Lui n°109 février 1973
Lui n°109 février 1973
  • Prix facial : 4 F

  • Parution : n°109 de février 1973

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 114

  • Taille du fichier PDF : 106 Mo

  • Dans ce numéro : interview exclusive de Juan Peron.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 80 - 81  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
80 81
LE CHIEN DL PATRON Le teckel est par excellence, le chien des milliardaires. Ces gens-là ont besoin de protéger un plus petit qu'eux-mêmes... la même impertinence et bien moins idiot. Ce sont les teckels qui. depuis quelque temps ont congru chez les grands une place salis rapport avec la longueur (le leurs pattes. A Saint-Moritz comme à Gstaad. en Suisse, le dos (les employés d'hôtel commence à se courber au moment même où les jours baissent. La saison s'anime fin décembre quand ces échines, dont la souplesse est la mieux rétribuée du monde, s'inclinent vers l'Aga Khan, Gunther Sachs,'Karajan ou le shah Reza Pahlevi, dans des palaces aux frontières du rêve. Mais devant masterX... les plongeons f r(^)- lent le sol. Car masterX... serait l'homme le plus riche et le plus généreux (le son temps s'il n'était un chien, un petit teckel au poil fauve, sensible et las comme un héros trop doué de F. Scott Fitzgerald. Master N... est propriétaire (l'un maitre qui passf2 par toutes ses volontés et les précède presque toujours. A la mort (le son régent, l'animal héritera d'une fortune qui se chiffre en milliards  : le testament est déposé depuis plusieurs années entre les mains d'un impénétrable notaire de Zurich. En attendant, le compagnon (le masterX... se conduit avec le chien comme un commensal-trésorier  : pas trop lèche-griffes iii trop mesquin. MasterX... et soi i maître sont formidablement raffinés. Tous les soirs, l'un et l'autre renouvellent leur garde-robe et jouent it s'étonner en choisissant le nec plus ultra des soupers fins. Le chien s'installe face au maître. sur tune haute chaise (le velours rouge. Un garçon suisse, dont le talent consiste a ne s'émouvoir de rien. prend leur commande, suggère les mets et les vins. MasterX... et son ami font honneur au (liner en causant (le choses et (l'autres (il paraît que le propriétaire fait parfois les demandes et les réponses, le chien étant sujet à l'aérophagie). Après les liqueurs, le compagnon (le masterX... réclame l'addition et la divise par deux avec un minuscule porte-mine en or massif. Il paie sa part, au centime suisse près. puis déclare au maître d'hôtel  : « MasterX... vous réglera sa dépense. il a l'argent sur lui. » L'employé découvre alors avec Hile surprise qu'il s'arrange pour cacher - un porte-billets de maroquin p('11(111 nui 76 cou du chien. Il prélève le montant (le la Ilote et fait l'appoint. Aussitôt masterX... donne le signal du départ. Il va finir la nuit ailleurs, son compagnon le suit  : le rite s'est accompli, faisant le plaisir d'un demi-dieu, le bonheur (les cœurs simples et la joie de son maitre. De mauvais esprits, choqués par ce manège, marmonnent que notre honlnie se conduit envers l'animal comme une vieille favorite qu'on attrait promue tenancière. (De même ricanaient naguère, stir le passage (le pékinois emperlouzés, (le pauvres fous des années folles). Car il faut bien l'admettre  : les Ils et coutumes de master N... et (le son patron nous dépassent. il n'est pas ('ailleurs prouvé que le maître soit la dupe de son chien  : l'héritier peut mourir avant lui. D'autre part, un milliardaire se définit (l'abord comme till être différent (les autres, Il ne peut donc avoir d'égal stir terre, qu'un authentique alter-ego. Et comment trouver un tel conll)agpon ? Où se cache un homme si brillant ? Puant aux femmes, elles vous reprochent souvent les colliers qu'on leur donne, ce qu'aucun chien n'a jamais fait. Or, parmi tous ceuxci. le teckel passe pour le plus aimable, le plus folâtre et le plus attachant. C'est aussi le plus facile à ranger. En outre, on ne trouve pas meilleur chasseur, comme l'explique M. René Depoux, président du club des teckels  : « j'ai passé vingt ans sous la terre avec ces petits chiens, » écrit-il dans un livre qui fait autorité. « les teckels, leur élevage, leur utilisation. » Ces teckels, selon M. Depotux, doivent savoir chasser le renard, le blaireau, le lièvre et le sanglier. Il leur arrive aussi d'aller plus loin  : voici quelques années, jean Prouvost, président-directeur général des lainières de Roubaix et grand patron de « Paris-Match », avait invité le feu duc de Windsor, l'ancien Idouar(1 VIII d'Angleterre, dans sa chasse (l'Yvoy-le-Marron, en Sologne. Djinn, le teckel (le Prouvost, un petit être brun, fou (le gibier, était de la fête. L'après-midi s'avance et soudain Djinnse jette sil r le duc qu'il mord au mollet. C'est un incident grave (ajoutons qu'un témoin attrait vu, stir les lèvres (le Prouvost, passer comme luis sourire). le (hic (le Windsor parait d'autant plus fâché que ne viennent ni les excuses qu'il est en droit (l'attendre, ni le châtiment (lu petit mords-majesté. On dit que ce soir-là, à Yvoy-le- Marron, seuils les plats étaient chauds  : le dîner fut en effet très froid. Le duc et la duchesse montèrent dans leurs appartements bien avant les autres convives. On craignait tin départ avancé quand, le lendemain, très tôt, son hôte fit au duc l'acte d'allégeance le plus kitsch de la petite histoire  : « Vous savez, Monseigneur, que Djinnm'a fait cette nuit un reproche, avoua Prouvost. I1 m'a grondé pour l'avoir empêché (le manger un morceau (le roi. » Le coupable je parle (le Djinna disparu, il y a deux ans, étouffé par une fièvre qui lie devait riels aux remords. "Tut porte à croire que l'animal n'a jamais regretté l'aventure (l11 duc. « En effet, le teckel est en apparence le plus disgracié (le torts les chiens, mais aussi le plus indépendant (l'allure et le plus heureux d'être au inonde, explique le 1)r Michel'Klein, vétérinaire, un des spécialistes (le la question. C'est ce contraste qui crée sa séduction. Un tel accord avec ses propres défauts, ses contradictions les plus intimes lui donne 111] air impertinent qui en fait, par excellence, le chien des poissants, et particulièrement des milliardaires. Ces gens-là ont besoin de protéger un plus petit qu'eux-mêmes, surtout s'il est bouffon. En 1922, les loulous de Poméranie, les pékinois et les caniches faisaient la joie du vieux Poiret et le délice des jolies femmes. Aujoturd'htui, le teckel répond mieux à des goûts masculins, ceux de la chasse et de la liberté. Mais ces chiens souffrent (le certains ennuis liés a leur constitution  : les teckels sont (les 1-êtes un pets anormales. Leur coloIlne vertébrale travaille démesurément quand les muscles dorsaux ne sont pas entreteints, ce qui se passe en ville. Ils (reviennent alors de pauvres ponts suspendus, avec (les torsions douloureuses et (les soucis articulaires. C'est pourquoi tant de teckels soulagent leur (los eu donnant les pattes en l'air. Mais, tout déshérité qu'A soit, ce chien répond au besoins (les puissants, (fui sont tous de grands égoïstes connue chacun sait  : c'est vrai. aucune créature ne rend plus que lits u11 amour excltusif (Suite page "/S.)
77



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 109 février 1973 Page 1Lui numéro 109 février 1973 Page 2-3Lui numéro 109 février 1973 Page 4-5Lui numéro 109 février 1973 Page 6-7Lui numéro 109 février 1973 Page 8-9Lui numéro 109 février 1973 Page 10-11Lui numéro 109 février 1973 Page 12-13Lui numéro 109 février 1973 Page 14-15Lui numéro 109 février 1973 Page 16-17Lui numéro 109 février 1973 Page 18-19Lui numéro 109 février 1973 Page 20-21Lui numéro 109 février 1973 Page 22-23Lui numéro 109 février 1973 Page 24-25Lui numéro 109 février 1973 Page 26-27Lui numéro 109 février 1973 Page 28-29Lui numéro 109 février 1973 Page 30-31Lui numéro 109 février 1973 Page 32-33Lui numéro 109 février 1973 Page 34-35Lui numéro 109 février 1973 Page 36-37Lui numéro 109 février 1973 Page 38-39Lui numéro 109 février 1973 Page 40-41Lui numéro 109 février 1973 Page 42-43Lui numéro 109 février 1973 Page 44-45Lui numéro 109 février 1973 Page 46-47Lui numéro 109 février 1973 Page 48-49Lui numéro 109 février 1973 Page 50-51Lui numéro 109 février 1973 Page 52-53Lui numéro 109 février 1973 Page 54-55Lui numéro 109 février 1973 Page 56-57Lui numéro 109 février 1973 Page 58-59Lui numéro 109 février 1973 Page 60-61Lui numéro 109 février 1973 Page 62-63Lui numéro 109 février 1973 Page 64-65Lui numéro 109 février 1973 Page 66-67Lui numéro 109 février 1973 Page 68-69Lui numéro 109 février 1973 Page 70-71Lui numéro 109 février 1973 Page 72-73Lui numéro 109 février 1973 Page 74-75Lui numéro 109 février 1973 Page 76-77Lui numéro 109 février 1973 Page 78-79Lui numéro 109 février 1973 Page 80-81Lui numéro 109 février 1973 Page 82-83Lui numéro 109 février 1973 Page 84-85Lui numéro 109 février 1973 Page 86-87Lui numéro 109 février 1973 Page 88-89Lui numéro 109 février 1973 Page 90-91Lui numéro 109 février 1973 Page 92-93Lui numéro 109 février 1973 Page 94-95Lui numéro 109 février 1973 Page 96-97Lui numéro 109 février 1973 Page 98-99Lui numéro 109 février 1973 Page 100-101Lui numéro 109 février 1973 Page 102-103Lui numéro 109 février 1973 Page 104-105Lui numéro 109 février 1973 Page 106-107Lui numéro 109 février 1973 Page 108-109Lui numéro 109 février 1973 Page 110-111Lui numéro 109 février 1973 Page 112-113Lui numéro 109 février 1973 Page 114