Lui n°121 février 1974
Lui n°121 février 1974
  • Prix facial : 5 F

  • Parution : n°121 de février 1974

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 114

  • Taille du fichier PDF : 151 Mo

  • Dans ce numéro : Paul Getty, il roule sur l'or... noir.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
VITE... TRES VITE !!! avec"AVI RA" VENTRE PLAT ! POUR VOUS, MADAME LIGNE SVELTE, UNE JEUNESSE DES FORMES Des exercices divertissants, amusants même... au service de la beauté, brûler la graisse là où on le désire. Grâce à AVIRA, vous aurez la joie de constater immédiatement les résultats désirés, juste à l'endroit que vous aurez choisi. AVIRA exerce aussi une action spécifique raffermissante sur les tissus qui seraient devenus flasques. AVIRA, le compagnon fidèle de votre beauté. ET POUR VOUS, MONSIEUR L'ORGUEIL D'AVOIR UN PHYSIQUE PARFAIT Plus de ventre ! Plus de graisse superflue ni d'estomac dilaté, de tissus flasques. Il suffit de quelques mouvements appropriés et amusants avec ce merveilleux appareil pour vous donner en peu de jours un ventre plat, des muscles solides et un corps harmonieux. A vous de décider ce que vous demandez à votre physique, AVIRA fera le reste. Retenez bien  : quelques minutes d'AVIRA remplacent plusieurs kilométres à bicyclette ! AVIRA ne coûte que 49,50 F BON POUR 15 JOURS D'ESSAI A NOS RISQUES à retourner à  : U.G.S. (Serv. AV_LU1) 6,r. A.-Durand-Claye - 75680 PARIS CEDEX 14 Oui, envoyez-moi un appareil AVIRA pour obtenir rapidement un ventre plat, et des formes harmonieuses. Je devrai en être entièrement satisfait (e), sinon j'ai le droit de vous le retourner dans les 15 jours pour être remboursé (e) intégralement de son prix. O JE PREFERE JOINDRE MON REGLEMENT A CE BON. Ci-inclus  : Chèque bancaire, mandat-lettre, virement postal (3 volets). PRIX  : 49,50 F + 5,50 F d'envoi = 55 F JE PREFERE PAYER AU FACTEUR 49,50 F + 9,50 de frais — 59 F NOM SiiiiulUuUSUUUI E ADRESSE VILLE N N°CODE POSTAL 24 il ENTRETIEN « On dit que j'ai craché dans la soupe  : à ce moment-là, ce n'était plus ma soupe. » (Suite de la page 1 3.) obtenir une certaine réaction de la part des bonnes femmes... eh bien rien du tout. Les bonnes femmes bousculaient les soldats pour arriver plus vite au rayon de soldes et, du coup, j'ai été obligé de faire ressortir tous mes bonshommes. J'ai le plan, mais je n'ai pas pu le mettre dans le film parce que je n'ai rien obtenu, pas la moindre émotion, rien. Il y a un autre plan, qui dure à peine dix secondes, OÙ le préfet de police, l'évêque de Paris et un représentant de la presse viennent accueillir les Chinois en disant... la police se met à votre disposition, le clergé a toujours vu d'un bon oeil les efforts du peuple chinois, la presse est à votre disposition pour informer le peuple... et j'ai donc fait entrer dans les Galeries Lafayette des officiers chinois, un évêque en chasuble, et un préfet en uniforme... et on a fait un premier plan dans l'indifférence générale. Alors, j'ai dû les faire sortir et les faire rentrer à nouveau en hurlant et comme l'acteur qui tient le rôle du général chinois est en réalité un Japonais et qu'il ne parle pas un mot de chinois, je l'ai fait hurler en japonais  : il s'est mis à gueuler comme un veau et ce qui est fantastique c'est que personne n'a bougé. J'étais écoeuré. Finalement, les gens dans la rue, on peut leur montrer n'importe quoi. Ils ne regardent pas autour d'eux. Lui Est-ce que vos précédents films ont provoqué des réactions dans les milieux visés, c'est-à-dire la radio privée dans le premier et les syndicats dans le second. Yanne Pour le premier, il y a eu un truc bizarre. Bon, on a commencé par dire que j'avais craché dans la soupe, mais il est évident qu'à ce moment-là, ce n'était plus ma soupe et puis il vaut mieux parler de ce qu'on connaît. Un médecin aurait fait un truc sur la médecine, un avocat aurait fait un truc sur le monde des avocats.moi j'avais été dans la radio, alors je faisais un truc sur la radio. Mais ce que j'ai trouvé étrange, c'est que personne ne s'est identifié au personnage central, celui du journaliste honnête qui essaye de faire « radio-vérité Non, au contraire. "fous les types disaient... Yanne a fait le portrait d'une crapule et cette crapule, ou ce con, ou ce taré, c'est moi. C'est quand même bizarre cette réaction à l'envers. Lui Et pour le deuxième film ? Panne Alors là, rien ! J'ai même été étonné. Aucune réaction. Le silence général. Il y a simplement eu un petit article dans l'Humanité. Lui Qui disait quoi ? Panne Oh, rien de très méchant. Ils disaient que j'étais une sorte d'analphabète politique... mais ils disaient surtout que mon film était produit par la Banque Rotschild, ce qui ne tenait pas debout puisque ce film on l'avait financé avec ce qu'on avait gagné sur le premier. Seulement, pour payer les gens, il faut bien leur donner des chèques. Or, il se trouve qu'une des banques qu'on utilisait était la Banque Rotschild et que la plupart des chèques qu'on a distribués provenaient de cette banque, symbole même du capitalisme. Alors tout ça, c'est très cucu, parce que ça sousentend que chaque fois qu'un type s'achète un pull over et qu'il paye avec un chèque de la B.n.c.i., c'est la B.n.c.i. qui lui offre son pull over. Lui Je vous ai souvent entendu dire que vous étiez paresseux. Est-ce toujours exact ? Yanne Oui et non. Je suis toujours paresseux de nature, mais dans la vie, j'arrive à être moins paresseux maintenant parce que je parviens à faire tout cc que j'ai à faire. Maintenant, j'ai des collaborateurs et ça, c'est un truc formidable. Je m'occupe de l'essentiel. Je ne suis pas obligé d'aller me paumer dans les détails. Avant, je passais ma vie à cavaler comme un fou et, forcément, j'avais toujours des trucs à la traîne. Par exemple, mon émission du Dimanche... eh bien, logiquement, j'aurais (Suite page 27.)
Même après 20 ans de télévision noir et blanc, il restait encore des progrès à faire. Nous les avons faits. t ra dal&.0111r Sa.1gii Pour créer du neuf en télévision noir et blanc, il fallait remettre en question pas mal de choses. Tout ce qui n'avait pas changé depuis les premiers téléviseurs. C'est ainsi qu'est né le Trans 2000. Le nouveau Transportable 51 cm Schneider. Regardez-le  : 6 touches pour 6 chaînes préréglées. Un tube incliné pour supprimer tout reflet. Au lieu de boutons traditionnels, des molettes pour un réglage plus facile. Une poignée encastrable. Tous ces éléments s'intègrent à la forme du téléviseur pour faire du Trans 2000 un appareil d'une totale compacité. Mais c'est l'esthétique du Trans 2000 qui étonnera le plus. Son matériau nouveau, anti-choc. Et ses couleurs choisies dans la gamme Harmonic. Maintenant, en noir et blanc, vous n'êtes plus forcé de choisir entre le téléviseur gadget auquel on ne peut guère faire confiance, et un téléviseur classique un peu triste dans son habillage bois. Trans 2000 de Schneider. C R Chez Schneider, nous trouvons toujours des perfectionnements que les autres aimeraient bien avoir. Dorland & Grey



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 121 février 1974 Page 1Lui numéro 121 février 1974 Page 2-3Lui numéro 121 février 1974 Page 4-5Lui numéro 121 février 1974 Page 6-7Lui numéro 121 février 1974 Page 8-9Lui numéro 121 février 1974 Page 10-11Lui numéro 121 février 1974 Page 12-13Lui numéro 121 février 1974 Page 14-15Lui numéro 121 février 1974 Page 16-17Lui numéro 121 février 1974 Page 18-19Lui numéro 121 février 1974 Page 20-21Lui numéro 121 février 1974 Page 22-23Lui numéro 121 février 1974 Page 24-25Lui numéro 121 février 1974 Page 26-27Lui numéro 121 février 1974 Page 28-29Lui numéro 121 février 1974 Page 30-31Lui numéro 121 février 1974 Page 32-33Lui numéro 121 février 1974 Page 34-35Lui numéro 121 février 1974 Page 36-37Lui numéro 121 février 1974 Page 38-39Lui numéro 121 février 1974 Page 40-41Lui numéro 121 février 1974 Page 42-43Lui numéro 121 février 1974 Page 44-45Lui numéro 121 février 1974 Page 46-47Lui numéro 121 février 1974 Page 48-49Lui numéro 121 février 1974 Page 50-51Lui numéro 121 février 1974 Page 52-53Lui numéro 121 février 1974 Page 54-55Lui numéro 121 février 1974 Page 56-57Lui numéro 121 février 1974 Page 58-59Lui numéro 121 février 1974 Page 60-61Lui numéro 121 février 1974 Page 62-63Lui numéro 121 février 1974 Page 64-65Lui numéro 121 février 1974 Page 66-67Lui numéro 121 février 1974 Page 68-69Lui numéro 121 février 1974 Page 70-71Lui numéro 121 février 1974 Page 72-73Lui numéro 121 février 1974 Page 74-75Lui numéro 121 février 1974 Page 76-77Lui numéro 121 février 1974 Page 78-79Lui numéro 121 février 1974 Page 80-81Lui numéro 121 février 1974 Page 82-83Lui numéro 121 février 1974 Page 84-85Lui numéro 121 février 1974 Page 86-87Lui numéro 121 février 1974 Page 88-89Lui numéro 121 février 1974 Page 90-91Lui numéro 121 février 1974 Page 92-93Lui numéro 121 février 1974 Page 94-95Lui numéro 121 février 1974 Page 96-97Lui numéro 121 février 1974 Page 98-99Lui numéro 121 février 1974 Page 100-101Lui numéro 121 février 1974 Page 102-103Lui numéro 121 février 1974 Page 104-105Lui numéro 121 février 1974 Page 106-107Lui numéro 121 février 1974 Page 108-109Lui numéro 121 février 1974 Page 110-111Lui numéro 121 février 1974 Page 112-113Lui numéro 121 février 1974 Page 114