Lui n°186 juillet 1979
Lui n°186 juillet 1979
  • Prix facial : 7 F

  • Parution : n°186 de juillet 1979

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 130

  • Taille du fichier PDF : 153 Mo

  • Dans ce numéro : les nouvelles photos de Miet-la-sublime et Reiser.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 74 - 75  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
74 75
F... COMME FALLOPE J'écoutais le quintette de Schubert... Elles bavardaient, riaient, et interrompirent brutalement mon adagio en rayant le disque  : « Si on mettait de la musique ? (Suite de la page 58.) citant une oeuvre —, etc. Je ne sais rien de plus populacier que de parler comme écrit Le Monde et, dans ce charabia, « phallocrate » figure nettement en tête de liste. Ah ! j'imagine clairement la gauchiste poilue qui l'inventa du fond de sa banlieue... Je vois ses copains (pardon ses copines et ses copains), petits philosophes à boucles d'oreilles, en train d'applaudir et crier bravo. « Saoulographe », complètement démodé, et stupide avec sa racine latine et sa désinence grecque, dut être créé de même par quelque cuistre du côté du Dupont latin. Celui-ci aussi, je le rêve, sous la lampe, émerveillé de sa trouvaille. Phallocrate ? Mon cul ! de grâce, épargnez-moi ce mot, j'ai les oreilles sensibles. « Ça ne se dit pas », comme aimait répéter mon grand-père, un homme qui parle de « haute société » n'est pas de « bonne compagnie.. A propos de phallocratie, vous voyez un satyre derrière chaque tronc d'arbre, un obsédé dans chaque recoin d'ombre, un viol dans le plus avenant des sourires. Les meilleurs procédés ne sont qu'un croc-en-jambe pour vous faire chuter. Mais si vous soupçonniez ces autres ruses, travail, soucis, dépressions nerveuses, artifices de toutes sortes qu'imagine l'amant pour ne pas honorer sa maîtresse et le mari pour esquiver le devoir conjugal ! Un homme, figurezvous, passe au moins le même temps, déploie souvent plus d'effort et de subtilité pour se dérober que pour séduire. Ah ! Qu'on m'épargne les bobos ! Le plus beau cortège d'une femme, ce n'est pas sa beauté, ni sa grâce, ni son intelligence, ni son jugement, ni sa jeunesse, ni sa grandeur d'âme, ni son esprit, ni son argent, c'est la bonne santé. Faux-semblant, fausse valeur, distinction empruntée, besoin du toc, du strass, du patchouli et, plus généralement, nécessité de la parure... Ce mot de Balzac, un des plus admirables 74 jamais écrits  : « l'élégance consiste à paraître ce qu'on est », ne saurait en aucun cas être appliqué à aucune femme, alors que son contraire, toujours. Toute femme n'est pas forcément sotte, mais elle manipulera les idées comme un maladroit les objets, faisant choir le téléphone, se sauver le lait, brûler le ragoût, se briser la potiche. Bon coeur mais pas de tête. En fait, il existe un accord profond entre la précision des gestes et la puissance de l'intellect. L'étourderie est, qu'on le veuille ou non, un manquement à l'esprit, presque une impolitesse à l'égard du Créateur. L'inattention, l'incuriosité, qui témoignent effectivement d'une indifférence à l'univers, avec sa beauté, son mystère, préjugent mal de l'acuité d'un cerveau et de l'aptitude à aimer, à connaître. L'adéquation du sujet à l'objet n'est pas autre chose que l'intelligence  : on ne fera jamais coïncider un carré avec un losange, mais je puis vous assurer qu'il y a des femmes qui le pensent. Par ailleurs, certains raisonnements ne mordent pas, en dépit de leur indubitable exactitude. Celui-ci par exemple. Je voulus découper une vitre à sa juste mesure, mais ne pus retrouver ce bidule qu'on nomme diamant. Ma tante Cécile entra à ce moment. Je lui réclamai le solitaire qu'elle portait au doigt et qui faisait l'affaire. Elle refusa, disant qu'il n'était pas question d'abîmer une aussi belle bague. Je lui objectai que le diamant, plus dur, raye le verre, plus tendre, mais que l'inverse est impossible. Je mis longtemps à la convaincre que sa pierre, en vertu des lois de la minéralogie et de la physique, ne risquait rigoureusement rien. Elle me crut et me tendit la bague. Mais elle la reprit aussitôt  : « Finalement non, dit-elle, on ne sait jamais. » J'avais cinq ou six ans. Je m'intéressais prodigieusement au ciel et aux astres. Je me gelais les nuits d'hiver à observer la lune et j'interrogeais inlassablement mon grand-père. « La lune, me répondait-il, décrit autour de la terre une orbite elliptique assez excentrique et est distante de nous d'environ trois cent cinquante mille kilomètres. Son volume est cinquante fois plus petit que celui de notre planète et son rayon est de mille sept cent trente-six kilomètres... » Je pressentais dans ces précisions une poésie admirable parce que réelle, et j'eusse plongé avec délice dans la mer des Songes et le lac de la Mort... Un jour, je questionnai la bonne, elle voulut faire joli  : « La lune est un petit ange dans le ciel. » Je crois que je n'ai jamais méprisé autant quelqu'un. Pourquoi les femmes arrivent-elles toujours en retard, pendant que l'homme fait le poireau ? Pour quelle raison, je vous prie ? De quel droit ? Par quel privilège ? En vertu de quelle supériorité, elles qui se veulent égales ? Pourquoi au restaurant, cette égalité se termine-t-elle toujours devant l'addition ? Cette anecdote me suggère intensément ce poème de Rimbaud  : « Et mon bureau ? », l'oeuvre la plus superbement misogyne de toutes les littératures. J'étais à Ouessant, le soleil chutait dans un ciel vitreux, sur une mer d'ébène, qui brusquement, devint d'émeraude alors que les nuages noircissaient. On entendait la corne de brume. Les phares commencèrent à déployer leurs ailes de lumière. C'était sublime, à la limite du supportable. Un couple regardait cela. L'homme au moins sut dire  : « Quel joli coucher de soleil ! » La femme  : « Ben, c'est normal, le soir tombe ». J'écoutais de même le quintette avec deux violoncelles, de Schubert, dont on peut tout dire sauf qu'il n'est pas la plus belle chose au monde. Virginie entra avec une copine. Elles bavardaient et riaient, n'écoutaient pas, et, soudain, interrompirent brutalement mon adagio en rayant le disque. « Si on mettait de la musique ? » dit Virginie. En vertu du droit de se contredire, je pense fortement que, à qualité égale (je le souligne  : à quali- (Suite page 80.)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 186 juillet 1979 Page 1Lui numéro 186 juillet 1979 Page 2-3Lui numéro 186 juillet 1979 Page 4-5Lui numéro 186 juillet 1979 Page 6-7Lui numéro 186 juillet 1979 Page 8-9Lui numéro 186 juillet 1979 Page 10-11Lui numéro 186 juillet 1979 Page 12-13Lui numéro 186 juillet 1979 Page 14-15Lui numéro 186 juillet 1979 Page 16-17Lui numéro 186 juillet 1979 Page 18-19Lui numéro 186 juillet 1979 Page 20-21Lui numéro 186 juillet 1979 Page 22-23Lui numéro 186 juillet 1979 Page 24-25Lui numéro 186 juillet 1979 Page 26-27Lui numéro 186 juillet 1979 Page 28-29Lui numéro 186 juillet 1979 Page 30-31Lui numéro 186 juillet 1979 Page 32-33Lui numéro 186 juillet 1979 Page 34-35Lui numéro 186 juillet 1979 Page 36-37Lui numéro 186 juillet 1979 Page 38-39Lui numéro 186 juillet 1979 Page 40-41Lui numéro 186 juillet 1979 Page 42-43Lui numéro 186 juillet 1979 Page 44-45Lui numéro 186 juillet 1979 Page 46-47Lui numéro 186 juillet 1979 Page 48-49Lui numéro 186 juillet 1979 Page 50-51Lui numéro 186 juillet 1979 Page 52-53Lui numéro 186 juillet 1979 Page 54-55Lui numéro 186 juillet 1979 Page 56-57Lui numéro 186 juillet 1979 Page 58-59Lui numéro 186 juillet 1979 Page 60-61Lui numéro 186 juillet 1979 Page 62-63Lui numéro 186 juillet 1979 Page 64-65Lui numéro 186 juillet 1979 Page 66-67Lui numéro 186 juillet 1979 Page 68-69Lui numéro 186 juillet 1979 Page 70-71Lui numéro 186 juillet 1979 Page 72-73Lui numéro 186 juillet 1979 Page 74-75Lui numéro 186 juillet 1979 Page 76-77Lui numéro 186 juillet 1979 Page 78-79Lui numéro 186 juillet 1979 Page 80-81Lui numéro 186 juillet 1979 Page 82-83Lui numéro 186 juillet 1979 Page 84-85Lui numéro 186 juillet 1979 Page 86-87Lui numéro 186 juillet 1979 Page 88-89Lui numéro 186 juillet 1979 Page 90-91Lui numéro 186 juillet 1979 Page 92-93Lui numéro 186 juillet 1979 Page 94-95Lui numéro 186 juillet 1979 Page 96-97Lui numéro 186 juillet 1979 Page 98-99Lui numéro 186 juillet 1979 Page 100-101Lui numéro 186 juillet 1979 Page 102-103Lui numéro 186 juillet 1979 Page 104-105Lui numéro 186 juillet 1979 Page 106-107Lui numéro 186 juillet 1979 Page 108-109Lui numéro 186 juillet 1979 Page 110-111Lui numéro 186 juillet 1979 Page 112-113Lui numéro 186 juillet 1979 Page 114-115Lui numéro 186 juillet 1979 Page 116-117Lui numéro 186 juillet 1979 Page 118-119Lui numéro 186 juillet 1979 Page 120-121Lui numéro 186 juillet 1979 Page 122-123Lui numéro 186 juillet 1979 Page 124-125Lui numéro 186 juillet 1979 Page 126-127Lui numéro 186 juillet 1979 Page 128-129Lui numéro 186 juillet 1979 Page 130