Lui n°109 février 1973
Lui n°109 février 1973
  • Prix facial : 4 F

  • Parution : n°109 de février 1973

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 114

  • Taille du fichier PDF : 106 Mo

  • Dans ce numéro : interview exclusive de Juan Peron.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 82 - 83  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
82 83
LE CHIEN DU PATRON Je suis d'accord avec vous, mais mon chien ne partage pas les idées que vous exprimez dans votre article " dit.Jean Prouvost à Raymond Cartier (Suite de la page 76.[) à son maître. Le baron city de Rothschild, (lui s'y connaît en hommes, n'a pas choisi d'autre compagnon qu'titi teckel (il s'agit du petit Punka, dont la chronique nous apprend qu'il mange des steaks aux herbes servis par un domestique en livrée). Jeanne Moreau, qui connaît aussi la question, possède également un (le ces chiens. II est curieux de voir comme à l'usage. les notions de Rolls Royce et (le teckel s'accordent bien  : « Je ne vois pas (le plus parfaite image du snobisme que le chien de son maître dans la Rolls (le son maître, » (lisait Aidons Huxley, (.lui devait avoir tin petit basset dans la tête. Mais il faut en revenir à Djinn, I ii i fut un (les prophètes (le sa race. Vers la fin des années trente. le peintre Don exécutait le portrait (l'uil gros chien que possédait, en ce temps-1à, le directeur (le « Paris-Soir ». Sous l'image (le l'animal, on lisait cette légende  : « je m'appelle... (oublions le nom du molosse). jean Prouvost m'appartient. » 11 semble bien que le milliardaire soit resté sous cette dépendance jusqu'en 1955. Prouvost avait, a cette époque, deux grands boxers (lui connurent une retrait('dorée à l'arrivée de Djinn. Car, tout comme soil maitre, le fripon était till bon chasseur, doublé (l'ull insolent. On connaît le caractère Iles boxers  : appliques, durs au mal, et dévoilés comme Marcel Cerdan Jr l'est à l'hilippe Avec Djinn, au contraire, sans Oolite pour la première fois. une créature allait manquer de respect a Prouvost. Car autant ce dernier passe pour un homme qui sait vivre, autant le teckel Illall(luait aux principes les plus fondamentaux. Il se battait souvent, mais, aux veux (le soli Maitre, rachetait cette turbulence par son ardeur à la chasse et son affection sans nuances. Dans l'entourage (le Prouvost, on raconte avec émotion comment le milliardaire eut tin jour besoin (l'tin phis petit que lui  : il était tombé Subitement malade et souffrait dans son lit, (luall(1 Djinn. surmontant tous ses préjugés. alla chercher par le bas (le sa robe, tille femme de compagnie, qu'il n'aimait pourtant pas. afin qu'elle vienne soigner son maître. I)jinnavait plusieurs passions, a commencer par celle des voyages. Mais il détestait les bagages. ils signifiaient 78 pour lui flue Prouvost allait loin et qu'il ne l'emmènerait pas. En revanche. les petites promenades en limousine vers voy-le-Marron ou Saint J aCgties-fill-Cotllotlbrier, tine propriété du Midi, faisaient sa joie. ainsi que les croisières. Prouvost, (ltli possède till superbe yacht a dû limiter, par la faute (le Djinn, ses traversées à des sauts (le puce. « Un chien, explique-til, possède une autonomie (le huit heures. Et il faut regagner le port pour qu'il puisse faire eau, ce qui ne se fait pas stir un bateau convenable. » Djinnavait tin appétit démesuré pour les Hopgest, (les caramels hollandais qu'il débarrassait, (l'une canine adroite, (le leur emballage compliqué. Une fois, pourtant, il refusa la gourmandise et, furieux, l'envoya rouler Sous tine console  : (les bagages venaient (le lui révéler que son maître allait partir. On lui avait un jour rapporté (le Hollande un paquet (le Hopgest. Avant Vieille qu'il soit ouvert, le chien s'était mis à hurler de bonheur. 11 avait ltl tout simplement le 11oili stir la boîte. Car si Djinnsavait parler, il lisait également presque a la perfection, puisque jean Prouvost aurait dit autrefois au chrolligtleur Raymond Cartier  : « je suis tout A fait d'accord avec vous, niais Djinnale partage pas tout a fait les idées que vous exprimez dans votre dernier article. » Depuis, Cartier a pu avoir l'occasion de colllllltlnigtler palle même canal, car il possède désormais till teckel nommé Mambo, précisément le fils de Djinn. Comme de nombrell\chiens, Mambo ressellll)le beaucoup à soil maître. On affirme qu'il soutient avec acharnement la propriété in(livi(ltlelle. Le fait est que Mambo, qui s'essuie les pieds au paillasson avant d'entrer chez lui, a arrêté un jour, après une chaude poursuite, tin voleur qui cambriolait l'appartement voisin. Si Djinnétait toujours content de lui, il n'y mettait jamais la moindre pose, pas même devant I) on, qui était A ce chien ce que le peintre Rigaud était A Louis X1 V. On avait decide que Djinn(levait devenir l'image de marque (les tricots Intexa, lancés sur le marche l air son patron.\lais tails le studio, le chien. n'éprouvant pas 1e besoin d'effectuer (les efforts inutiles. s'obstinait at rester couché. 11 fallut que l'assistant (lu photographe\Vil l R izzo le chatouillât longtemps avec tille plume (le paon pour qu'il consente à se lever. Le peu de goût de Djinnpour le cabotinage conduisit j eau Prouvost à lui chercher une doublure. Pour le lancement des chaussettes Stelillu, on découvrit tin petit teckel pauvre, parfait sosie (le l'animal. Pour des raisons restées obscures, Louise de Vilmorin le baptisa Adémar. `'ers la fin (les années cinquante, deux collaborateurs (le « Paris-Match ». Jacques Borgé et Honoré Bostel, écrivirent un petit scénario, intitulé  : « le Chien (lu patron », dans lequel il n'est pas interdit (le voir une pointe de malice  : le teckel d'un magnat de la presse venait d'être enlevé, et toute la rédaction envoyée atix trousses (les ravisseurs, Après (le sombres épiso- (les, deux jeunes reporters retrouvaient l'animal, obtenaient le châtiment des coupables, et le patron, ravi, en ftiisait ses principaux adjoints. On ne pense pas que cette histoire puisse avoir 1111 rapport avec Prouvost ou avec Djinn  : le chien était entouré (lc tant (le soins (jti'till kidnapping n'aurait jamais été possible..Alors qu'on commençait à parler (le l'Europe, le propriétaire (le « Match » avait un rendez-vous à Bonn, avec le chancelier Conrad Adenauer. Ce jourlà, Djinntomba malade, et Prouvost voulut aussitôt annuler sa rencontre au soiiiiilet. 1)es collaborateurs ayant réussi a le convaincre qu'un tel contreordr('était une affaire délicate, Prouvost résigna a prendre le train pour Bonnniais, n'accepta (le s'entretenir avec le chancelier qu'après avoir obtemi, par téléphone, (les nouvelles rassurantes (le son chien. Mais lorsque Djinnmourut, à l'âge de 16 ans, son maître était justement en voyage. « Je crois que l'aniimal, désespéré par cette absence qui se prolongeait, s'est phis ou mollis laissé périr », m'a confié une proche collaboratrice (le jean Prouvost. Aujourd'h1ii, le directeur de « l'arts-Match » a toujours un teckel, « Olympe », une petite chienne (le sept ails, fille (le Djinn. Mais Olympe a petit-être été étouffée par le rayonnement (le son père. Elle est en tout cas, beaucoup phis casanière Mlle ltii. En voyant un teckel, les réalistes se demandent si ce chien (Suite page 84
Une maison de rêve, une île déserte et volcanique, à Lanzarotte, aux Canaries GPiqueqNique volcanique les amis de Lui ont passé, chez César Manrique, un week-end réussi...



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 109 février 1973 Page 1Lui numéro 109 février 1973 Page 2-3Lui numéro 109 février 1973 Page 4-5Lui numéro 109 février 1973 Page 6-7Lui numéro 109 février 1973 Page 8-9Lui numéro 109 février 1973 Page 10-11Lui numéro 109 février 1973 Page 12-13Lui numéro 109 février 1973 Page 14-15Lui numéro 109 février 1973 Page 16-17Lui numéro 109 février 1973 Page 18-19Lui numéro 109 février 1973 Page 20-21Lui numéro 109 février 1973 Page 22-23Lui numéro 109 février 1973 Page 24-25Lui numéro 109 février 1973 Page 26-27Lui numéro 109 février 1973 Page 28-29Lui numéro 109 février 1973 Page 30-31Lui numéro 109 février 1973 Page 32-33Lui numéro 109 février 1973 Page 34-35Lui numéro 109 février 1973 Page 36-37Lui numéro 109 février 1973 Page 38-39Lui numéro 109 février 1973 Page 40-41Lui numéro 109 février 1973 Page 42-43Lui numéro 109 février 1973 Page 44-45Lui numéro 109 février 1973 Page 46-47Lui numéro 109 février 1973 Page 48-49Lui numéro 109 février 1973 Page 50-51Lui numéro 109 février 1973 Page 52-53Lui numéro 109 février 1973 Page 54-55Lui numéro 109 février 1973 Page 56-57Lui numéro 109 février 1973 Page 58-59Lui numéro 109 février 1973 Page 60-61Lui numéro 109 février 1973 Page 62-63Lui numéro 109 février 1973 Page 64-65Lui numéro 109 février 1973 Page 66-67Lui numéro 109 février 1973 Page 68-69Lui numéro 109 février 1973 Page 70-71Lui numéro 109 février 1973 Page 72-73Lui numéro 109 février 1973 Page 74-75Lui numéro 109 février 1973 Page 76-77Lui numéro 109 février 1973 Page 78-79Lui numéro 109 février 1973 Page 80-81Lui numéro 109 février 1973 Page 82-83Lui numéro 109 février 1973 Page 84-85Lui numéro 109 février 1973 Page 86-87Lui numéro 109 février 1973 Page 88-89Lui numéro 109 février 1973 Page 90-91Lui numéro 109 février 1973 Page 92-93Lui numéro 109 février 1973 Page 94-95Lui numéro 109 février 1973 Page 96-97Lui numéro 109 février 1973 Page 98-99Lui numéro 109 février 1973 Page 100-101Lui numéro 109 février 1973 Page 102-103Lui numéro 109 février 1973 Page 104-105Lui numéro 109 février 1973 Page 106-107Lui numéro 109 février 1973 Page 108-109Lui numéro 109 février 1973 Page 110-111Lui numéro 109 février 1973 Page 112-113Lui numéro 109 février 1973 Page 114