Lui n°119 décembre 1973
Lui n°119 décembre 1973
  • Prix facial : 5 F

  • Parution : n°119 de décembre 1973

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 238

  • Taille du fichier PDF : 205 Mo

  • Dans ce numéro : spécial Romy Schneider.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
ALAIN PEYREFITTE " Pourquoi, a côté de sociétés qui cherchent a fouir, n'y aurait-il pas des sociétés qui tournent leurs aspirations vers autre chose ? " (Suite (le la p.10.) tisée comme étant l'abomination (le la désolation. Elle a été écartée, éliminée violemment par la révolution culturelle, et avec elle tout ce qui s'V attachait  : a commencer par le modèle soviétique, qui est une recherche (le civilisation de consommation. Pourquoi ? Probablement parce que le grand bond en avant qui devait doubler la production chinoise en quelques années n'avait pas tenu ses promesses. Alors, puisque la société ne pouvait pas atteindre ce niveau d'abondance qu'on lui avait promis, il fallait renoncer à vouloir consommer davantage, renoncer au désir de l'abondance. C'était une révolution des aspirations. Eh bien, au bout de dix-sept années au cours desquelles la Chine semblait devoir suivre le chemin de tous les pays en voie de développement, c'est-à-dire progresser vers la consommation, elle fait sa révolution intérieure psychologique, sa révolution du regard. Elle renonce à consommer et elle trouve ailleurs ses motivations. Lui En Chine, les fautes de chacun sont dénoncées par les autres, mais cette dénonciation n'est pas une délation. Elle veut être une sorte d'aide réciproque. Peyrefitte Bien sûr, c'est un phénomène fascinant. Tout le système idéologique chinois est fondé sur la persuasion. Ni ais les maoïstes ont compris que la persuasion ne peut pas être obtenue par un mouvement seulement descendant, en assénant des slogans ou des discours. Il faut une pression sociale et non pas une injonction hiérarchique. Pour cela, les Chinois comptent effectivement sui une persuasion « horizontale », si je puis dire, sur la critique fraternelle  : ce sont les camarades de travail, les voisins, les proches qui « redressent les idées erronées », qui critiquent les pratiques mauvaises. Le Chinois n'est jamais seul. Les maoïstes ont inventé quelque chose de très nouveau (qui n'existait avant eux que dans des communautés religieuses, c'est-à-dire dans des communautés restreintes et volontaires), quelque chose que l'on peut 14 appeler la société à haute pression. Lui Cette société se développe au flanc même de l'Europe. Que pensez-vous de l'expérience albanaise ? Peyrefitte L'Albanie est très proche de la Chine parce qu'elle est antirévisionniste, elle est hostile au modèle soviétique, et, à plus forte raison, au modèle yougoslave, puisque les Yougoslaves se sont fait eux-mêmes qualifier de révisionnistes par les Soviétiques... Elle est hostile à une révolution marxiste qui consisterait purement et simplement à faire accéder, plus rapidement et mieux, les prolétaires à la civilisation (le consommation... Ce n'est pas là son objectif. Son objectif est de faire un homme nouveau, et c'est exactement l'objectif des Chinois. Lui Dans cette enclave européenne, pensez-vous que cette expérience soit déplacée ? Peyrefitte Toutes les expériences sont intéressantes, et il faut les suivre avec attention et vigilance... Sparte a bien été un îlot d'austérité, de vie dure, de vie sévère, au milieu d'une Grèce qui était au contraire dans son ensemble beaucoup plus souriante, et beaucoup plus tentée par la jouissance. Pourquoi ce qui était possible dans l'Antiquité ne serait-il pas possible aujourd'hui ? Pourquoi, à côté de société qui cherchent à jouir, n'y aurait-il pas (les sociétés qui se refusent le droit de jouir, et qui veulent tourner leurs aspirations vers autre chose ? Lui Il y a un vieux contentieux historique entre la Chine et la Russie. Que pensez-vous (le l'opposition de la Chine de Mao avec l'Union soviétique Peyrefitte Il y a un vieux contentieux National dans la mesure où l'expansion de la Russie vers l'est au XIXe siècle l'a amenée aux frontières de la Chine. Personnel aussi, parce que Mao a réussi sa révolution contre toutes les règles de l'orthodoxie communiste  : sans les ouvriers, avec les paysans. Sans l'aide de Staline, qui jusqu'au dernier moment misait sur Chang Kai-chek. Et même les dirigeants chinois ont repoussé l'aide des Soviétiques, quand ils ont eu l'impression qu'elle compromettait leur indépendance. En fait, il y a un fossé idéologique très profond entre les communismes soviétique et chinois. Le communisme soviétique est un communi s- nie à l'occidentale administratif, hiérarchique. bureaucratique, centralisé. Un communisme comme le connaissent tous les pays socialistes placés dans l'orbite soviétique, ou comme nous le connaîtrions certainement avec un parti communiste lié de près à Moscou. Les Soviétiques, d'une certaine façon, respectent la liberté de conscience  : ils se contentent d'une obéissance passive. Soljenitsyne peut penser ce qu'il veut, mais son action doit se conformer aux règles. En Chine, le communisme est à la fois plus total et moins administratif. Il veut convaincre les consciences ; il n'admet pas la réticence. Il aurait probablement « converti » Soljenitsyne quitte à le faire passer des années dans un camp de redressement de la pensée. Mais, sûr des pensées de chacun, il lâche plus volontiers les rênes à l'initiative locale. Il est beaucoup plus décentralisé. L'uniformité totale de la pensée-maotsetung permet la spontanéité et la diversité dans l'action. L'idéologie de Pékin et celle de Moscou ne parlent pas le même langage, n'ont pas les mêmes réflexes. Lui Dans l'aide chinoise aux pays sousdéveloppés, on sent aussi très nettement cette différence ! Peyrefitte Les dirigeants chinois ont d'abord eu une attitude un peu simpliste d'exportateurs révolutionnaires. Elle leur a apporté, je crois, quelques mécomptes. Ils se conduisent aujourd'hui avec bien plus de prudence. Ils appliquent au fond, dans leur conduite avec les pays sous-développés, la leçon qu'ils ont donnée eux-mêmes aux marxistes occidentaux, et qu'ils ont tirée de l'histoire de leur propre révolution  : à savoir que chaque société doit trouver elle-même sa solution spécifique à ses problèmes spécifiques. Je crois aussi qu'ils ont donné la priorité au concept d' « indépendandance nationale » sur (Suite page 16.)
Ce Parfum qui fait rêver...



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 119 décembre 1973 Page 1Lui numéro 119 décembre 1973 Page 2-3Lui numéro 119 décembre 1973 Page 4-5Lui numéro 119 décembre 1973 Page 6-7Lui numéro 119 décembre 1973 Page 8-9Lui numéro 119 décembre 1973 Page 10-11Lui numéro 119 décembre 1973 Page 12-13Lui numéro 119 décembre 1973 Page 14-15Lui numéro 119 décembre 1973 Page 16-17Lui numéro 119 décembre 1973 Page 18-19Lui numéro 119 décembre 1973 Page 20-21Lui numéro 119 décembre 1973 Page 22-23Lui numéro 119 décembre 1973 Page 24-25Lui numéro 119 décembre 1973 Page 26-27Lui numéro 119 décembre 1973 Page 28-29Lui numéro 119 décembre 1973 Page 30-31Lui numéro 119 décembre 1973 Page 32-33Lui numéro 119 décembre 1973 Page 34-35Lui numéro 119 décembre 1973 Page 36-37Lui numéro 119 décembre 1973 Page 38-39Lui numéro 119 décembre 1973 Page 40-41Lui numéro 119 décembre 1973 Page 42-43Lui numéro 119 décembre 1973 Page 44-45Lui numéro 119 décembre 1973 Page 46-47Lui numéro 119 décembre 1973 Page 48-49Lui numéro 119 décembre 1973 Page 50-51Lui numéro 119 décembre 1973 Page 52-53Lui numéro 119 décembre 1973 Page 54-55Lui numéro 119 décembre 1973 Page 56-57Lui numéro 119 décembre 1973 Page 58-59Lui numéro 119 décembre 1973 Page 60-61Lui numéro 119 décembre 1973 Page 62-63Lui numéro 119 décembre 1973 Page 64-65Lui numéro 119 décembre 1973 Page 66-67Lui numéro 119 décembre 1973 Page 68-69Lui numéro 119 décembre 1973 Page 70-71Lui numéro 119 décembre 1973 Page 72-73Lui numéro 119 décembre 1973 Page 74-75Lui numéro 119 décembre 1973 Page 76-77Lui numéro 119 décembre 1973 Page 78-79Lui numéro 119 décembre 1973 Page 80-81Lui numéro 119 décembre 1973 Page 82-83Lui numéro 119 décembre 1973 Page 84-85Lui numéro 119 décembre 1973 Page 86-87Lui numéro 119 décembre 1973 Page 88-89Lui numéro 119 décembre 1973 Page 90-91Lui numéro 119 décembre 1973 Page 92-93Lui numéro 119 décembre 1973 Page 94-95Lui numéro 119 décembre 1973 Page 96-97Lui numéro 119 décembre 1973 Page 98-99Lui numéro 119 décembre 1973 Page 100-101Lui numéro 119 décembre 1973 Page 102-103Lui numéro 119 décembre 1973 Page 104-105Lui numéro 119 décembre 1973 Page 106-107Lui numéro 119 décembre 1973 Page 108-109Lui numéro 119 décembre 1973 Page 110-111Lui numéro 119 décembre 1973 Page 112-113Lui numéro 119 décembre 1973 Page 114-115Lui numéro 119 décembre 1973 Page 116-117Lui numéro 119 décembre 1973 Page 118-119Lui numéro 119 décembre 1973 Page 120-121Lui numéro 119 décembre 1973 Page 122-123Lui numéro 119 décembre 1973 Page 124-125Lui numéro 119 décembre 1973 Page 126-127Lui numéro 119 décembre 1973 Page 128-129Lui numéro 119 décembre 1973 Page 130-131Lui numéro 119 décembre 1973 Page 132-133Lui numéro 119 décembre 1973 Page 134-135Lui numéro 119 décembre 1973 Page 136-137Lui numéro 119 décembre 1973 Page 138-139Lui numéro 119 décembre 1973 Page 140-141Lui numéro 119 décembre 1973 Page 142-143Lui numéro 119 décembre 1973 Page 144-145Lui numéro 119 décembre 1973 Page 146-147Lui numéro 119 décembre 1973 Page 148-149Lui numéro 119 décembre 1973 Page 150-151Lui numéro 119 décembre 1973 Page 152-153Lui numéro 119 décembre 1973 Page 154-155Lui numéro 119 décembre 1973 Page 156-157Lui numéro 119 décembre 1973 Page 158-159Lui numéro 119 décembre 1973 Page 160-161Lui numéro 119 décembre 1973 Page 162-163Lui numéro 119 décembre 1973 Page 164-165Lui numéro 119 décembre 1973 Page 166-167Lui numéro 119 décembre 1973 Page 168-169Lui numéro 119 décembre 1973 Page 170-171Lui numéro 119 décembre 1973 Page 172-173Lui numéro 119 décembre 1973 Page 174-175Lui numéro 119 décembre 1973 Page 176-177Lui numéro 119 décembre 1973 Page 178-179Lui numéro 119 décembre 1973 Page 180-181Lui numéro 119 décembre 1973 Page 182-183Lui numéro 119 décembre 1973 Page 184-185Lui numéro 119 décembre 1973 Page 186-187Lui numéro 119 décembre 1973 Page 188-189Lui numéro 119 décembre 1973 Page 190-191Lui numéro 119 décembre 1973 Page 192-193Lui numéro 119 décembre 1973 Page 194-195Lui numéro 119 décembre 1973 Page 196-197Lui numéro 119 décembre 1973 Page 198-199Lui numéro 119 décembre 1973 Page 200-201Lui numéro 119 décembre 1973 Page 202-203Lui numéro 119 décembre 1973 Page 204-205Lui numéro 119 décembre 1973 Page 206-207Lui numéro 119 décembre 1973 Page 208-209Lui numéro 119 décembre 1973 Page 210-211Lui numéro 119 décembre 1973 Page 212-213Lui numéro 119 décembre 1973 Page 214-215Lui numéro 119 décembre 1973 Page 216-217Lui numéro 119 décembre 1973 Page 218-219Lui numéro 119 décembre 1973 Page 220-221Lui numéro 119 décembre 1973 Page 222-223Lui numéro 119 décembre 1973 Page 224-225Lui numéro 119 décembre 1973 Page 226-227Lui numéro 119 décembre 1973 Page 228-229Lui numéro 119 décembre 1973 Page 230-231Lui numéro 119 décembre 1973 Page 232-233Lui numéro 119 décembre 1973 Page 234-235Lui numéro 119 décembre 1973 Page 236-237Lui numéro 119 décembre 1973 Page 238