Lui n°119 décembre 1973
Lui n°119 décembre 1973
  • Prix facial : 5 F

  • Parution : n°119 de décembre 1973

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 238

  • Taille du fichier PDF : 205 Mo

  • Dans ce numéro : spécial Romy Schneider.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 114 - 115  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
114 115
NAURU ITn passage à niveau sur la piste d'atterrissage  : le seul aérodrome pour jets traversé par une route rien (le nouveau, bof !... un petit pavillon bleu profond barré d'une ligne d'or et frappé (l'une étoile à douze branches attire l'oeil irrésistiblement, provoquant cette sensation délicieuse du « jamais rencontré ». Sous le drapeau ces simples mots  : République de Nauru. Alors, on se renseigne. Du moins, on tente (le se renseigner. L'Angleterre raccroche, la Nouvelle-Zélande ne répond pas, l'Australie raconte. Une histoire de fous  : Nauru, 3 500 habitants, 17 km2 juste un peu plus grand que Porquerolles. A _4 000 kilometres de tout, que ce soit Melbourne, Tokyo ou N imtnéa. Une tête d'épingle perdue clans le Pacifique central. Ressources  : phosphates. Résultat  : l'Itat indépendant le plus riche (lu inonde. Stupéfiant  : chaque citoyen est milliardaire. Conclusion  : il faut y aller. l'aris - I.os.Angeles - Honolulu  : 14 50) km, c'est une distance. I lotioltiln-:Tajurn  : 3 500 km. Déjà titi peu plus mystérieux. Majuro-Natlru  : 0>81,41 km. Lit. c'est le noir complet, ou plutôt le blets, puisqu'on est clans le l'acifigtle. I)e tonte façon. impossible d'aller plus loin. Curieusement, les avions ditilltlttetit an fil des kilomètres. Parti sur un jumbo, je suis descendu au I oeing 707, puis rétréci A titi Artilst roi ; -Si(ldclev à hélices. J attends maintenant « Air Nauru »  : je nie parie tin cigare que ce sera titi vieux i) C3 (les familles. 14 ; h bien, ce M'est pas aujourd'hui que j'honorerai I)avido ff, j'ai per(111. C'est un Fokker.. Air Natlrtl, c'est le choc  : je suis accueilli par deux beautés en robes longues à fleurs, très Saint-Tr(q)er. Hies m'installent, me dorlotent, tige chouchoutent. l'.vi(letlnlent, elles ont le temps, je suis le seul passager de c('tt('ligne philant roptgtte. Nous déc(oll (tis, et. aussitôt aprf's, la surprise. la grosse surprise, celle qui laisse (les souvenirs.i, a première hôtesse Ille (lit clans lm anglais oxfor(lietl  : « Vraiiiment navré (le ne pas parler français..\ir atrtl serait enchante (If'vous offrir tin peu (le champagne avant déjetuler. Mais elle rougit de confttsiotl je dois (lire que nous n'y connaissons pas grand-chose. Aussi vais-je vous montrer la bouteille. volts nie (lirez si elle volis convient. 108 La (lelicieuse revient avec 1111 seau bien givré d'où sort la collerette délicate non, je rêve, ce n'est pas possible d'un M unitli Cordon Rouge 1066. Très intimidée, miss Nauru 111'interroge  : « Cela volis conviendra-t-il ? » Si cela nie convient Folle question. ()uestion encore plus folle  : « Ohie prendrez-votes pour commencer. saumon ou caviar ? » _j'ai envie de répondre  : « i_.es deux, mon colonel », tuais je reste (ligne dans l'émotion et grâce à tin effort surhumain, je réussis à dire (1'titi toil dégagé  : « /lof, tin peu (le caviar, merci. » A partir de maintenant, qui va me croire. Le dileinne est lit ; dois-je, avant même d'avoir touché son sol continuer a raconter Nauru J'en preticls le risque. Le commandant (1e bord, tin Australien rugueux niais cordial, m'invite dans le cockpit pour cette, Ille (lit-il, je puisse avoir une vue (l'ensenil, le de « cette sacrée bon (lieu (le crotte dans l'océan (ltti se prend polir tinc'vraie ile »..je vois plutôt ma république comltiie mi Saint-Honoré, A cette différence près que la croûte est verte. La crème. c'est le phosphate. I.e commandant enchaitle  : « Vous savez ce qu'il y a (le plus drôle'Il y a bien failli ne plus avoir (le Natirtiens du tout  : ce peuple sportif était divisé en douze tribus qui, à la fin (111 siècle dernier, s'exterminaient gaiement à la suite d'une vague histoire de répudiation dont ils avaient, d'ailleurs, cotilplètetment oublié l'origine et les détails. » L'avion amorce soit virage pour atterrir, le pilote ne petit réprimer tin grand éclat (le rire. « Vous rie croirez si votes voulez, poursuit-il, mais il a fallu que (les Allemands en mal de colonies débarquent A\',.tarif pour arrêter le massacre ; ttne fois n'est plis cotltuime. En 1014 - que, tien (le principes, car Vile n'avait aucun intérêt stratégique et les pliospha tes n'étaient pas encore exploités les Néo-Zélandais ont amis les Allemands A la poj e à la suite d'une dure bataille, je veflx (lire par là 1111 banquet qui a dttt'f plus de douze heures. offert par le comtliatidant néo-zélandais ». otis sommes maintenant a 00 mètres (l'altitude. Pas de villages. (les maisons dispersées aux allures (le (-ileunons. A gattche de la piste. 1111 groupe de chalets stir lesquels flotte le pavillon natirtlen  : les bâtini$ids du gouvernement. Le pilote me _fait remarquer qu'à sa connaissance, c'est la seule piste pour réacteurs (_lue traverse une route, l'unique route de l'île d'ailleurs. Mais, ajoute-t-il, en me montrant deux petits points blancs, la sécurité est fort bien assurée. Les petits points blancs sont en effet des motards qui interdisent la circulation au moment (les atterrissages. (Ils ne sont pas surchargés- « le travail). Enfin, une piste à passage A niveau, ce n'est gtlati(1 même pas fréquent.\I on avion particulier se pose en douceur, accompagné d'une somptueuse voiture de pompiers, toutes lances eli batterie, montée par titi équipage déguisé en astronautes. Le commandant hoche la tête  : « C'est le dernier modèle utilisé stir les aéroports américains. Avec tous les &giiipetnents, ça coûte environ 40 000-c1)llors. Ils se sont offerts ça le 31 janvier dernier pour la fête (le l'Indépendance. Ils otit les troyens, ils auraient tort d('se priver... » L'avion s'immobilise (levant une minir aérogare charriante, proprette, vitres eti verre teinté, intérieur acajou. Si je suis le seul voyageur, en revanche les spectateurs sont nombreux. Une bouffée (le chaleur, oit plutôt (le vapeur m'enveloppe, tige pénètre, m'englotlt it, Ici, pas besoin de boire de l'eau, on en respire. Accompagné par la deuxième hôtesse, je trie présente à titi officier rondouillard et jovial très belles épaulettes. j itste ce qu'il faut (le décorations pour faire sérieux qui est à la fois flic, douanier et employé d'air Natirtl. Pas de fouille, ivais des questionls, beaucoup de questions. Poli niais insistant. I)'oit je viens, par où je suis passé. motif exact de mon séjour, polir quel journal je travaille, (fuel genre (le journal est-ce, n'aurais-je pas l'intention (le d'installer polir longtemps A Nauru, etc. Cette suspicion colurtoise seraitelle de mauvais augure, les antipodes seraient-ils des antipotes ? 1,a alite (les événements tue rassure. Sitôt les formalités terminées - après tout, il faut biefs que ce brave homme se distraie tut large sourire, une énergique claque dates le (los, ('t filon flicdouanier se transforme (Suite p.110.1



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 119 décembre 1973 Page 1Lui numéro 119 décembre 1973 Page 2-3Lui numéro 119 décembre 1973 Page 4-5Lui numéro 119 décembre 1973 Page 6-7Lui numéro 119 décembre 1973 Page 8-9Lui numéro 119 décembre 1973 Page 10-11Lui numéro 119 décembre 1973 Page 12-13Lui numéro 119 décembre 1973 Page 14-15Lui numéro 119 décembre 1973 Page 16-17Lui numéro 119 décembre 1973 Page 18-19Lui numéro 119 décembre 1973 Page 20-21Lui numéro 119 décembre 1973 Page 22-23Lui numéro 119 décembre 1973 Page 24-25Lui numéro 119 décembre 1973 Page 26-27Lui numéro 119 décembre 1973 Page 28-29Lui numéro 119 décembre 1973 Page 30-31Lui numéro 119 décembre 1973 Page 32-33Lui numéro 119 décembre 1973 Page 34-35Lui numéro 119 décembre 1973 Page 36-37Lui numéro 119 décembre 1973 Page 38-39Lui numéro 119 décembre 1973 Page 40-41Lui numéro 119 décembre 1973 Page 42-43Lui numéro 119 décembre 1973 Page 44-45Lui numéro 119 décembre 1973 Page 46-47Lui numéro 119 décembre 1973 Page 48-49Lui numéro 119 décembre 1973 Page 50-51Lui numéro 119 décembre 1973 Page 52-53Lui numéro 119 décembre 1973 Page 54-55Lui numéro 119 décembre 1973 Page 56-57Lui numéro 119 décembre 1973 Page 58-59Lui numéro 119 décembre 1973 Page 60-61Lui numéro 119 décembre 1973 Page 62-63Lui numéro 119 décembre 1973 Page 64-65Lui numéro 119 décembre 1973 Page 66-67Lui numéro 119 décembre 1973 Page 68-69Lui numéro 119 décembre 1973 Page 70-71Lui numéro 119 décembre 1973 Page 72-73Lui numéro 119 décembre 1973 Page 74-75Lui numéro 119 décembre 1973 Page 76-77Lui numéro 119 décembre 1973 Page 78-79Lui numéro 119 décembre 1973 Page 80-81Lui numéro 119 décembre 1973 Page 82-83Lui numéro 119 décembre 1973 Page 84-85Lui numéro 119 décembre 1973 Page 86-87Lui numéro 119 décembre 1973 Page 88-89Lui numéro 119 décembre 1973 Page 90-91Lui numéro 119 décembre 1973 Page 92-93Lui numéro 119 décembre 1973 Page 94-95Lui numéro 119 décembre 1973 Page 96-97Lui numéro 119 décembre 1973 Page 98-99Lui numéro 119 décembre 1973 Page 100-101Lui numéro 119 décembre 1973 Page 102-103Lui numéro 119 décembre 1973 Page 104-105Lui numéro 119 décembre 1973 Page 106-107Lui numéro 119 décembre 1973 Page 108-109Lui numéro 119 décembre 1973 Page 110-111Lui numéro 119 décembre 1973 Page 112-113Lui numéro 119 décembre 1973 Page 114-115Lui numéro 119 décembre 1973 Page 116-117Lui numéro 119 décembre 1973 Page 118-119Lui numéro 119 décembre 1973 Page 120-121Lui numéro 119 décembre 1973 Page 122-123Lui numéro 119 décembre 1973 Page 124-125Lui numéro 119 décembre 1973 Page 126-127Lui numéro 119 décembre 1973 Page 128-129Lui numéro 119 décembre 1973 Page 130-131Lui numéro 119 décembre 1973 Page 132-133Lui numéro 119 décembre 1973 Page 134-135Lui numéro 119 décembre 1973 Page 136-137Lui numéro 119 décembre 1973 Page 138-139Lui numéro 119 décembre 1973 Page 140-141Lui numéro 119 décembre 1973 Page 142-143Lui numéro 119 décembre 1973 Page 144-145Lui numéro 119 décembre 1973 Page 146-147Lui numéro 119 décembre 1973 Page 148-149Lui numéro 119 décembre 1973 Page 150-151Lui numéro 119 décembre 1973 Page 152-153Lui numéro 119 décembre 1973 Page 154-155Lui numéro 119 décembre 1973 Page 156-157Lui numéro 119 décembre 1973 Page 158-159Lui numéro 119 décembre 1973 Page 160-161Lui numéro 119 décembre 1973 Page 162-163Lui numéro 119 décembre 1973 Page 164-165Lui numéro 119 décembre 1973 Page 166-167Lui numéro 119 décembre 1973 Page 168-169Lui numéro 119 décembre 1973 Page 170-171Lui numéro 119 décembre 1973 Page 172-173Lui numéro 119 décembre 1973 Page 174-175Lui numéro 119 décembre 1973 Page 176-177Lui numéro 119 décembre 1973 Page 178-179Lui numéro 119 décembre 1973 Page 180-181Lui numéro 119 décembre 1973 Page 182-183Lui numéro 119 décembre 1973 Page 184-185Lui numéro 119 décembre 1973 Page 186-187Lui numéro 119 décembre 1973 Page 188-189Lui numéro 119 décembre 1973 Page 190-191Lui numéro 119 décembre 1973 Page 192-193Lui numéro 119 décembre 1973 Page 194-195Lui numéro 119 décembre 1973 Page 196-197Lui numéro 119 décembre 1973 Page 198-199Lui numéro 119 décembre 1973 Page 200-201Lui numéro 119 décembre 1973 Page 202-203Lui numéro 119 décembre 1973 Page 204-205Lui numéro 119 décembre 1973 Page 206-207Lui numéro 119 décembre 1973 Page 208-209Lui numéro 119 décembre 1973 Page 210-211Lui numéro 119 décembre 1973 Page 212-213Lui numéro 119 décembre 1973 Page 214-215Lui numéro 119 décembre 1973 Page 216-217Lui numéro 119 décembre 1973 Page 218-219Lui numéro 119 décembre 1973 Page 220-221Lui numéro 119 décembre 1973 Page 222-223Lui numéro 119 décembre 1973 Page 224-225Lui numéro 119 décembre 1973 Page 226-227Lui numéro 119 décembre 1973 Page 228-229Lui numéro 119 décembre 1973 Page 230-231Lui numéro 119 décembre 1973 Page 232-233Lui numéro 119 décembre 1973 Page 234-235Lui numéro 119 décembre 1973 Page 236-237Lui numéro 119 décembre 1973 Page 238