Lui n°119 décembre 1973
Lui n°119 décembre 1973
  • Prix facial : 5 F

  • Parution : n°119 de décembre 1973

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 238

  • Taille du fichier PDF : 205 Mo

  • Dans ce numéro : spécial Romy Schneider.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 90 - 91  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
90 91
CESAR " J'ai couché avec une fille uniquement parce qu'elle avait des grands pieds. Le matin, je suis parti avec ses chaussures " (Suite de la p.82.) quand il faisait très chaud, elle nous faisait la classe en combinaison. Je m'en souviendrais toujours parce que, accroupi sous son bureau, j'avais une vue plongeante entre ses cuisses. Il n'y avait rien de prémédité chez elle. C'était très innocent de sa part. On était (les gamins. Elle nous mettait au piquet sous son bureau et ne sentait pas tout le côté malice qu'il y avait de notre part. Et moi, je regardais entre ses cuisses. Ça me travaillait drôlement cet endroit... et puis, en été, à Marseille, à la Belle de Mai, il faisait souvent chaud, alors elle était souvent en combinaison. Plus tard, la première fois que j'ai pu, j'ai pas pu... enfin pas comme tu crois. j'étais avec mon cousin Renzo qui avait exactement le même âge que moi mais qui était beaucoup plus grand que moi. On devait avoir dans les quatorze ans et on allait (lu côté de la gare (le Marseille, dans la rue de la Palud, (tans la rue Longue-des-Capucines. Il y avait 1)leiil de putes qui étaient là et nous on allait s'y promener pour les regarder. Elles étaient assises stir les marches en pierre (le Cassis, comme du marbre, en pierre froide... et elles étaient assises (l't111e manière qui faisait qu'on plongeait directement au c(t'ur du sujet. Alors, Renzo et moi on essayait de monter et, un jour, ça a marché pour lui, niais pas pour moi. Les putes, elles (lisaient  : « Non, lui, il a pas l'âge, il est trop petit... » Tu parles, j'avais le même âge que lui, j'étais même plus vicieux que lui... Enfin, vicieux, c'est ce qu'on (lisait à l'époque. Aujourd'hui, on dirait autre chose. L'amour, c'est pas dit vice. Alors, le cousin, il est monté et l'as moi. Alors, la fois suivante, quand elles m'ont (lit que j'étais trop petit, je me suis mis à gueuler... ouais, y a pas de raison, il a le même âge que moi et tout et tout et puis j'ai fini par en convaincre une et je suis monté. Je me souviens pas d'elle d'une manière précise. Je m'en souviens d'une manière organique. si tu veux. C'était une Femme ! Ç'a m'a laissé un souvenir dans le sens où j'ai été impressionné parce que je pouvais la toucher, la toucher, tu comprends Té ! je pOlivais la toucher au point de pouvoir entrer de et ans. C'était chaud. j'ai trouve ça chaud. ()h ! ça n'a pas été 84 long. j'ai même pas fait deux mouvements et f louf f ! c'était fini. Mais conuiiie ç'avait été très rapide. elle m'a fait recommencer parce que, à cette époque-là, on pouvait recommencer tout de suite... on avait encore le sens de la belle ouvrage. » A cette époque, pour César, la belle ouvrage, c'était aussi les tombes du cimetière du Canet. Les roses (le marbre, les livres sculptés dans la pierre et les urnes (le bronze lui apparaissaient comme les sommets (le l'art. Pas pour longtemps. Un an plus tard il entre aux beaux-arts de Marseille. Il devient étudiant. Vingt ans plus tard, aux beaux-arts de Paris, il est encore étudiant, et il a toujours l'accent. Ses amis disent (le lui qu'il est sans doute le plus vieil étudiant de France, mais les Beaux-Arts lui permettent (le survivre, de manger bon marché, de trouver de l'aide pour subsister jusqu'à ce qu'il se passe enfin quelque chose. C'était tine époque pauvre et difficile, mais c'était également une époque folle, l'époque de Saint-Germain-des-Prés, des copains et des gigantesques blagues  : « Saint-Germain, c'était magique, mais c'était pas facile. J'ai tout fait... Peintre en bâtiment, moniteur d'auto-école, gardien d'enfants, je faisais tout ce qui pouvait se présenter et je vivais au jour le jour. j'avais besoin (l'aller aux Beaux-Arts de 8 heures à midi et. l'après-midi, il fallait que je trouve une solution polir le soir, un coin pour me loger. Je tirais profit (le tout et de tout le inonde ; je profitais du moindre avantage matériel que je pouvais trouver autour de moi. je crois même que je me serais laissé entretenir si ça s'était présenté, niais je le pensais pas dans tin mauvais esprit. Non. je me prenais à rêver que je trouvais une fille d'un milieu bourgeois, Hile fille qui avait sa chambre à elle que je pourrais partager. une chambre avec un réfrigérateur. La chambre, la recherche (le la chambre, c'était une véritable obsession. Oui, j'étais obsédé par le froid, par la recherche (le l'abri. Il faut imaginer... tu arrives ft Paris et tu n'as rien, rien. absolument rien et ça dure. Ç'a dure 11n a11, deux ans. dix ans... vingt ans, nom (le Dieula recherche d'un endroit avec un lit, de l'eau et titi pets (le chauffage  : cette recherche occupait toutes nies pensées. Combien de problèmes, combien de bassesses, combien de complexes. On petit pas savoir... j'allais toujours pleurer dans le gilet des assistantes sociales qu'il y avait à l'école des Beaux- Arts, je faisais du charme, je plaidais... C'était une dèche tellement effroyable qu'un jour j'ai couché avec une fille uniquement parce qu'elle avait des grands pieds. Elle chaussait du 39, comme moi. je suis, allé coucher avec elle et le matin, je me suis levé le premier et je suis parti avec ses chaussures parce que les tllietliles elles étaient tellement trouées qu'elles étaient plus mettables. Eh, ça te fait rigoler. Bien sûr, c'est drôle, mais en même temps c'est pas drôle. Remarque. c'était pas la tristesse. En tout cas, moi j'avais jamais l'air triste. Aux Beaux-Arts j'étais Grand Massier des sculpteurs et après j'étais Chef Cochon. C'est moi qui organisais les blagues, les pavages à boire, les pince-fesses. Oh, on n'inventait rien, mais on rigolait bien. Pour les bizutages, on mettait deux ou trois matelas par terre et avec l'argent de la Masse on allait chercher quelques butes, on achetait des barriques de vin, quelques saucisses, du pain et on faisait baiser les nouveaux. j'avais titi côté extérieur, très grande gueule. Le reste du temps, c'était la grande misère, au point d'aller voler parfois clans les boulangeries ou dates les épiceries... Aujourd'hui, je crois que je pourrais vivre avec 100 F par mois. je sais comment il faut faire, je sais comment je dois m'organiser. Je suis peut-être un peu avare, tu vois, niais pas dans le mauvais sens. Il tie m'arrive pas (l'être fou avec l'argent que je gagne. je suis plutôt un type raisonnable...Remarque, l'argent je peux quand même le foutre par la fenêtre, niais tliligtlement polir des choses (le travail.. je peux dépenser des sommes énormes pour une illachine dont je crois qu'elle nie servira, même si je ne m'en sert qu'unie fois.., les boites de nuit, les vêtements. tout ça... non. je ferais pas de folies pour ça. Pour utie femme, je ferais pas (le folies Matérielles 11o11 plus. je ne me refuse rien, mais je ne fais pas de folies. L'argent c'est tin problème difficile., 1 e suis polir l'argent (Suite page 92)
((I !/j', (/[/1, /[[//i, (t I 1 (f l I/i i !/c (1 ((cf.- ! « ! ".'1 1 t j t f 11 I/ ! , ! it, r 1,  : t, < « /./[I I [(111 ti lt t t ! ((1I) {/f/, (, 1/Y l< « 



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 119 décembre 1973 Page 1Lui numéro 119 décembre 1973 Page 2-3Lui numéro 119 décembre 1973 Page 4-5Lui numéro 119 décembre 1973 Page 6-7Lui numéro 119 décembre 1973 Page 8-9Lui numéro 119 décembre 1973 Page 10-11Lui numéro 119 décembre 1973 Page 12-13Lui numéro 119 décembre 1973 Page 14-15Lui numéro 119 décembre 1973 Page 16-17Lui numéro 119 décembre 1973 Page 18-19Lui numéro 119 décembre 1973 Page 20-21Lui numéro 119 décembre 1973 Page 22-23Lui numéro 119 décembre 1973 Page 24-25Lui numéro 119 décembre 1973 Page 26-27Lui numéro 119 décembre 1973 Page 28-29Lui numéro 119 décembre 1973 Page 30-31Lui numéro 119 décembre 1973 Page 32-33Lui numéro 119 décembre 1973 Page 34-35Lui numéro 119 décembre 1973 Page 36-37Lui numéro 119 décembre 1973 Page 38-39Lui numéro 119 décembre 1973 Page 40-41Lui numéro 119 décembre 1973 Page 42-43Lui numéro 119 décembre 1973 Page 44-45Lui numéro 119 décembre 1973 Page 46-47Lui numéro 119 décembre 1973 Page 48-49Lui numéro 119 décembre 1973 Page 50-51Lui numéro 119 décembre 1973 Page 52-53Lui numéro 119 décembre 1973 Page 54-55Lui numéro 119 décembre 1973 Page 56-57Lui numéro 119 décembre 1973 Page 58-59Lui numéro 119 décembre 1973 Page 60-61Lui numéro 119 décembre 1973 Page 62-63Lui numéro 119 décembre 1973 Page 64-65Lui numéro 119 décembre 1973 Page 66-67Lui numéro 119 décembre 1973 Page 68-69Lui numéro 119 décembre 1973 Page 70-71Lui numéro 119 décembre 1973 Page 72-73Lui numéro 119 décembre 1973 Page 74-75Lui numéro 119 décembre 1973 Page 76-77Lui numéro 119 décembre 1973 Page 78-79Lui numéro 119 décembre 1973 Page 80-81Lui numéro 119 décembre 1973 Page 82-83Lui numéro 119 décembre 1973 Page 84-85Lui numéro 119 décembre 1973 Page 86-87Lui numéro 119 décembre 1973 Page 88-89Lui numéro 119 décembre 1973 Page 90-91Lui numéro 119 décembre 1973 Page 92-93Lui numéro 119 décembre 1973 Page 94-95Lui numéro 119 décembre 1973 Page 96-97Lui numéro 119 décembre 1973 Page 98-99Lui numéro 119 décembre 1973 Page 100-101Lui numéro 119 décembre 1973 Page 102-103Lui numéro 119 décembre 1973 Page 104-105Lui numéro 119 décembre 1973 Page 106-107Lui numéro 119 décembre 1973 Page 108-109Lui numéro 119 décembre 1973 Page 110-111Lui numéro 119 décembre 1973 Page 112-113Lui numéro 119 décembre 1973 Page 114-115Lui numéro 119 décembre 1973 Page 116-117Lui numéro 119 décembre 1973 Page 118-119Lui numéro 119 décembre 1973 Page 120-121Lui numéro 119 décembre 1973 Page 122-123Lui numéro 119 décembre 1973 Page 124-125Lui numéro 119 décembre 1973 Page 126-127Lui numéro 119 décembre 1973 Page 128-129Lui numéro 119 décembre 1973 Page 130-131Lui numéro 119 décembre 1973 Page 132-133Lui numéro 119 décembre 1973 Page 134-135Lui numéro 119 décembre 1973 Page 136-137Lui numéro 119 décembre 1973 Page 138-139Lui numéro 119 décembre 1973 Page 140-141Lui numéro 119 décembre 1973 Page 142-143Lui numéro 119 décembre 1973 Page 144-145Lui numéro 119 décembre 1973 Page 146-147Lui numéro 119 décembre 1973 Page 148-149Lui numéro 119 décembre 1973 Page 150-151Lui numéro 119 décembre 1973 Page 152-153Lui numéro 119 décembre 1973 Page 154-155Lui numéro 119 décembre 1973 Page 156-157Lui numéro 119 décembre 1973 Page 158-159Lui numéro 119 décembre 1973 Page 160-161Lui numéro 119 décembre 1973 Page 162-163Lui numéro 119 décembre 1973 Page 164-165Lui numéro 119 décembre 1973 Page 166-167Lui numéro 119 décembre 1973 Page 168-169Lui numéro 119 décembre 1973 Page 170-171Lui numéro 119 décembre 1973 Page 172-173Lui numéro 119 décembre 1973 Page 174-175Lui numéro 119 décembre 1973 Page 176-177Lui numéro 119 décembre 1973 Page 178-179Lui numéro 119 décembre 1973 Page 180-181Lui numéro 119 décembre 1973 Page 182-183Lui numéro 119 décembre 1973 Page 184-185Lui numéro 119 décembre 1973 Page 186-187Lui numéro 119 décembre 1973 Page 188-189Lui numéro 119 décembre 1973 Page 190-191Lui numéro 119 décembre 1973 Page 192-193Lui numéro 119 décembre 1973 Page 194-195Lui numéro 119 décembre 1973 Page 196-197Lui numéro 119 décembre 1973 Page 198-199Lui numéro 119 décembre 1973 Page 200-201Lui numéro 119 décembre 1973 Page 202-203Lui numéro 119 décembre 1973 Page 204-205Lui numéro 119 décembre 1973 Page 206-207Lui numéro 119 décembre 1973 Page 208-209Lui numéro 119 décembre 1973 Page 210-211Lui numéro 119 décembre 1973 Page 212-213Lui numéro 119 décembre 1973 Page 214-215Lui numéro 119 décembre 1973 Page 216-217Lui numéro 119 décembre 1973 Page 218-219Lui numéro 119 décembre 1973 Page 220-221Lui numéro 119 décembre 1973 Page 222-223Lui numéro 119 décembre 1973 Page 224-225Lui numéro 119 décembre 1973 Page 226-227Lui numéro 119 décembre 1973 Page 228-229Lui numéro 119 décembre 1973 Page 230-231Lui numéro 119 décembre 1973 Page 232-233Lui numéro 119 décembre 1973 Page 234-235Lui numéro 119 décembre 1973 Page 236-237Lui numéro 119 décembre 1973 Page 238