Lui n°119 décembre 1973
Lui n°119 décembre 1973
  • Prix facial : 5 F

  • Parution : n°119 de décembre 1973

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 238

  • Taille du fichier PDF : 205 Mo

  • Dans ce numéro : spécial Romy Schneider.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
ALAIN PEYREFITTE " Notre gauchisme est l'avatar contemporain du vieil anarchisme ; les gardes rouges, eux, sont tout, sauf des anarchistes. " (Suite de la page 14.) celui « (l'idéologie politique ». Ils savent que la f u- sion totale des deux — qu'ils ont réalisée eux-mêmes n'est pas possible partout. Lui Vous étiez ministre de l'1ducation nationale en niai 1968. A votre avis, n'y a-t-il pas des points communs entre la révolution culturelle et mai 68 ? Peyrefitte 11 y en a, je crois, beaucoup plus avec le mythe (le mai 68 qu'avec sa réalité. Notre gauchisme est l'avatar contemporain du vieil anarchisme un dérèglement de notre individualisme congénital. Alors que les « gardes rouges » étaient et sont encore tout, sauf des anarchistes, mais au contraire des militants qui voulaient redonner sa flamme à la pratique des disciplines révolutionnaires, une flamme un peu étouffée dans un parti communiste qui se bureaucratisait. Sans parler d'une autre différence de taille  : à savoir que c'est Mao lui-même qui a lancé, conduit, mai t ri sé la révolution culturelle. Lui Pensez-vous que Mao soit un personnage gaullien ? Peyrefitte Mao est gaullien en ce sens qu'il n'apparaît pas déplacé dans l'histoire et qu'il a su lui donner une forme. En ce sens, aussi, que Mao, comme de Gaulle, a incarné la résistance à l'occupant, l'indépendance nationale, et qu'ils ont lié de façon indissoluble un patriotisme, élémentaire en quelque sorte, et la volonté de faire ou de renforcer l'unité de leur patrie. Mais je ne suis pas sûr qu'il faille trop rechercher d'analogies quant i leur « personnage », leur caractère. Sinon dans le goût du secret, presque du mystère, dans l'effacement délibéré de la personne derrière la fonction et le mythe, dans le goût pour les moments de retraite où l'on médite l'action... Lui Vous attendiez-vous à faire tin best-seller quand vous avez écrit sur 16 la Chine ? Peyrefitte Je ne m'y attendais pas, et encore moins mon éditeur, qui avait fait un tirage de vingt mille exemplaires et pensait n'en vendre que la moitié. Il croyait qu'il allait « bouillonner » pour les autres dix mille et le livre est parti en quelques jours, ce qui a prouvé que le public était int(.- ressé. Il y a en ce montent une attraction pour la Chine qui est très grande, mais qui n'explique pas tout, puisqu'il y a beaucoup de livres sur la question et que les autres ne semblent pas démarrer de la même façon. C'est un phénomène probablement difficile à expliquer, (le même qu'il y a des mayonnaises qui prennent et d'autres qui ne prennent pas. Celle-là a pris... Peut-être à cause du côté « synthèse ». « somme » de mon bouquin  : ayant lu à peu près tous ceux qui étaient parus en France depuis vingt ans sur la Chine, j'ai éprouvé le besoin de prendre de la hauteur et d'essayer de faire un bilan impartial. Peut-être aussi à cause du côté concret, anecdotique du côté « réflexion vécue », à partir de ce que Taine appelait « des petits faits caractéristiques ». Les intellectuels français, et notamment les spécialistes, ont tendance à s'évader dans l'abstraction, et dans un langageésotérique qui les condamne à l'élitisme. Racine disait (lue la règle suprême est (le plaire. On pourrait dire  : « Sur des problèmes aussi graves pour les hommes (le notre temps, la règle suprême est (l'être lu et compris. » Lui Chez vous, l'homme politique cautionne peut-être l'écrivain et l'écrivain l'homme politique. Peyrefitte Vous savez, ce que j'ai essayé de faire, autant que possible, c'est de nie débarrasser de tout préjugé. Mon seul préjugé a été de ne pas en avoir. j'ai tâché de m'abstraire de cette façon égocentrique, européocentrique, qu'ont les Occidentaux de juger les pays étrangers. Je me suis efforcé de comprendre les Chinois, et oit ne peut les comprendre qu'avec une forte dose de sympathie. Mais cette sympathie ne doit pas nous aveugler, elle doit aussi nous permettre de comprendre que ce qui est vrai pour un peuple ne l'est pas nécessairement pour un autre. Lui Qu'est-ce que le bonheur pour tilt Chinois, pour un Français, polir vous ? Peyrefitte Je crois que pour la plupart des Chinois, le bonheur, c'est qu'ils peuvent enfin manger sans crainte de famine, vivre en sécurité, être à l'abri de la misère, du cataclysme. Si leur vie ne nous paraît pas très rose, elle ne l'est guère plus pour aucun de leurs proches  : les inégalités criantes ont disparu, l'austérité et l'effort sont plus supportables quand ils sont imposés à tous et quand ils sont transfigurés par la foi. Pour un Français, je pense que le bonheur est différent  : ce qui suffit à des Chinois, à peine arrachés à la misère, paraîtrait à des Français insupportablement dur ; pour nous, le bonheur passe par l'abondance et par la liberté, que ne connaissent pas les Chinois. Mais liberté et abondance ne suffisent pas  : nous avons aussi besoin d'un « supplément d'âme ». Quant à ce qu'est le bonheur pour moi. disons que j'attache peut-être plus d'importance au supplément d'âme, et moins à l'abondance. Le bonheur. pour moi, c'est l'accord avec soi-même. I1 ne peut se trouver que dans une tâche à laquelle on croit  : par exemple. la transformation de la société, l'aide au tiers monde. Une pareille tâche demande un dépassement de soi-même. Mais naturellement, le bonheur pour moi ne saurait exister sans la liberté. Il faut donc que chacun soit libre de chercher à être heureux comme il petit. pourvu qu'il ne nuise pas aux autres.
Au pays du rhum, on parle de Duquesne depuis longtemps. plante, la canne à sucre. Aidés par les conseils du très sage Dominicain, le Père Labat, ils apprenaient à fabriquer une eau de vie nouvelle  : le Rhum. La Martinique devenait l'Ile au Rhum et les Plantations Duquesne naissaient. Cela aurait pu durer longtemps encore, de père en fils, de canne à sucre en sirop de canne, de rhum blanc en rhum vieux, vieilli doucement au coeur de la Martinique, pour le plus grand plaisir de quelques privilégiés, aventuriers, colons, amateurs de breuvages exotiques et de fameux mélanges. Mais, au bout de 3 siècles, Duquesne décréta l'abolition des privilèges et décida de donner à tous le droit de connaître enfin des Rhums aussi bons qu'à la Martinique. Depuis, la renommée de Duquesne a passé les mers et les frontières. Après le Rhum Agricole Blanc et les Rhums La Martinique telle qu'elle apparut aux ancêtres des Duquesne. L'île enchantée allait devenir l'île au rhum. Au 17e siècle, les Iles d'Amérique abritaient des aventuriers, des pirates, des soldats de fortune, des marchands d'esclaves. Et aussi des planteurs. Courageusement ils expérimentaient une nouvelle Vieux (3 et 1 o ans) le monde a découvert les Les premiers Duquesne arrivés à Bordeaux punchs Duquesne  : le Punch Créole au Rhum Le Rhum Agricole Blanc, Agricole Blanc et le Punch Vieux, au rhum Le Rhum Pieux, 3 ans et lo ans, mis en bouteille à la Martinique. La Martinique. 10 ans d'âge, adoucis au sirop de canne. Aujourd'hui, voici les 2 nouveau-nés On l'appelait l'île au Rhum, mais c'était déà l'île aux Punchs. de la famille Duquesne qui vont délier les langues, apporter la joie, et vous emmener faire un tour à la Martinique. Le Daïquiri Duquesne, Punch Créole généreusement relevé de citron vert, et le Punch Planteur_yDuquesne, Punch Vieux délicatement parfumé de pamplemousse et d'orange. Goûtez-les. Vous trouverez les mots qu'il faut pour en parler. DUQUESNE Cette année, Duquesne a encore trouvé deux nouveaux melanges. Pour faire parler. Les deux premiers Punchs Duquesne Le Punch Créole Blanc et le Punch Vieux, préparés - comme à Fort-de-France avec le sirop de canne à sucre Duquesne. Le Daiquiri au Rhum Agricole Blanc Duquesne. Et la fraîcheur acide du citron vert. Le Punch Planteur, un somptueux Rhum Vieux Duquesne to ans, délicatement parfumé au pamplemousse et ci l'orange.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 119 décembre 1973 Page 1Lui numéro 119 décembre 1973 Page 2-3Lui numéro 119 décembre 1973 Page 4-5Lui numéro 119 décembre 1973 Page 6-7Lui numéro 119 décembre 1973 Page 8-9Lui numéro 119 décembre 1973 Page 10-11Lui numéro 119 décembre 1973 Page 12-13Lui numéro 119 décembre 1973 Page 14-15Lui numéro 119 décembre 1973 Page 16-17Lui numéro 119 décembre 1973 Page 18-19Lui numéro 119 décembre 1973 Page 20-21Lui numéro 119 décembre 1973 Page 22-23Lui numéro 119 décembre 1973 Page 24-25Lui numéro 119 décembre 1973 Page 26-27Lui numéro 119 décembre 1973 Page 28-29Lui numéro 119 décembre 1973 Page 30-31Lui numéro 119 décembre 1973 Page 32-33Lui numéro 119 décembre 1973 Page 34-35Lui numéro 119 décembre 1973 Page 36-37Lui numéro 119 décembre 1973 Page 38-39Lui numéro 119 décembre 1973 Page 40-41Lui numéro 119 décembre 1973 Page 42-43Lui numéro 119 décembre 1973 Page 44-45Lui numéro 119 décembre 1973 Page 46-47Lui numéro 119 décembre 1973 Page 48-49Lui numéro 119 décembre 1973 Page 50-51Lui numéro 119 décembre 1973 Page 52-53Lui numéro 119 décembre 1973 Page 54-55Lui numéro 119 décembre 1973 Page 56-57Lui numéro 119 décembre 1973 Page 58-59Lui numéro 119 décembre 1973 Page 60-61Lui numéro 119 décembre 1973 Page 62-63Lui numéro 119 décembre 1973 Page 64-65Lui numéro 119 décembre 1973 Page 66-67Lui numéro 119 décembre 1973 Page 68-69Lui numéro 119 décembre 1973 Page 70-71Lui numéro 119 décembre 1973 Page 72-73Lui numéro 119 décembre 1973 Page 74-75Lui numéro 119 décembre 1973 Page 76-77Lui numéro 119 décembre 1973 Page 78-79Lui numéro 119 décembre 1973 Page 80-81Lui numéro 119 décembre 1973 Page 82-83Lui numéro 119 décembre 1973 Page 84-85Lui numéro 119 décembre 1973 Page 86-87Lui numéro 119 décembre 1973 Page 88-89Lui numéro 119 décembre 1973 Page 90-91Lui numéro 119 décembre 1973 Page 92-93Lui numéro 119 décembre 1973 Page 94-95Lui numéro 119 décembre 1973 Page 96-97Lui numéro 119 décembre 1973 Page 98-99Lui numéro 119 décembre 1973 Page 100-101Lui numéro 119 décembre 1973 Page 102-103Lui numéro 119 décembre 1973 Page 104-105Lui numéro 119 décembre 1973 Page 106-107Lui numéro 119 décembre 1973 Page 108-109Lui numéro 119 décembre 1973 Page 110-111Lui numéro 119 décembre 1973 Page 112-113Lui numéro 119 décembre 1973 Page 114-115Lui numéro 119 décembre 1973 Page 116-117Lui numéro 119 décembre 1973 Page 118-119Lui numéro 119 décembre 1973 Page 120-121Lui numéro 119 décembre 1973 Page 122-123Lui numéro 119 décembre 1973 Page 124-125Lui numéro 119 décembre 1973 Page 126-127Lui numéro 119 décembre 1973 Page 128-129Lui numéro 119 décembre 1973 Page 130-131Lui numéro 119 décembre 1973 Page 132-133Lui numéro 119 décembre 1973 Page 134-135Lui numéro 119 décembre 1973 Page 136-137Lui numéro 119 décembre 1973 Page 138-139Lui numéro 119 décembre 1973 Page 140-141Lui numéro 119 décembre 1973 Page 142-143Lui numéro 119 décembre 1973 Page 144-145Lui numéro 119 décembre 1973 Page 146-147Lui numéro 119 décembre 1973 Page 148-149Lui numéro 119 décembre 1973 Page 150-151Lui numéro 119 décembre 1973 Page 152-153Lui numéro 119 décembre 1973 Page 154-155Lui numéro 119 décembre 1973 Page 156-157Lui numéro 119 décembre 1973 Page 158-159Lui numéro 119 décembre 1973 Page 160-161Lui numéro 119 décembre 1973 Page 162-163Lui numéro 119 décembre 1973 Page 164-165Lui numéro 119 décembre 1973 Page 166-167Lui numéro 119 décembre 1973 Page 168-169Lui numéro 119 décembre 1973 Page 170-171Lui numéro 119 décembre 1973 Page 172-173Lui numéro 119 décembre 1973 Page 174-175Lui numéro 119 décembre 1973 Page 176-177Lui numéro 119 décembre 1973 Page 178-179Lui numéro 119 décembre 1973 Page 180-181Lui numéro 119 décembre 1973 Page 182-183Lui numéro 119 décembre 1973 Page 184-185Lui numéro 119 décembre 1973 Page 186-187Lui numéro 119 décembre 1973 Page 188-189Lui numéro 119 décembre 1973 Page 190-191Lui numéro 119 décembre 1973 Page 192-193Lui numéro 119 décembre 1973 Page 194-195Lui numéro 119 décembre 1973 Page 196-197Lui numéro 119 décembre 1973 Page 198-199Lui numéro 119 décembre 1973 Page 200-201Lui numéro 119 décembre 1973 Page 202-203Lui numéro 119 décembre 1973 Page 204-205Lui numéro 119 décembre 1973 Page 206-207Lui numéro 119 décembre 1973 Page 208-209Lui numéro 119 décembre 1973 Page 210-211Lui numéro 119 décembre 1973 Page 212-213Lui numéro 119 décembre 1973 Page 214-215Lui numéro 119 décembre 1973 Page 216-217Lui numéro 119 décembre 1973 Page 218-219Lui numéro 119 décembre 1973 Page 220-221Lui numéro 119 décembre 1973 Page 222-223Lui numéro 119 décembre 1973 Page 224-225Lui numéro 119 décembre 1973 Page 226-227Lui numéro 119 décembre 1973 Page 228-229Lui numéro 119 décembre 1973 Page 230-231Lui numéro 119 décembre 1973 Page 232-233Lui numéro 119 décembre 1973 Page 234-235Lui numéro 119 décembre 1973 Page 236-237Lui numéro 119 décembre 1973 Page 238