Lui n°121 février 1974
Lui n°121 février 1974
  • Prix facial : 5 F

  • Parution : n°121 de février 1974

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 114

  • Taille du fichier PDF : 151 Mo

  • Dans ce numéro : Paul Getty, il roule sur l'or... noir.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
McCann- Er ickson 4 Le portable National  : quand on le transporte, l'image reste bonne. Une meilleure sensibilité d'image donnée par les transistors "Haut-Gain". Les téléviseurs portables sont transportables, bien sûr. Mais, éloignez certains portables d'une ville, l'image perd de sa netteté, des parasites apparaissent. Le portable National, lui, garde une image nette partout, car National a utilisé des transistors "Haut-Gain". L'image étant ainsi plus sensible, la qualité de réception des programmes est bonne à la campagne comme en ville. National, c'est un excellent téléviseur parce qu'il est perfectionné avec des techniques de pointe  : - L'appareil est entièrement transistorisé  : La consommation de courant est réduite, la longévité du poste est plus grande. - Les hauts-parleurs sont dirigés vers vous  : le son est clair. - L'image est instantanée  : par simple pression sur l'interrupteur, le son et l'image viennent en même temps. - Un écran teinté amovible permet d'obtenir les meilleurs contrastes. On peut s'installer au soleil ou à l'ombre pour regarder ses émissions. - Un coffrage plastique renforcé le rend robuste. Dans une malle de voiture il n'a pas peur des chocs. Le portable National sera très bien chez vous même si vous ne le déplacez pas, car il est beau. National Matsushita  : 42, Bd Richard-Lenoir, Paris 11 - Tél. 805-25-59 Lcd Directeur de la rédaction JEAN DEMACHY Directeur de la photographie FRANCIS GIACOBETEI Directeur des rubriques FRANCIS DUMOULIN Rédacteur en chef adjoint JEAN-PIERRE BINCHET REDACTION ANNE-MARIE DUVAL-FATH, BERNARD CHAPUIS. ANNIE FRANCAIS, GISELLE FRANCHOMME. SERVICE ARTISTIQUE ESTHER BURKHAR.D, ANNE-MARIE CASSE, PA- TRICK HAZERA CONSEILLERS DE LA REDACTION ROBERT AUBOYNEAU, RENAUD DE LABORDERIE. SERGE LENTZ COLLABORATEURS MICHEL DELAIN, PATRICIA FINALY, PAUL. KATZ, FRANCIS LACASSIN, ALAIN RIOU PHOTOGRAPHES ANDRE BERG, JEAN-PIERRE BOURGEOIS, JAC- QUES BURLOT, FRANK GITTY, SACHA ILLUSTRATEURS ALAIN ASLAN, JEAN-CLAUDE CASTELLI, PHILIP CASTLE, CORENTIN, PATRICK COURATIN, CLE- MENT DESPRES, MICHEL LECONTE. ALAIN LE- SAUX, NICOLLET, ROLAND SABATIER, GABRIEL PASCALINI. DESSINATEURS HUMORISTIQUES ROLAND SABATIER (chef de rubrique), AVOINE. BLACHON, GUERRIER, HOVIV, LASSALVY. GAUZIER. P.MALLET, SINE. TETSU, TRE7. Avec l'aimable collaboration de JEAN- LOUIS GINIBRE et de l'équipe de Oui publications filipacchi COMITE DE DIRECTION DANIEL FII.IPACCHI, JEAN HOHMAN, REGIS PAGNIEZ, PHILIPPE SECRET. FRANK TENOT. ROGER THEROND SERVICES GENERAUX ALAIN PLOUVIER administrateur, GERALD DE ROQUEMAUREL, attaché de direction, assistés de COLETTE HABERTHUR et YVETTE LEBLANC.comptabilité, MICHELE DEROCHE, assistante de gestion, CLAUDE ACAEI, assistante de direction. FRANÇOISE LECESVE, secrétariat général. NATHALIE CHAUMET, chef du personnel. DIDIER DERVILLE. relations extérieures, CHARLES NIVIERE, archives-photos, REGIS Dl'. LA TOUANNE, fabrication, assisté de BRIGITTE. BERNEDE. et BERNARD KIENIG, planning. SERVICES COMMERCIAUX% NAND RASCOL, directeur commercial, assiste de YVES CHANEL, promotion radio, CLAU- DINE GENTON, promotion presse, GILBERT ELIEZ. abonnements, GUIDO FRASCA, stock. PUBLICITE PATRICK ROUSSELLE, directeur commercial, GE- RARD LEFEVRE, PIERRE-HENRI LIER, chefs de publicité.
ENTRETIEN AVEC UN DROLE DE JEAN QUI FAIT LE PANNE POUR AVOIR, AUSSI, DES SOUS. juso Au Il ne laisse personne ind érent. Il amuse ou il agace. Il peut même se vanter d avoir été l'homme le plus injurié de France. Orson Welles avait flanqué la AVEC panique à des millions d'Américains en décrivant le débarquement des Martiens ; Jean Yanne, lui, quelque vingt ans BEAN TANNE après, a fait se tenir les côtes de millions d'auditeurs à béret basque... ou leur a donné des boutons... En leur parlant d'eux. Torride ou glacé, jamais tiède. La toile émeri plutôt que la peau de chamois. Le tord-boyaux de préférence à la tisane. Jean Gouge, Breton de Paris — il est né à la Porte des Lilas — a d'abord été cet amuseur à l'harmonium confidentiel du cabaret L'Amiral. A l'époque, acoquiné avec Siné, il donna même sa patte à une revue satirique, « Les papes ». Audience de sous préfecture, ou de happy few, qui devient nationale dès lors que Yanne est bombardé homme de radio. Grognon, hargneux, insolent, il est sacré roi des animateurs-dynamiteurs. Troisième étape  : le cinéma. Acteur par hasard, il obtient le prix d'interprétation masculine au Festival de Cannes pour « Nous ne vieillirons pas ensemble », et on le voit du côté de chez Chabrol... Il a enfin trouvé le rôle de sa vie, un rôle en or  : metteur en scène. Dans « Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil », il se met en rogne contre l'influence des mass media. Dans « Moi y en a vouloir des sous », il démonte méchamment les mécanismes du pouvoir et de l'argent, rigole des revendications sociales. L'Eglise, le syndicalisme, l'armée, la police  : autant de chevaux de bataille qu'il monte à cru. Son troisième cri, apparemment, est exotique  : « Les Chinois », adapté du roman de Robert Beauvais. Le péril jaune est devenu une réalité  : « ils » n'arrivent pas, ils sont là, parmi nous... Le film paraît en février. Et les Français, c'est sûr, individualistes et grégaires, rouspéteurs et dociles, vont aller en courant se regarder, voir comment Jean Vanne leur a tiré le portrait, dans son style particulier. En leur tirant la langue... Lui Lorsque vous avez abandonné la radio pour le cinéma, vous étiez sans doute l'homme le plus écouté de France. Pourquoi êtes-vous parti ? Jean Yanne Je suis parti parce que je savais que c'était foutu. Je m'apercevais que j'utilisais systématiquement toutes les vieilles ficelles et que je fabriquais toutes mes émissions sur le même modèle. J'en étais arrivé à un tel point d'automatisme qu'il ne pouvait plus rien m'arriver de nouveau. Je faisais comme au cabaret quand on n'a pas d'idées  : on prend un anachronisme quelconque, on le met à une dizaine de sauces différentes et ça marche toujours ; alors on colle Napoléon au téléphone ou on fait discuter Jeanne d'Arc avec Kissinger. C'est con mais ça marche à chaque fois. A condition de s'en foutre, ça pouvait durer encore dix ans... Seulement moi, je faisais une émission par semaine et j'avais l'impression que ça durait depuis des siècles parce que j'avais épuisé tous les trucs et que l'émission, c'était toujours la même. Lui Mais une radio intéressante, ça peut exister. Yanne Bien sûr que ça peut exister. D'ailleurs, Jean-Luc Godard en avait fait la démonstration, une fois. Il avait été invité à Rtl pour être le rédacteur en chef du Journal Inattendu et il avait demandé des tas de choses pour ponctuer l'émission  : une sonnerie chaque fois qu'il y avait un mort au Viet-Nam, une clochette chaque 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 121 février 1974 Page 1Lui numéro 121 février 1974 Page 2-3Lui numéro 121 février 1974 Page 4-5Lui numéro 121 février 1974 Page 6-7Lui numéro 121 février 1974 Page 8-9Lui numéro 121 février 1974 Page 10-11Lui numéro 121 février 1974 Page 12-13Lui numéro 121 février 1974 Page 14-15Lui numéro 121 février 1974 Page 16-17Lui numéro 121 février 1974 Page 18-19Lui numéro 121 février 1974 Page 20-21Lui numéro 121 février 1974 Page 22-23Lui numéro 121 février 1974 Page 24-25Lui numéro 121 février 1974 Page 26-27Lui numéro 121 février 1974 Page 28-29Lui numéro 121 février 1974 Page 30-31Lui numéro 121 février 1974 Page 32-33Lui numéro 121 février 1974 Page 34-35Lui numéro 121 février 1974 Page 36-37Lui numéro 121 février 1974 Page 38-39Lui numéro 121 février 1974 Page 40-41Lui numéro 121 février 1974 Page 42-43Lui numéro 121 février 1974 Page 44-45Lui numéro 121 février 1974 Page 46-47Lui numéro 121 février 1974 Page 48-49Lui numéro 121 février 1974 Page 50-51Lui numéro 121 février 1974 Page 52-53Lui numéro 121 février 1974 Page 54-55Lui numéro 121 février 1974 Page 56-57Lui numéro 121 février 1974 Page 58-59Lui numéro 121 février 1974 Page 60-61Lui numéro 121 février 1974 Page 62-63Lui numéro 121 février 1974 Page 64-65Lui numéro 121 février 1974 Page 66-67Lui numéro 121 février 1974 Page 68-69Lui numéro 121 février 1974 Page 70-71Lui numéro 121 février 1974 Page 72-73Lui numéro 121 février 1974 Page 74-75Lui numéro 121 février 1974 Page 76-77Lui numéro 121 février 1974 Page 78-79Lui numéro 121 février 1974 Page 80-81Lui numéro 121 février 1974 Page 82-83Lui numéro 121 février 1974 Page 84-85Lui numéro 121 février 1974 Page 86-87Lui numéro 121 février 1974 Page 88-89Lui numéro 121 février 1974 Page 90-91Lui numéro 121 février 1974 Page 92-93Lui numéro 121 février 1974 Page 94-95Lui numéro 121 février 1974 Page 96-97Lui numéro 121 février 1974 Page 98-99Lui numéro 121 février 1974 Page 100-101Lui numéro 121 février 1974 Page 102-103Lui numéro 121 février 1974 Page 104-105Lui numéro 121 février 1974 Page 106-107Lui numéro 121 février 1974 Page 108-109Lui numéro 121 février 1974 Page 110-111Lui numéro 121 février 1974 Page 112-113Lui numéro 121 février 1974 Page 114