Lui n°112 mai 1973
Lui n°112 mai 1973
  • Prix facial : 5 F

  • Parution : n°112 de mai 1973

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 224

  • Taille du fichier PDF : 182 Mo

  • Dans ce numéro : Ushi la sublime.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 106 - 107  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
106 107
FARCES ET ATTRAPES La vente du père-la-colique a d'ailleurs subi récemment des aléas inexplicables au point que certains Français n'en ont jamais vu tourner sans cesse autour (lu pot ? Il s'agit de faux étrons en matière plastique que ces firmes produisent à la chaîne à partir de moules fournis par des industriels spécialisés. Nous aurons l'occasion d'y revenir. L'utilisation intensive de la scatologie peut heurter les hypersensibles. Elle fait bien rire les enfants, les vieillards et les coeurs simples qui n'y voient pas malice  : dans une boutique encombrée du faubourg Montmartre, deux dames âgées manipulent, à longueur de journée, des objets indécents pour satisfaire une clientèle difficile. Elles ne s'en plaignent pas  : « Quand on connaît bien son métier. expliquentelles, il n'y a aucune raison pour qu'on vous manque de respect. » Ce sont des sages que les ricanements faciles ne peuvent atteindre. Après tout, le musée des Arts et traditions populaires, qui dépend directement des Affaires culturelles, possède une collection de pères-la-colique dont les joyaux remontent au N V I le siècle, et son conservateur ne fait pas de complexes. S'il en rougit, c'est de fierté. La vente du père-la-colique a d'ailleurs subi récemment des aléas inexplicables, au point qu'on trouve encore des Français qui n'en ont jamais vu, surtout dans les endroits les moins reculés des grandes villes. Qu'on se figure donc un mauvais drôle de métal, accroupi, grand comme le pouce, dont le pantalon tombe en drapé sur les sabots. Un trou judicieusement placé attend de recevoir une minuscule cartouche qui, enflammée, dévide un interminable chapelet d'inconvenances. L'appareil comporte deux variantes tout aussi prolifiques  : la mère-la-colique et le cochon du même nom. On trouve encore, à Paris même, des sujets artistiques en terre cuite. Le comique réside évidemment dans l'effet de surprise que cause un si petit homme montrant tant d'activité. Il a ses adeptes et même ses intoxiqués  : certains, pris par le vertige du record, conservent leur plus beau résultat, pour le montrer à leurs amis. Le milieu social importe peu  : nia famille s'honore de compter un haut magistrat qui, dans son cabinet, ne manque jamais de mettre un pèrela-colique en marche, avant d'exprimer (les sentences. 106 A propos de colloques, il faut citer le congrès français des farces et attrapes qui, décidé en 1962, connut deux sessions, la première à Roche-Canillac, en Auvergne, et la seconde. cinq ans plus tard, à Poil, un petit village de la Nièvre. (Il faut préciser que les habitants de Poil s'étant montrés rebelles à tout humour, les congressistes se replièrent à Assay, près de Sancerre, dans le château du baron Henri Viard, un de leurs membres les plus distingués.) Cette académie, placée sous la présidence honoraire de René Clair et Michel Leiris, groupe des personnalités aussi différentes que Raymond Queneau. François Billetdoux, Ned Rival, Christian Plume, Jean-Claude Merle, Bernard Pivot ou Ralph Messac que l'on croyait plus austère. Mais leur animateur est François Caradec, homme de lettres, érudit, chercheur infatigable. L' « Encyclopédie des farces et attrapes » somme exhaustive de cinq cent soixante pages publiées par Jean-Jacques Pauvert, lui doit beaucoup. Mais le « Guide des farces et attrapes », qu'il fit paraître chez Albin Michel sous le pseudonyme d'A. de Crac, est un ouvrage de référence absolument indispensable. L'auteur y recense mille articles dont le succès ne se dément pas auprès des amateurs éclairés. Voici d'abord la teigne, ou étiquette teigne. Il s'agit d'une utilisation astucieuse de la bardane, ce petit fruit crochu qui pousse dans les ruines. Grâce à elle le farceur fixera dans le dos de ses victimes, à leur insu, un choix de maximes dont la forme rigoureuse a été consacrée par l'usage  : « Pin-up girl en retraite » ; « Pur Porc garanti » ; « J'offre l'apéritif à tous ceux qui me suivront » ; « Cocu de première classe » ; « Amnésique  : ne se souvient jamais quand c'est à lui de payer la tournée », etc. Viennent ensuite le fluide glacial, produit chimique dont l'évaporation excessivement rapide cause un malaise consternant à ceux dont la chaise en aurait été enduite. La poudre à éternuer et le poil à gratter, sur lesquels il est inutile de s'attarder. La boule puante dont il existe depuis peu tine variante insolite, la boule parfumée. Cette dernière invention n'est pas le fruit (l'un farceur suicidaire, niais un accessoire de mise en scène fort utile dans les hôtels où logent souvent les commis voyageurs. L'habileté consiste à lier connaissance avec l'un de ces messieurs (quelques histoires grivoises feront en général l'affaire). On s'arrange pour l'entraîner dans sa chambre où brusquement, on cassera sous ses yeux une de ces petites ampoules de verre. La victime ouvrant de grands yeux, il faut lui expliquer que les auberges de campagne présentent des risques pour l'hygiène et que ces boules parfumées contiennent un désinfectant puissant. C'est avec une émouvante reconnaissance qu'il acceptera alors une authentique boule puante que rien ne distingue des autres. Il est déjà agréable d'entendre une fenêtre s'ouvrir brutalement et tige voix courroucée pester dans la nuit claire. Mais il est plus réjouissant encore (l'écouter tin voyageur expliquant au gérant qu'il doit changer de chambre ayant luimême souillé la sienne avec une boule puante. Gros fou-rire assuré. Passons aux arroseurs divers, sonnettes, boutons de porte, rosettes de la Légion d'honneur. L'effet sera d'autant plus réussi que la finesse du jet empêchera le patient d'en déceler l'origine. On peut corser le résultat drôlatique en utilisant de l'encre ou du vinaigre. En revanche, le faux robinet que l'on fixera n'importe où avec une simple nl ale ventouse tire tout son comique (le sa sécheresse. On pourra placer à proximité un savon à musique, un savon inusable, recouvert d'une pellicule de plastique, tin savon noircissant qui salira les mains. Dans le domaine scabreux, qui constitue le fond d'une bonne moitié des farces, il faut placer en tête le coussin pétomane, largement commercialisé sous la marque « l'In- (lécent ». Il s'agit d'une vessie de baudruche qui, légèrement gonflée et cachée sous un coussin mettront dans l'embarras les pauvres qui s'assoieront dessus. A. de Crac conte à ce propos l'odyssée d'une famille toulousaine plongée dans l'affliction après la mort (l'un oncle bien-aimé. Le vieiliar fort âgé, ne parlait plus depuis longtemps niais n'en exprimait pas moins ses états d'âme. Aussi vit-on, le jour de ses obsèques ses héritiers en noir visiter tous les dépositaires de la ville pour essayer leur stock de coussins pétomanes. « Hélas, monsieur. (lisaient ces malheureux, la voix (Suite p.170.)
107



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 112 mai 1973 Page 1Lui numéro 112 mai 1973 Page 2-3Lui numéro 112 mai 1973 Page 4-5Lui numéro 112 mai 1973 Page 6-7Lui numéro 112 mai 1973 Page 8-9Lui numéro 112 mai 1973 Page 10-11Lui numéro 112 mai 1973 Page 12-13Lui numéro 112 mai 1973 Page 14-15Lui numéro 112 mai 1973 Page 16-17Lui numéro 112 mai 1973 Page 18-19Lui numéro 112 mai 1973 Page 20-21Lui numéro 112 mai 1973 Page 22-23Lui numéro 112 mai 1973 Page 24-25Lui numéro 112 mai 1973 Page 26-27Lui numéro 112 mai 1973 Page 28-29Lui numéro 112 mai 1973 Page 30-31Lui numéro 112 mai 1973 Page 32-33Lui numéro 112 mai 1973 Page 34-35Lui numéro 112 mai 1973 Page 36-37Lui numéro 112 mai 1973 Page 38-39Lui numéro 112 mai 1973 Page 40-41Lui numéro 112 mai 1973 Page 42-43Lui numéro 112 mai 1973 Page 44-45Lui numéro 112 mai 1973 Page 46-47Lui numéro 112 mai 1973 Page 48-49Lui numéro 112 mai 1973 Page 50-51Lui numéro 112 mai 1973 Page 52-53Lui numéro 112 mai 1973 Page 54-55Lui numéro 112 mai 1973 Page 56-57Lui numéro 112 mai 1973 Page 58-59Lui numéro 112 mai 1973 Page 60-61Lui numéro 112 mai 1973 Page 62-63Lui numéro 112 mai 1973 Page 64-65Lui numéro 112 mai 1973 Page 66-67Lui numéro 112 mai 1973 Page 68-69Lui numéro 112 mai 1973 Page 70-71Lui numéro 112 mai 1973 Page 72-73Lui numéro 112 mai 1973 Page 74-75Lui numéro 112 mai 1973 Page 76-77Lui numéro 112 mai 1973 Page 78-79Lui numéro 112 mai 1973 Page 80-81Lui numéro 112 mai 1973 Page 82-83Lui numéro 112 mai 1973 Page 84-85Lui numéro 112 mai 1973 Page 86-87Lui numéro 112 mai 1973 Page 88-89Lui numéro 112 mai 1973 Page 90-91Lui numéro 112 mai 1973 Page 92-93Lui numéro 112 mai 1973 Page 94-95Lui numéro 112 mai 1973 Page 96-97Lui numéro 112 mai 1973 Page 98-99Lui numéro 112 mai 1973 Page 100-101Lui numéro 112 mai 1973 Page 102-103Lui numéro 112 mai 1973 Page 104-105Lui numéro 112 mai 1973 Page 106-107Lui numéro 112 mai 1973 Page 108-109Lui numéro 112 mai 1973 Page 110-111Lui numéro 112 mai 1973 Page 112-113Lui numéro 112 mai 1973 Page 114-115Lui numéro 112 mai 1973 Page 116-117Lui numéro 112 mai 1973 Page 118-119Lui numéro 112 mai 1973 Page 120-121Lui numéro 112 mai 1973 Page 122-123Lui numéro 112 mai 1973 Page 124-125Lui numéro 112 mai 1973 Page 126-127Lui numéro 112 mai 1973 Page 128-129Lui numéro 112 mai 1973 Page 130-131Lui numéro 112 mai 1973 Page 132-133Lui numéro 112 mai 1973 Page 134-135Lui numéro 112 mai 1973 Page 136-137Lui numéro 112 mai 1973 Page 138-139Lui numéro 112 mai 1973 Page 140-141Lui numéro 112 mai 1973 Page 142-143Lui numéro 112 mai 1973 Page 144-145Lui numéro 112 mai 1973 Page 146-147Lui numéro 112 mai 1973 Page 148-149Lui numéro 112 mai 1973 Page 150-151Lui numéro 112 mai 1973 Page 152-153Lui numéro 112 mai 1973 Page 154-155Lui numéro 112 mai 1973 Page 156-157Lui numéro 112 mai 1973 Page 158-159Lui numéro 112 mai 1973 Page 160-161Lui numéro 112 mai 1973 Page 162-163Lui numéro 112 mai 1973 Page 164-165Lui numéro 112 mai 1973 Page 166-167Lui numéro 112 mai 1973 Page 168-169Lui numéro 112 mai 1973 Page 170-171Lui numéro 112 mai 1973 Page 172-173Lui numéro 112 mai 1973 Page 174-175Lui numéro 112 mai 1973 Page 176-177Lui numéro 112 mai 1973 Page 178-179Lui numéro 112 mai 1973 Page 180-181Lui numéro 112 mai 1973 Page 182-183Lui numéro 112 mai 1973 Page 184-185Lui numéro 112 mai 1973 Page 186-187Lui numéro 112 mai 1973 Page 188-189Lui numéro 112 mai 1973 Page 190-191Lui numéro 112 mai 1973 Page 192-193Lui numéro 112 mai 1973 Page 194-195Lui numéro 112 mai 1973 Page 196-197Lui numéro 112 mai 1973 Page 198-199Lui numéro 112 mai 1973 Page 200-201Lui numéro 112 mai 1973 Page 202-203Lui numéro 112 mai 1973 Page 204-205Lui numéro 112 mai 1973 Page 206-207Lui numéro 112 mai 1973 Page 208-209Lui numéro 112 mai 1973 Page 210-211Lui numéro 112 mai 1973 Page 212-213Lui numéro 112 mai 1973 Page 214-215Lui numéro 112 mai 1973 Page 216-217Lui numéro 112 mai 1973 Page 218-219Lui numéro 112 mai 1973 Page 220-221Lui numéro 112 mai 1973 Page 222-223Lui numéro 112 mai 1973 Page 224