Lui n°121 février 1974
Lui n°121 février 1974
  • Prix facial : 5 F

  • Parution : n°121 de février 1974

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 114

  • Taille du fichier PDF : 151 Mo

  • Dans ce numéro : Paul Getty, il roule sur l'or... noir.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 96 - 97  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
96 97
NOUS AVONS CHOISI pour "LUI" Chez Jean-Charles Automobiles cette CHEVROLET CAMARO ET 1974 Vendue neuve au prix de TTC 39 700 F f f 442=ik EXPOSITION  : 28, rue Claude Terrasse PARIS 16e 288.23.46 525.38.83 Services après-vente et pièces détachées 33, rue Le Marois PARIS 16'Correspondant permanent Detroit Michigan télex 63.091 J. CHARLE La femme de remplacement par Valérie X Scott Pour la première fois une thérapeute de Masters et Johnson raconte ses étranges expériences, décrivant ses techniques et la façon de les adapter à ses différents clients exposant aussi les sentiments que lui inspire ce rôle de prostituée infirmière. BUCHET I CHASTEL, 96 PAUL G ETTY Dans sa maison, il a fait installer des téléphones à jetons... (Suite de la page 93.) pas. « Je suis un lutteur de la vieille école, dit-il souvent. Les jeunes gens ne savent pas s'accrocher. Moi si ». Il semble bien, pourtant, qu'aujourd'hui Getty lutte surtout contre l'ennui et la mélancolie. Il comprend de moins en moins ce monde qui change si vite, adore d'autres valeurs et renverse les idoles d'hier. Ce monde où il y aura de moins en moins de place pour des hommes comme Getty. Un monde où les fonctionnaires remplacent de plus en plus les aventuriers. Où l'on préfère être affilié à la Sécurité sociale qu'à la confrérie des bagarreurs en tout genre. Il partage son temps entre son château du xvie siècle, Sutton Place, un autre château de cinquantetrois pièces en Italie, qu'il a loué à Palo, une dizaine de kilomètres au nord-ouest de Rome, et la fabuleuse propriété qu'il a bâtie en Californie. "Toutes ces acquisitions ont été faites dans les années cinquante à soixante. Auparavant, Paul Getty n'avait vécu que dans des chambres d'hôtel ! A Sutton Place, sur son bureau, il y a en bonne place, un portrait de la duchesse Margaret d'Argyll, avec qui on le voit souvent. En Italie, son château est une véritable forteresse, construite par un abbé en 13 30. Il est si près de la Méditerranée que les vagues viennent battre les murailles. Pour l'atteindre, il faut parcourir à pied plusieurs kilomètres dans une épaisse forêt. En évitant, si possible, de se faire repérer par les gardes-chasses. Le château appartenait à un aristocrate italien, le prince Odelscalci qui, ayant déjà refusé les fortunes offertes par les stars du cinéma américain, s'obstinait à ne pas vouloir louer à Paul Getty. Le prince craignait que les deux chiens du milliardaire ne salissent ses magnifiques tapis. Paul Getty décida de disposer des tapis persans dans les pièces où résideraient ses chiens. Et offrit huit millions anciêns par mois (et un contrat de cinq ans) pour prix de la location. A Sutton Place, Paul Getty vit, gardé par des chiens policiers, avec soixante-quinze collaborateurs. Il y a des chambres pour tous les hommes d'affaires de passage — et leurs épouses —, qui souhaitent lui rendre visite. Mais à Sutton Place, Paul Getty a fait installer des téléphones à jetons. « Parce que, dit-il, les gens exagèrent. Lorsqu'ils pouvaient le faire gratuitement, ils téléphonaient partout, au Brésil, en Europe, au Japon. Et les communications duraient très longtemps. Depuis qu'il faut des jetons — payants —, elles sont beaucoup moins nombreuses et plus brèves ». Paul Getty est aujourd'hui un vieil homme seul, hanté par son rêve de vivre centenaire. Il déteste pourtant la solitude et attend toujours avec impatience les visites — tous les deux mois — de son fils aine, George, celui qu'il a désigné pour être son successeur. A-t-il réussi sa vie ? l'empire qu'il a édifié ne va-t-il pas sombrer, après sa mort, englouti par le fisc, les convoitises diverses, les nouvelles façons de voir les choses, par la rapacité ou l'incapacité de ses successeurs ? Saura-t-on, dans trente ans, qui fut Paul Getty ? Quelle image laisserat-il ? Celle d'un aventurier téméraire et implacable. Celle d'un seigneur des affaires, opportuniste, sec et intransigeant, ayant su profiter des naïvetés des uns, des roueries des autres. Celle d'un vieux grigou, davantage attaché à son tas d'or qu'à la vie des siens ? Ces questions tourmentent Paul Getty. Il ne s'en cache pas. Le milliardaire avide, qui avait le génie de la finance, regrette aujourd'hui de n'avoir été qu'une machine à faire jaillir les dollars. Paul Getty pourtant, a tort. Il est déjà passé à la postérité. Mais sous une forme qu'il ne prévoyait pas  : lorsqu'il a créé son personnage d' « Oncle Picsou », Walt Disney choisit pour modèle... Paul Getty. Ce n'était pas du tout le personnage que le célèbre « milliardaire-qui-nesourit-jamais » aurait souhaité incarner ! C'est ça une légende... Paul Katz.
Enfin un magnétophone de poche de veste en cashmere. Le magnétophone de poche Sony est au magnétophone ce que le cashmere est à la veste  : le premier choix. Il n'est ni gros ni lourd. Et il porte en lui la précision des techniques Sony pour l'enregistrement pris au vol. Son mécanisme "swing-balance" maintient une vitesse de bande constante  : pas de scintillement. Même si pour une raison ou pour une autre, vous êtes amené à sauter en l'air avec l'appareil. Pas de pleurage ni de variation irrégulière avec le moteur à asservissement Sony. Pour la transcription ou l'enregistrement, il y a un bouton de pause qui permet de s'arrêter instantanément (pas de glissement de la bande) et de repartir. Après l'écoute, le défilement de la bande s'arrête et le courant se coupe automatiquement. Le microphone, incorporé dans l'appareil, capte le moindre chuchotement. Et vous épargne des branchements compliqués. Tout cela, dans un magnétophone de poche. Et le plus beau, c'est qu'il est magnifique. Métal. Touches noires. Il est beau comme une folie raisonnable. Sony, c'est comme le cashmere. Ce n'est pas donné, mais c'est tellement plus agréable. SONY Magnétophone à cassette de poche.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 121 février 1974 Page 1Lui numéro 121 février 1974 Page 2-3Lui numéro 121 février 1974 Page 4-5Lui numéro 121 février 1974 Page 6-7Lui numéro 121 février 1974 Page 8-9Lui numéro 121 février 1974 Page 10-11Lui numéro 121 février 1974 Page 12-13Lui numéro 121 février 1974 Page 14-15Lui numéro 121 février 1974 Page 16-17Lui numéro 121 février 1974 Page 18-19Lui numéro 121 février 1974 Page 20-21Lui numéro 121 février 1974 Page 22-23Lui numéro 121 février 1974 Page 24-25Lui numéro 121 février 1974 Page 26-27Lui numéro 121 février 1974 Page 28-29Lui numéro 121 février 1974 Page 30-31Lui numéro 121 février 1974 Page 32-33Lui numéro 121 février 1974 Page 34-35Lui numéro 121 février 1974 Page 36-37Lui numéro 121 février 1974 Page 38-39Lui numéro 121 février 1974 Page 40-41Lui numéro 121 février 1974 Page 42-43Lui numéro 121 février 1974 Page 44-45Lui numéro 121 février 1974 Page 46-47Lui numéro 121 février 1974 Page 48-49Lui numéro 121 février 1974 Page 50-51Lui numéro 121 février 1974 Page 52-53Lui numéro 121 février 1974 Page 54-55Lui numéro 121 février 1974 Page 56-57Lui numéro 121 février 1974 Page 58-59Lui numéro 121 février 1974 Page 60-61Lui numéro 121 février 1974 Page 62-63Lui numéro 121 février 1974 Page 64-65Lui numéro 121 février 1974 Page 66-67Lui numéro 121 février 1974 Page 68-69Lui numéro 121 février 1974 Page 70-71Lui numéro 121 février 1974 Page 72-73Lui numéro 121 février 1974 Page 74-75Lui numéro 121 février 1974 Page 76-77Lui numéro 121 février 1974 Page 78-79Lui numéro 121 février 1974 Page 80-81Lui numéro 121 février 1974 Page 82-83Lui numéro 121 février 1974 Page 84-85Lui numéro 121 février 1974 Page 86-87Lui numéro 121 février 1974 Page 88-89Lui numéro 121 février 1974 Page 90-91Lui numéro 121 février 1974 Page 92-93Lui numéro 121 février 1974 Page 94-95Lui numéro 121 février 1974 Page 96-97Lui numéro 121 février 1974 Page 98-99Lui numéro 121 février 1974 Page 100-101Lui numéro 121 février 1974 Page 102-103Lui numéro 121 février 1974 Page 104-105Lui numéro 121 février 1974 Page 106-107Lui numéro 121 février 1974 Page 108-109Lui numéro 121 février 1974 Page 110-111Lui numéro 121 février 1974 Page 112-113Lui numéro 121 février 1974 Page 114