Lui n°121 février 1974
Lui n°121 février 1974
  • Prix facial : 5 F

  • Parution : n°121 de février 1974

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 114

  • Taille du fichier PDF : 151 Mo

  • Dans ce numéro : Paul Getty, il roule sur l'or... noir.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 98 - 99  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
98 99
LA BOUFFE OU LA VIE Deux cents kilos de caviar, une tonne de homards, cinquante cinq mille oeufs... (Suite de la page 68.) golfe Persique. Le « prince » est accompagné de deux éphèbes-gardes du corps  : l'un, japonais, l'autre, international. L'international a pour fonction officielle de suivre l'altesse pas à pas, un cendrier à la main. Comme par miracle, nous nous retrouvons à table. Je commence à avoir l'impression d'être une sorte d'amibe dont la vie végétative consiste à passer d'un verre à cocktail dans une assiette de soupe. Au menu, une tourte de perdrix, petit monument de pâtisserie dans le style « Sacré Coeur ». Philippe et Claude dont la sollicitude ne s'égare pas un seul instant me servent un fromage qui, racontent-ils, est spécialement fabriqué pour la reine d'Angleterre. J'apprends que Rouvray Catillon — c'est le nom du village où l'on fait l'Excelsior » — ne vit que de l'exportation de ce délicieux produit, les sujets de sa Gracieuse Majesté achetant toute la production d'une année sur l'autre. Après cette bonne nouvelle, nous n'avons plus qu'à nous coucher. Las ! que trouvai-je sur ma table de nuit !... Délicate attention de Monsieur Le Huédé, chef du navire, le grand dictionnaire de cuisine d'Alexandre Dumas. Je m'endors dans un rêve de truffes et de suprêmes divers. Dimanche, un jour comme les autres ? Non. En tout cas pas sur France. Le programme des réjouissances, discrètement glissé chaque matin sous la porte, m'apprend que je suis convié à onze heures au bar Riviera pour ce que ces braves gens appellent pudiquement une « initiation aux vins de France ». Ma conscience professionnelle me force à m'incliner devant ce nouveau coup du sort et je me retrouve au milieu d'une classe de bons élèves en majorité américains, attentifs, mais déjà assez congestionnés. Monsieur Jean, le sommelier, distille, c'est le cas de le dire, son enseignement. Après chaque théorie, les travaux pratiques. A midi et demi, 98 après quatre-vingt-dix minutes de ce dur labeur, la petite classe, bizarrement, semble somnoler. C'est le moment que choisit Françoise pour venir me récupérer. « J'ai faim, moi. Alors, tu viens déjeuner, oui ou non ? L'amibe obtempère et se retrouve devant un sauté de pintadeaux fermiers alcantara. Pas question de se laisser aller  : un Pape Clément 64 fera l'affaire. Quelques instants plus tard — à partir de maintenant ma vie à bord se comptera en instants, moments, ou autres mesures vagues ; la notion de l'heure est définitivement abolie — la sieste, la sieste bénie, providence du voyageur imprudent que je suis. Réveil en sursaut  : j'avais failli oublier que le chef Le Huédé m'attendait pour me faire visiter ses cuisines. Monsieur Le Huédé, je me plais ici à vous saluer bien bas  : vous êtes une grande, une très grande personne. La tranquille bonhomie avec laquelle vous régnez sur vos cent-quatre-vingt-neuf chefs et sous-chefs, sauciers et marmitons, pâtissiers et confiseurs, force l'admiration. Extraordinaires cuisines, les plus grandes du monde, il n'y a que celles de Versailles pour offrir la même superficie. Aucune agitation, pas un mot plus haut que l'autre, chacun vaque et vaque à la perfection. Des chiffres, puisqu'il en faut et que, de toute manière, ils sont stupéfiants. Pour notre petit voyage, nous emportons deux cents kilos de caviar (valeur marchande  : seize millions d'anciens francs), quatre tonnes de fromages, une tonne de homards, cinquante-cinq mille oeufs, huit cents litres de crème fraîche. L'admirable Le Huédé me dit sur le ton de la confidence  : « Aimeriez-vous un lièvre à la royale ? » « Certes, mais comment pouvez-vous exécuter ce plat qui demande une préparation de plus d'une semaine ? » Le Huédé se frotte les mains, enchanté du bon tour qu'il est en train de me jouer. « Il n'y a pas de secret, cher Monsieur, au départ de chaque croisière, j'en prépare toujours trois ou quatre à l'intention des grands connaisseurs ou des vieux habitués de la ligne. » Eh bien, c'est parti, je ne peux pas y échapper, j'aurai mon lièvre à la royale demain soir. Remontant à la surface, je rencontre Françoise qui m'entraîne au cinéma. On projette « Le crime de Monsieur Lange » avec le merveilleux Jules Berry. Coïncidence ou intention, je ne le saurai jamais.'Toujours est-il que la présence sur l'écran de cet improvisateur de génie « colle » étrangement avec l'idée (n'oublions pas que je suis un nostalgique) que je me faisais d'une croisière en paquebot. Le film nous mène tout doucement à l'heure — comme c'est curieux — du dîner. Eh bien non, je ne vous en parlerai pas ! Aujourd'hui, par une merveilleuse matinée de calme plat, heureusement, j'apprends que je suis nommé Grand Officier, autrement dit, invité à déjeuner dans la salle à manger privée du commandant. Déjeuner plus qu'intime, nous ne sommes que quatre  : le commandant, le commissaire en chef, Françoise et moi. Monsieur Pétré me précise d'emblée  : « Je vous préviens, j'ai commandé un repas léger, car peut-être commenceriezvous à être saturés ». Je le remercie avec infusion (comme vous le voyez, ça commence à aller vraiment mal). A titre indicatif, voici ce que le commandant Pétré appelle un repas léger  : caviar (évidemment !!! ) , soufflé de homard sauce armoricaine, tournedos Rossini, foie gras frais entier, fromages, îles flottantes. En ce qui concerne sa cave personnelle, il semblerait qu'elle ne tient que des vins de la famille des Margaux 28, des Grands Echeseaux 47 et des Châteaux- Yquem 1916. Vu ? Alors, re-sieste. A notre époque barbare, de nombreux arts se perdent. Parmi ceux-ci, un des plus importants car il exige à la fois psychologie, inspiration, imagination et adresse  : j'ai parlé de l'art du cocktail. Je peux l'affirmer maintenant, France est (Suite page 100.)
AIIRENNES noi'ri ; Suite de la page 63. Y.A. Chauvin, 4 bis et 6 rue aux Ours Paris 3`. Sanyo France 37, 39 boulevard J.B. Charcot 92 Courbevoie. Litton Business Système France 103, 107 rue de Tocqueville Paris 17e. Hewlett- Packard B P.6.91401 Orsay. Téléphone 907.78.25. Photo Marbeuf 12, rue Marbeuf Paris 8e. Japy 83, boulevard de Port-Royal Paris 13e. Euromar 12, avenue de la Grande- Armée Paris 17e ; 13 5 boulevard Diderot Paris 12e. Caren 11 rue Edouard-Jacques Paris 14e. ADRESSES MF. Charvet, 8 place Vendôme, Paris l er ; Cerruti, 27 rue Royale, Paris 8e ; Jacomo Boutique, 24 rue Cambon, Paris ter ; Lison Bonfils, Jacques Gilles, 14 rue des Canettes, Paris l Cr ; Renoma, 127 rue de la Pompe, Paris 16e ; Rodier-Etoile, 15 avenue Victor-Hugo, Paris 16e ; Victoire, 12 place des Victoires, Paris 2e. chaque mois découvrez le jazz avec jazz magazine Nouveautés sensationnelles du monde entier CE PISTOLET TIRE 7 COUPS. Calibre 6 mm. Vous avez maintenant le droit de l'avoir chez vous. Sans aucune formalité à remplir. Port interdit dans la rue. Tir automatique rapide. 7 coups Dispositif de haute précision pour l'introduction et l'éjection des cartouches. Réservé aux adultes. Indiquez votre âge en commandant. 186 - Pistolet 6 mm û 186 A - Modèle luxe i Cartouches La boire de 100 LE MANNEKEN- PISS (la célèbre statue de Bruxellekl OUVRE Les BOUTEILLES ET VOUS SERT A BOIRE F. 38, 95 F.48,60 COMME LES VEDETTES DE CI- NEMA, EMAILLEZ VOS DENTS, et rendez-les d'une blancheur éclatante. Cet émail cosmétique sèche en quelques minutes. Vos dents deviennent d'une blancheur éclatante. Courcnnes et plombages deviennent invisibles. Sans risque pour les gencives, dents, plombages. Permet de boire, manger, fumer. Ni goût, ni odeur. Quantité suffisante pour de nombreuses applications. F. 8,40 i 13 - Instant White F. 29,10 L'une des 2 statuettes en métal moulé "vieux bronze" possède un tire-bouchon à la place de ce que vous pensez ! L'autre est montée sur bouchon liège adaptable â toutes bouteilles ; un trou "au bon endroit" envoie un jet de liquide dans les verres. Parfait pour faire rire vos invités a l'heure de l'apéritif. 1579 - Manneken-piss (les 2) F. 19,95 maigrir en dormant Vous l'enfilez le soir avant de 1 vous coucher, et dès le lendemain matin vous avez per- 1 du du poids. Plusieurs kilos'doivent disparaître en un temps record, et le plus agréablement 1 du monde puisque tout se passe pendant que vous dormez. 1 Une fois que vous avez retrouvé votre poids idéal, vous n'avez même pas à mettre le 1 pyjama tous les tours car vous risquez de perdre la nuit plus 1 de poids que vous n'en prenez dans la tournée REVOLVER AUTOMATIQUE 8 COUPS, CALIBRE 22. Réplique des gros revolvers des films de cow-boys. Autorisé pour alarme et défense, chez vous ou dans votre voiture. Port interdit dare la rue. Entièrement automatique le chien et le barillet sont actionnés directement par la gâchette. Vente libre sans formalités. Aucune déclaration à faire 903 Revolver à barillet F38,50 903 A - Revolver à barillet avec embout fusée F.41,00 Voici la ri bombe quis, désagrège la graisse et peut vous faire perdre sans drogues ni régimes. lusqu à 10 kilos de mauvaise graisse autour de la taille. des hanches des cuisses. du ventre. etc Réalise un amincissement local rapide grâce aux extraits d algues. aux produits naturels et oligo-éléments. Résultats visibles dés la première semaine Aucun danger ni inconvénient Pour femmes et hommes Remboursement garanti si résultat insuffisant dans les 15 tours 14611 - Svelty-mousse F. 33,60 CETTE FORMULE DE LABORA- CHEVEUX, favorise la pousse, aI- TOIRE STOPPE LA CHUTE DES longe, gonfle, assouplit la chevelure, élimine les pellicules. Convient pour hommes et femmes. Nouvelle composition alcoolisée à base de 10 plantes rares. Transformation radicale garantie visible entre le 6 et le 23 jour, même si aucun, produit n'a agi jusqu'ici. Remboursement si pas satisfait. Traitement Tri-Act'B17 Q 922 F. 48,60 Pour commander, envoyez le Bon ci-dessous ou écrivez uniquement àC.O.P.,13, rue Marcelin-Berthelot - 06402 CANNES r BON POUR 15 JOURS D'ESSAI GRATUIT 1 FAITES POUSSER RAPIDEMENT Barbe, Moustaches. Favoris longs, épais, uniformes. Meme si votre système pileux est clairsemé, la nouvelle lotion B M F leur donnera en quelques applications la Iongueur et le'gonflant que vous'a envoyer àC.O.P. (Serv. AG B 112) souhaitez. Facilite l'entretien ulté- 1 rieur car les poils ne poussent 1 13, rue Marcelin-Berthelot - 06402 CANNES qu'aux endroits précis où vous Veuillez m'envoyer les articles cl-dessous étant entendu que appliquez la lotion. Garanti sans si je ne suis pas satisfait, j al le droit de vous les renvoyer 1 danger pour les peaux les plus dans les 15 jours et mon achat me sers Intégralement 1 sensibles. Parfait aussi pour bar-, remboursé bes existantes trop courtes ou peu fournies. NUMEIIO NOM DE L'ARTICLE I PRIX 1416 - Lotion B M F F. 29,10 1 TOTAL DE MA COMMANDE. 1 Je joins un chèque ou mandat-lettre, ou virement posfâ, complet avec ses 3 volets. ni Je préfère payer au facteur à réception du colis (dans ce 1 cas je paierai 8.3SF de plus pour frais de contre-remboursement. Quel que soit te mode de règlement, veuillez ajouter pour frais d'envoi  : 1 Fr. si votre commande est inférieure à 30 Frs 1 2 Frs si votre commande est comprise entre 30t 50 Frs 3 Frs si votre commande est supérieure à SO Frs. 1 D Cochez ici si vous désirez recevoir le catalogue complet de 1 1542 Pyjama Sauna F. 34,50 I (Modèle guépière longue. Photo 1 ci-dessus. Laisse libres chevilles. bras, épaules. poitrine). 1 tous nos produits (ajoutez 1 Fr. à votre règlement). NOM PRENOM 1543 Pyjama Sauna F. 58,30 1 N RUE (Modèle combinaison. Laisse libres tête, mains et pieds) VILLE DEPt N°on mimeLa baisse de T.V.A. est appliquée sur ces articles. Lis



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 121 février 1974 Page 1Lui numéro 121 février 1974 Page 2-3Lui numéro 121 février 1974 Page 4-5Lui numéro 121 février 1974 Page 6-7Lui numéro 121 février 1974 Page 8-9Lui numéro 121 février 1974 Page 10-11Lui numéro 121 février 1974 Page 12-13Lui numéro 121 février 1974 Page 14-15Lui numéro 121 février 1974 Page 16-17Lui numéro 121 février 1974 Page 18-19Lui numéro 121 février 1974 Page 20-21Lui numéro 121 février 1974 Page 22-23Lui numéro 121 février 1974 Page 24-25Lui numéro 121 février 1974 Page 26-27Lui numéro 121 février 1974 Page 28-29Lui numéro 121 février 1974 Page 30-31Lui numéro 121 février 1974 Page 32-33Lui numéro 121 février 1974 Page 34-35Lui numéro 121 février 1974 Page 36-37Lui numéro 121 février 1974 Page 38-39Lui numéro 121 février 1974 Page 40-41Lui numéro 121 février 1974 Page 42-43Lui numéro 121 février 1974 Page 44-45Lui numéro 121 février 1974 Page 46-47Lui numéro 121 février 1974 Page 48-49Lui numéro 121 février 1974 Page 50-51Lui numéro 121 février 1974 Page 52-53Lui numéro 121 février 1974 Page 54-55Lui numéro 121 février 1974 Page 56-57Lui numéro 121 février 1974 Page 58-59Lui numéro 121 février 1974 Page 60-61Lui numéro 121 février 1974 Page 62-63Lui numéro 121 février 1974 Page 64-65Lui numéro 121 février 1974 Page 66-67Lui numéro 121 février 1974 Page 68-69Lui numéro 121 février 1974 Page 70-71Lui numéro 121 février 1974 Page 72-73Lui numéro 121 février 1974 Page 74-75Lui numéro 121 février 1974 Page 76-77Lui numéro 121 février 1974 Page 78-79Lui numéro 121 février 1974 Page 80-81Lui numéro 121 février 1974 Page 82-83Lui numéro 121 février 1974 Page 84-85Lui numéro 121 février 1974 Page 86-87Lui numéro 121 février 1974 Page 88-89Lui numéro 121 février 1974 Page 90-91Lui numéro 121 février 1974 Page 92-93Lui numéro 121 février 1974 Page 94-95Lui numéro 121 février 1974 Page 96-97Lui numéro 121 février 1974 Page 98-99Lui numéro 121 février 1974 Page 100-101Lui numéro 121 février 1974 Page 102-103Lui numéro 121 février 1974 Page 104-105Lui numéro 121 février 1974 Page 106-107Lui numéro 121 février 1974 Page 108-109Lui numéro 121 février 1974 Page 110-111Lui numéro 121 février 1974 Page 112-113Lui numéro 121 février 1974 Page 114