Lui n°112 mai 1973
Lui n°112 mai 1973
  • Prix facial : 5 F

  • Parution : n°112 de mai 1973

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 224

  • Taille du fichier PDF : 182 Mo

  • Dans ce numéro : Ushi la sublime.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 136 - 137  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
136 137
CINEMA FRANÇAIS "ll faut nous filmer nous-mêmes. Et vite. Une camera ? Certes. Mais tous derrière et tous devant " (Suite de la p.122.) partie du genre de films (sic) qu'on peut tourner dans un aéroport ». Ou Cayatte (qui n'a pourtant rien à voir avec la nouvelle vague, y compris l'ancienne) dont les caméras sont interdites de séjour devant les prisons désaffectées, les lycées et tous autres bâtiments publics. De guerre lasse, il les plante devant un château d'eau. Rien à faire. On lui demande quand même de circuler... jean-François Davy, vingt-sept ans, déjà réalisateur de trois longs métrages passés sous silence puisque hors des grands circuits —, traduit pour sa part sa morosité dans un regret qui au fond va plus loin  : « Quand pourra-t-on envisager de traiter en France sans avoir les huissiers à ses trousses, des sujets comparables à ceux qui ont permis à nos confrères d'outre- Atlantique (le prendre la première place sur notre territoire et dans nos propres festivals ? » « Evidemment, soupire Vincent Malle, il ne faudrait pas tomber dans l'excès inverse et croire qu'un film qui ne trouve pas le moyen d'être exploité en France soit automatiquement un chef-d'oeuvre en péril... » Alors dédramatisons le débat. Cherchons, sans passion, les films « recalés » au bac de la distribution et que Paris risque de découvrir demain. Au hasard d'un trou dans le circuit commercial, par exemple. Le fait s'est déjà produit, personne ne voulait de « La Vieille Fille », premier film de Jean-Paul Blanc auquel seuls croyaient ses interprètes quasiment bénévoles, Philippe Noiret et Annie Girardot. Et puis un film tombe. On bouche le 136 trou précipitamment avec cet intérim. La salle applaudit. Et « La Vieille Fille » devient la star de la saison ! Les films et les cinéastes que nous allons citer sont, eux aussi, prêts à assurer modestement la relève. Ils ne prétendent pas à la malédiction. Ils « visent » le grand public. Ils sont parrainés par des acteurs dont le nom n'orne pas d'ordinaire en lettres de néon les façades des Champs-Elysées, mais s'appellent quelquefois Laurent Terzieff, Bernadette Laf font, Michel Bouquet, Daniel Gélin ou Alain Cuny. Les intérêts que ces réalisations mettent en jeu ne dérangent personne puisqu'ils sont produits, pour la plupart, par des groupes d'amis, des « mécènes sauvages » et des comédiens payés en participation. Ces films attendent seulement le bon vouloir d'un petit monde plus attentif qu'il n'est au mouvement des idées et des images (encore que cela commence  : voir l'attention portée au « Themroc » de Claude Faraldo déjà réalisateur de « Bof »). D'aucuns les ont pu voir par-ci par-là s'ils fréquentent assidûment les ghettos du cinoche. Mais ils méritent d'être vus en plein air. Sans contrainte ni restriction. Qu'il s'agisse des « Aventures de Billy the Kid » de Luc Moullet, un drôle de western français ou « Du côté d'Orouet » de Jacques Rozier qui raconte « Les Aventures d'une grosse nana ». Et d'autres, totalement inédits, comme le « George qui ? » (une évocation sans complexe de George Sand) pour laquelle Michèle Rosier a délaissé la profession de stylistemodéliste dans le vent, « Le Grand Sabordage » d'Alain Perisson, jolie balade autour de l'adolescence. « Une saison de la vie d'Emmanuel » de Claude Weisz, qui souligne le contraste entre -la civilisation des gratteciel, des autoroutes, et la nostalgie campagnarde. Enfin et surtout « Les Yeux fermés », histoire d'un homme qui se prend au jeu de vivre les yeux clos en faisant l'aveugle. Son auteur s'appelle Joël Santoni. Falstaff barbu, curieux de tout, il résume d'une phrase la position des jeunes cinéastes français  : « Ou j'attends patiemment que mon film sorte enfin. Ou je m'arrange â travailler avec ma caméra sur des sujets plus anodins qui, à force de me faire patienter arriveront à me faire oublier que des producteurs ont un de mes films dans leurs réserves. Sans compter que chaque semaine qui passe émousse davantage l'originalité de mon sujet. » C'est que la rage de tourner sans être entendu (ou vu plus exactement) décourage les plus enthousiastes. Sur cent réalisateurs qui franchissent l'obstacle du premier film une vingtaine seulement réussissent à en tourner un second, moins de cinq, à réaliser le troisième ; deux ou trois seulement vont au-delà. Souvent distribués à la sauvette, le cinéaste de demain se brûle les ailes dans l'incertitude. Pour passer le temps, il vit de courts métrages, de f films publicitaires ou participe aux films des autres comme monteur ou assistant. Parfois l'espoir renaît. Il prend l'allure d'un comédien qui endosse, sur sa seule réputation le poids d'un film. Ainsi Michel Bouquet qui accepte de tourner sans garantie « La Sainte Famille » de Pierre Koralnik. Ou celle d'un fou de cinéma comme Jacques Peinturaud, collaborateur d' « Information et Publicité » qui s'en va à la chasse des films naufragés et lance à ses risques sur les antennes de R.t.l. (qui avance les fonds) une campagne publicitaire de cinquante millions (anciens) en leur faveur. Ou bien une jeune femme, mordue de cinéma, mise sur Pascal Thomas et ses « Zozos ». Ou bien encore J acques Poitrenaud secrétaire général de la Société des réalisateurs français monte seul le « Viva la Muerte » d'Arrabal et s'installe dans une ancienne épicerie des Halles pour y improviser u1) bureau de production-distribution au service du jeune cinéma... Mais souvenez-vous d' « Easy Rider » produit par deux ou trois copains. Il a depuis ébranlé Hollywood. Et il est probable que demain notre cinéma entre à son tour dans un nouvel âge adulte. Adolescent brouillon mais lucide, il crie a la manière de Gébé dans « L'An 01 » « Si on ne veut pas avoir à payer nos places pour qu'on nous donne en spectacle nos propres aspirations travesties en fantasmes, il faut les filmer nousmêmes et vite. Une caméra ? Certes. Mais tous derrière et tous devant. » Un assez beau cri de ralliement. Michel Delain.
C.ns.',T K >



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 112 mai 1973 Page 1Lui numéro 112 mai 1973 Page 2-3Lui numéro 112 mai 1973 Page 4-5Lui numéro 112 mai 1973 Page 6-7Lui numéro 112 mai 1973 Page 8-9Lui numéro 112 mai 1973 Page 10-11Lui numéro 112 mai 1973 Page 12-13Lui numéro 112 mai 1973 Page 14-15Lui numéro 112 mai 1973 Page 16-17Lui numéro 112 mai 1973 Page 18-19Lui numéro 112 mai 1973 Page 20-21Lui numéro 112 mai 1973 Page 22-23Lui numéro 112 mai 1973 Page 24-25Lui numéro 112 mai 1973 Page 26-27Lui numéro 112 mai 1973 Page 28-29Lui numéro 112 mai 1973 Page 30-31Lui numéro 112 mai 1973 Page 32-33Lui numéro 112 mai 1973 Page 34-35Lui numéro 112 mai 1973 Page 36-37Lui numéro 112 mai 1973 Page 38-39Lui numéro 112 mai 1973 Page 40-41Lui numéro 112 mai 1973 Page 42-43Lui numéro 112 mai 1973 Page 44-45Lui numéro 112 mai 1973 Page 46-47Lui numéro 112 mai 1973 Page 48-49Lui numéro 112 mai 1973 Page 50-51Lui numéro 112 mai 1973 Page 52-53Lui numéro 112 mai 1973 Page 54-55Lui numéro 112 mai 1973 Page 56-57Lui numéro 112 mai 1973 Page 58-59Lui numéro 112 mai 1973 Page 60-61Lui numéro 112 mai 1973 Page 62-63Lui numéro 112 mai 1973 Page 64-65Lui numéro 112 mai 1973 Page 66-67Lui numéro 112 mai 1973 Page 68-69Lui numéro 112 mai 1973 Page 70-71Lui numéro 112 mai 1973 Page 72-73Lui numéro 112 mai 1973 Page 74-75Lui numéro 112 mai 1973 Page 76-77Lui numéro 112 mai 1973 Page 78-79Lui numéro 112 mai 1973 Page 80-81Lui numéro 112 mai 1973 Page 82-83Lui numéro 112 mai 1973 Page 84-85Lui numéro 112 mai 1973 Page 86-87Lui numéro 112 mai 1973 Page 88-89Lui numéro 112 mai 1973 Page 90-91Lui numéro 112 mai 1973 Page 92-93Lui numéro 112 mai 1973 Page 94-95Lui numéro 112 mai 1973 Page 96-97Lui numéro 112 mai 1973 Page 98-99Lui numéro 112 mai 1973 Page 100-101Lui numéro 112 mai 1973 Page 102-103Lui numéro 112 mai 1973 Page 104-105Lui numéro 112 mai 1973 Page 106-107Lui numéro 112 mai 1973 Page 108-109Lui numéro 112 mai 1973 Page 110-111Lui numéro 112 mai 1973 Page 112-113Lui numéro 112 mai 1973 Page 114-115Lui numéro 112 mai 1973 Page 116-117Lui numéro 112 mai 1973 Page 118-119Lui numéro 112 mai 1973 Page 120-121Lui numéro 112 mai 1973 Page 122-123Lui numéro 112 mai 1973 Page 124-125Lui numéro 112 mai 1973 Page 126-127Lui numéro 112 mai 1973 Page 128-129Lui numéro 112 mai 1973 Page 130-131Lui numéro 112 mai 1973 Page 132-133Lui numéro 112 mai 1973 Page 134-135Lui numéro 112 mai 1973 Page 136-137Lui numéro 112 mai 1973 Page 138-139Lui numéro 112 mai 1973 Page 140-141Lui numéro 112 mai 1973 Page 142-143Lui numéro 112 mai 1973 Page 144-145Lui numéro 112 mai 1973 Page 146-147Lui numéro 112 mai 1973 Page 148-149Lui numéro 112 mai 1973 Page 150-151Lui numéro 112 mai 1973 Page 152-153Lui numéro 112 mai 1973 Page 154-155Lui numéro 112 mai 1973 Page 156-157Lui numéro 112 mai 1973 Page 158-159Lui numéro 112 mai 1973 Page 160-161Lui numéro 112 mai 1973 Page 162-163Lui numéro 112 mai 1973 Page 164-165Lui numéro 112 mai 1973 Page 166-167Lui numéro 112 mai 1973 Page 168-169Lui numéro 112 mai 1973 Page 170-171Lui numéro 112 mai 1973 Page 172-173Lui numéro 112 mai 1973 Page 174-175Lui numéro 112 mai 1973 Page 176-177Lui numéro 112 mai 1973 Page 178-179Lui numéro 112 mai 1973 Page 180-181Lui numéro 112 mai 1973 Page 182-183Lui numéro 112 mai 1973 Page 184-185Lui numéro 112 mai 1973 Page 186-187Lui numéro 112 mai 1973 Page 188-189Lui numéro 112 mai 1973 Page 190-191Lui numéro 112 mai 1973 Page 192-193Lui numéro 112 mai 1973 Page 194-195Lui numéro 112 mai 1973 Page 196-197Lui numéro 112 mai 1973 Page 198-199Lui numéro 112 mai 1973 Page 200-201Lui numéro 112 mai 1973 Page 202-203Lui numéro 112 mai 1973 Page 204-205Lui numéro 112 mai 1973 Page 206-207Lui numéro 112 mai 1973 Page 208-209Lui numéro 112 mai 1973 Page 210-211Lui numéro 112 mai 1973 Page 212-213Lui numéro 112 mai 1973 Page 214-215Lui numéro 112 mai 1973 Page 216-217Lui numéro 112 mai 1973 Page 218-219Lui numéro 112 mai 1973 Page 220-221Lui numéro 112 mai 1973 Page 222-223Lui numéro 112 mai 1973 Page 224