Lui n°186 juillet 1979
Lui n°186 juillet 1979
  • Prix facial : 7 F

  • Parution : n°186 de juillet 1979

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 130

  • Taille du fichier PDF : 153 Mo

  • Dans ce numéro : les nouvelles photos de Miet-la-sublime et Reiser.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
Ils çotdeveiws riches IIS roulenhn Rolls Ils sorb eureisx IIS nbi*w rien Ils sotdans L'ARGENT FAIT LE BONHEUR d'A9IthP 6o44 at F'ooîs Pedron Yois adorers ¢A ! collection LE POIDS DES MOTS Agathe Godard - François Pédron Préface de Sylvain Floirat E AR ENT FAIT LE B N EUR Portraits de 12 battants français Collection Le poids des mots Denoél Filipacchi Gilbert Trigano, Louis Gérard, Daniel Hechter, Paul-Loup Sulitzer, Jean Feldman, Yves Rocher, Jean-Louis David, Paul de Senneville, Roger Carel, Jacques Ribourel, Georges Salomon, Gaston Lenôtre. Douze héros dont les douze histoires finissent bien et commencent toutes comme il se doit — par « il était une fois un petit garçon... » Il ne s'agit pourtant pas de contes de fées  : ces histoires ne sont pas menées à la baguette. Mais comme on ne croit plus maintenant qu'au carrosse changé en citrouille, il était grand temps de raconter douze histoires vraies où la citrouille est changée en Rolls. denoëufilipacchi
ENTRETIEN « Il suffit de lire le Canard enchaîné pour savoir qu'un institut de sondages a été contraint de rectifier un sondage sur le racisme des Français, trop accablant ! (Suite de la page 31.) et antifasciste comme vous, mais moins indulgente à l'égard d'Israël que vous. Alors, que fait-on ? On va se marier à l'étranger, à Chypre notamment. Mais les enfants nés de mariages mixtes sont illégitimes aux yeux de la loi alors que sont légitimes des enfants nés hors du mariage, mais dont les deux parents sont juifs ! Et à ce propos, je me rappelle qu'Annah Arendt qui rappelait ces faits dans son fameux Eichman à Jérusalem trouvait stupéfiante l'inconscience avec laquelle le procureur du procès d'Eichmannavait dénoncé « les lois iniques de Nuremberg qui en 1935 avaient interdit le mariage entre Juifs et Allemands »... Lévy En tout cas, il y a de plus en plus de mariages mixtes en Israël. Cela dit, il en est aujourd'hui d'Israël comme il en fut de la chrétienté naguère, mais dans une infiniment moindre mesure, à mon sens  : dès lors qu'une forme de spiritualité se cristallise en une institution, un certain nombre de problèmes nouveaux apparaissent — qui ne sont pas liés à la spiritualité originelle. Pour en finir avec cette question, et pour me résumer, je dirais que si j'étais citoyen israélien je protesterais contre les dénis de justice éventuels commis à l'encontre des Arabes d'Israël et des Palestiniens, mais qu'étant citoyen français, la seule cause au monde pour laquelle je serais prêt à donner ma vie c'est Israël, si l'Etat d'Israël était menace de disparition. Lui Vous dites, dans Le testament de Dieu, que vous êtes un de ces derniers fous un de ces derniers justes en somme assez fous pour croire au Beau, au Vrai, au Juste. J'imagine que, même sans aller jusqu'en Israël, vous allez avoir beaucoup à faire en France où le racisme quotidien, les dénis de justice, les tabassages dans les commissariats de police, les abus de pouvoir, l'arbitraire, etc., ne manquent pas. Mais vous semblez préférer parler des goulags que l'on ne cesse d'ailleurs de découvrir et de redécouvrir ; avant vous déjà, Kravchenko les avait dénoncés. Lévy Et qu'on ne cesse d'oublier... Je suis profondément et viscéralement hostile à la tentation, et à toutes les tentatives, de réduire les unes aux autres toutes les formes d'oppression et de misère. Je dis qu'il y a des degrés dans l'une et dans les autres et que la meilleure manière de liquider le problème et d'amener à se désintéresser des unes et des autres serait de les assimiler. Si, sur le plan éthique, il n'y a pas vraiment de mesure arithmétique, il y a, en revanche, des degrés qualitatifs dans l'horreur et à mon avis les camps de concentration d'Union soviétique ou les camps de concentration hitlériens n'ont rien à voir avec les violences et les abus qui peuvent se commettre chez nous. Mais je suis prêt à descendre dans la rue demain pour manifester contre le racisme ordinaire ou, ce qui revient au même, à écrire dans les journaux et dénoncer ce qu'il convient de dénoncer. Ce qui se passe par exemple aujourd'hui dans les métros parisiens. Il m'arrive de prendre le métro et je suis indigné de voir qu'un homme au teint bistre est systématiquement interpellé, soupçonné et parfois maltraité. Il suffit de lire une certaine presse pour voir s'y étaler le racisme le plus vulgaire et le plus dégueulasse et de lire Le Canard enchaîné pour savoir qu'un institut de sondages a été contraint par un ministre de rectifier un sondage sur le racisme des Français parce qu'il était trop accablant ! Bien sûr il y a fort à faire dans ce pays. Il faut bien savoir que nous vivons dans un pays qui est partagé en deux  : entre pétainiste et staliniens. Je pense profondément que le régime sous lequel nous vivons est réactionnaire, héritier dans une large mesure de la droite la plus infâme qui fut dans ce pays, et je suis indigné d'entendre Monsieur Bonnet, ministre de l'Intérieur, défendre l'honneur de la police. La police n'a pas d'honneur, elle a une fonction. Cela dit, je ne suis pas partisan de dire « C.r. s S.s. » car c'est une réduction redoutable D'autre part, je suis partisan d'une police institutionnelle, d'une police d'Etat. Quoiqu'elle vaille, elle vaut toujours mieux que les polices parallèles qu'on voit fleurir dans les moments d'exception comme en Iran aujourd'hui ou comme en Allemagne au moment de l'affaire Baader, quand il y a une sorte de démultiplication de l'institution policière. En revanche la déification de l'Etat ou de ses grands corps, la magistrature, la police, etc., me répugne. Mais il y a des idolâtres dans le pouvoir en place, autant qu'il y en a du côté de ceux qui sacralisent le Parti ou la classe ouvrière... Lui Quand on vous entend parler ainsi on comprend mieux l'étonnement de ceux qui vous ont reproché de vous rendre aux réceptions de l'Elysée. Lévy Je suis allé une fois à l'Elysée  : le jour où Valéry Giscard d'Estaing m'a invité à sa table avec d'autres intellectuels, peu suspects de complaisance à l'égard du pouvoir... Et puisque vous me renvoyez sans cesse à l'éthique, la question à ce moment-là était simple. Elle n'était pas de savoir s'il y avait des raisons ou pas d'y aller, mais s'il y avait des raisons solides, impérieuses de n'y pas aller. Je dis qu'il n'y en avait pas. Et par conséquent j'y suis allé. Et cela m'a permis de réclamer à sa table le retour de Cohn-Bendit en France. Lui Justement, voilà un exemple de quelque chose de proprement extraordinaire, d'exorbitant, dans une société qui se prétend libérale avancée. Comment imaginer que près de deux cents ans après la destruction de la Bastille et la suppression des lettres de cachet, au pays de Montesquieu qui a inventé la séparation des pouvoirs, un citoyen qui n'est l'objet d'aucune poursuite puisse être condamné à l'exil, interdit de séjour dans son pays ? Lévy Non seulement je trouve cela inouï, mais je ne me suis pas contenté de le dire dans les journaux ni de vous approuver  : je suis allé le dire à la table du Président. Apparemment, il m'a entendu... Propos recueillis par Pierre Démeron. 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 186 juillet 1979 Page 1Lui numéro 186 juillet 1979 Page 2-3Lui numéro 186 juillet 1979 Page 4-5Lui numéro 186 juillet 1979 Page 6-7Lui numéro 186 juillet 1979 Page 8-9Lui numéro 186 juillet 1979 Page 10-11Lui numéro 186 juillet 1979 Page 12-13Lui numéro 186 juillet 1979 Page 14-15Lui numéro 186 juillet 1979 Page 16-17Lui numéro 186 juillet 1979 Page 18-19Lui numéro 186 juillet 1979 Page 20-21Lui numéro 186 juillet 1979 Page 22-23Lui numéro 186 juillet 1979 Page 24-25Lui numéro 186 juillet 1979 Page 26-27Lui numéro 186 juillet 1979 Page 28-29Lui numéro 186 juillet 1979 Page 30-31Lui numéro 186 juillet 1979 Page 32-33Lui numéro 186 juillet 1979 Page 34-35Lui numéro 186 juillet 1979 Page 36-37Lui numéro 186 juillet 1979 Page 38-39Lui numéro 186 juillet 1979 Page 40-41Lui numéro 186 juillet 1979 Page 42-43Lui numéro 186 juillet 1979 Page 44-45Lui numéro 186 juillet 1979 Page 46-47Lui numéro 186 juillet 1979 Page 48-49Lui numéro 186 juillet 1979 Page 50-51Lui numéro 186 juillet 1979 Page 52-53Lui numéro 186 juillet 1979 Page 54-55Lui numéro 186 juillet 1979 Page 56-57Lui numéro 186 juillet 1979 Page 58-59Lui numéro 186 juillet 1979 Page 60-61Lui numéro 186 juillet 1979 Page 62-63Lui numéro 186 juillet 1979 Page 64-65Lui numéro 186 juillet 1979 Page 66-67Lui numéro 186 juillet 1979 Page 68-69Lui numéro 186 juillet 1979 Page 70-71Lui numéro 186 juillet 1979 Page 72-73Lui numéro 186 juillet 1979 Page 74-75Lui numéro 186 juillet 1979 Page 76-77Lui numéro 186 juillet 1979 Page 78-79Lui numéro 186 juillet 1979 Page 80-81Lui numéro 186 juillet 1979 Page 82-83Lui numéro 186 juillet 1979 Page 84-85Lui numéro 186 juillet 1979 Page 86-87Lui numéro 186 juillet 1979 Page 88-89Lui numéro 186 juillet 1979 Page 90-91Lui numéro 186 juillet 1979 Page 92-93Lui numéro 186 juillet 1979 Page 94-95Lui numéro 186 juillet 1979 Page 96-97Lui numéro 186 juillet 1979 Page 98-99Lui numéro 186 juillet 1979 Page 100-101Lui numéro 186 juillet 1979 Page 102-103Lui numéro 186 juillet 1979 Page 104-105Lui numéro 186 juillet 1979 Page 106-107Lui numéro 186 juillet 1979 Page 108-109Lui numéro 186 juillet 1979 Page 110-111Lui numéro 186 juillet 1979 Page 112-113Lui numéro 186 juillet 1979 Page 114-115Lui numéro 186 juillet 1979 Page 116-117Lui numéro 186 juillet 1979 Page 118-119Lui numéro 186 juillet 1979 Page 120-121Lui numéro 186 juillet 1979 Page 122-123Lui numéro 186 juillet 1979 Page 124-125Lui numéro 186 juillet 1979 Page 126-127Lui numéro 186 juillet 1979 Page 128-129Lui numéro 186 juillet 1979 Page 130