Lui n°182 mars 1979
Lui n°182 mars 1979
  • Prix facial : 7 F

  • Parution : n°182 de mars 1979

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 154

  • Taille du fichier PDF : 155 Mo

  • Dans ce numéro : entretien du mois avec Michel Poniatowski.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
GOLDORACKETT Tout passe par les arrière-boutiques des fabriquants de jouets, de T-shirts, de moutardes, qui en ont fait la plus florissante affaire des vingt dernières années... quelques décennies, il supplantera celui de Charles Martel, de ses Arabes, de Poitiers. Directeur de production, directeur des programmes télévision pour le Tiersmonde, producteur privé pour le compte du cinéma et de la télévision, Canestrier lance avec Yves Ciampi « Oum le Dauphin » qu'il fait fabriquer au Japon et que les télévisions s'arrachent. A une époque où le cinéma s'emmêle la pellicule, où la télévision, alors dominée par la Sfp, cherche son second souffle, où la vidéo-cassette montre à peine le bout de son nez, Jacques Canestrier monte sa propre boîte sans apports, ni fortune personnelle. Il est bosseur. C'est tout. En France, quand on n'a pas d'argent, il faut une idée et, Eureka, Canestrier a la sienne. Il part pour le Japon, achète un dessin animé intitulé Grendizer, le rebaptise Goldorak, le coupe en épisodes, intéresse une multitude de fabricants qui sortent aussitôt une série impressionnante de produits dérivés. Puis Canestrier échafaude un merchandising à l'américaine et prépare des vidéo-cassettes et un long métrage à la gloire de son héros. L'avenir du cinéma ne se passe plus au Fouquet's mais à bord de la Japan Air Lines, et surtout dans l'arrière-boutique des fabricants de jouets, de tee-shirts, de cartes postales, de moutardes, de posters, chez tous ceux qui ont fait de Goldorak la plus florissante affaire commerciale de ces vingt dernières années. Aujourd'hui, Antenne 2, la chaîne miracle du président Ullrich, batifole de tous ses maillons. Dans les bureaux et surtout dans tous les couloirs, le jeu consiste à savoir qui a eu le nez suffisamment bien fait pour coincer ce Goldorak qui pulvérise, par son écoute, les autres chaînes. C'est moi, c'est pas lui, c'est nous. Qui ? A la fin, qui ? Jacques Canestrier n'aime pas la question. Il se contente de bredouiller  : « A plusieures reprises, à l'époque de l'Ortf, j'avais proposé des dessins animés japonais qui s'inspiraient de la bande 46 dessinée. C'était alors une innovation et je pensais que les responsables de la Télévision y seraient sensibles. On m'opposa un refus catégorique. Un téléviseur est un jouet cher qui ne peut être manipulé par des enfants... Les programmes devaient être étudiés pour les adultes et non pour les gosses, rester traditionnels. Après tout, les sales mômes pouvaient très bien rester dans leurs chambres et lire leurs bandes dessinées habituelles. Puis est survenu l'éclatement des trois chaînes et, avec lui, la concurrence, la volonté d'accaparer le public « jeune ». Lorsque j'ai sélectionné Candy et Goldorak, je pensais qu'une des trois antennes pouvait essayer mon produit qui correspondait à ce que les enfants voulaient voir, à l'esprit de leurs bandes dessinées. Guy Maxence et Gérard Calvet, alors chargés des dessins animés pour la jeunesse, me reçurent à A2. Ce fut un rude travail de persuasion. Le graphisme de Goldorak, son animation, relevaient d'une conception trop audacieuse. On l'acheta, mais on le mit dans un tiroir. Lorsque Jacqueline Joubert prit ses fonctions de directrice du Service Jeunesse, elle découvrit mon robot et fit la moue. Il ne correspondait pas à l'idée de la politique qu'elle voulait entamer, d'autant que la nouvelle direction des programmes amorçait une levée de boucliers contre la violence de certains feuilletons étrangers. » Canestrier est un gentleman. En fait, Jacqueline Joubert qui a du nez — mais un nez davantage refait pour les caméras que pour les affaires —, refusa net et sec ce Goldorak qui (sussurraient certaines éminences grises à- copains-à-placer) était d'une violence extrême. Le bleu des missiles mêlé au rouge des éclairs, aux violets in-soutenables des hélico-punch et astérohache faisait dresser les cheveux sur la tête. On dénicha dans les tiroirs de la Défense pour l'Enfance, une série de vieilles barbes. « Tu me tiens, je te tiens... ». A ce jeu, les barbes décou- vraient mille qualificatifs  : « C'est laid, c'est japonais, c'est incompréhensible, ça fait peur, ça éveille Thanatos, ça émoustille Eros, c'est dégueulasse, malsain, mal fait, contaminé, contaminant. C'est con ». Il est certain que les « corno-fulgure » n'étaient pas faits pour rassurer certains cocus qui se sentaient trahis et voyaient leurs tranches menacées. Malgré tout il faut bien amortir les dépenses Jacqueline Joubert chercha dans ses grilles récemment augmentées par le président Ullrich, une petite place pour Goldorak. Elle le programma le 4 juillet à raison de deux épisodes par semaine. En période de vacances, il risquait de passer inaperçu. Malgré les pronostics d'Albert Simon, juillet fut le mois le plus pluvieux de l'année, les enfants durent rester enfermés devant le petit écran et Goldorak devint, tout à coup, leur soleil... Jacques Canestrier recevait les honneurs et l'assurance des sentiments les meilleurs de Madame Joubert qui, soudain, trouvait à « son robotmaison », le charme de James Bond, la grâce d'Arsène Lupin, le génie de Jules Verne et un « je-ne-sais-quoi » qui fait le succès des produits William Saurin, l'un des plus gros annonceur de la chaîne. Canestrier essaya bien d'expliquer qu'il était certain du succès, qu'il l'avait testé sur la Rai en Italie, qu'il s'y était taillé un triomphe. La Rai Valait mieux oublier. Le succès vient toujours de France, de son Secam et de ses pontes  : en l'occurrence Jacqueline Joubert et le président Ullrich. D'autre part, avec Geneviève Coquelin, la responsable du service commercial d'Antenne 2, Canestrier entreprenait une prospection en règle auprès des fabricants de produits pour enfants. C'était au Salon du Jouet 1978. Tout le monde s'arrachait Goldorak. Mais la rogne et la grogne persistait rue Cognacq-Jay. Les syndicats des techniciens d'A2 allèrent jusqu'à placarder des tracts anti-Goldorak  : « Goldorak = Amin Dada= Hitler=Fascisme ». Un mot galvaudé (Suite page 58.)
-42> 1c 47



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 182 mars 1979 Page 1Lui numéro 182 mars 1979 Page 2-3Lui numéro 182 mars 1979 Page 4-5Lui numéro 182 mars 1979 Page 6-7Lui numéro 182 mars 1979 Page 8-9Lui numéro 182 mars 1979 Page 10-11Lui numéro 182 mars 1979 Page 12-13Lui numéro 182 mars 1979 Page 14-15Lui numéro 182 mars 1979 Page 16-17Lui numéro 182 mars 1979 Page 18-19Lui numéro 182 mars 1979 Page 20-21Lui numéro 182 mars 1979 Page 22-23Lui numéro 182 mars 1979 Page 24-25Lui numéro 182 mars 1979 Page 26-27Lui numéro 182 mars 1979 Page 28-29Lui numéro 182 mars 1979 Page 30-31Lui numéro 182 mars 1979 Page 32-33Lui numéro 182 mars 1979 Page 34-35Lui numéro 182 mars 1979 Page 36-37Lui numéro 182 mars 1979 Page 38-39Lui numéro 182 mars 1979 Page 40-41Lui numéro 182 mars 1979 Page 42-43Lui numéro 182 mars 1979 Page 44-45Lui numéro 182 mars 1979 Page 46-47Lui numéro 182 mars 1979 Page 48-49Lui numéro 182 mars 1979 Page 50-51Lui numéro 182 mars 1979 Page 52-53Lui numéro 182 mars 1979 Page 54-55Lui numéro 182 mars 1979 Page 56-57Lui numéro 182 mars 1979 Page 58-59Lui numéro 182 mars 1979 Page 60-61Lui numéro 182 mars 1979 Page 62-63Lui numéro 182 mars 1979 Page 64-65Lui numéro 182 mars 1979 Page 66-67Lui numéro 182 mars 1979 Page 68-69Lui numéro 182 mars 1979 Page 70-71Lui numéro 182 mars 1979 Page 72-73Lui numéro 182 mars 1979 Page 74-75Lui numéro 182 mars 1979 Page 76-77Lui numéro 182 mars 1979 Page 78-79Lui numéro 182 mars 1979 Page 80-81Lui numéro 182 mars 1979 Page 82-83Lui numéro 182 mars 1979 Page 84-85Lui numéro 182 mars 1979 Page 86-87Lui numéro 182 mars 1979 Page 88-89Lui numéro 182 mars 1979 Page 90-91Lui numéro 182 mars 1979 Page 92-93Lui numéro 182 mars 1979 Page 94-95Lui numéro 182 mars 1979 Page 96-97Lui numéro 182 mars 1979 Page 98-99Lui numéro 182 mars 1979 Page 100-101Lui numéro 182 mars 1979 Page 102-103Lui numéro 182 mars 1979 Page 104-105Lui numéro 182 mars 1979 Page 106-107Lui numéro 182 mars 1979 Page 108-109Lui numéro 182 mars 1979 Page 110-111Lui numéro 182 mars 1979 Page 112-113Lui numéro 182 mars 1979 Page 114-115Lui numéro 182 mars 1979 Page 116-117Lui numéro 182 mars 1979 Page 118-119Lui numéro 182 mars 1979 Page 120-121Lui numéro 182 mars 1979 Page 122-123Lui numéro 182 mars 1979 Page 124-125Lui numéro 182 mars 1979 Page 126-127Lui numéro 182 mars 1979 Page 128-129Lui numéro 182 mars 1979 Page 130-131Lui numéro 182 mars 1979 Page 132-133Lui numéro 182 mars 1979 Page 134-135Lui numéro 182 mars 1979 Page 136-137Lui numéro 182 mars 1979 Page 138-139Lui numéro 182 mars 1979 Page 140-141Lui numéro 182 mars 1979 Page 142-143Lui numéro 182 mars 1979 Page 144-145Lui numéro 182 mars 1979 Page 146-147Lui numéro 182 mars 1979 Page 148-149Lui numéro 182 mars 1979 Page 150-151Lui numéro 182 mars 1979 Page 152-153Lui numéro 182 mars 1979 Page 154