Lui n°188 septembre 1979
Lui n°188 septembre 1979
  • Prix facial : 7 F

  • Parution : n°188 de septembre 1979

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 138

  • Taille du fichier PDF : 200 Mo

  • Dans ce numéro : Michel Drucker, Ray Bradbury, docteur Olivenstein, Chester Himes Sine et... Nathalie, Berenice, Esther.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
ANTENNE DIEU « A force d'être le stewart bon genre qui reçoit les gens sur son plateau, je craignais qu'on ne me prenne pour quelqu'un qui ne se pose pas de questions... qui reçoit sur son plateau, je craignais qu'on ne me prenne pour quelqu'un qui ne se pose pas de questions sur son métier... Etant d'une lucidité quasimaladive, et bien qu'au « top », sans doute, de ma carrière, j'ai écrit un roman pessimiste pour montrer que loin de m'apaiser, de me rassurer, ce vedettariat m'inquiétait plutôt... Lui Ce roman, n'est-ce pas, finalement une méditation de Drucker sur son métier ? Drucker Oui, et aussi une forme d'exorcisme. Et surtout un témoignage de quelqu'un qui a vécu une page de la télévision qui se tourne. Lui Supposons que l'audiovisuel disparaisse complètement... Quel métier exerceriez-vous avec le moins, disons, de désagrément ? Drucker Je crois que j'écrirais, j'essaierais de devenir un bon journaliste écrit, ce qui n'a rien à voir avec le fait d'écrire un roman ! Je pense aussi que j'écrirais des histoires pour le cinéma. De toutes façons. Et si j'en avais le courage, et si c'était possible (malheureusement ça ne l'est pas, mais on devrait pouvoir obtenir des équivalences), je crois que je commencerais ma médecine. Mon père est médecin de campagne... Et c'est un métier fantastique ! Lui Une question idiote  : supposez que vous changiez de tête, brusquement, et que les gens ne vous reconnaissent pas ceux avec qui vous avez l'habitude de travailler, ou de parler, ou qui vous voient dans la rue —, quel effet cela vous ferait-il ? Drucker Ça serait sans doute très agréable, car je repartirais d'une base anonyme pour vivre une autre vie... Ce serait un avantage fantastique ! Lui Est-ce que vous avez conscience d'avoir un public ?... Sabbagh, par exemple, avait des armoires entières pleines de courrier, avec « son public » comme il disait... Drucker Oui c'est vrai. Vous savez, je suis sans doute un des rares exemples, à la télé, d'un type qu'on a propulsé à vingt ans à l'antenne, à une époque où 38 il n'y avait qu'une seule chaîne, où des émission comme Les coulisses de l'exploit, comme Cinq Colonnes, comme Intervilles, comme Le Palmarès des chansons, comme Lectures pour tous, avaient vingt-cinq millions de « clients »... Donc, j'ai été connu très vite  : les téléspectateurs ont fait un transfert sur moi et me considéraient un peu comme le fils de la maison... J'ai été, pendant dix ans, le seul élément jeune de la télévision, à côté de gens qui auraient pu être mes parents. Il est évident qu'on a été plus indulgent avec moi qu'on aurait pu l'être avec quelqu'un de quarante-cinq ans, et donc, on m'a suivi. Il y a encore des gens qui m'écrivent en me disant  : « Continuez, c'est bien, vous faites toujours des progrès !... » Lui Mais ce public-là, celui du courrier... celui que vous voyez dans la rue... Drucker Oui, pendant trois ans, à Rtl, j'ai vu des milliers de gens, et dans des stades... Vous imaginez, des stades entiers !... Si les hommes politiques connaissaient la France profonde sous cet angle !... Lui C'est leur métier, aussi... Drucker Ce n'est pas leur métier, parce que le pouvoir, à leur niveau, les isole. On ne peut pas faire l'Ena et connaître la clientèle des bistrots... ça me paraît exclu ! Lui Est-ce que vous ne vous sentez pas aussi un peu isolé dans ce petit monde de l'audiovisuel ? Drucker A vrai dire, je ne me sens pas parisien du tout, et je n'ai aucune attirance particulière pour des gens dont le métier est de paraître, les acteurs, les chanteurs... Je leur trouve des qualités, je suis en affinité avec certains, mais je me sens beaucoup plus proche des anonymes et de l'homme de la rue des téléspectateurs que des gens que je vois dans l'émission ! D'abord parce que les anonymes ne sont pas mégalos... Lui Je me demande comment vous pouvez faire de la télévision  : je vous ai vu faire de la radio, avec votre espèce de boîte magique qui vous met en contact direct avec le studio et l'antenne. Dans la rue, vous pouvez arrêter les voitures simplement en décrivant les gens qui sont dedans ! Comment acceptez-vous de faire des émissions en conserve, de tout préparer à l'avance... ça doit être une mutilation ? Drucker Oui, mais pas pour les raisons que vous évoquez. C'est une mutilation dans la mesure où il y a une déperdition fantastique à la télévision par rapport à ce qu'on voudrait faire, parce que la machine manque de souplesse. Mais, par exemple, dans l'émission des Rendez-vous du Dimanche, j'enregistre dans des conditions du direct absolu... En continu  : il n'y a pas de montage ! Lui Pourquoi est-ce que vous n'imaginez pas, à la télévision, ça pourrait exister des émissions qui emploient des moyens aussi instantanés que ceux de la radio ? Drucker Mais ça va venir ! Lui Ça pourrait déjà être là ! Pourquoi est-ce qu'un jeune producteur comme vous ne demande pas à utiliser des moyens légers de vidéo ? Drucker Mon intention, dans les années à venir, c'est de faire des émissions sans vedettes. Les plus grandes vedettes, j'en ai rencontré... quatre mille à peu près, ce sont celles de la rue, celles que j'ai connues dans mes émissions de Rtl, et ça a été quelque chose de fantastique ! Lui Le phénomène Drucker à la radio, est-ce que ce n'est pas tout simplement cela  : avoir réussi à faire une émission qui donne la parole aux gens en direct et dans la rue ?... C'est tout à fait pratiqué aux Etats-Unis, ce genre, transposé à la télévision. Est-ce que cela ne vous tente pas ? Drucker Si, et je crois que je le ferai très vite... Lui Inventer un nouveau style de journalisme télévisé utilisant la simultanéité à bloc ? Drucker Sûrement ! Mon rêve serait de faire une émission (Suite page 48.)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 188 septembre 1979 Page 1Lui numéro 188 septembre 1979 Page 2-3Lui numéro 188 septembre 1979 Page 4-5Lui numéro 188 septembre 1979 Page 6-7Lui numéro 188 septembre 1979 Page 8-9Lui numéro 188 septembre 1979 Page 10-11Lui numéro 188 septembre 1979 Page 12-13Lui numéro 188 septembre 1979 Page 14-15Lui numéro 188 septembre 1979 Page 16-17Lui numéro 188 septembre 1979 Page 18-19Lui numéro 188 septembre 1979 Page 20-21Lui numéro 188 septembre 1979 Page 22-23Lui numéro 188 septembre 1979 Page 24-25Lui numéro 188 septembre 1979 Page 26-27Lui numéro 188 septembre 1979 Page 28-29Lui numéro 188 septembre 1979 Page 30-31Lui numéro 188 septembre 1979 Page 32-33Lui numéro 188 septembre 1979 Page 34-35Lui numéro 188 septembre 1979 Page 36-37Lui numéro 188 septembre 1979 Page 38-39Lui numéro 188 septembre 1979 Page 40-41Lui numéro 188 septembre 1979 Page 42-43Lui numéro 188 septembre 1979 Page 44-45Lui numéro 188 septembre 1979 Page 46-47Lui numéro 188 septembre 1979 Page 48-49Lui numéro 188 septembre 1979 Page 50-51Lui numéro 188 septembre 1979 Page 52-53Lui numéro 188 septembre 1979 Page 54-55Lui numéro 188 septembre 1979 Page 56-57Lui numéro 188 septembre 1979 Page 58-59Lui numéro 188 septembre 1979 Page 60-61Lui numéro 188 septembre 1979 Page 62-63Lui numéro 188 septembre 1979 Page 64-65Lui numéro 188 septembre 1979 Page 66-67Lui numéro 188 septembre 1979 Page 68-69Lui numéro 188 septembre 1979 Page 70-71Lui numéro 188 septembre 1979 Page 72-73Lui numéro 188 septembre 1979 Page 74-75Lui numéro 188 septembre 1979 Page 76-77Lui numéro 188 septembre 1979 Page 78-79Lui numéro 188 septembre 1979 Page 80-81Lui numéro 188 septembre 1979 Page 82-83Lui numéro 188 septembre 1979 Page 84-85Lui numéro 188 septembre 1979 Page 86-87Lui numéro 188 septembre 1979 Page 88-89Lui numéro 188 septembre 1979 Page 90-91Lui numéro 188 septembre 1979 Page 92-93Lui numéro 188 septembre 1979 Page 94-95Lui numéro 188 septembre 1979 Page 96-97Lui numéro 188 septembre 1979 Page 98-99Lui numéro 188 septembre 1979 Page 100-101Lui numéro 188 septembre 1979 Page 102-103Lui numéro 188 septembre 1979 Page 104-105Lui numéro 188 septembre 1979 Page 106-107Lui numéro 188 septembre 1979 Page 108-109Lui numéro 188 septembre 1979 Page 110-111Lui numéro 188 septembre 1979 Page 112-113Lui numéro 188 septembre 1979 Page 114-115Lui numéro 188 septembre 1979 Page 116-117Lui numéro 188 septembre 1979 Page 118-119Lui numéro 188 septembre 1979 Page 120-121Lui numéro 188 septembre 1979 Page 122-123Lui numéro 188 septembre 1979 Page 124-125Lui numéro 188 septembre 1979 Page 126-127Lui numéro 188 septembre 1979 Page 128-129Lui numéro 188 septembre 1979 Page 130-131Lui numéro 188 septembre 1979 Page 132-133Lui numéro 188 septembre 1979 Page 134-135Lui numéro 188 septembre 1979 Page 136-137Lui numéro 188 septembre 1979 Page 138