octobre 1979 Page 30-31Lui numéro 189 octobre 1979 Page 32-33Lui numéro 189 octobre 1979 Page 34-35Lui numéro 189 octobre 1979 Page 36-37Lui numéro 189 octobre 1979 Page 38-39Lui numéro 189 octobre 1979 Page 40-41Lui numéro 189 octobre 1979 Page 42-43Lui numéro 189 octobre 1979 Page 44-45Lui numéro 189 octobre 1979 Page 46-47Lui numéro 189 octobre 1979 Page 48-49Lui numéro 189 octobre 1979 Page 50-51Lui numéro 189 octobre 1979 Page 52-53Lui numéro 189 octobre 1979 Page 54-55Lui numéro 189 octobre 1979 Page 56-57Lui numéro 189 octobre 1979 Page 58-59Lui numéro 189 octobre 1979 Page 60-61Lui numéro 189 octobre 1979 Page 62-63Lui numéro 189 octobre 1979 Page 64-65Lui numéro 189 octobre 1979 Page 66-67Lui numéro 189 octobre 1979 Page 68-69Lui numéro 189 octobre 1979 Page 70-71Lui numéro 189 octobre 1979 Page 72-73Lui numéro 189 octobre 1979 Page 74-75Lui numéro 189 octobre 1979 Page 76-77Lui numéro 189 octobre 1979 Page 78-79Lui numéro 189 octobre 1979 Page 80-81Lui numéro 189 octobre 1979 Page 82-83Lui numéro 189 octobre 1979 Page 84-85Lui numéro 189 octobre 1979 Page 86-87Lui numéro 189 octobre 1979 Page 88-89Lui numéro 189 octobre 1979 Page 90-91Lui numéro 189 octobre 1979 Page 92-93Lui numéro 189 octobre 1979 Page 94-95Lui numéro 189 octobre 1979 Page 96-97Lui numéro 189 octobre 1979 Page 98-99Lui numéro 189 octobre 1979 Page 100-101Lui numéro 189 octobre 1979 Page 102-103Lui numéro 189 octobre 1979 Page 104-105Lui numéro 189 octobre 1979 Page 106-107Lui numéro 189 octobre 1979 Page 108-109Lui numéro 189 octobre 1979 Page 110-111Lui numéro 189 octobre 1979 Page 112-113Lui numéro 189 octobre 1979 Page 114-115Lui numéro 189 octobre 1979 Page 116-117Lui numéro 189 octobre 1979 Page 118-119Lui numéro 189 octobre 1979 Page 120-121Lui numéro 189 octobre 1979 Page 122-123Lui numéro 189 octobre 1979 Page 124-125Lui numéro 189 octobre 1979 Page 126-127Lui numéro 189 octobre 1979 Page 128-129Lui numéro 189 octobre 1979 Page 130-131Lui numéro 189 octobre 1979 Page 132-133Lui numéro 189 octobre 1979 Page 134-135Lui numéro 189 octobre 1979 Page 136-137Lui numéro 189 octobre 1979 Page 138-139Lui numéro 189 octobre 1979 Page 140-141Lui numéro 189 octobre 1979 Page 142-143Lui numéro 189 octobre 1979 Page 144-145Lui numéro 189 octobre 1979 Page 146-147Lui numéro 189 octobre 1979 Page 148-149Lui numéro 189 octobre 1979 Page 150-151Lui numéro 189 octobre 1979 Page 152-153Lui numéro 189 octobre 1979 Page 154-155Lui numéro 189 octobre 1979 Page 156-157Lui numéro 189 octobre 1979 Page 158-159Lui numéro 189 octobre 1979 Page 160-161Lui numéro 189 octobre 1979 Page 162-163Lui numéro 189 octobre 1979 Page 164-165Lui numéro 189 octobre 1979 Page 166-167Lui numéro 189 octobre 1979 Page 168-169Lui numéro 189 octobre 1979 Page 170-171Lui numéro 189 octobre 1979 Page 172-173Lui numéro 189 octobre 1979 Page 174-175Lui numéro 189 octobre 1979 Page 176-177Lui numéro 189 octobre 1979 Page 178-179Lui numéro 189 octobre 1979 Page 180-181Lui numéro 189 octobre 1979 Page 182-183Lui numéro 189 octobre 1979 Page 184-185Lui numéro 189 octobre 1979 Page 186-187Lui numéro 189 octobre 1979 Page 188-189Lui numéro 189 octobre 1979 Page 190-191Lui numéro 189 octobre 1979 Page 192-193Lui numéro 189 octobre 1979 Page 194-195Lui numéro 189 octobre 1979 Page 196-197Lui numéro 189 octobre 1979 Page 198-199Lui numéro 189 octobre 1979 Page 200-201Lui numéro 189 octobre 1979 Page 202-203Lui numéro 189 octobre 1979 Page 204-205Lui numéro 189 octobre 1979 Page 206-207Lui numéro 189 octobre 1979 Page 208-209Lui numéro 189 octobre 1979 Page 210-211Lui numéro 189 octobre 1979 Page 212-213Lui numéro 189 octobre 1979 Page 214-215Lui numéro 189 octobre 1979 Page 216-217Lui numéro 189 octobre 1979 Page 218-219Lui numéro 189 octobre 1979 Page 220-221Lui numéro 189 octobre 1979 Page 222-223Lui numéro 189 octobre 1979 Page 224-225Lui numéro 189 octobre 1979 Page 226