Lui n°110 mars 1973
Lui n°110 mars 1973
  • Prix facial : 5 F

  • Parution : n°110 de mars 1973

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 130

  • Taille du fichier PDF : 147 Mo

  • Dans ce numéro : Ibiza, bons baisers d'Ibizance !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 84 - 85  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
84 85
SEPTEMBRE NOIR " Si l'Égypte signait un accord avec Israël, Sadat ne ferait pas de vieux os. Il mourrait dans les trois jours (Suite de la page 82.) les membres de « Septembre Noir » ne se trouvent pas dans les pays arabes. Nous connaissons assez la duplicité des dirigeants arabes pour ne pas leur accorder la moindre confiance. - Alors. où est implanté « Septembre Noir » ? - Partout où il y a (les Arabes, des étudiants. des intellectuels et des ouvriers. Partout. - En Europe aussi ? - Bien sûr. La preuve. Regardez. c'est que je suis là. - Où avez-vous le plus de difficultés ? - En Allemagne parce que les Allemands ont trouvé avec Munich une bonne raison pour donner libre cours à leur racisme. En I talie parce que notre implantation. qui y était excel lente, est depuis quelque temps très gênée par la police et le gouvernement italien. L'Italie nous Dose un grand problème parce que c'est une base importante en Europe, pour nous. D'ailleurs, je viens d'y passer, de retour (le Libye et j'y retourne. - Dans quels pays arabes êtes-vous acceptés, tolérés ou combattus ? Nous sommes acceptés en Libye et en Algérie. Nous sommes tolérés en Tunisie. Mais en Tunisie les choses iront en s'améliorant pour nous. Au Liban on nous supporte parce que nous faisons peur. D'ailleurs même après les prochaines élections présidentielles libanaises, même si Raymond Edde était élu, bien que de droite, il ne nous gênerait pas ! Partout ailleurs, dans les pays arabes, on nous craint. Le seul pays où nous sommes durement contrés, où nous ne pouvons rien faire actuellement, c'est la Jordanie. Parce qu'il est difficile d'éliminer le roi Hussein avec tous les Bédouins qu'il a autour de lui. - Ç)uels sont vos rapports avec les leaders des autres organisations palestiniennes ? - Avec les deux principales. c'est-à - dire « El Fatah » de Yasser Arafat et le F.p.l.p. de Georges Habbache, nous n'avons pas de problèmes parce qu'ils ne savent pas à qui s'adresser et surtout parce qu'ils savent qu'ils ne feraient pas long feu s'ils voulaient vraiment nous éliminer. D'autant qu'ils ne verraient pas venir les coups. Georges Habbache a bien essayé d'annexer « Septembre Noir » en copiant nos 84 opérations, mais nous n'avons pas voulu tomber sous sa coupe. Nous ne voulons ressembler, ni de près, ni de loin, à une organisation classique existante. - Et si l'Egypte signait un accord avec Israël ? - Sadat ne ferait pas (le vieux os. Tl mourrait dans les trois jours. La mort. ça fait réfléchir quand on occupe un fauteuil confortable. En fait, tous les chefs d'Etats arabes n'ont qu'un souhait  : en finir et signer la paix avec Israël. Hussein de Jordanie l'a déjà fait même si ce n'est pas officiel. Nusseibah a rencontré Mme Golda Meir en personne. Ce n'est un secret pour aucun Palestinien. Pour le moment, je dis bien pour le moment, nous ne pouvons rien contre Hussein, mais vous verrez, d'ici quelques mois, vous aurez des surprises. Et Hussein aussi. Le Liban meurt d'envie de traiter avec Israël égaleraient. Nous le savons. Nous n'avons aucune confiance en Saeb Salam ou en Frangié, le président de la République. Sachez qu'ils ne peuvent rien faire. Les Israéliens auront beau bombarder le territoire libanais, occuper provisoirement ou définitivement le Liban, ils n'amèneront pas pour autant les Libanais à mettre dehors les Palestiniens. Et admettons qu'ils le fassent. nui expulseront-ils ? Les réfugiés ? Les membres de 1'O.l.p. d' « El Fatah » du F.p.l.p. ? En quoi cela gênerait-il « Septembre Noir » ? je vous répète, nous ne sommes pas installés en pays arabes, à part la Libye et l'Algérie, où nous bénéficions d'un soutien important. Ce ne sera donc pas « Septembre Noir » qui sera touché. mais les autres Arabes. Et ce sera d'autant plus gênant pour eux que nous contrôlons, nous Palestiniens, les 3/4 de l'économie libanaise. Nous sommes implantés dans les banques, dans les sociétés. dans les moindres petits commerces. La plupart des établissements commerciaux de la célèbre rue El Hamra de Beyrouth, les Champs-Elysées libanais, appartiennent à des propriétaires palestiniens. Alors que voulez-vous que les Libanais fassent ? Ils protestent, ils appellent au secours. C'est tout. Les accords qu'ils peuvent passer avec tel ou tel chef palestinien, que ce soit Passer Arafat ou un autre, tie nous concernent pas. Et notez bien que, nous Palestiniens, sommes aussi bien implantés au Koweit qu'en Arabie Séoudite.. Donc. dans l'immédiat nous n'avons rien à craindre. Tout ce que pourront faire les Israéliens, les gouvernements européens, les chefs d'Etats arabes ne fera que servir nos desseins. Nous voulons que les Arabes prennent conscience qu'ils sont le jouet des grands intérêts et que les Palestiniens, où qu'ils soient, comprennent qu'ils n'ont rien à attendre des autres, niais tout d'eux-mêmes. Stir le plan des moyens, vous ne reculerez devant rien ? Vous l'avez vu ! Nous ne reculerons devant rien parce que nous n'avons pas le choix. Nous ne pouvons pas nous constituer en une organisation de résistance ou de libération, appelez-la comme vous voulez, parce que cela n'a aucun sens et nous nous retrouverions noyautés, déchirés par (les querelles d'intérêt ou de préséance comme c'est le cas dans toutes les organisations palestiniennes existantes. Notre principe, c'est la clandestinité. Nous ne ferons jamais de conférence de presse. Et cela m'étonnerait même que vous me rencontriez à nouveau Nous poussons même la prudence jusqu'à changer de résidence tous les cinq ou six jours. Nous ne sommes pas des tueurs en ce sens qur nous ne tuons pas par plaisir. Mais même si nos propres membres devaient mourir dans toutes opérations destinées à combattre les Israéliens ou ceux qui nous trahissent, nous ne reculerions pas. Aux jeux Olympiques de Munich, les membres de notre commando savaient qu'ils n'en sortiraient pas vivants. Et nous n'avons pas reculé... Nous sommes sûrs d'être haïs par les autres pays, niais que voulez-vous que nous y fassions ? Ce qui est certain. c'est que nous n'avons rien à perdre. Nous n'existons pas physiquement mais nous sommes partout. Même les gens qui vont poster des lettres pigées ne savent pas ce qu'ils transportent. Lorsque quelqu'un reçoit l'ordre d'exécuter un ennemi, il ne sait rien de lui. Il reçoit l'ordre de se trouver à tel endroit. Il ne sait ce qu'il doit faire qu'et la dernière minute. Alors, comment voulez-vous qu'il trahisse, en admettant qu'il en ait envie ? Ou qu'il soit filé ? Ou (Suite page 115.)
as



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 110 mars 1973 Page 1Lui numéro 110 mars 1973 Page 2-3Lui numéro 110 mars 1973 Page 4-5Lui numéro 110 mars 1973 Page 6-7Lui numéro 110 mars 1973 Page 8-9Lui numéro 110 mars 1973 Page 10-11Lui numéro 110 mars 1973 Page 12-13Lui numéro 110 mars 1973 Page 14-15Lui numéro 110 mars 1973 Page 16-17Lui numéro 110 mars 1973 Page 18-19Lui numéro 110 mars 1973 Page 20-21Lui numéro 110 mars 1973 Page 22-23Lui numéro 110 mars 1973 Page 24-25Lui numéro 110 mars 1973 Page 26-27Lui numéro 110 mars 1973 Page 28-29Lui numéro 110 mars 1973 Page 30-31Lui numéro 110 mars 1973 Page 32-33Lui numéro 110 mars 1973 Page 34-35Lui numéro 110 mars 1973 Page 36-37Lui numéro 110 mars 1973 Page 38-39Lui numéro 110 mars 1973 Page 40-41Lui numéro 110 mars 1973 Page 42-43Lui numéro 110 mars 1973 Page 44-45Lui numéro 110 mars 1973 Page 46-47Lui numéro 110 mars 1973 Page 48-49Lui numéro 110 mars 1973 Page 50-51Lui numéro 110 mars 1973 Page 52-53Lui numéro 110 mars 1973 Page 54-55Lui numéro 110 mars 1973 Page 56-57Lui numéro 110 mars 1973 Page 58-59Lui numéro 110 mars 1973 Page 60-61Lui numéro 110 mars 1973 Page 62-63Lui numéro 110 mars 1973 Page 64-65Lui numéro 110 mars 1973 Page 66-67Lui numéro 110 mars 1973 Page 68-69Lui numéro 110 mars 1973 Page 70-71Lui numéro 110 mars 1973 Page 72-73Lui numéro 110 mars 1973 Page 74-75Lui numéro 110 mars 1973 Page 76-77Lui numéro 110 mars 1973 Page 78-79Lui numéro 110 mars 1973 Page 80-81Lui numéro 110 mars 1973 Page 82-83Lui numéro 110 mars 1973 Page 84-85Lui numéro 110 mars 1973 Page 86-87Lui numéro 110 mars 1973 Page 88-89Lui numéro 110 mars 1973 Page 90-91Lui numéro 110 mars 1973 Page 92-93Lui numéro 110 mars 1973 Page 94-95Lui numéro 110 mars 1973 Page 96-97Lui numéro 110 mars 1973 Page 98-99Lui numéro 110 mars 1973 Page 100-101Lui numéro 110 mars 1973 Page 102-103Lui numéro 110 mars 1973 Page 104-105Lui numéro 110 mars 1973 Page 106-107Lui numéro 110 mars 1973 Page 108-109Lui numéro 110 mars 1973 Page 110-111Lui numéro 110 mars 1973 Page 112-113Lui numéro 110 mars 1973 Page 114-115Lui numéro 110 mars 1973 Page 116-117Lui numéro 110 mars 1973 Page 118-119Lui numéro 110 mars 1973 Page 120-121Lui numéro 110 mars 1973 Page 122-123Lui numéro 110 mars 1973 Page 124-125Lui numéro 110 mars 1973 Page 126-127Lui numéro 110 mars 1973 Page 128-129Lui numéro 110 mars 1973 Page 130